Vous êtes ici : Miss SEO Girl » Référencement » Position zéro SEO : comment générer plus de trafic sur son site ?

Position zéro SEO : comment générer plus de trafic sur son site ?

Article rédigé par ma collaboratrice en rédaction web, Stéphanie, Rédac’Pulse.

Avant de vous dire comment obtenir plus de trafic grâce à la position zéro en SEO (featured snippet pour les intimes), j’aimerais vous faire voyager dans un futur imaginaire (et peut-être probable)…

Imaginez un monde où l’internaute n’aurait plus besoin de cliquer…

Imaginez un moteur de recherche (au hasard, on va dire Google !), qui proposerait à l’internaute d’avoir tout à portée d’œil et de voix…

Imaginez Google ne proposant que la position zéro

Imaginez la fin du référencement naturel tel qu’on le connaît aujourd’hui…

C’est de la science-fiction pour vous ? Ou plutôt un avenir proche, beaucoup plus proche qu’on ne le pense ? Parce qu’entre nous, la recherche vocale est en train d’éclipser la première page de notre chère SERP Google (oui, je sais, ça fait mal !).

Bon allez, haut les cœurs, nous ne sommes pas encore arrivés à l’ère où tout le monde parle dans une petite boîte connectée pour avoir la réponse à son problème.

La position 0 est en quelque sorte devenue le Graal pour booster les pages d’un site web.

Et c’est pour ça qu’aujourd’hui, j’ai envie de vous parler de cette position tant convoitée (et vous livrer au passage quelques astuces pour tenter d’apparaître devant les premières positions de Google).

Vous êtes prêts ? C’est un peu technique, mais promis ça ne fait pas mal !

Featured snippet : qu’est-ce que c’est ?

Un featured snippet est une zone délimitée sur la première page de résultats de Google, située au-dessus de la première position organique et en dessous des annonces publicitaires. Dans cette zone, une réponse simple et directe est apportée à l’internaute lorsqu’il tape une requête sous forme de question (ou que Google interprète en tant que tel).

La réponse apportée est un contenu court (idéalement 2 phrases), soit environ une cinquantaine de mots. Si le featured snippet est trop long, il sera tronqué. Pour autant, l’internaute pourra cliquer sur un lien juste en dessous du texte pour lire la suite.

Google a déployé les featured snippets (aussi appelés answer box) il y a plus de 3 ans en France. L’objectif est de répondre directement à une question posée pour fidéliser l’internaute et le garder sur sa page de résultats.

Ça ne vous parle toujours pas ? Comme une image vaut mieux que mille mots, voici une capture d’écran de la position zéro sur Google, pour la requête « snack content c’est quoi ».

L’encadré que vous voyez ressemble à une petite boîte de contenu, juste avant la première position Google. Dans la zone de réponse de cette position 0, on observe 3 éléments :

  • la réponse (un texte avec ou sans photo) ;
  • le titre de la page web ;
  • l’URL de la page.

Dans le cas de cette capture d’écran, le featured snippet joue le rôle d’un dictionnaire. Il me propose donc une réponse rapide, ultra ciblée et qui me fait gagner un temps fou… C’est presque magique !

En revanche, si je raccourcis mon mot-clé en retirant « c’est quoi », il comprend que je ne recherche pas une définition et me propose directement la première position. Faites le test par vous-même et vous verrez que la position zéro a disparu.

Pourquoi ? Parce que Google a compris que je ne posais plus une question, mais que je faisais une recherche plus générale sur cette thématique.

Voyons plus en détail comment sont présentées les positions zéro SEO.

Quels sont les résultats proposés en featured snippets ?

La position 0 en SEO est par définition consommable rapidement, à l’instar du snack content, mais elle ne se contente pas de nous proposer un extrait optimisé de texte.

Si on cherche la méthode infaillible pour choisir un melon (parce qu’on sait tous que c’est très compliqué de choisir un melon !), on peut facilement imaginer que des photos bien optimisées pour le référencement pourraient apparaître en featured snippet. Faisons le test :

Vous voyez… Ça fonctionne bien ! Tellement bien que l’on constate ici que la photo n’est pas issue du même site que celui qui propose la réponse textuelle. Mais nous y reviendrons plus tard.

Une position zéro SEO peut prendre la forme de :

  • paragraphe de texte ;
  • définition ;
  • liste ordonnée (liste à puces ou numérotée) ;
  • tableau comparatif ;
  • classement ;
  • informations (météo et news) ;
  • graphique et infographie (en format photo) ;
  • calendrier ;
  • calcul spécifique.

Dans les zones apparaissant avant la première position Google, on exclut le Knowledge Graph et les encarts dédiés aux actualités, comme la météo par exemple, car ce ne sont pas des featured snippets à proprement parler.

Apparaître en position zéro : quels avantages ?

Même si les avantages peuvent paraître évidents, je tiens tout de même à vous donner un petit avant-goût de ce qui vous attend si vous réussissez à atteindre le Graal.

Augmentation du trafic organique

Une position zéro SEO augmenterait le trafic organique d’une page web en 2e position, d’environ 26 %, selon une étude d’Ahref en 2017. Autant vous dire que c’est plus qu’intéressant en terme de visibilité !

En effet, apparaître en position 0 permet d’augmenter le CTR (taux de clic) de votre page, sauf si le contenu sélectionné ne donne pas envie à l’internaute d’en savoir plus. Auquel cas, votre CTR pourrait baisser si on compare votre taux de clic sur le featured snippet à celui de la page issues de la recherche organique « classique ».

Quand les featured snippet ont fait leur apparition en France, les réactions ont été vives, suscitant de nombreuses interrogations, pour ne pas dire indignations. « On vole notre contenu. On vole le trafic des premières places. Qu’en est-il des contenus dupliqués, du plagiat ? Google essayerait-il de tuer les sites pour que les internautes restent uniquement sur la SERP ? ».

Bref, pas toujours bien vu dans le milieu du référencement naturel. Et on le comprend aisément !

Finalement, les années passant, on se rend compte que les appréhensions liées à une baisse de trafic n’étaient pas (complètement) fondées. Même s’il faut bien avouer qu’être premier sur Google et se faire « piquer » des places par la position zéro n’a rien d’agréable !

Peu de changement des positions 0 pour les requêtes de longues traînes

L’autre point qui a de quoi séduire nous est également rapporté par l’étude d’Ahref. Ils indiquent qu’aux États-Unis Google modifie plus souvent les featured snippets avec des mots-clés populaires (mots-clés courts et concurrentiels).

Ce qui sous-entend que les positions zéro de longues-traînes seraient moins souvent mises à jour par le moteur de recherche (entre 2 et 3 mois selon l’étude).

Cela représenterait un peu plus de la moitié des positions 0. Ce qui vous laisse une belle marge pour rester visible tout en haut de la SERP !

2 fois plus de chances d’obtenir du trafic qualifié

Dernier point important : on apparaît 2 fois dans la première page de résultats. La première fois dans l’encadré, puis sous forme de lien « classique ».

Vous avez donc 2 fois plus de chances d’attirer plus de visiteurs sur votre site internet. Et la magie dans tout ça, c’est que les visiteurs sont ultras ciblés. Ils ont lu une petite partie de votre contenu. Il leur plaît et ils ont envie d’en savoir plus. Tout le monde y gagne (sauf les positions en dessous).

Pour la requête en image ci-dessus, le site a plus de visibilité grâce au featured snippet et à sa 2e position. Il a donc plus de chance :

  • d’obtenir plus de trafic sur sa page ;
  • d’avoir plus d’interactions ;
  • de voir son taux de rebond diminuer si le contenu proposé est bon.

Bien évidemment, ce n’est pas complètement magique ! Il faut que le contenu soit bon, et connaître les quelques astuces pour parvenir à dépasser la première position.

Comment Google sélectionne une page pour la placer en position 0?

Ce n’est pas simple de dire pourquoi Google va sélectionner votre contenu plutôt qu’un autre ! Officiellement, notre cher ami Google place le résultat le plus pertinent en position 0. Il pioche principalement dans les 5 premiers résultats de la SERP. Mais dans les faits, ce n’est pas tout à fait exact…

Être en première page de résultats

Google sélectionne les résultats de la première page de résultats. Si vous êtes en 8e position, vous avez donc des chances (même infimes) d’apparaître devant tout le monde. Et quand on sait à quel point il peut être difficile de monter tout en haut de la page quand on est encore en bas, autant vous dire que c’est un peu Noël avant l’heure pour un site web !

Google ne donne aucune indication précise sur sa manière de choisir celui qui va apparaître dans l’encadré de réponse. Aucun code HTML ou balise méta ne vous permettra de renseigner un featured snippet.

Si vous êtes dans le top 5 de la SERP, le nombre et la qualité des backlinks semblent n’avoir aucune importance. Le critère principal pour apparaître en position zéro est la qualité de la réponse.

Plutôt prometteur pour les sites encore récents ou ceux qui ont des difficultés à se positionner sur Google ! On leur donne la chance de booster leur référencement naturel plus « facilement » grâce au featured snippet.

Un bon balisage HTML

En observant bien le balisage HTML des extraits sélectionnés par Google, on constate que le mot-clé est placé dans :

  • les balises Title et H1 ;
  • les autres balises Hn (avec la question de l’internaute) :
  • la méta description ;
  • sans oublier les attributs et méta données des photos.

Habituellement, la question posée par l’internaute se situe dans l’une des balises Title, H1 ou H2, et la réponse dans un paragraphe. D’ailleurs, la réponse n’est pas nécessairement en début de paragraphe. Elle est « piochée » dans le texte. Je vous explique comment dans le paragraphe suivant.

Il existe pourtant une exception à cette « règle » (sinon ça ne serait pas drôle) !

Dans la photo ci-dessous, la question a été placée dans le Title et le H1. Quant aux réponses, ce sont des H2 :

Les balises HTML ont donc une grande importance dans la sélection faite par Google. Mais elles ne font pas tout !

La qualité de votre réponse

Aux yeux de Google, seule la qualité de votre contenu importe. Répondre à une question ne suffit pas ! Il faut :

  • LA bonne question ;
  • LA meilleure réponse ;
  • une page avec un contenu de qualité ;
  • une certaine popularité sur la thématique concernée ;
  • un site plutôt ancien (bien que ça ne soit pas toujours le cas) ;
  • du contenu frais (sauf si votre réponse à la question posée reste la meilleure de toutes).

Google privilégierait des réponses commençant comme une réponse. C’est à dire qu’il va chercher dans votre texte les expressions qui ressemblent à une réponse, et pas nécessairement celles qui sont en début de paragraphe. Je m’explique :

=> pour répondre à la question « c’est quoi une bûche de Noël », il est préférable de commencer votre réponse par « une bûche de Noël, c’est… ».

Pour finir, comme nous l’avons vu plus haut, la réponse doit tenir en très peu de mots. Idéalement 2 phrases, soit moins de 50 mots. Au-delà, il faudra cliquer pour voir la suite… sur votre site donc (youpi !).

Featured snippet : comment être premier sur Google ?

Vous le savez, le référencement naturel n’est pas une science exacte. Il est difficile de donner la recette miracle pour se positionner devant tout le monde. Pour autant, certains éléments vous aideront à mieux comprendre comment placer vos textes tout en haut de la SERP.

Choisir son mot-clé

La pertinence de la réponse dépend de la question. Plus elle est précise (une longue-traîne donc), plus le contenu sera ciblé, contrairement à un mot-clé court mais plus recherché.

Une longue-traîne paraît être LA solution idéale, surtout si votre page est en seconde position dans la SERP plutôt qu’en première (cf. l’étude Ahref vue plus haut).

Dans cet article, vous trouverez une méthode complète pour trouver vos mots-clés. Mais pour vous faire un petit résumé, voici les points importants à prendre en compte dans votre recherche :

  • le volume de recherche ;
  • le niveau de difficulté du mot-clé ;
  • la concurrence ;
  • le nombre de pages proposant un résultat de recherche ;
  • la difficulté SEA ;
  • la pertinence par rapport à votre stratégie éditoriale.

Vous pouvez vous aider d’outils tels que Google Adwords, Yooda Insight, SEMrush, Ubersuggest, Keywords Everywhere et bien d’autres.

Restez cohérent avec ce que vous proposez. Un mot-clé devrait être choisi selon une ligne éditoriale définie en amont, avec une liste de mots-clés stratégique pour votre référencement naturel, mais aussi en fonction des mots-clés sur lesquels vous obtenez déjà du trafic organique.

Analyser les featured snippets de votre thématique

Répondre à une question de l’internaute ne suffit pas à se placer en position zéro sur Google !

En analysant les résultats de recherches, vous allez trouver quelques perles. Car OUI : certaines questions n’ont pas encore trouvé preneur aux yeux de Google, ou les réponses proposées sont à votre portée !

Voici quelques étapes pour vous aider :

  • ciblez une (ou plusieurs) questions, en relation avec votre page web (et par conséquent, avec votre mot-clé) ;
  • regardez si Google propose déjà une réponse (si c’est le cas, vous tenez un bon filon) ;
  • si une position zéro existe déjà, analysez la qualité de la réponse, puis de la page concernée, et pour finir le site web.

Des outils comme SEMrush ou Ahref proposent des fonctionnalités qui vous permettront de voir si un featured snippet existe déjà à partir d’un mot-clé.

Comprendre l’intention de l’internaute

On ne le répètera jamais assez : quand on rédige des articles sur le web, on écrit en priorité pour des humains, non pour des robots ! On peut avoir le mot-clé parfait, si l’intention de recherche n’est pas intégrée lors de la rédaction, on ne rankera jamais !

Petite astuce de rédactrice :

quand j’écris mes textes, je me pose toujours les questions suivantes avant de rédiger :

  • Pour qui j’écris ?
  • Pourquoi ?
  • Quel problème je résous ?
  • Quel est l’objectif de ce texte (information, conversion, fidélisation, etc.) ?

Voici quelques tips pour vous aider à comprendre les intentions de recherches des internautes :

  • Quand vos lecteurs vous contactent, notez leurs questions. Elles contiennent des informations précieuses. Et si une question revient souvent, vous tenez une piste.
  • Aidez-vous d’outils tels que Answer The Public ou Buzzsumo (en plus de ceux cités plus haut). Vous y trouverez des questions fréquemment posées, des contenus partagés et qui ont fait le buzz.
  • Faites travailler vos neurones. Les outils c’est bien, mais votre intuition peut aussi vous être d’une grande aide. Mettez-vous à la place de votre client cible et découvrez ce qu’il a besoin de savoir.

La SERP Google vous fournit également des résultats de recherche super intéressants. Tapez le mot-clé que vous avez choisi et analysez les premiers résultats.

Dans cette première image, vous voyez qu’en première intention, Google propose en première intention des publicités, puis une position zéro, des images, et pour finir les résultats textuels organiques.

Si vous voyez trop de publicités en début de page de résultats, vous pouvez laisser tomber l’idée d’apparaître en featured snippet, car vous passerez plus facilement inaperçu.

Deuxième exemple avec la requête « comptable entrepreneur », en partant du principe que l’on souhaite aider les comptables à se lancer à leur compte :

On constate que les 2 premiers résultats et le 5e répondent à une question telle que « peut-on devenir comptable en auto-entreprise ».

Le 3e résultat propose des postes de comptable et les résultats 4 et 6 parle du fait de faire appel à un expert-comptable.

Les indications données en observant cette page de résultats sont que le mot-clé s’adresse à des comptables qui souhaitent créer leur entreprise.

Pour autant, on constate également que Google ne sait pas trop comment répondre à ce mot-clé, car les résultats ne sont pas très structurés.

Dans ce cas précis, soit on change de mot-clé, car il est trop générique, soit on joue à fond sur son contenu… Mais c’est risqué ! Pour les téméraires, on peut suggérer de répondre à une question telle que « comment devenir comptable entrepreneur »… Ce qui, je vous l’accorde, est très bizarrement formulé (et pourtant Google me propose une position 0 !).

Fournir une réponse claire et travailler son contenu

Stratégiquement parlant, si vous répondez à la question sans développer la réponse, c’est que ce n’est pas une bonne question. L’internaute ne va pas cliquer sur votre URL et la position 0 ne vous apportera rien.

Offrez une réponse courte, avec un contenu solide autour de la question posée, pour que votre lecteur ait envie d’en savoir plus et clique sur votre URL. Tout comme vous le feriez pour n’importe quel autre article SEO, rédigez au moins 1 500 mots, avec un champ sémantique travaillé.

Je ne vais pas revenir en détail sur l’importance de structurer vos articles et vos pages web. Travaillez sur vos méta données, vos urls, les balises strong, pour que la réponse que vous avez choisie n’occupe pas seulement 50 mots dans votre texte.

Autres points importants :

  • Privilégiez du contenu froid, durable.
  • Créez des listes répondant à des requêtes de type : comment faire, qu’est-ce que, comment, pourquoi, etc.
  • La question peut-être posée en H2 et les réponses se trouver dans les H3. Mais vous pouvez également poser une question en H2 et y répondre dans le paragraphe en dessous.

Dernière chose : les internautes posent des questions, mais vous n’êtes pas obligés d’en poser aussi dans vos sous-titres. Je veux dire par là qu’utiliser des verbes à l’infinitif fera aussi bien l’affaire. Par exemple : « faire des bretzels maison » sera compris par Google au même titre que « comment faire des bretzels maison  ». C’est peut-être une nuance, mais elle est d’importance quand il s’agit de rédaction web. Pour l’expérience utilisateur, il est préférable de conserver une cohérence dans vos balises Hn. Le confort de lecture et la cohérence restent des piliers en rédaction.

Pensez utilisateur, toujours ! Offrez une expérience unique à votre lecteur pour qu’il reste sur votre site !

En conclusion, si vous le pouvez, pensez également à améliorer vos articles les mieux positionnés dans Google. Si vous envisagez de faire un audit SEO de votre site, c’est peut-être le moment de faire un point sur les pages que vous pourriez facilement remonter en position zéro ?

Sélectionnez vos articles dans le top 5, et vous avez toutes vos chances de booster votre stratégie SEO !

La position 0 en SEO sera peut-être un jour la seule manière de consommer du contenu. Si la première page propose de moins en moins de résultats, apparaître dans les résultats de tête reste enviable, pour le trafic d’un site, mais aussi pour le CTR et la visibilité. Le Graal ? L’avenir nous le dira !

GD Star Rating
loading...
Position zéro SEO : comment générer plus de trafic sur son site ?, 5.0 out of 5 based on 3 ratings

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

Les liens des commentaires peuvent être libérés des nofollow.