Vous êtes ici : Miss SEO Girl » Business et Entrepreneuriat » Interview Jennifer Guedama, collaboratrice en rédaction web chez Rédac’Pulse

Interview Jennifer Guedama, collaboratrice en rédaction web chez Rédac’Pulse

Bonjour à tous, j’espère que vous allez bien.

Après Lucile Aloy, Cindy Cauchy, Mégane Dubois, Mélanie Gantier, je vous présente aujourd’hui Jennifer Guedama, l’une de mes dix collaboratrices en rédaction web chez Rédac’Pulse.

Rédac’Pulse c’est un groupement de rédactrices web freelance à la plume affûtée que j’ai imaginé en 2019 pour pouvoir proposer à mes prospects et clients des prestations SEO encore plus complètes comprenant la stratégie éditoriale et la rédaction web.

Pour l’heure, Rédac’Pulse n’a pas encore de site internet, mais j’y travaille sérieusement :) D’ici là, n’hésitez pas à me contacter par mail pour toute demande en SEO et rédaction web.

Accueillons chaleureusement Jennifer, bonne découverte.

Questions sur Jennifer, la femme et la blogueuse

Pour commencer, peux-tu te présenter un peu plus et nous parler de ton parcours ?

Je m’appelle Jennifer, je suis maman de 3 enfants (bientôt 4 😉). J’ai décroché un Master en traduction Anglais après des études littéraires. Ensuite, je suis devenue traductrice freelance pendant quelque temps. J’ai toujours voulu travailler de chez moi pour pouvoir concilier vie de maman et vie professionnelle. Des enfants, oui, mais sans sacrifier mes ambitions pour autant. Mais je ne me suis pas éclatée en tant que traductrice. J’ai mis de côté mon travail pour me consacrer à mes enfants à plein temps. Ça a duré un long moment. Je n’étais pas forcément hyper épanouie dans mon seul rôle de maman.

En 2016, j’ai découvert le métier de rédactrice web. Et là, ce fut la révélation. Ce métier était fait pour moi. Je me suis lancée mi 2017 et au bout de 3 mois, j’avais assez de clients pour me dégager un salaire très correct.

Les portes d’un nouveau monde se sont ouvertes à moi : celui du webmarketing et du business en ligne. Je me suis formée au copywriting et en 2018, j’ai créé mon blog, Le Blog du Rédacteur. Depuis, je vis de la création de mes formations en ligne sur le copywriting, la rédaction web et l’infopreneuriat en général.

Du coup, tu n’es pas tombée dans le blogging quand tu étais petite ? Comment en es-tu arrivée là ?

C’est en rédigeant pour un client infopreneur que j’ai découvert le monde du blogging et de l’infopreneuriat de manière générale. J’avais carte blanche sur son blog : création du calendrier édito, rédaction, SEO, intégration sur WP. Et lui sortait des formations qu’il monétisait. Du coup, je me suis dit “Pourquoi pas moi?”

Tout a commencé comme ça.

Pourquoi avoir choisi un blog sur le thème du copywriting et de la rédaction web en général ?

J’ai toujours eu un certain “talent” en écriture. C’est un domaine qui me passionne. Notamment le copywriting, je trouve ça fascinant. Mes clients étaient toujours ravis de mon travail et on me sollicitait souvent pour avoir des conseils en écriture. Je savais que j’avais une carte à jouer. Mais surtout, je voulais prouver aux femmes qu’il est possible de gagner leur indépendance en rédigeant pour le web.

Quels types de prestations proposerais-tu via Rédac’Pulse ?

Même si j’ai arrêté la rédaction web en freelance depuis un moment, j’aime toujours autant écrire des articles de blog sur des thématiques que j’aime (le webmarketing et le développement personnel). Si un projet me plaît, j’y mettrai tout mon savoir-faire. Oh, et puis, évidemment, j’adoooore écrire des pages de vente. Le copywriting, c’est mon truc.

Comment te formes-tu et comment fais-tu pour rester à la page ?

Je me forme via des formations en ligne, principalement de webmarketeurs américains. Le marché du blogging aux États-Unis est beaucoup plus mature qu’en France. Apprendre chez eux est un vrai avantage pour moi.

Qu’est-ce qui te pousse à vouloir aller encore plus loin ?

En tant que maman, ce sont mes enfants. Je veux pouvoir leur offrir tout ce dont ils ont besoin et qu’ils soient fiers de ce que j’aurai bâti. J’aimerais leur offrir une enfance faite de voyages, de culture et d’ouverture sur le monde. Leur donner toutes les clés pour devenir des adultes responsables et bien dans leurs baskets.

En tant que femme, c’est cette volonté puissante de vouloir aider d’autres femmes à devenir libres, sans pour autant sacrifier leurs convictions personnelles.

Qu’est-ce que t’aimes le plus et le moins dans ton métier ?

Ce que j’aime avant tout, c’est la liberté. La vraie. Je travaille quand je veux, d’où je veux. Je prends 1 mois de vacances si j’en ai envie. Je n’ai pas à subir un patron sur mon dos. Savoir que je peux partir demain sur un coup de tête faire le tout du monde tout en travaillant, c’est grisant je trouve.

Ce qui me semble le plus difficile, c’est d’allier vie pro et vie perso sans que l’une empiète sur l’autre. Quand les enfants sont grands et qu’ils vont à l’école, c’est assez gérable, on bosse quand ils ne sont pas là. Mais lors des vacances, ou quand ils sont tout petits, pas facile d’être hyper productive. Je vais d’ailleurs faire face à de nouveaux challenges dans quelques mois. Trouver une nouvelle routine, etc. Mais ça ne me fait pas peur, j’aime les défis :)

À quoi ressemble l’une de tes journées type ?

Une fois que mon fils part à l’école, à 8h30, je commence ma journée. Je me fais un bon thé, j’allume mon ordinateur. De 8h30 à 9h00, je réponds à mes mails, je commente quelques posts sur Insta, consulte mes stats, etc. C’est ma façon à moi de me plonger dans le travail.

De 9h à 11h, je travaille à fond sur une tâche bien précise. Selon le jour de la semaine, ce sera de la rédaction d’articles pour mon blog, ou d’emails pour ma newsletter (j’envoie 3 mails/semaine à mes abonnés), je travaille sur une future formation, ou alors je crée mes posts pour les réseaux sociaux.

A 11h, je ferme tout et revêts ma cape de maman 😂. Ménage, préparation du repas du midi pour les enfants.

De 12h30 à 13h30, c’est la pause déjeuner. Un moment que je ne raterais pour rien au monde. Chacun me raconte sa matinée, on ne s’entend souvent plus parler :)

13h30-16h30/17h, je retourne à mon bureau pour travailler sur mon blog.

Finalement, mes journées ressemblent à celles d’une salariée classique. Je suis calée sur les horaires de l’école.

Aujourd’hui que t’apporte ce métier sur le plan personnel ? Aimerais-tu changer de métier ? Si oui, lequel choisirais-tu ? Pourquoi ?

Énormément de fierté. Oui, je suis fière de tout le travail accompli. Il y a encore 4 ans, je n’aurais jamais imaginé être là où j’en suis aujourd’hui. Et la cerise sur le gâteau, c’est quand je reçois des mails de mes abonnés qui me remercient de les avoir aidé. C’est ma plus belle récompense.

Non, je ne changerais de métier pour rien au monde. Bien sûr, il y a des hauts et des bas. Des jours où je n’ai pas envie de travailler. Mais très honnêtement, je pense que j’exerce un des plus beaux métiers au monde.

Énumère-nous trois choses dont tu es particulièrement fière ! Quelle est ta plus belle réussite professionnelle ?

En première position, je dirais ma famille. Mes enfants sont heureux, ils travaillent très bien à l’école, et ils s’aiment. 

En seconde position, je suis fière d’avoir toujours eu de très bonnes relations avec mon entourage (famille, amis, etc.). C’est très important pour vivre sereinement.

En 3ème position, d’être sortie de ma zone de confort à plusieurs reprises. De nature introvertie, il y a des choses que je n’aurais jamais pensé faire avant, comme sortir une formation où des centaines de personnes allaient m’entendre parler. Mais j’ai toujours su aller au-delà de mes peurs et ça a toujours payé.

Quant à ma plus belle réussite professionnelle, je dirais tout simplement mon blog, et de ce que j’ai réussi à en faire. En partant de rien.

Peut-on dire que tu es une femme heureuse ?

Oui, totalement.

Quelles sont tes passions en dehors du monde de la rédaction web ? Quels sont tes projets pour cette nouvelle année ?

J’aime cuisiner, recevoir les gens que j’aime autour d’un bon repas. Je suis aussi une dingue de déco, de lecture et de voyages.

Ton livre préféré ?

Un livre que j’ai beaucoup aimé, c’est Un Homme ça ne pleure pas, de Faiza Guène. Ça parle de discrimination sociale, raciale, de l’échec de la politique d’immigration de la France, tout ça de façon très subtile.

Questions sur le Freelancing, statut pratique

Comment réussir sa reconversion professionnelle ?

Changer de métier est un projet qui doit être mûrement réfléchi. Ce n’est pas parce qu’on pense aimer un métier que ce sera forcément le cas. Donc, bien se renseigner en amont sur les conditions de travail, la rémunération, les possibilités d’évolution. Et si c’est un métier du web, se lancer parallèlement au salariat pour valider l’idée.

L’infopreneuriat : la ruée vers la liberté ?

Clairement, oui. Quand on est freelance, on est libre, certes, mais quand même tenu par les deadlines, les consignes des clients. Avec l’infopreneuriat, on est seul maître à bord. Toutefois, cette liberté peut se retourner contre soi. Car il faut être hyper discipliné pour réussir.

A lire pour aller plus loin : L’auto-entreprenariat : la ruée vers la liberté ?

Pourquoi une entreprise devrait-elle faire appel à un freelance ?

Parce que chacun son job :). Prenons l’exemple de la rédaction web, écrire du contenu pour internet ne s’improvise pas. C’est un métier à part entière. Faire appel à un rédacteur freelance permet d’améliorer son SEO, de proposer du contenu de qualité à son public, tout ça en se focalisant sur son cœur de métier. C’est un investissement rentable.

A lire pour aller plus loin : Pourquoi faire appel à un freelance ?

Quelques bonnes raisons pour recruter un rédacteur web pour un site web ?

Comme je l’ai dit juste avant : meilleur SEO, stratégie de contenu pertinente, image positive de l’entreprise, fidéliser les clients et gagner du temps.

A lire pour aller plus loin : 5 bonnes raisons de recruter un rédacteur web pour votre site web

Comment augmenter ses tarifs quand on est freelance ?

Ah, la grande question !

Je pense qu’il faut une approche proactive des choses. C’est-à-dire que c’est à vous de démontrer votre valeur pour attirer les bons clients, ceux qui paient bien. Ça passe par une bonne stratégie sur les réseaux, une bonne visibilité, un marché de niche. Vous ne pouvez pas exiger 12 cts du mot et attendre qu’on vienne à vous sans rien faire. Forcément, les prospects chercheront ailleurs moins cher, c’est humain. Mais c’est parce qu’ils n’auront pas compris les avantages de travailler avec vous et personne d’autre. C’est toutes ces stratégies que j’explique dans l’une de mes formations pour trouver des clients.

A lire pour aller plus loin : Comment augmenter ses tarifs quand on est freelance?

Comment rester discipliné lorsque l’on travaille à domicile ?

Il n’y a pas vraiment de secret. Il faut allouer du temps pour chaque chose, de façon très cloisonnée je dirais. S’accorder quelques minutes pour les mails, les réseaux sociaux, les messages avec les copines et puis se dire, là, il est telle heure, je mets tout sur silencieux, et je travaille. Au fur et à mesure, la discipline se transforme en habitude et tout devient plus facile. Mais j’avoue, quand il fait super beau dehors, c’est assez dur de résister.

A lire pour aller plus loin : Comment rester discipliné lorsque l’on travaille à domicile

Comment être plus productif lorsque l’on télétravaille ?

Je fonctionne en termes d’objectifs. Chaque dimanche, je note mes grands objectifs de la semaine ainsi que le planning de chaque jour pour les réaliser. Le fait d’écrire m’aide à mieux les visualiser. Ça me rend plus productive que si j’arrivais devant mon ordi le matin sans savoir quoi faire.

J’ai remarqué aussi que le fait de travailler sur un vrai bureau me rend beaucoup plus opérationnelle.

Oh, et puis, il y a mon thé ! Je me prépare un bon thé bien chaud, je m’installe et hop, mon cerveau se met en mode travail.

A lire pour aller plus loin : 5 astuces pour être plus productif lorsque l’on télétravaille

Comment aménager son espace de travail en toute sérénité ?

Je fais en sorte d’avoir tout à portée de main : ordinateur, carnet de notes, stylos, chargeur, etc. Ça m’évite de devoir redescendre pour aller chercher mes affaires et faire autre chose au passage (ah tiens je n’ai pas étendu le linge 😂).

Comment mieux s’organiser quand on est freelance ?

J’organise mes projets avec Trello. Comme ça, j’ai une vision claire de tout ce que j’ai à faire, ce qui est urgent et ce qui l’est moins. Le côté interactif, avec les étiquettes que tu déplaces quand tu as fini une tâche, j’adore ! Et quand on a plusieurs clients (comme c’était le cas pour moi pendant un moment), ça sauve la vie.

Il faut aussi s’astreindre à des horaires fixes, des moments où on est plus productif. Planifiez-y vos tâches les plus complexes, celles qui vous demandent le plus de concentration.

Le maître mot quand on est freelance, c’est la discipline.

A lire pour aller plus loin : Comment mieux s’organiser quand on est freelance?

Le métier de web entrepreneure…

Quels conseils donnerais-tu aux rédacteurs web qui aimeraient se lancer dans l’infopreneuriat ?

Je leur dirais de bien étudier leur projet, analyser leur positionnement avant de se lancer à l’aveuglette. Beaucoup de monde se cassent les dents parce qu’ils ont foncé tête baissée dans un business où il n’y avait aucun potentiel de monétisation.

Et puis, je leur dirais aussi qu’il faut savoir être patient et endurant. Gagner de l’argent en ayant un blog, une chaîne YT, ça fait rêver. Vous trouverez pléthore de marketeurs qui vous promettent monts et merveilles, le mythe de l’argent facile, etc.

Mais la réalité, c’est qu’il faut travailler comme un acharné avant d’arriver à vivre de l’infopreneuriat. Quand j’ai créé mon blog, je jonglais avec 5-6 clients, je faisais des semaines de 50-60 heures. J’aurais pu jeter l’éponge 100 fois tellement j’étais fatiguée par moment. Et tout ça sans avoir la certitude que ça rapporterait de l’argent.

Quelles raisons nous poussent à créer un blog ? Pourquoi créer un blog d’entreprise ?

Un blog, c’est avant tout la possibilité d’avoir de la visibilité sur la toile. En l’alimentant régulièrement avec du contenu de qualité, vous existez aux yeux de Google qui peut vite vous faire remonter dans les premiers résultats de recherche. Sans compter le fait que ça vous confère une certaine autorité.

A lire pour aller plus loin : Comment alimenter votre blog d’entreprise ?

Les facteurs clés de succès d’un blog ?

  • D’abord la thématique, il y a en a qui sont d’emblée plus populaires que d’autres.
  • Le SEO, un bon contenu, bien optimisé, est une excellente source de trafic qualifié.
  • La capacité à créer une connexion avec ses abonnés (ça passe notamment par une bonne stratégie d’emailing).
  • Un bon copywriting, pour faire des ventes.

A lire pour aller plus loin : Le blogging de A à Z : de la science à l’art !

Les erreurs qui peuvent saboter le succès d’un blog ?

Pour moi, l’erreur principale, c’est le choix du positionnement. S’adresser à la mauvaise cible, c’est juste catastrophique. Il y a aussi le fait de :

  • ne pas publier régulièrement (vous passez pour un plaisantin)
  • rédiger du mauvais contenu (en 2021, il faut envoyer du lourd)
  • ne pas bien connaître son audience (connaître les besoins de sa cible, c’est la base en copywriting)
  • rester seul dans son coin

A lire pour aller plus loin : Comment devenir blogueur (et tout rater en 15 leçons) ?

Quelles sont les principales qualités et compétences qu’un blogueur doit absolument avoir ?

Pour les qualités : la rigueur, la discipline, l’ambition.

Côté compétences : la capacité à bien rédiger pour le web, le copywriting, le marketing digital, le SEO, et bien sûr une expertise dans sa thématique.

Penses-tu qu’on peut encore se lancer sur le web et réussir ?

Oui, l’infopreneuriat n’en est encore qu’à ses débuts, heureusement. C’est certain qu’il est plus difficile de faire son trou aujourd’hui qu’il y a 10 ans, mais avec du talent et de la volonté, on trouve forcément un public.

Comment dépasser le syndrome de l’imposteur ?

En se focalisant sur nos succès passés (en collectant par exemple dans un fichier tous les témoignages gratifiants sur notre travail). En évitant de se comparer à la concurrence et en fuyant comme la peste la course à la performance.

A lire pour aller plus loin : Le syndrome de l’imposteur késako ?

Quels conseils donnerais-tu à un blogueur débutant que tu aurais toi-même aimé avoir ?

Je lui dirais :

  • d’avoir une vraie stratégie de contenu dès le départ. Ça évite de rédiger des articles juste pour “remplir” le blog et de perdre du temps pour rien.
  • de ne pas avoir peur de se dévoiler un peu à ses abonnés. Les gens aiment recevoir du contenu utile et de qualité, mais ils aiment aussi savoir qui vous êtes, pourquoi vous en êtes arrivé là, vos blessures passées, etc.
  • de sortir de sa zone de confort, ça rend plus fort
  • de se faire connaître chez les autres, ceux qui ont déjà de l’autorité, avant de se démener comme un fou sur son blog

A lire pour aller plus loin : Ce que j’aurais aimé qu’on me dise avant de bloguer

Comment faire décoller un blog ?

Ce qui a marché pour moi, c’est le SEO, les articles invités et le fait de rédiger des articles très complets et instructifs. La qualité de mes articles, c’est ma “patte” en quelque sorte. C’est ce qui m’a permis de me démarquer tout de suite.

A lire pour aller plus loin : Comment faire décoller votre blog ? Les secrets des blogs influents

La stratégie de contenu web

Comment bien rédiger pour son blog ?

Grande question !

Il faut apporter beaucoup de valeur ajoutée, bien optimiser son contenu pour le référencement naturel (bons mots clés, lisibilité, maillage, etc.) savoir capter l’attention du lecteur et mettre en place des stratégies de promotion des articles.

Comment mettre en place une bonne stratégie de contenu web ?

La première étape, c’est de bien définir sa cible. On a alors une bonne compréhension de ses besoins, ses problèmes, ses attentes. On peut se fixer des objectifs clairs.

Ensuite, il faut définir quels types de contenus on veut publier (article de blog, vidéo, podcast, ebook, étude de cas, etc.). Le choix dépendra du type de contenu que la cible préfère mais aussi dans lequel on est le plus à l’aise. Ensuite, il faut brainstormer toutes les idées de sujets possibles, définir les bons mots clés en fonction de la situation de chaque persona, créer un calendrier éditorial, (perso, j’utilise Google Sheets). Et enfin, il faut penser à analyser ses données pour évaluer la pertinence de la stratégie.

Quels sont pour toi les facteurs clés de succès pour une stratégie de contenu web réussie ?

Trouver les bons mots clés (et donc bien connaître son audience), tout miser sur la qualité du contenu, savoir anticiper les tendances, varier les sources de trafic.

Quelles règles éditoriales faut-il absolument respecter pour plaire aux deux cibles d’un site internet : les lecteurs et les moteurs de recherche ?

Cette question est le noyau central de ma formation sur la rédaction d’articles de blog justement. Je suis convaincue qu’il faut savoir mêler seo et copywriting pour avoir un texte qui plaît aux deux.

L’arrivée de PANDA : qu’a-t-elle changé pour la rédaction web ?

Ça a été un tournant je pense. En filtrant le contenu de mauvaise qualité, Google s’engage à ne proposer que le meilleur. C’est tant mieux pour l’expérience utilisateur et ça a grandement contribué à l’amélioration du blogging francophone. Pour exister, vous n’avez plus d’autres choix que de bien faire les choses, ce qui est plus juste pour l’internaute.

Comment rendre son contenu visible sur la toile ?

En se démarquant au maximum et en optimisant son contenu dès le départ. En mettant sur pied une bonne stratégie de contenus, tout simplement.

Peux-tu nous donner quelques astuces pour recycler ses contenus ?

Reprendre nos meilleurs articles et les réutiliser comme guide à télécharger pour générer des leads. Ou en série d’emails pour fidéliser le lectorat. En webinaire pour vendre une nouvelle formation. Un article aussi se transformer en vidéo, en infographie (top pour les réseaux sociaux).

Ces astuces permettent aussi de s’adresser à une cible différente. Certaines personnes préfèrent apprendre en regardant ou en écoutant, et d’autres en lisant.

Quels outils utilises-tu dans ton travail au quotidien ?

WordPress pour mon site, Trello pour l’organisation, Systeme.io pour tout ce qui est emailing, hébergement de mes formations, Google docs, sans oublier Canva pour la création de mes visuels et Screencast-o-Matic pour enregistrer et monter mes formations.

Autre chose pour la fin ?

Oui, j’ai beaucoup aimé répondre à tes questions Alexandra :)

GD Star Rating
loading...
Interview Jennifer Guedama, collaboratrice en rédaction web chez Rédac’Pulse, 5.0 out of 5 based on 1 rating

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

Les liens des commentaires peuvent être libérés des nofollow.