Vous êtes ici : Miss SEO Girl » Articles invité » Quel est l’impact de la recherche vocale sur le référencement naturel (SEO) ?

Quel est l’impact de la recherche vocale sur le référencement naturel (SEO) ?

Article rédigé par ma collaboratrice en rédaction web, Céline, Rédac’Pulse.

L’utilisation de la recherche vocale dans notre quotidien est de plus en plus présente. Elle nous fait gagner du temps, permet d’avoir une information ou d’envoyer un message même si nos mains sont prises… C’est un outil en parfaite corrélation avec une société adepte de la facilité et de la productivité. Elle modifie le comportement de ses usagers, en particulier concernant les recherches d’information sur Internet. Il va sans dire que cela va impacter, à plus ou moins long terme, les règles du référencement naturel.

Selon l’entreprise Gartner, 30 % des requêtes seront effectuées sans écran en 2020. Alors, comment fonctionne la recherche vocale ? Qui l’utilise ? Doit-on modifier nos habitudes à propos des contenus web ? Quel sera son impact sur le SEO ? Il n’y a pas d’urgence concernant toutes ces questions, la recherche vocale a encore quelques limitations. Mais il est intéressant de se tenir informé et, peut-être, de mettre en place quelques bonnes pratiques pour ne pas se laisser surprendre.

Carte d’identité de la recherche vocale

Mais d’abord, qu’est-ce que la recherche vocale et qui concerne-t-elle ?

Qu’est-ce que la recherche vocale ?

La recherche vocale est une technologie mise au point pour que l’utilisateur puisse effectuer des demandes oralement à ses outils (smartphone, tablette, etc.). Pour cela, des intelligences artificielles nommées assistants de recherche vocale ont été développées (par exemple, Alexa ou Siri).

Les usagers de la recherche vocale peuvent ainsi interroger directement leur smartphone pour connaître la météo, l’heure de la prochaine de cinéma ou encore le restaurant le plus proche de leur domicile. Et tout cela, sans avoir besoin de toucher leur écran.

Ils obtiennent alors une réponse – une seule. C’est le contenu référencé à la position 0 ou featured snippet qui sera lu par l’assistant de recherche vocale.

Qui utilise la recherche vocale ?

Source ShoutMeLoud

Au niveau mondial, c’est le continent asiatique qui compte le plus d’utilisateurs de la commande vocale, à raison d’un internaute sur deux.

Pour ce qui est de la France, seuls 19 % des internautes ont utilisé la recherche vocale en 2018, tous supports confondus (Digital Report 2019 – Hootsuite).

Selon une étude de My Media Group, 44 % des usagers privilégient leurs smartphones, puis leur ordinateur ou tablette (20 % chacun) et pour finir une enceinte connectée (13 %).

La différence entre la commande vocale et la recherche vocale

La recherche vocale consiste à demander à l’assistant vocal de trouver une réponse à une question. Pour cela, il va lancer la recherche dans le moteur de recherche et lire les 200 premiers caractères disponibles de l’article qui arrive en position 0. La position 0, lorsqu’il y en a une, c’est l’emplacement entre les articles sponsorisés et les résultats de référencement naturel.

Ce qu’on appelle commande vocale est le fait de demander à l’assistant vocal d’agir pour nous, en éteignant les lumières par exemple. Il existe toutefois un certain flou autour de ces termes, car l’appareil enregistre ce type de demande comme une recherche.

En quoi la recherche vocale change la donne pour le SEO ?

Qu’implique une recherche vocale par rapport à une recherche textuelle ?

La position 0 ou featured snippet

Lorsque l’internaute lance une requête textuelle sur un moteur de recherche, il accède à la liste des contenus référencés par celui-ci, selon ce qu’il estime être le plus fiable et pertinent. L’usage peut ensuite trier lui-même les réponses, aller lire les pages qu’il trouve adaptées.

L’assistant vocal, lui, ne peut lui proposer différentes réponses. Il va donc sélectionner celle que Google aura jugé la meilleure, à savoir le contenu qui est placé en position 0. Pour être lu, être sur la première page des résultats de moteurs de recherches ne suffit plus.

L’importance du premier paragraphe

Le paragraphe qui va être mis en avant par l’assistant vocal est le premier du contenu situé en position 0. Pour être précis, cette lecture n’excédera pas une trentaine de mots. Il est donc primordial de fournir dès cette introduction, la réponse que l’internaute attend. Et, si possible, de lui donner envie d’aller voir la suite de l’article qui apportera plus de détails.

Le langage conversationnel

La recherche vocale a également a un impact sur la formulation de la requête. Ainsi, l’utilisateur va poser une question dont la tournure sera orale, donc légèrement différente de l’écrit.

Les demandes deviennent de véritables phrases. Le plus souvent, ce sont des questions. Elles sont plus longues et plus précises. Par exemple, alors qu’on pourrait taper « restaurant thaï Paris », l’internaute utilisant la recherche vocale va demander « Où trouver le restaurant thaï le plus proche ?

Les réponses aux questions des internautes

Pour qu’un contenu soit intéressant pour la recherche vocale par Google, celui-ci doit répondre à toutes les questions que l’utilisateur se pose. Les réponses doivent être claires, concises et précises. Leur qualité est primordiale.

L’intérêt de la recherche vocale pour les commerces de proximité

Les commerces de proximité sont particulièrement concernés par cette tendance. Avec la géolocalisation et l’utilisation faite par les internautes (recherches des lieux à proximité, trouver leur chemin), ils sont clairement mis à l’honneur.

À l’heure actuelle, plus de 85 % des recherches effectuées sur des commerces de proximité sont faites via téléphone. Sachant que le smartphone est l’outil de prédilection de la recherche vocale, il peut être intéressant d’être correctement référencé si vous avez ce type d’activité.

Si vous êtes pris de panique en vous demandant comment procéder, relativisons ensemble sur la portée de la recherche vocale à l’heure actuelle. Elle va sans aucun doute être amenée à se développer – mais son importance reste limitée.

L’ambivalence de la recherche vocale

Concernant l’impact de la recherche vocale sur l’utilisation des internautes – et donc sur le référencement, les avis sont partagés. Certains tirent la sonnette d’alarme en invitant les sites à respecter quelques règles de Voice Search Optimization. Toutefois, bien que cette pratique soit amenée à se développer dans les prochains mois, elle n’en reste pas moins encore secondaire.

Pourquoi la recherche vocale est-elle en plein essor ?

Pour les utilisateurs habitués à la recherche vocale, les motivations sont diverses selon une étude menée par GlobalWebIndex :

  • Poser une question oralement nécessite moins de temps que de la taper dans le moteur de recherche (43 % des réponses).
  • La recherche vocale permet d’exploiter son outil même si les mains sont prises, en conduisant notamment (42 %).
  • C’est une méthode plus facile et plus plaisante (38 % chacun).
  • Le résultat de la recherche est plus pertinent (28 %).

Les limites actuelles de la recherche vocale

La recherche vocale rencontre toutefois les freins des utilisateurs. Bien que la plupart d’entre eux soient satisfaits, ils n’emploient ce système que pour des recherches relativement basiques (météo, musique).

On peut souligner le fait que l’internaute n’obtient qu’une seule réponse (celle de la position 0). Il ne peut donc pas approfondir ses recherches pour vérifier les sources, confronter différentes données.

Conçu pour pouvoir permettre un shopping en ligne plus facile, cet usage est loin d’avoir conquis les internautes. La plupart de ceux qui ont tenté l’expérience ne souhaitent d’ailleurs pas la renouveler. En effet, il est impossible de comparer les articles et les prix quand on demande à une enceinte connectée de passer commande pour nous.

Le dernier frein qui revient le plus souvent – en particulier concernant les enceintes connectées – est le manque de maîtrise des données. Beaucoup de non-utilisateurs s’inquiètent de la gestion de leurs informations s’ils étaient amenés à avoir recours un assistant virtuel.

Pour compléter ces informations, voici l’avis en vidéo d’Olivier Andrieu du site Abondance, qui n’est plus à présenter.

Étant donné que les codes utilisés pour les recherches vocales sont un peu différents des recherches textuelles, vous pouvez être amené à faire quelques changements pour pouvoir répondre aux requêtes orales. Si vous ne souhaitez pas être pris au dépourvu, voici quelques pistes pour optimiser vos contenus pour la recherche vocale.

Quelques bonnes pratiques pour un contenu adapté à la recherche vocale

Il peut être intéressant d’orienter la rédaction de vos contenus afin qu’ils soient voice friendly. Même si, pour le moment, ce n’est pas une priorité absolue, cela vous évitera de devoir reprendre tout votre site et améliorera son référencement à terme.

Soyez rassuré : il s’agit plus d’ajustements que de révolution. Si vous respectez les règles de la rédaction web, vous devriez déjà répondre à certains des critères ci-dessous.

Optimisez votre site internet pour les mobiles

Ce n’est pas une nouveauté, Google privilégie clairement les sites internet qui permettent de naviguer depuis un smartphone. Leur utilisation vient maintenant concurrencer avec force l’ordinateur. La recherche vocale est majoritairement employée sur smartphone, il est donc primordial que votre site internet soit mobile friendly.

Pour cela, assurez-vous qu’il est facilement lisible depuis un mobile, que sa vitesse de chargement est optimale et que l’expérience utilisateur y est agréable. La meilleure solution : vérifiez depuis votre téléphone.

Soignez le fond de vos contenus

  • Créez du contenu qui va répondre aux questions les plus posées par les internautes.
  • Privilégiez des textes à forte valeur ajoutée, permettant de satisfaire la curiosité de vos lecteurs.
  • Préparez votre introduction, qui sera lue si votre article se place en position 0 : apportez une réponse courte (30 mots maximum), à l’usager dès ce premier paragraphe puis détaillez votre réponse dans la suite du contenu.
  • Utilisez un champ sémantique riche et un langage naturel.

Appliquez-vous sur la forme

  • Trouvez un titre (et une balise Title) sous forme de question.
  • Intégrez les questions secondaires dans vos sous-titres tout au long du texte.
  • Travaillez avec des mots clés de longue traîne pertinents, basés sur les requêtes utilisateurs.
  • Préférez des phrases courtes.
  • Respectez l’ordre et la structure des balises HTML.
  • Ayez une orthographe, une grammaire et une syntaxe irréprochables.

Les autres outils qui peuvent vous aider

  • Une foire aux questions : puisque la recherche vocale répond aux interrogations, une FAQ vous permettra d’être bien référencé.
  • Aider le moteur de recherche à comprendre votre contenu : si vous placez un tableau ou un visuel, accompagnez-le d’un paragraphe explicatif. Il sera ainsi appréhendable par les robots.

Vous avez désormais plusieurs clés pour vous préparer à l’optimisation pour la recherche vocale. Est-ce que vous envisagez d’y travailler ou bien attendez-vous de voir les progrès de ce domaine ?

GD Star Rating
loading...
Quel est l’impact de la recherche vocale sur le référencement naturel (SEO) ?, 5.0 out of 5 based on 1 rating

2 réflexions au sujet de « Quel est l’impact de la recherche vocale sur le référencement naturel (SEO) ? »

  1. Merci. Mais quid d’Alexa (supérieur à Google en PDM), Siri (très utilisé sur iphone) et Cortana (Windows 10) ? Le terme de “recherche vocale” n’est pas synonyme de Google, loin de là. Non ? :-)

  2. Bonjour,
    Quel est l’intérêt d’être en position 0 pour la recherche vocale si personne ne visite votre site internet ?

    Cdlt

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

Les liens des commentaires peuvent être libérés des nofollow.