Vous êtes ici : Miss SEO Girl » Articles invité » Comment rester discipliné lorsque l’on travaille à domicile

Comment rester discipliné lorsque l’on travaille à domicile

Article invité rédigé par Elias LRK, blog sur l’autodiscipline et l’entrepreneuriat.

Lorsque je me suis lancé dans l’entrepreneuriat, j’étais loin d’être une personne « disciplinée ». J’étais même plutôt fainéant. Principalement pour deux raisons :

  • la première est que je n’avais jamais eu besoin de vraiment travailler, que ce soit chez moi ou à l’école.
  • Et la seconde c’était les vendeurs de rêve qui me promettaient de « gagner 1000 € par mois, en travaillant seulement une heure par jour pendant 30 jours ».

Autant dire que la chute fut brutale.

Quand je pris (enfin) conscience du travail que je devais fournir pour vivre de mon activité ça m’a fait l’effet d’une gifle. Je devais me bouger !

La semaine qui a suivi, je travaillais 40 heures, la suivante 30, puis 15, puis 10 pour enfin retomber dans l’inaction.

Ce n’est que récemment que j’ai pris conscience de la nécessité de la discipline dans le travail chez soi.

Aujourd’hui, je travaille environ 45 heures par semaine sur mon activité depuis chez-moi, sans vraiment de problème ni de souffrance.

Pour rester discipliné même quand on travaille chez soi, il suffit de 3 choses :

  1. Comprendre comment gérer notre niveau de volonté.
  2. Se créer une bonne « stratégie » de travail.
  3. Et se créer un emploi du temps cohérent.

Mais avant de développer chacun de ses points, il nous faut comprendre pourquoi c’est si difficile d’être discipliné à domicile.

Pour cela, il nous faut comprendre les problèmes que le travail à domicile engendre sur notre volonté et, de par le fait, notre discipline.

Les problèmes du travail à domicile

Le travail à domicile est, pour la plupart d’entre nous, une bénédiction. Il nous apporte une liberté très appréciable, surtout pour les personnes qui, comme moi, n’aiment pas recevoir d’ordre.

Cependant, cette apparente liberté n’est pas sans conséquence. Les freelances comme les entrepreneurs doivent faire face à de nombreux problèmes susceptibles de ruiner leur moral, leur motivation et par conséquent leur discipline.

Les trois principaux sont :

  • La solitude,
  • Le manque d’hygiène,
  • Et l’absence de séparation physique entre le lieu de travail et de détente.

Problème N°1 : la solitude, le fléau des entrepreneurs.

La solitude a souvent tendance à nous faire déprimer et à aspirer notre énergie. Souvent, nous ne soupçonnons même pas d’où vient cette baisse de régime, nous essayons de la régler par l’alimentation, le sport ou le sommeil, mais rien n’y fait.

Ce qui entraîne un sentiment d’impuissance, de culpabilité et renforce notre déprime.

La première action à mettre en place pour rester discipliné est donc de se faire des amis (ou au moins des connaissances).

C’est une grave erreur de faire passer ses objectifs professionnels avant notre vie sociale. Je ne vous dis pas de sortir en boîte tous les soirs, mais de trouver un peu de temps pour vos amis ou votre famille.

Si vous n’en avez pas, pratiquez une activité socialisante comme un sport ou des cours collectifs. La solitude est le premier ennemi de la discipline et que vous soyez introverti ou non, elle n’a rien de bénéfique.

Alors voici mon premier conseil…

Conseil n°1 : Prendre du temps pour sa vie sociale.

Problème N°2 : le manque d’hygiène, un frein pour la discipline.

Lorsque j’ai décidé d’arrêter les études pour me lancer à mon compte, je me souviens que la première réaction de mon meilleur ami était : « Super ! Mais n’oublie pas de te laver. »

Un conseil très avisé…

Le manque d’hygiène est souvent une conséquence de la solitude. Parce que, après tout, si nous n’avons prévu de voir personne, pourquoi ne pas rester en slip.

Cela peut paraître logique, en plus le temps que nous « perdons » en douche est gagné en travail.

Mais ce serait oublier deux choses très importantes.

  1. Le cerveau fonctionne par association.
  2. Le manque d’hygiène à un impact direct sur l’estime de soi.

En premier lieu, le fait de ne pas s’habiller et de ne pas se laver va empêcher le cerveau de recevoir le « signal » que la journée démarre. De nos 4 ans à nos 18 ans (minimum), nous avons pris l’habitude de nous laver et de nous habiller chaque matin avant d’aller travailler, c’est donc naturel pour notre cerveau d’interpréter ce « rituel matinal » comme un signal qu’il faut se mettre en état de marche.

En second, il faut savoir que le fait de ne pas être présentable a un impact direct sur l’estime de soi. Or, cette dernière est directement corrélée à notre niveau de volonté et notre discipline. De plus, démarrer sa journée par un acte conscient de laisser-aller envoie un message très fort à notre inconscient…

Conseil N°2 : se rendre présentable le matin.

Problème N°3 : l’absence de séparation physique entre le lieu de travail et de détente.

Ce troisième problème est sans doute le plus connu. Il prend racine (encore une fois) dans la logique associative de notre cerveau qui généralement associe un lieu à une activité.

En bref, nous mangeons dans la cuisine, nous nous divertissons dans le salon, nous dormons dans notre chambre et nous travaillons dans notre bureau… En théorie.

Dans la pratique, la plupart d’entre nous mangent, nous divertissons et travaillons devant notre ordinateur. Le cerveau n’arrive plus à associer ce lieu au travail et est donc plus sujet à la flemme et aux baisses de motivations.

C’est le même phénomène que le fameux petit creux qui survient quand nous nous rapprochons du frigidaire ou encore l’envie d’uriner qui se fait de plus en plus fort à mesure que nous nous rapprochons des toilettes.

Le fait d’avoir un espace dédié uniquement au travail est une méthode de productivité très puissante. À mesure que nous prendrons l’habitude de travailler dans cet espace dédié, nous serons moins sujets aux tentations et aux distractions.

C’est aussi pour cette raison que certaines personnes vont à la bibliothèque ou au café du coin pour travailler. Il en va de même pour JK Rowling qui se retira dans un hôtel pendant toute la durée de l’écriture du dernier tome d’Harry Potter.

Ce conseil est facile à appliquer lorsque nous travaillons dans une maison ou un grand appartement, mais comment nous y prendre si nous habitons en studio ?

Si la séparation nette entre votre lieu de travail et de détente n’est pas faisable, j’ai trois solutions pour vous.

  • La première est de créer un changement d’ambiance dans la pièce grâce à la luminosité et à des lampes de couleurs par exemple. Travaillez dans une lumière bleutée et pièce lumineuse et détendez-vous dans une atmosphère rouge et pièce plus sombre.
  • La seconde est de changer de point de vue en fonction de notre activité. Je m’explique. Lorsque je vivais en studio, j’ai pris l’habitude de manger et me détendre face à mon lit et de travailler face à ma fenêtre. Sans changer de pièce ni même de table. Ça n’est pas aussi efficace, mais ça marche terriblement bien.
  • La troisième et dernière solution est d’acheter des paravents afin créer une séparation visuelle entre le lieu de travail et de détente. Se bricoler une pièce factice en somme. Là encore, ça n’est pas aussi efficace, mais cela reste mieux que rien.

Conseil N°3 : Créer un espace dédié au travail.

Maintenant que nous connaissons les problèmes du travail à la maison et comment y faire face, il nous sera beaucoup plus facile de rester discipliné en travaillant depuis chez soi. Mais je ne compte pas m’arrêter là, car résoudre ces problèmes ne suffit pas à devenir discipliné. Il s’agissait simplement d’éliminer un maximum d’obstacles à la création d’une nouvelle routine de travail.

A lire pour aller plus loin : L’auto-entreprenariat : la ruée vers la liberté ?

Comprendre la volonté et la distraction

Motivation et discipline, quelle différence ?

Maintenant que nous avons conscience des problèmes qui nous freinent dans la quête d’une bonne discipline lorsqu’on travaille depuis chez soi, et que nous savons comment y remédier, le plus dur est déjà fait.

Bien sûr, je me doute que ça n’est pas suffisant. Pour découvrir comment développer une discipline de fer, il faut comprendre comment fonctionne notre volonté.

Mais tout d’abord, j’aimerais préciser que la discipline dépend, certes de notre volonté, mais pas de notre motivation.

La motivation est une émotion qui nous pousse à agir, qui est, de par sa nature, éphémère.

La volonté, elle, est une capacité à effectuer une action en conformité avec notre intention.

Et la discipline personnelle est notre capacité à tirer profit de cette volonté afin de respecter des règles que nous nous sommes imposées.

La motivation peut nous mettre en mouvement ou nous booster, mais elle n’est qu’un bonus.

Conseil n°4 : Dissocier la notion de motivation et de discipline.

Comment augmenter son niveau de volonté ?

La volonté est indissociable de la discipline. Sans elle, il est impossible d’atteindre nos objectifs ni de tenir la routine que nous nous sommes imposée.

La bonne nouvelle est qu’il est possible d’augmenter notre niveau de volonté.

La volonté agit comme un muscle. Quand nous l’utilisons, elle se fatigue sur le court terme tout en se renforçant sur le long terme.

Ce concept a été popularisé par Charles Duhigg dans son ouvrage « Le pouvoir des habitudes » et confirmé par plus de deux cents études.

Pour développer une bonne discipline de travail, il faut donc commencer par muscler notre volonté.

Voici une liste d’actions à effectuer chaque jour qui aura pour effet de muscler votre volonté en plus d’avoir un effet bénéfique sur votre corps ou votre esprit.

  1. Faire du sport de manière régulière.
  2. Se lever tôt.
  3. Prendre une douche froide ou écossaise (commencer par chaud et baisser la température petit à petit jusqu’au minimum possible).
  4. S’ennuyer (résister aux distractions permet d’augmenter son niveau de volonté).
  5. Et évidemment travailler.

Je pense que je n’ai pas besoin de vous expliquer les bénéfices de chacune de ses actions sauf peut-être pour la douche froide. Si vous voulez en apprendre plus, cliquez ici.

Je recommande donc d’intégrer au moins trois de ces actions dans votre planning (en plus de travailler). Cela aura pour effet de créer un cercle vertueux qui augmentera votre niveau de volonté, améliorera votre santé et votre capacité à travailler.

Conseil n°5 : Augmenter son niveau de volonté.

La dopamine : ennemi n°1 de l’autodiscipline.

Augmenter notre niveau de volonté c’est bien, mais savoir le gérer c’est mieux. Pour cela, j’aimerais introduire les concepts de barrière d’entrée et de la gratification instantanée.

Pour comprendre ces concepts, il faut d’abord savoir ce qu’est la dopamine. La dopamine est l’hormone du plaisir et de l’addiction.

Ce que nous appelons « gratification instantanée » est le shot de dopamine que reçoit le cerveau pendant une activité.

Parmi les activités qui nous apportent le plus de dopamine, nous trouvons tout ce qui peut créer une addiction. (Séries, films, jeux vidéos, réseaux sociaux, drogues, malbouffe, sport, etc.)

Lorsque nous devons choisir entre deux actions opposées comme par exemple rédiger un texte important ou regarder un épisode de notre série Netflix, notre cerveau va se poser une question simple : « Lequel de ces choix va m’apporter le plus de dopamine en un minimum d’effort ? »

Notre cerveau nous poussera toujours à faire le choix de la facilité. Les activités simples telles que regarder une série ou jouer sera toujours privilégié par rapport au travail ou au sport, car elles nous apportent plus de dopamine, plus vite et sans effort.

C’est ici que notre volonté intervient en nous permettant d’aller à l’encontre de nos envies.

Plus l’écart entre deux activités est grand en termes d’effort et de plaisir, plus cela nous demandera de volonté de faire le bon choix.

Le concept de barrière d’entrée et de sortie vient de là. Nous considérons que plus une activité demande d’effort pour être commencée, plus sa barrière d’entrée est haute. À l’inverse, plus il est difficile d’y mettre fin plus la barrière de sortie est basse.

Par exemple, lire un livre aura une barrière d’entrée plus haute que regarder une vidéo YouTube et une barrière de sortie plus basse.

Pour ne pas « dépenser » trop de volonté, il nous faut abaisser au maximum la barrière d’entrée des activités à forte valeur ajoutée.

Pour se faire, il existe plusieurs astuces :

  • Se créer des horaires fixes. C’est simple, mais très efficace.
  • La règle des 2 minutes. Il s’agit de commencer une activité dans l’optique de s’arrêter au bout de deux minutes. Ça marche, car continuer une activité est beaucoup plus facile que de s’y mettre, dans 99 % des cas vous continuerez au-delà des 2 minutes.
  • Prévoir une récompense. Que ça soit une boisson, une friandise ou un film, ça marche extrêmement bien.
  • Travailler dans un espace dédié. Si vous avez l’habitude de travailler dans une pièce spéciale (voir le problème n°3), le simple fait de s’y rendre permet de combattre la flemme et de par le fait, abaisser la barrière d’entrée.

Conseil n°6 : Abaisser la barrière d’entrée de chaque tâche à accomplir afin de préserver sa volonté.

Pour aller plus loin : Comment mieux s’organiser quand on est freelance?

Créer une stratégie de travail

Je possède deux outils très intéressants pour mener à bien chacune de mes journées de travail. Ce sont des applications pour Android, mais il existe leur équivalent sur l’Apple Store.

  1. La première s’appelle ToDoist, il s’agit simplement d’un task manager sur lequel je prévois mes activités de la semaine. Personnellement, je les classe en trois catégories : forte valeur, faible valeur et personnel.
  2. La seconde s’appelle TimeTune, il s’agit d’une simple application d’emploi du temps comme il en existe des milliers. Dedans je consacre environ 2 heures et demie heures (3 X 50 minutes) à mes activités de forte valeur et seulement 25 minutes à celle de faible valeur. Cela me permet d’éviter de perdre trop de temps sur des tâches qui n’en valent pas la peine.

Pour les tâches à forte valeur ajoutée, je les effectue souvent en Deep-Work (ou travail en profondeur). Pour ce faire, je bloque les notifications de mon téléphone (avec Ncleaner), je range mon bureau pour que rien ne puisse attirer mon regard et je règle mon minuteur sur 50 minutes.

Le Deep-Work est très gourmand en énergie et en attention. C’est pour cette raison que je conseille de faire une Power Nap (sieste de 20 minutes) entre chaque séance.

Pour une personne qui n’a pas l’habitude, il n’est pas possible de faire plus de trois séances de Deep-Works, explique Cal Newport dans son livre éponyme. Évidemment, cela varie entre les individus. Personnellement, je deviens incapable de me concentrer au bout de 2 h 30 de travail (c’est pour ça que mes séances ne durent que 50 minutes).

Conseil n°7 : Créer une distinction entre les tâches à forte valeur et les autres.

Plan d’action pour se créer une bonne discipline personnelle.

Grâce aux 7 conseils que nous venons de voir ensemble, vous devriez être capable de vous créer une stratégie de travail et une autodiscipline plus que satisfaisante.

Voici un récapitulatif :

  1. Prendre du temps pour sa vie sociale.
  2. Se rendre présentable le matin.
  3. Créer un espace dédié au travail.
  4. Dissocier la notion de motivation et de discipline.
  5. Augmenter son niveau de volonté.
  6. Abaisser la barrière d’entrée de chaque tâche à accomplir afin de préserver sa volonté.
  7. Créer une distinction entre les tâches à forte valeur et les autres.

Pour aller plus loin : 5 astuces pour être plus productif lorsque l’on télétravaille

Pour rester discipliné tout en travaillant chez toi, je te recommande de mettre en pratique chacun de ces conseils et de te créer un emploi du temps qui correspond à tes besoins.

Si tu fais ça tout en prenant en considération les problèmes que j’ai évoqué dans la première partie de cet article, plus rien ne t’empêchera de rester discipliné tout en travaillant chez toi.

J’espère que cet article t’aura plu.

Intellectuellement.

GD Star Rating
loading...
Comment rester discipliné lorsque l’on travaille à domicile, 3.1 out of 5 based on 7 ratings

6 réflexions au sujet de « Comment rester discipliné lorsque l’on travaille à domicile »

  1. Bonjour.

    Beaucoup de principe de bon sens dans cet article, que je pratique plus ou moins, sauf la douche froide ! :) même si j’ai déjà essayé !

    Travaillant chez moi sous différents statuts depuis une quinzaine d’années je confirme l’importance de s’organiser.

    J’ai comme habitude de commencer en douceur le matin et d’augmenter en régime toute la journée. J’ai parfois du mal à m’arrêter le soir, surtout si je reviens après avoir fait une pause. Mais je pense que cela dépend des personnes. D’autres seront plus “performantes” en début de journée.

    Le plus important est de prendre le temps de s’observer et de s’analyser pour améliorer notre fonctionnement au fil du temps.

  2. Bonjour,

    on pourrait croire que c’est un manque de discipline de ma part, se laisser aller à une distraction et lire un article sur Miss-seo-girl, au lieu de travailler … que neni c’est la récompense pour une bonne journée studieuse : D

    Pour compléter l’article, je pense que la principale difficulté pour un freelance est contre toute attente soi-même. Les méthodes de Growth hacking ou des sprints agile que l’on trouve dans le développement informatique aident fortement à trouver un plan d’action au quotidien. Avec de petites taches menant à des récompenses, une dynamique s’installe et les projets clients s’enchainent avec facilité.

  3. Excellent article. Nous avons ajouté que nous devions nous adapter au travail différemment récemment. Cela peut être assez difficile. Merci d’avoir partagé.

  4. Très bon article ! ce n’est pas parce que l’on est free ou en télétravail qu’il faut se laisser aller ;) Merci pour les outils, je me les note à tester. A bientôt. Emanuelle

  5. Bonjour,
    Déterminez un nombre d’heures de travail par jour. Cela vous permet de gérer votre journée en fonction de l’objectif.
    Merci pour votre article.

  6. Bonjour,

    Effectivement je pense qu’on est tous dans le même bateau par rapport à la procrastination.
    J’ai trouvé une “technique” mais bon cela découle du travail en amont, c’est quand je fais une vente, justement j’ai un shot de dopamine.
    Mais du coup, cela me motive à bosser à fond, cela ne dure pas des mois, mais plutôt quelques jours
    Comme quoi, la dopamine, cela peut marcher aussi dans l’autre sens, et nous rendre addictif, à condition de la “provoquer”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

Les liens des commentaires peuvent être libérés des nofollow.