Vous êtes ici : Miss SEO Girl » Articles invité » Éditeur SaaS recrute rédacteur web SEO pour 60 K€ par an

Éditeur SaaS recrute rédacteur web SEO pour 60 K€ par an

Article invité rédigé par Grégory Coste, consultant marketing digital B2B et SaaS, coach et formateur

Rêvons éveillés : an 2050. Les éditeurs de logiciels SaaS les plus performants ont pris conscience de l’importance et de la rentabilité du référencement naturel bien plus tôt que leurs compétiteurs. Pour ceux qui l’ignorent, et particulièrement ceux qui estiment dépenser trop de budget marketing en publicité, je vous invite à lire cet article dédié. Pour les autres, continuons à rêver : un tel salaire est devenu la norme car l’importance du contenu est mis sur le devant de la scène de l’acquisition de clients en ligne. Voyons pourquoi il est désormais établi que le rédacteur web SEO tient un rôle clé. Examinons également les raisons qui motivent les éditeurs à lui octroyer ce niveau de rémunération.

Le contenu, enfin compris comme un levier d’acquisition client

Replaçons les choses dans leur contexte :

Année 2020 : les entreprises sont prêtes à dépenser du budget dans leur stratégie de mots-clés. Les plus intelligentes l’organisent en arborescence sémantique. Par contre, du côté rédaction de contenu, ça coince : on paye au mot, on négocie pour 50 centimes d’euro. On externalise « façon offshore ». Les textes sont décevants, les pages web ne convertissent pas, et les aspects technologiques du logiciel sont incompris et mal restitués. Le prospect idéal ne reste pas longtemps sur le site web car la qualité du contenu attendu n’est pas au rendez-vous. Pendant ce temps, les rédacteurs de talents, eux, ont du mal à joindre les deux bouts.

Année 2050 : les éditeurs capitalisent sur leur gestion des connaissances en interne. Ils forment leur armée de rédacteurs web à leur logiciel. L’équipe éditoriale connaît les atouts technologiques, mais aussi les objectifs marketing de l’entreprise SaaS. Le profil de client idéal a été clairement établi. Les rédacteurs sont formés au meilleures techniques SEO afin de fournir des contenus exceptionnels, qui répondent précisément aux questions posées par le client idéal dans Google. Les processus de travail sont fluides. On s’arrache les meilleurs talents, disponibles ou non, sur le marché. Des ponts d’or sont déployés.

A lire pour aller plus loin : 9 étapes pour des contenus performants

Un nouveau profil de rédacteur web émerge

Les éditeurs sont maintenant mûrs pour mettre le prix qu’une stratégie de contenus digne de ce nom mérite.

Entendons-nous bien : nous parlons d’une stratégie de contenus qui attire des prospects qualifiés sur un site, et qui convertit, par des contenus premium téléchargeables ou des périodes d’essai gratuit du logiciel par exemple.

Ils embauchent des rédacteurs web SEO natifs français jusqu’à 60 000 euros brut par an.

Bien évidemment, les exigences sont également à la hauteur de la rémunération et des responsabilités qui l’accompagnent.

Voici une liste non-exhaustive des attentes :

  • détenir une solide connaissance métier du logiciel,
  • détenir une solide connaissance du profil de client idéal,
  • savoir effectuer une recherche de mots-clés,
  • comprendre la structure du cocon sémantique,
  • savoir faire des liens entre les pages internes de manière pertinente,
  • savoir vulgariser le jargon professionnel,
  • savoir restituer les atouts technologiques du logiciel,
  • avoir une vision des parties prenantes du secteur,
  • citer des sources fiables,
  • savoir exploiter les mots clés de longue traîne et les mots clés proches sémantiquement pour renforcer la puissance SEO de son texte,
  • savoir restituer l’intention de recherche de l’internaute,
  • avoir une approche marketing du contenu,
  • maîtriser le processus d’analyse sémantique,
  • savoir associer le bon champ lexical,
  • maîtriser l’intégration de contenus dans un CMS (Content Management System),
  • éviter les fautes, même si un collègue relit derrière lui,
  • savoir rédiger court ou long, selon une contrainte de mots allant de 300 à 5 000 mots par exemple,
  • maîtriser les différents formats éditoriaux tels que les articles de fonds, les interviews d’experts, les étude de cas clients, etc.
  • savoir rédiger un brief pour un graphiste comme un story board précis pour une infographie ou une vidéo,
  • savoir à quelle étape du parcours d’achat est destiné son contenu,
  • savoir appliquer le principe de la pyramide inversée de manière naturelle,
  • savoir ou placer les mots clés les plus importants,
  • savoir rédiger un Title SEO et une méta-description performantes,
  • fuir les facteurs SEO négatifs pour le contenu,
  • bannir le copier-coller,
  • savoir renseigner les balises Hn, les attributs des images,
  • maîtriser plusieurs logiciels essentiels à son métier.
  • savoir prendre le recul nécessaire par rapport à le SERP (Search Engine Result Page ou page de résultats d’un moteur de recherche),
  • savoir prendre le recul nécessaire concernant les indications que les outils SEO ou d’analyse sémantique délivrent,
  • toujours avoir un coup d’avance, saisir des opportunités SEO, et foisonner d’idées de contenus pertinentes.

A lire pour aller plus loin : Les qualités humaines qui font du rédacteur web une vraie perle (la vôtre)

Juste de la rédaction web SEO ? Non, de l’acquisition client.

La liste des compétences du rédacteur web est longue, n’est-ce pas ?

Une question me brûle les lèvres, et je m’adresse aux décideurs : combien de pages web ou d’articles avez-vous déjà vous-même rédigé ? Combien se positionnent en Top 3 dans les résultats de Google ? Combien ont converti des visiteurs inconnus en prospects qualifiés ?

La rédaction web SEO est un vrai métier, et un métier d’endurance.

Si vous ne l’avez jamais fait, prêtez-vous au jeu et rédigez un article de blog de 3 000 mots en situation réelle, avec toutes les contraintes imposées :

  • un mot clé imposé,
  • une rédaction web en pyramide inversée,
  • etc.

Allez jusqu’au bout de la démarche en appliquant à la lettre toutes les exigences citées plus haut : vous constaterez que l’exercice n’est pas à la portée de tout le monde et qu’un contenu de qualité est terriblement chronophage.

Essayez de répondre précisément à l’intention de recherche et de placer votre logiciel dans le contenu sans avoir l’air de vendre, ni « de faire votre pub » : pas facile n’est-ce pas ?

Citez des sources fiables, reconnues.

Maintenant, intégrez votre contenu et enrichissez-le d’images, de vidéos, de sources fiables. Effectuez vous-même le maillage interne.

Si vous mettez moins de deux jours, c’est qu’il manque forcément un élément à votre contenu.

A lire pour aller plus loin : Les sept commandements du parfait petit rédacteur web doué en français

60 K€ pour attirer un flux de clients réguliers ? “La question est vite répondue”

Vous ne pensiez pas que le quotidien d’un rédacteur web SEO était aussi compliqué ?

Maintenant, oui.

Et ce dernier va même bien plus loin : en traduisant une stratégie de mots-clés par des contenus « léchés », il attire des prospects qualifiés sur le site de l’entreprise.

Ses textes optimisés pour le référencement naturel répondent aux préoccupations des clients-utilisateurs potentiels de votre plateforme SaaS.

Ses textes accompagnent le prospect dans le parcours d’achat : chaque étape est traitée.

Les nouveaux venus découvrent votre site : s’ils trouvent une réponse qualitative à leur question, il y a fort à parier qu’une seconde visite est imminente. S’ils trouvent une réponse exceptionnelle à leur question, il y a fort à parier que le prospect ne quittera pas votre site et consommera un second contenu. Il s’abonnera même à votre newsletter.

Quant aux habitués, ils progressent dans le parcours d’achat jusqu’à maturité commerciale.

Réveillons-nous en douceur et revenons à la réalité de 2020. Les sirènes de la publicité font certes beaucoup de bruit, mais peuvent aussi nuire à une activité si elle est entièrement dépendante de ce canal d’acquisition. J’en veux pour preuve l’exemple de la startup “Gentil Geek” : Google a interdit la publicité pour le dépannage informatique (justement l’activité de la startup) et a donc privé cette entreprise de son principal canal d’acquisition.

A l’opposé, une analyse du site internet de l’éditeur Hootsuite avec l’outil SEMrush nous montre que le coût du trafic généré par les contenus SEO équivaut à plus d’un million d’euros en achat d’Ads… chaque mois !

La capacité des rédacteurs web SEO de Hootsuite à générer du trafic qualifié et un flux régulier de clients sur le site n’est plus à démontrer : plus de 100 000 visiteurs par mois grâce à 41 000 mots clés positionnés. Efficace non ?

Quelle rémunération envisagez-vous pour ces rédacteurs web au regard de la valeur générée ?

A lire pour aller plus loin : Rédacteur web freelance : s’adapter aux différents profils clients pour les convaincre et les fidéliser

Le rédacteur web SEO : un investissement rentable

Les contenus SEO ainsi développés constituent une courbe d’acquisition de clients exponentielle :

  • plus vous avez de contenus qui se positionnent dans les résultats de Google, plus vous attirez un nombre croissant de clients sur votre site,
  • sur le long terme, votre coût d’acquisition SEO devient bien moins cher et plus rentable que l’achat publicitaire… grâce aux contenus.

Le contenu bien référencé déclenche 3 fois plus de leads que la publicité sur les moteurs de recherche.

Source : Content Marketing Institute

A mon sens, le rédacteur web est un profil indispensable et rentable pour le business. Cette profession mérite qu’on lui restitue ses lettres de noblesse, au même titre qu’un développeur par exemple.

Si vous ne rémunérez pas les rédacteurs web SEO de talents à leur juste valeur, un jour il n’y en aura tout simplement plus pour rédiger les contenus susceptibles d’attirer vos prospects sur votre site.

Logique : continueriez-vous à exercer une activité pour laquelle la reconnaissance et la rémunération sont au ras des pâquerettes ? Vous chercheriez une autre voie bien plus ensoleillée…

A lire pour aller plus loin : 5 bonnes raisons de recruter un rédacteur web pour votre site web

Au delà du titre de cet article (qui a au moins eu le mérite d’attirer votre attention), j’espère sincèrement que son contenu fera évoluer les mentalités pingres et celles qui dénigrent le métier de rédacteur web SEO.

Si vous partagez mon opinion, propagez la bonne parole : diffusez largement cet article sur les réseaux sociaux et auprès de votre entourage professionnel. Plus nous serons nombreux à porter ce message, plus les mentalités seront obligées d’évoluer : #BalanceTonPingre

Et vous, où-en êtes-vous dans la production de contenu SEO ?
Portez-vous un autre regard sur le métier de rédacteur web après avoir lu cet article ?
Envisagez-vous d’internaliser votre équipe éditoriale ?
Quelles difficultés rencontrez-vous ?

GD Star Rating
loading...
Éditeur SaaS recrute rédacteur web SEO pour 60 K€ par an, 5.0 out of 5 based on 6 ratings

7 réflexions au sujet de « Éditeur SaaS recrute rédacteur web SEO pour 60 K€ par an »

  1. merci Alexandra pour cet article (excellent !). Malheureusement, je ne serai plus sur le marché dans 30 ans (enfin j’espère que la retraite sera encore d’actualité). Mais j’espère bien que ce beau métier retrouvera ses (sa) valeurs bien vite. Après plus de 10 ans dans le milieu, j’en perds mon latin quand on me demande des articles techniques, et bien léchés, et optimisés SEO, et avec de la recherche (information, cocon sémantique, mots-clés…), et avec les balises… et avec beaucoup de mots… pour 100€. Rien qu’à lire le brief, le budget est déjà cramé !
    Je suis ton blog depuis le démarrage… et te remercie de militer pour que les vrais rédacteurs de qualité gardent leur place et soient reconnus à leur juste valeur.

  2. Tout à fait d’accord, les apports d’un rédacteur web SEO sont aujourd’hui largement sous-évalués en terme d’acquisition de leads et d’amélioration de l’image de marque pour les entreprises.

    Deux éléments me paraissent problématiques.

    Tout d’abord la rémunération basée sur le coût au mot proposée par les plateformes. Celle-ci privilégie la quantité au détriment de la qualité des prestations.

    Ensuite, le manque de spécialisation de beaucoup de rédacteur.
    Un rédacteur généraliste ne peut maîtriser tous les domaines en profondeur.
    Or, dans certains domaines (immobilier, droit, technologie, etc.), l’expertise doit être très pointue pour pouvoir proposer des contenus précis et de qualité.

    Un rédacteur SEO spécialisé maîtrisant les compétences indiquées dans l’article est un atout indéniable. On y arrivera certainement (avant 2050 j’espère!).

    Pour terminer, opposer publicité et content marketing ne me semble pas pertinent.
    Faire la promotion d’un article sur Facebook Ads pour obtenir des leads a du sens en attendant que son contenu soit visible sur Google.

    Pour moi, ces deux leviers peuvent être complémentaires.

  3. Il existe effectivement quelques exemple de solutions en mode SaaS qui ont pratiquement tout misé sur le SEO. Aujourd’hui, leur base d’utilisateur est ultra qualifiée et les leads arrivent par dizaines sans avoir besoin de les chercher.

    C’est dommage que toutes les sociétés (pour lesquelles le SEO pourrait être un bon levier), ne voient pas les rédacteurs et rédactrices comme de véritables atouts. Beaucoup préfèrent effectivement externaliser au moins cher ou délèguent ce travail aux stagiaires (qui ne sont pas forcément là pour ça d’ailleurs).

    En revanche, ceux qui ont testé la rédaction par des professionnels compétents ne regrettent rien et augmentent régulièrement leur budget rédaction. On en reparle en 2050 :)

  4. 60k€ pour un rédacteur web, c’est beau !

    Malheureusement les prix sont tirés vers les bas car Google ne donne pas forcément la prime à la qualité (contrairement à ce qu’ils disent) ! C’est un cercle vicieux…

    La concurrence dans la rédaction SEO est mondiale, donc c’est très compliqué !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

Les liens des commentaires peuvent être libérés des nofollow.