Vous êtes ici : Miss SEO Girl » SEO » Les tendances SEO pour 2024 : les avis des experts SEO

Les tendances SEO pour 2024 : les avis des experts SEO

Alors que nous entamons une nouvelle année, c’est avec gratitude et enthousiasme que je vous présente mes vœux les plus chaleureux mes chers lecteurs ! 💜 12 ans déjà que nous parcourons un bout de chemin ensemble ! Votre soutien indéfectible a été le moteur de cette aventure, et je tiens à exprimer ma reconnaissance pour la confiance que vous m’avez accordée. Que cette année nouvelle soit empreinte de réussite, d’innovation et de découvertes fructueuses.

En ce début d’année, je suis ravi de vous présenter cet article collaboratif exceptionnel qui réunit les réflexions éclairées de dix-neuf experts SEO éminents. Ensemble, ils explorent les tendances majeures qui façonneront le paysage du référencement en 2024. L’évolution rapide des technologies et des algorithmes nous pousse à anticiper, à nous adapter et à repenser nos stratégies pour rester en tête dans cet environnement numérique en constante mutation.

Découvrez les perspectives uniques de ces experts, chacun apportant sa vision éclairée sur ce que réserve l’avenir du SEO. Que cette compilation d’idées inspire vos propres réflexions et actions dans la poursuite de l’excellence SEO. Bienvenue dans cet espace de partage, d’apprentissage et d’innovation.

💜 Merci à mes invités : Daniel Roch, Dan Bernier, Thomas Cubel, Benjamin Thiers, Véronique Duong, Anne-Sophie Fouquereau, Yannick Bouvard, Olivier Duffez, David Groult, Isabelle Canivet et Jean-Marc Hardy, Rémi Mondina, Laurent JEAN, Mathieu Chapon, Charly Rouget, Alexis Rylko, Aymeric Bouillat, Amandine BART, Michaël Turcan, Alexandre Chombeau !

Bonne lecture, et que cette année soit synonyme de succès et d’accomplissements pour chacun d’entre vous.

Les 10 tendances SEO 2024

Mes confrères ont abordé en détail un large éventail de sujets, et j’ai vraiment apprécié explorer leurs points de vue captivants.. Afin de simplifier votre parcours à travers ces 70 000 caracteres 🙂 j’ai décidé de grouper ici les 10 tendances SEO les plus marquantes de l’année 2024 !

  • Prédominance de l’IA et de ChatGPT : l’IA, en particulier ChatGPT, continue de jouer un rôle central dans le SEO, influençant la création de contenu, la génération de prompts, et d’autres aspects du référencement

  • Évolution des SERP avec Google SGE : l’arrivée de Google SGE (Search Generative Experience) est perçue comme un changement majeur dans la manière dont les résultats de recherche sont présentés, et son impact sur les stratégies SEO est attendu

  • Complexification des intentions de recherche : les SERP deviennent de plus en plus diversifiées, avec des réponses à des intentions de recherche variées. Une approche SEO globale doit prendre en compte cette complexité

  • Qualité et utilité du contenu en tant que critères essentiels : Google met l’accent sur la qualité et l’utilité du contenu, évaluant à la fois le fond et la forme. La surveillance constante de la qualité sur l’ensemble du site devient cruciale

  • Optimisation du maillage interne : l’optimisation du maillage interne est une stratégie qui continue de porter ses fruits. Choisir judicieusement les pages cibles, les pages sources, les ancres de liens, et mesurer l’efficacité de ces actions demeurent essentiels

  • Indexation plus sélective : en réponse à la surproduction de contenu généré par l’IA, les moteurs de recherche pourraient adopter une approche plus sélective en privilégiant des critères tels que l’E-A-T, l’originalité, la fiabilité, et l’expérience utilisateur

  • Rationalisation éditoriale et gouvernance du contenu : face à la prolifération de contenus automatisés, la rationalisation éditoriale et la mise en place d’une gouvernance du contenu deviennent des stratégies clés pour maintenir le contrôle et la qualité

  • Focus sur les signaux utilisateurs : les signaux utilisateurs, tels que le CTR, le pogosticking, le temps passé sur le site, prennent une importance croissante. Google intègre ces signaux dans son évaluation des pages

  • SEO étendu au-delà du référencement traditionnel : le SEO s’étend au-delà des aspects traditionnels, avec une intégration plus étroite du marketing, de la communication, du branding, et une vision globale de l’expérience utilisateur

  • Humanisation des contenus générés par l’IA : face à l’automatisation croissante, l’accent est mis sur l’humanisation des contenus générés par l’IA en intégrant des critères émotionnels, sensoriels, empathiques, relationnels, et motivationnels

💜

Daniel Roch : “Il faut pouvoir répondre à l’intention de recherche le plus parfaitement possible.”

Back to 2023

2023 vient de se terminer, et 2024 arrive déjà à grands pas. Et cette année a été marqué par trois évènements dans la sphère SEO : le nouvel Helpful Content Update, les révélations lors du procès de Google et l’arrivée de l’IA. Et tout cela aura un impact sur 2024 !

Prenons les dans l’ordre. D’abord, la nouvelle mise à jour Helpful content a été la plus marquante car elle a impacté de très nombreux sites partout dans le monde. Et cette dernière met l’accent sur la « pertinence » de vos contenus, élément qui devient, chaque année, de plus en plus important en SEO.

D’ailleurs, c’est toujours intéressant de lire la communication officielle de Google en détail (même si par le passé nous avons des exemples qu’elle n’était pas toujours fiable). Voici ce que dit le moteur de recherche sur cette partie de leur algorithme :

The system generates a site-wide signal that we consider among many other signals for use in Google Search (which includes Discover) – source

Cela veut dire que théoriquement, Google utiliserait différents critères pour mesurer la pertinence des contenus et appliquer ensuite une note globale au site. La supposition que l’on peut faire et qui a déjà été vérifié de nombreuses fois par des référenceurs est la suivante : Google mesure le comportement de l’utilisateur et utilise cette donnée pour changer la visibilité des contenus.

Ce qui nous amène au second point le plus marquant de cette année : le procès de Google durant lequel leurs équipes ont fait plusieurs révélations sur le fonctionnement de leur moteur de recherche. On s’en doutait déjà fortement, mais Google a ainsi confirmé utiliser bien plus qu’il n’osait le dire le comportement de l’utilisateur lors des recherches. Il aurait ainsi recours à cette donnée pour influer le positionnement final de chaque résultat. Je vous conseille cet excellent article si le sujet vous intéresse.

Enfin bien entendu, l’année 2023 a été marqué par l’arrivée fracassante de ChatGPT et le développement dans la foulée d’IA chez Bing et Google, avec notamment le déploiement en cours de la « Google Search Générative Experience » (l’intégration de réponses générées par IA lors des recherches des internautes).

Que nous réserve 2024 ?

C’est une fois de plus difficile à dire, personne n’est devin et tout peut changer. Personne n’avait anticipé par exemple l’impact énorme de ChatGPT sur l’industrie et les stratégies adoptées par les différents moteurs de recherche.

En 2024, ce qui est certain, c’est que Google et Bing vont continuer le déploiement de leur IA directement dans l’interface du moteur. Impossible cependant d’en prévoir l’impact car personne ne peut prédire la façon dont cela sera réellement intégré. Dans les tests actuels de Google, l’IA de Google est parfois présente de façon importante, parfois de manière discrète, et parfois absente. Seul l’avenir nous dire ce qu’il en sera.

Par contre, une quasi-certitude pour 2024 va montrer la volonté pour tous les moteurs de recherche de répondre de manière de plus en plus qualitative aux besoins de l’internaute, que ce soit via IA ou non. La mise à jour du Helpful Content de 2023 et les révélations du procès l’ont mis en avant : Google veut pouvoir fournir la meilleure réponse à l’utilisateur.

Sur quelle stratégie SEO devez-vous vous focaliser ?

La stratégie qui en découle est simple : il faut pouvoir répondre à l’intention de recherche le plus parfaitement possible. Et cela implique de ne pas voir les choses uniquement avec le prisme SEO. Certes, il faudra d’abord :

  • Bien choisir l’expression que l’on cible
  • Comprendre le besoin utilisateur
  • Voir la typologie de contenus que Google affiche dans ses résultats (un produit ? un tutoriel ? des avis ? une vidéo ? un tutoriel ?)
  • Écrire un contenu pertinent et unique

Mais ce ne sera pas suffisant. Il faudra aussi penser :

  • Communication de marque et différenciation
  • Conversion et proposition de valeur
  • Temps de chargement et ergonomie du site
  • Fidélisation

En d’autres termes, il faut penser à tout le parcours utilisateur : avant, pendant et après sa visite sur votre site lorsqu’il aura effectué sa recherche sur Google.

Daniel Roch, Expert SEO WordPress | CEO SeoMix & SEOKEY | Auteur, conférencier, consultant & développeur !

Dan Bernier : “2024 sera l’avènement de l’internaute !”

L’évènement SEO le plus important en 2023 a été le procès anti-trust de Google qui a validé beaucoup de choses qu’on savait mais qui n’était pas encore officielles sur son fonctionnement. Notamment concernant la validation, officielle cette fois, que Google analyse bien les comportements des internautes dans la SERP pour améliorer la pertinence de ses résultats. Cela confirme que le SEO, ce n’est pas juste de la technique, du contenu ou de l’autorité mais que cela dépends aussi de la demande de l’internaute, de ses besoins et de son comportements au moment où il fait sa recherche.

2024 sera donc l’avènement de l’internaute !

Mais il ne sera pas seul car il sera accompagné d’un allié de poids : L’IA ! Car l’internaute sera aussi acteur de la réussite ou du déclin de l’IA. C’est encore lui qui décide de l’app qu’il utilise, du lien sur lequel il clique et si oui ou non il va utiliser les BingChat ou Google SGE. On pourrait assister au plus grand flop de l’histoire du search… Qui tient le pari avec moi ?

Du coté des professionnel.le.s du search, la bataille sera désormais entre le “mauvais IA” par rapport au “bon IA” ! Comme on avait le gentil SEO “White hat” face au méchant “Black hat” dans les années 2000 et le bon et mauvais chasseur dans les année 90′ 😀

Peut être qu’un.e challenger viendra mettre son grain de sel : le “Green Hat” ou SEO éthique !

Une chose est certaine : tout le monde y va de son outil de génération de contenu par IA alors que je trouve que c’est justement là où l’IA ne donne pas le meilleur de son potentiel. l’IA est vraiment forte lorsqu’il s’agit d’analyser un grand volume de données, ou pour identifier une aiguille dans une botte de foin ou encore pour permettre à plusieurs humains de travailler ensemble. Et c’est grâce à cela que les SEO vont s’améliorer en développant leur GPT personnalisés et autres agents capables de les aider à sur-élevé leur niveau d’expertise.

2024 sera encore une fois une année passionnante pour le Search marketing !

Dan Bernier, Consultant Senior SEO et CRO

Thomas Cubel : “2024 : l’année où la valeur ajoutée prend tout son sens.”

2023 : une année riche à tout point de vue !

L’année 2023 a été particulièrement enrichissante pour moi, et il semble que ce fut également le cas pour bon nombre de personnes, d’après ce que j’ai pu constater.

Les premiers mois de 2023 ont été largement dominés par ChatGPT et plus généralement par l’IA grand public. Les gens en parlaient, débattaient… Et franchement, j’ai eu l’impression que beaucoup manquaient encore de recul sur la question de son utilisation ou non.

Cette réflexion a mûri au fil de l’année, et nous avons recueilli des retours intéressants. Il était possible de l’utiliser sans problème, à condition de respecter certaines règles de bon sens. Cela a été suivi par l’arrivée des premières déclinaisons de ChatGPT, ainsi que des formations et méthodologies pour améliorer ses prompts, automatiser, etc. Nous avons terminé l’année avec de l’IA presque omniprésente, même chez les clients.

Bien sûr, en 2023, ce ne fut pas le seul événement marquant. Nous avons également assisté à de nombreuses mises à jour du côté de Google, surtout au second semestre. Nous avons pu voir apparaître de nouvelles SERP en scroll infini et des incertitudes concernant l’éventuelle arrivée de Google SGE (Search Generative Experience). On peut également mentionner la chute de nombreux sites ciblant Google Discover vers la fin de l’année.

Je terminerai cette rétrospective non exhaustive avec ce que j’ai appelé “l’année du changement“. Comme je l’ai indiqué, nous avons connu de nombreux bouleversements, en SEO, en marketing… mais il faut le reconnaître, avec l’arrivée de l’IA, ainsi que le contexte économique et géopolitique particulier... Tout cela a entraîné des changements significatifs dans les comportements d’achat, l’utilisation des réseaux sociaux et d’Internet. Certaines tendances évoluent, même si les bases restent les mêmes.

2024 : l’année de la (réelle) valeur ajoutée

En comprenant ce qui s’est déroulé en 2023 et au cours des dernières années, il est normalement possible, avec un peu de réflexion, de savoir ce qu’il faudra faire : se démarquer.

Cela est d’autant plus vrai depuis que tout le monde s’est tourné vers l’IA. Le curseur indiquant le niveau de “valeur ajoutée” a clairement changé et est désormais très bas pour la plupart des sites. Beaucoup de gens ne se prennent plus la tête, ils utilisent l’IA et tout ce qui résulte de leurs expériences, de leurs recherches, etc… n’est plus partagé, ou moins partagé.

Apporter une réelle valeur ajoutée aux contenus sera donc crucial, surtout lorsque l’on considère que des algorithmes commencent à être étudiés dans ce sens. L’expérience utilisateur est plus que jamais la priorité pour répondre efficacement aux requêtes des internautes et éviter de les faire défiler/rechercher indéfiniment.

Une bonne stratégie consisterait à être irréprochable sur les bases, puis à expérimenter avec l’IA sans sacrifier le niveau de qualité et de valeur apportée. Ensuite, diffuser l’information de manière intelligente via des canaux multiples. Là où se trouvent les cibles, proposer quelque chose d’exceptionnel !

Thomas CUBEL, Consultant et Formateur en SEO, Fondateur de UltimCloud

Benjamin Thiers : “En 2024, plus que jamais, le SEO devra cependant être abordé dans une approche plus globale.”

L’année 2023 a été marquée par l’intrusion de l’IA générative dans la sphère publique. OpenAI a transformé une technologie prometteuse mais encore confidentielle en un véritable phénomène de société. Les implications en SEO sont nombreuses, avec la publication d’une quantité astronomique de contenus. Si leur qualité demeure à mon avis médiocre, avec des informations parfois fausses ou erronées, leur potentiel de positionnement est réel. Google affirme lui-même considérer ces contenus de la même façon que des textes écrits par des hommes. Il sera intéressant d’observer la place que l’IA générative va occuper en 2024, dans les classements des SERP et dans la façon de travailler des agences et des freelances SEO. Et je dis aux petits malins qui vendront du ChatGPT comme contenu unique et qualitatif de faire attention : vous risquez de vous griller dans la profession !

L’IA générative va continuer à occuper une place centrale dans le SEO en 2024. Elle sera incontournable dans votre stratégie de création de contenus, mais ne sera pas suffisante : les rédacteurs devront devenir de bons formulateurs de prompts, et la vérification des sources, la reprise des textes pour respecter votre charte éditoriale feront partie de vos actions indispensables. L’IA générative va également s’inviter dans la production de vos contenus visuels et multimédias : les images et les vidéos, qui occupent une part importante dans la visibilité naturelle de vos sites, peuvent être produites ou améliorées grâce à l’intelligence artificielle.

Mais je vois une autre évolution en cours en 2023, qui jouera un rôle de plus en plus important en 2024 : la complexification de la prise en compte des intentions de recherche avec des SERP de moins en moins monolithiques. Avant, pour une intention de recherche de type transactionnelle, l’algorithme de Google remontait le plus souvent un seul type de page, et vous retrouviez par exemple pour une expression concurrentielle 9 ou 10 catégories e-commerce. Aujourd’hui, pour la même expression, vous aurez des pages catégories, des pages produits, des liens issus de la version gratuite de Google Shopping, des packs d’images remontés par la recherche universelle, et parfois des vidéos.

Les fondamentaux du référencement ne changeront pas : les optimisations techniques et sémantiques seront encore de mise, et le netlinking viendra toujours renforcer votre légitimité. En 2024, plus que jamais, le SEO devra cependant être abordé dans une approche plus globale. Vous devrez de plus en plus situer vos actions de référencement dans une réflexion plus globale d’expérience de recherche, en touchant votre audience par tous les points de contact à votre disposition. Pour positionner un site e-commerce, vous devrez par exemple penser à maximiser votre présence via le Google Merchant Center, effectuer un travail dédié sur les images et les vidéos (attributs ALT, sitemap, etc.), et proposer des actions d’optimisation sur toutes les pages transactionnelles (catégories et produits).

Benjamin Thiers, Consultant SEO Senior – Responsable Search content marketing chez Digimood

Véronique DUONG : “Nous tendons vers une indexation plus sélective.”

L’indexation des moteurs de recherche à l’ère de l’IA

En 2024, le web est confronté à la création en masse de contenu généré par les IA. 

Je me demande sincèrement, en tant que spécialiste du SEO et des moteurs de recherche, comment Google, Baidu vont gérer leur index face à cette surproduction de contenus moyens (textes, images, vidéos, etc.) ?

La hausse de la volumétrie de contenu généré par les IA risque de poser problème aux moteurs de recherche qui doivent repenser leurs indexations des pages pour maintenir la qualité et la pertinence de leurs résultats. A mon humble avis, je pense que Google, notamment, pourrait devenir plus sélectif dans l’indexation des sites web.

Avec les intelligences artificielles capables de produire des articles, des images, et même des vidéos à une vitesse sans précédent, le web se retrouve submergé par une masse de contenu sans précédent. Ce phénomène soulève sérieusement des questions critiques sur la qualité, l’originalité et la fiabilité des informations disponibles en ligne.

Je pense que nous tendons vers une indexation plus sélective. Google, tout comme Baidu (mais j’estime que Baidu tolère plus la masse que la qualité), pourrait adopter une approche plus sélective pour son index. Il se pourrait qu’il y ait un renforcement autour de ces points suivants :

  • L‘E-A-T (Expertise, Autorité et Fiabilité (Trust, en anglais)). 
  • Vérification de l’originalité et l’exclusion du Duplicate Content
  • Les sites avec des sources fiables pourraient être privilégiés
  • L’interface et l’expérience utilisateur du site, y compris la facilité de navigation et les temps de chargement

Cependant, attention, la différence entre les contenus créés par les humains et ceux générés par les intelligences artificielles peut être clairement identifiée. 

Je crains que la mise en œuvre de normes plus strictes aux niveaux des algorithmes des moteurs occidentaux comme asiatiques pourrait impacter de nombreux créateurs de contenu humains et légitimes. 

Véronique Duong-Nguyen, RANKWELL’s President, Expert SEO international

Anne-Sophie Fouquereau : “2024 : Sous le signe de l’intelligence humaine plus qu’artificielle.”

Les leçons à tirer de 2023

2023 fut une année aussi riche que difficile pour tous ! Voyons ça à travers quelques points que j’ai retenus pour lesquels j’en tire quelques leçons.

Déjà observé en 2022, les difficultés d’indexation des pages se sont d’autant plus remarquées sur de nombreux sites. Des sites déjà en place, mais surtout pour les nouveaux sites internet.

Afin de contrer cela, il est primordial d’apporter un grand intérêt à la qualité des contenus, mais, pas seulement : la popularité joue un rôle fondamental pour apporter du poids aux nouvelles pages, mélanger judicieusement avec une stratégie de maillage.

L’IA a certainement été le grand sujet de l’année. Désormais à la portée de tout le monde, on constate dans nos métiers, une utilisation prépondérante et abusive, malheureusement pas suffisamment maîtrisée.

On le remarque également au niveau de la demande client, auprès des agences SEO. Le métier de plus en plus sous-estimé, le client souhaite des prestations moins onéreuses prenant pour argent comptant la simple existante de Chat GPT. Une idée fondée sur le mythe de la surexploitation de l’IA.

Heureusement, des formations par des personnes qualifiées ont vu le jour, venant détrôner d’autres qui exploitent le sujet à des fins opportunistes. Mais, cela suffira-t-il à éduquer les propriétaires de site ?

2024, n’est-il pas temps que l’humain prenne le pas ?

Que souhaiter pour 2024 ?

Que l’IA nous permette d’améliorer nos process de production, sans pour autant nous voler notre production 😉

L’apprentissage auprès des bonnes personnes est indispensable. Je vois 2024 avec beaucoup d’espoir auprès des professionnels du métier du SEO pour faire de la sensibilisation sur ce sujet.

L’IA est une chance, qu’il nous appartient de maîtriser.

Les budgets de tout le monde affectés par l’inflation, doivent tous nous remettre en question. Ce sujet si sensible qu’est l’argent doit être abordé avec intelligence. Notamment en SEO. Beaucoup de business modèle dépendent en grande partie du SEO.

Optimiser les budgets, requiert d’optimiser les stratégies.

Il n’est pas question de faire du SEO pour faire du SEO. Mais que faire en SEO pour apparaître en haut de la SERP ? (la Grande question 🙂 )

La longue traîne (pour toujours tenter d’être plus malin), une architecture bien pensée et maîtrisée dans le temps, un maillage interne affiné (et raffiné), de la popularité (car on le sait, le monde attire le monde), de l’UX (facteurs à mon sens décisif et primordial ; l’UX doit accueillir le contenu et non l’inverse), et plus que du contenu qualitatif, du copywriting… Autant d’éléments fondamentaux, face auxquels l’internaute est de plus en plus exigent et sensible (sans compter Google ;)).

Pensez encore plus qu’auparavant à soigner nos pages dans tous leurs aspects pour amener l’internaute vers la conversion. Et si, la SERP ressemble au Pic du Midi pour nos pages web, alors envisager d’autres canaux du SEO pour percer autrement (Business Profile, PAA, YouTube, Pinterest…), parfois qui demandent moins de budgets.

Est-ce que, d’ailleurs, la multiplication des canaux en recyclant nos contenus ne serait pas une solution d’occupation ?

Anne-Sophie Fouquereau, Fondatrice & Gérante de l’agence Passedevant

Yannick Bouvard : “La stratégie pour 2024, c’est : pensez large, pensez grand, retirez les œillères du SEO et osez élargir vos horizons.”

Comment faire un bilan du SEO en 2023 sans parler de l’intelligence artificielle, ou pour l’instant en tout cas, des LLM tels que ChatGPT. Peu importe la manière dont chacun a accueilli cette nouveauté dans nos métiers, on ne peut que constater que cela a remis beaucoup de choses en question sur le pilier du contenu. Entre ceux qui refusent d’imaginer pouvoir utiliser cette technologie et ceux qui s’en servent pour tout, chacun d’entre nous a petit à petit pris ses habitudes et ses marques avec ce que l’IA peut nous apporter.

Et ceci, c’est majoritairement en ne considérant que la partie création de contenus et très majoritairement avec OpenAI / ChatGPT. En 2024, d’autres possibilités vont s’ouvrir à nous, et cela va toucher à bien plus que le contenu. Il ne fait aucun doute que pour de nombreuses autres tâches volumineuses du SEO, des outils vont sortir et permettre d’aller plus vite et plus loin au quotidien : stratégie de mots-clés, stratégie de redirections après une refonte, maillage interne, choix en netlinking… Notre métier va sans doute se tourner de plus en plus sur des aspects stratégiques et de gestion de projet, où l’expérience sera surtout utile pour avoir une vision d’ensemble.

Entre 2023 et 2024, l’IA a fait aussi son apparition dans les moteurs. On attend sagement l’arrivée et la consolidation de Google SGE, mais là aussi, bien malin celui qui sera capable d’imaginer comment Google va finir par mettre cela en place dans ces SERPs. Entre l’amélioration du “moteur de réponses” mais aussi la dégradation potentielle de l’expérience utilisateur, sans oublier le casse-tête de la rentabilisation de cette intégration, pas évident de parier sur ce que sera SGE fin 2024.

Personnellement, j’imagine bien 2024 comme étant un 2023 bis : toujours de nombreuses updates difficiles à cerner et surtout des avancées technologiques dans l’environnement de travail des SEO. Le métier de SEO n’est pas en train de disparaître, mais il a tendance (encore plus qu’avant) à être le mouton à 5 pattes d’un projet web. Il faudra plus que jamais être d’excellents marketeurs pour convaincre le mieux possible les internautes, que ce soit par la présentation des produits et services, mais aussi par le travail de communication et de notoriété, aussi nommé branding. Le SEO va ainsi souvent fusionner avec le chargé de communication pour la partie notoriété et contenus et avec le webmaster pour la partie technique.

Et si finalement, on ne va pas “enfin” pouvoir dire que le SEO est mort en 2024 ? Non pas qu’il va disparaître, mais qu’il va muter, et que les lignes avec les autres leviers du webmarketing et de la communication vont tellement bouger que le terme SEO sera trop restreint pour bien couvrir les besoins d’un projet. Alors la stratégie pour 2024, c’est : pensez large, pensez grand, retirez les œillères du SEO et osez élargir vos horizons.

C’est ce qu’ont fait les SEO qui sont allés explorer Discover. Au final, ça n’a rien à voir avec leurs compétences de SEO, mais c’est une tendance 2023 qui méritait d’être étudiée. Alors soyez curieux et soyez ouverts, car il faudra prendre de la hauteur en 2024 !

Yannick Bouvard, Fondateur MySEO.coach

Olivier Duffez : “Google tente d’évaluer la qualité et l’utilité du contenu, ainsi que la satisfaction client.”

Pour ne pas vous faire aller dans tous les sens, je vais vous donner juste une tendance de Google qu’il faut suivre, et une technique SEO qui marche (trop) bien.

La tendance n’est pas nouvelle, on la connaît depuis longtemps (Panda puis HCU en 2022), mais elle s’est accentuée avec les updates de l’automne 2023. Prenez bien conscience que ces 2 points sont majeurs :

  • Google impose toujours plus de qualité et de contenu utile
  • ça concerne l’ensemble du site

Je pense que Google tente d’évaluer la qualité et l’utilité en analysant aussi bien le contenu (je parle ici surtout du fond : il faut être complet, utiliser les bons termes, etc.) que la satisfaction utilisateur (la forme doit donc être parfaite, ainsi que tout ce qu’on peut ranger dans l’UX).

Que faire ? Il est impératif d’évaluer la qualité sur l’ensemble de votre site, et de vérifier qu’elle s’améliore ou se maintient au fil des mois. Accordez donc un grand soin à la surveillance de la qualité SEO de votre site : audits réguliers, alertes en cas de problèmes, vision d’ensemble de la qualité. Votre temps n’étant pas infini, priorisez vos actions (avec QualityRisk et Zombies) et mesurez toujours leur impact (RM Console) pour ne pas faire fausse route.

J’en viens à la technique qui marche (trop) bien : l’optimisation du maillage interne. Vous en avez beaucoup entendu parler en 2023 et chez MyRankingMetrics nous y sommes pour quelque chose, avec notre outil de maillage interne 😉

Je vous conseille de retenir ces 4 points pour obtenir un maillage interne efficace :

  1. Choix de la page cible à booster : favorisez les pages ayant une faiblesse de liens entrants internes, mais qui sont pourtant déjà performantes dans Google
  2. Choix des pages sources où ajouter des liens : choisissez des pages vraiment pertinentes (thématiques), si possible puissantes en termes SEO
  3. Choix de l’ancre du lien : variez les textes en ayant en tête les mots-clés utilisés par votre audience
  4. Mesurez l’efficacité de vos actions : vous saurez mieux ce qui marche bien et moins bien, et vous aurez les données pour convaincre un tiers de l’intérêt de la méthode

Olivier Duffez, Consultant SEO, créateur de WebRankInfo, cofondateur de Ranking Metrics

David Groult : “Les signaux utilisateurs deviennent plus que jamais indispensable à analyser et à optimiser.”

Retour sur 2023

L’année 2023 a été particulièrement riche et dense sur le métier de SEO.
Entre la retraite de notre emblématique Olivier Andrieu, la faillite de Nextlevel, l’émergence express de l’IA sous toutes ses formes (textes, images, vidéos) mais aussi une multiplication des updates à partir du mois d’août, il fallait avoir le cœur bien accroché pour suivre avec grande attention toutes les actualités du monde SEO.

Côté IA, c’est dingue de se rappeler que ChatGPT n’a que 13 mois d’existence, tant on sait les impacts profonds qu’il a pu avoir sur le quotidien des référenceurs. Derrière le chatbot d’OpenAI, on a vu émerger de nombreux outils pour « faciliter » le travail des SEO. Il faut toutefois garder une certaine mesure avec certains d’entre eux, et garder l’IA comme un outil et un assistant qui permet d’accélérer le temps de production. Il n’est pas là pour remplacer, et doit être drivé avec précision pour obtenir des résultats satisfaisants.

L’année 2024 devrait encore une fois être marqué par l’importance toujours accrue de l’IA.

A l’image de ce qu’on a connu en 2023, l’année 2024 devrait encore une fois être marqué par l’importance toujours accrue de l’IA. L’arrivée possible de Google SGE en Europe devrait rabattre beaucoup de cartes, avec un algorithme sans doute très différent de ce que l’on connaît aujourd’hui avec le Search. Le déploiement de la loi DMA (Digital Markets Act) en mars 2024 risque aussi de jouer un rôle auprès de Google et sa façon à mettre en avant ses propres services (comme SGE par exemple 😉). La loi DMA pourrait par exemple obliger Google (mais aussi les autres géants du web) à être beaucoup plus transparents sur le fonctionnement de leurs algorithmes de ranking.

Google SGE sera-t-il une opportunité ou une menace ? Comme toujours avec le SEO, il n’y aura pas de places pour tout le monde, et il faudra se battre pour décrypter ce nouvel algorithme et en tirer parti pour continuer à développer la visibilité de nos sites web.

Naissance d’un 4ème pilier majeur d’optimisation

L’évolution du SEO ces dernières années a montré qu’un 4ème pilier majeur d’optimisation s’était ajouté à la technique, au contenu et aux liens. Les signaux utilisateurs deviennent plus que jamais indispensable à analyser et à optimiser.

Que ce soit au niveau du branding (volume de recherche sur votre nom de marque), sur les comportements de recherche (CTR, pogosticking, temps passé sur le site, clics et interactions sur le site), sur les temps de chargement (données CruX), on voit bien que Google a accéléré la prise en compte des signaux qu’il peut comptabiliser facilement avec Google Chrome et Google Analytics.

Au-delà donc des critères habituels de contenus et de liens, je préconiserai à mes clients de penser plus que jamais le SEO, dans une stratégie plus globale de communication. L’image de marque est le meilleur bouclier contre les mises à jour de l’algorithme.

David Groult, Head of SEO chez Noiise

Isabelle Canivet et Jean-Marc Hardy : “Face au robot, il est plus que jamais nécessaire de connaître l’humain.”

Les eaux du SEO sont agitées, en ce début d’année 2024. L’intelligence artificielle permet, depuis quelques mois, de générer du contenu illustré en 50 secondes. Un cocon sémantique toutes les deux heures ? Une usine à contenu multilingue et automatisée pour la semaine prochaine ? On parlait déjà d’infobésité il y a 10 ans, alors imaginez l’ogre qui s’annonce !

Entre-temps, la SERP change de visage. Et elle risque bien d’être défigurée dans les mois qui viennent. Le SEA cannibalisait déjà le SEO de manière croissante. Et aujourd’hui, ce sont les contenus générés par Google SGE qui entendent bientôt revendiquer de la place dans les résultats de recherche.

Les effets d’annonce de Google sont si souvent détrompés, quelques années plus tard, qu’investir dans les tendances SEO devient aussi aléatoire que jouer en bourse. Les tombes s’accumulent dans le cimetière des fonctionnalités de Google. Annoncées un jour, retirées le surlendemain.

Alors que font de vieux dauphins éditoriaux dans cette tempête ?

Nous avons choisi de nous concentrer sur la maîtrise de l’édifice de contenu des entreprises : l’architecture de l’information et sa gouvernance. De nombreuses entreprises ont perdu le contrôle sur la masse éditoriale. C’est déjà le cas avant le tsunami de l’intelligence artificielle. C’est pourquoi, à contre-courant de la frénésie productive, nous nous concentrons sur les techniques de rationalisation.

Concrètement, ça veut dire quoi ? Les capacités suivantes sont cruciales, à nos yeux, pour garder la maîtrise du capital SEO éditorial des entreprises et des institutions :

  • Faire l’inventaire qualifié des contenus
  • Évaluer la valeur éditoriale (notamment basée sur le SEO)
  • Remanier et tester les arborescences de contenu (critère SXO majeur)
  • Consolider la ligne éditoriale et la cohérence sémantique
  • Mettre en place une gouvernance réaliste

Paradoxalement, nous accompagnons davantage les institutions dans l’action de nettoyer, actualiser et renforcer leur contenu existant. La rationalisation éditoriale a de l’avenir, croyez-nous 🙂

Maintenant, lorsqu’il s’agit de produire du contenu, nous ne crachons pas sur l’intelligence artificielle, mais nous attachons une extrême importance à la qualité de son pilotage. Pour vous faire une confidence, par exemple, nous effectuons actuellement des recherches poussées visant à humaniser les contenus produits par l’intelligence artificielle. Comment procédons-nous ? En développant une série de prompts basés sur des critères humains d’écriture, que nous enseignons dans notre formation « Rédaction et neurosciences ».

Parmi ces critères qui permettent de donner une odeur humaine à des contenus IA :

  • La dimension émotionnelle
  • La dimension sensorielle
  • La dimension empathique
  • La dimension relationnelle
  • La dimension motivationnelle

Paradoxalement, face au robot, il est plus que jamais nécessaire de connaître l’humain 😉

Isabelle Canivet et Jean-Marc Hardy, YellowDolphins.com

Rémi Mondina : “En 2024, il ne suffira pas de se concentrer uniquement sur le SEO.”

Et voici mes prédictions pour 2024 !

Google SGE en 2024

Je pense que Google SGE, c’est un peu comme cette série dont tout le monde parle, mais que personne n’a vraiment vue. En 2024, on va probablement continuer à l’ignorer un peu. Pourquoi ? Parce qu’ intégrer des pubs là-dedans, c’est comme essayer de mélanger de l’eau et de l’huile – ça ne prend pas vraiment.

Du coup, côté rentabilité (pour Google), ça ne pèse pas lourd face aux SERPs classiques. En plus, Google SGE, c’est un peu le train à grande vitesse qui n’a pas encore quitté la gare. Ça coûte cher à Google et ça prend du temps à répondre. (qui a envie d’attendre jusqu’à 10 secondes qu’une réponse soit générée?)

Pour 2024, c’est un peu trop tôt pour que ça décolle. Et pour nous, les SEO ? Bonne nouvelle, pas de panique à l’horizon ! On a encore du temps devant nous avant que Google SGE ne devienne le nouveau boss du jeu.

EEAT et Développement de Marque en 2024

L’importance de l’EEAT et du développement de la marque va être cruciale en 2024. Pour vous aider avec l’EEAT j’ai créé une checklist EEAT à suivre (avec exemples concrets). Tout y est !

Concernant le branding pour 2024, c’est essentiel, surtout pour augmenter le volume de recherche des requêtes liées à la marque. Il est important de diversifier les sources de trafic vers votre site. 

Ne vous limitez pas qu’aux optimisations sur le site. Pensez à développer votre branding et votre communauté pour attirer du trafic en dehors de Google. Les réseaux sociaux, les communautés en ligne, tout ça contribue à renforcer votre présence en ligne.

Pour 2024, je vous conseille vraiment de développer votre présence sur différents médias. Que ce soit à travers des vidéos, des shorts, des podcasts, des photos, un blog, les réseaux sociaux, et bien sûr des newsletters. Chaque canal offre une opportunité unique de toucher votre audience et de renforcer l’image de votre marque.

En bref, en 2024, il ne suffira pas de se concentrer uniquement sur le SEO. Le développement de la marque et une présence diversifiée sur différents canaux seront des éléments clés pour se démarquer.

Serps et Intention de Recherche en 2024

Google, en 2024, va continuer à peaufiner ses SERPs pour mieux coller à l’intention de recherche de l’utilisateur. L’idée, c’est de ne plus se retrouver avec 10 résultats quasi identiques. Il va falloir innover, proposer un contenu qui se démarque non seulement par son angle unique, mais aussi par sa capacité à répondre précisément à l’intention de recherche.

Jusqu’à présent, analyser et imiter ce que font les meilleurs dans le top 10 des résultats suffisait.  Mais en 2024, j’ai la conviction qu’il va falloir apporter quelque chose de plus, une valeur ajoutée qui distingue votre contenu de celui des concurrents. Se reposer uniquement sur des outils comme Surfer SEO ou Your Text Guru ne va plus suffire. (attention, ces outils sont quand même très utiles pour l’optimisation sémantique).

Les utilisateurs, de leur côté, sont de moins en moins enclins à lire de longs contenus. Des guides massifs qui rankaient bien parce que la concurrence offrait peu, ne tiennent plus la route. Aujourd’hui, Google favorise ceux qui fournissent les bonnes informations de manière efficace et concise.  Moins de mots, mais plus de substance – c’est le nouveau mantra.

Selon moi, en 2024, la clé du succès sera de combiner un texte concis avec une densité élevée d’informations, tout en soignant l’UX pour faciliter la consommation du contenu.

Être capable de sentir la SERP et d’offrir exactement ce que l’internaute recherche, tout en ajoutant une meilleure approche que la concurrence, sera un avantage considérable.

Prévision UX en 2024

En 2024, Google va probablement accentuer ses attentes en matière d’UX. Voici les principaux points d’attention :

  • Personnalisation et Pertinence : Google va récompenser les contenus non seulement optimisés pour les moteurs de recherche, mais aussi hautement personnalisés et pertinents pour les utilisateurs. Ça va impliquer une compréhension approfondie des intentions de recherche et des besoins spécifiques des audiences cibles. Plus que jamais…
  • Engagement Utilisateur : Google valorisera les sites qui offrent une expérience utilisateur engageante. Les pages web devront captiver immédiatement l’utilisateur, avec un contenu interactif et visuellement attrayant.
  • Efficacité et Accessibilité sur Mobile : Avec la prédominance de la navigation mobile, Google attendra des sites qu’ils offrent une expérience utilisateur optimale sur les appareils mobiles, facilitant la navigation et l’accès rapide à l’information désirée.

Solution pour une UX Optimale en 2024

Pour répondre à ces attentes de Google, voici quelques pistes :

  • Création de Templates Personnalisés : Développer des templates de contenu sur mesure pour différents types de requêtes, offrant un angle unique et une valeur ajoutée, tout en étant facilement réutilisables (par exemple: un template sur mesure pour tous les articles d’avis pour les produits de compléments alimentaires… avec un design sur mesure)
  • Amélioration de l’Interactivité et du Visuel : Intégrer des éléments graphiques innovants, des toggles pour cacher/afficher du texte, des sommaires interactifs, et des graphiques attrayants pour améliorer l’engagement de l’utilisateur dès les premiers instants sur la page (1ere moitié du contenu par exemple).
  • Optimisation pour Mobile : S’assurer que chaque page ou template est facile à naviguer et à lire sur mobile, en utilisant des éléments de design adaptés aux petits écrans.
  • Test et Validation Continus : Tester régulièrement l’expérience utilisateur sur différents appareils pour s’assurer que le contenu est non seulement SEO-friendly, mais aussi engageant et facile à consommer pour l’utilisateur.

Le Contenu IA en 2024

Je trouve que l’IA pour la création de contenu, c’est un peu comme un bon outil dans la boîte à outils : super utile, mais ça ne fait pas tout le travail. L’IA a encore du mal à comprendre parfaitement ce que les gens cherchent vraiment.

Alors, je prends toujours un moment pour analyser les intentions de recherche avant de laisser l’IA prendre les rênes.

Avoir une stratégie claire avec l’IA, c’est la clé. Sinon, on risque de se retrouver avec du contenu qui ne touche pas sa cible.

L’IA, c’est génial pour donner un coup de pouce, mais ça ne remplace pas le flair humain.

Quand il s’agit d’EEAT, c’est là que je mets la main à la pâte. L’IA n’est pas encore tout à fait au point pour gérer ces nuances fines. Une intervention humaine fait toute la différence.

Par contre, pour des contenus plus standards comme le SEO local ou les fiches produits, l’IA fait le taffe sans vraiment qu’on aie besoin d’intervenir. Et là, les gains de temps peuvent être gigantesques, surtout si on la combine à l’automatisation…

Toujours est-il que pour 2024, je ne pense pas qu’un tool pourra nous permettre de faire du full IA (en 1 clic) qui ranke sur Google ! A voir ce que proposent Gemini et Chat Gpt 5.

Backlinks en 2024

Pour les backlinks, je pense qu’on va voir quelques changements en 2024. 

Les liens issus des plateformes de backlinks commencent à perdre de leur efficacité. Le problème, c’est que le nombre de sites de qualité sur ces plateformes est vite limité. Si on cherche à obtenir des dizaines de liens par mois, on se retrouve vite à court de choix et on tombe dans le piège des “fermes à liens”.

Pour les nouveaux sites, les plateformes peuvent encore être utiles pour obtenir un grand volume de liens à moindre coût. Mais pour des liens de meilleure qualité, il faut se tourner vers des options plus coûteuses et souvent hors plateforme d’achat de liens.

Les liens resteront essentiels pour se positionner sur des requêtes concurrentielles. Mais sans contenu de qualité qui répond vraiment à l’intention de recherche, ces liens ne valent pas grand-chose.

Je m’attends à une grosse mise à jour concernant les fermes à liens, donc il vaut mieux être prudent.

En ce qui concerne le guest posting, pour les nouveaux sites, ça reste une bonne stratégie tant que les sites proposant des articles invités sont pertinents et ne ressemblent pas à des fermes à liens une fois de plus.

Parasite SEO en 2024

Le Parasite SEO, c’est cette pratique où de gros sites comme Forbes ou Outlook India arrivent à bien positionner des contenus affiliés sur des requêtes très spécifiques, comme “Chemise sur mesure Paris”. Ça n’a aucun sens de voir ces géants du web concurrencer des sites de niches alors qu’ils n’ont aucune expertise réelle.

Je remarque qu’il y a de plus en plus de critiques à ce sujet, et ça remonte régulièrement jusqu’à Google.

Mon intuition me dit que Google va commencer à dévaluer ces contenus qui viennent de gros sites dont la thématique n’a rien à voir avec le sujet du contenu, surtout quand il y a un enjeu commercial derrière. C’est une question de satisfaction de l’utilisateur. 

Google veut fournir les résultats les plus pertinents, et ces contenus affiliés sur des sites à thématique éloignée (ou généralise) ne font pas l’affaire. Google est à la ramasse sur ce point mais va certainement s’améliorer.

Je pense d’ailleurs que Google a déjà commencé à agir manuellement contre certains de ces gros sites et qu’il va probablement mettre à jour ses guidelines concernant les contenus affiliés hébergés sur des sites autoritaires mais non pertinents.

J’ai déjà remarqué de grosse chutes de trafic parmi ces gros sites  sur des requêtes commerciales sur des pages utilisées pour faire du parasite SEO. Et je m’attends à ce que Google passe à la vitesse supérieure vers mi-2024.

Le Parasite SEO ne va pas disparaître, c’est certain, mais il va devenir plus compliqué à mettre en œuvre. Les stratégies devront être plus fines et mieux pensées pour rester efficaces.

Rémi Mondina, Consultant SEO Freelance

Laurent JEAN : “Les assistants IA et la mort des moteurs de recherche tels qu’on les connaît ?”

Intégration des Assistants IA dans les Applications

L’année 2024 marque un changement radical dans le monde du SEO, principalement due à l’intégration des assistants IA, comme Microsoft Copilot, dans les applications. Cette évolution suggère une nouvelle forme de recherche où les utilisateurs n’auront plus besoin de quitter une application pour obtenir des réponses, impactant profondément le rôle traditionnel des moteurs de recherche comme Google. Pourquoi aller chercher des informations sur une fonctionnalité excel alors que l’on peut demander directement à copilot de nous extraire des informations d’un tableau et le formater pour qu’il soit lisible, et lui demander en temps réel de le modifier avec la voix ?

Impact sur le SEO

  • Les stratégies SEO doivent être adaptées pour répondre aux requêtes formulées directement dans les applications.
  • Importance accrue de l‘optimisation pour les réponses contextuelles et spécifiques à l’application et aux utilisateurs.
  • La notion de Helpful Content sera poussé à son paroxysme ou chaque requête sera propre a l’utilisateur avec son historique de recherche, mais également son historique de conversation avec l’IA.
  • Les articles de news devraient continuer d’avoir l’attention et d’être mis en avant par Google, mais les contenus froids même informatifs, pourront avoir une réponse donnée directement par les LLM (Bard, Gemini) en direct sans forcément aller chercher de la data sur le web, ou directement rephrasés sans citation de sources, si on se base sur les expériences GSE (google search experience).

Rabbit R1 et Perplexity : Nouveaux acteurs sur le marché. De nouveaux devices et des nouvelles façons de chercher

Le Rabbit R1, présenté au CES 2024, et Perplexity représentent des alternatives innovantes à Google. Rabbit R1 intègre les fonctionnalités des smartphones dans une interface unique, commandée par la voix, tandis que Perplexity offre une expérience de recherche différenciée et transparente. C’est l’un des premiers moteur de rechercher a avoir utilisé l’IA pour ses réponses tout en citant les sources, bien avant bing chat et l’intégration de bing dans chatgpt. C’est un des exemples de nouveau device, mais il pourrait y avoir d’autres écosystème avec la réalité augmentée (apple vision, lunettes AR), où l’utilisation de texte n’est pas adapté, tout comme la longueur de texte.

Répercussions sur le SEO

  • Nécessité d’optimiser le contenu pour la recherche vocale et les commandes interactives.
  • Adaptation aux différents formats et interfaces offerts par ces nouveaux dispositifs.

Google Gemini : Réponse de Google à la Concurrence

Face à ces innovations, Google a lancé Gemini, le concurrent de ChatGPT, intégré dans les smartphones Samsung Galaxy S24. Gemini offre des capacités avancées de génération de contenu et de réponses basées sur l’IA, ce qui pourrait modifier la manière dont les utilisateurs interagissent avec les contenus en ligne.

Conséquences pour le SEO

  • Adaptation au fonctionnement et aux capacités des assistants IA comme Gemini dans les stratégies de contenu.
  • Optimisation du contenu pour l’intégration avec les fonctionnalités d’IA dans les smartphones.
  • Comme ces AI sont dites “pre-train” ou pré-entrainées, cela veut dire que ceux qui avaient déjà écris des contenus peuvent se retrouver dans la base de connaissance, et si on lui demande de citer des marques peuvent ressortir.

L’Ascension du contenu Vidéo et Audio

2024 voit également l’essor du contenu vidéo et audio, en grande partie grâce à l’intégration de technologies IA dans les appareils mobiles. Les images avec Midjourney, Stable Diffusion, et dall-E, avaient déjà fait un grand bond en qualité en 2023, maintenant ils peuvent servir de base pour la création de vidéo. Ces formats deviennent essentiels pour engager les utilisateurs. Il devient possible à partir d’un texte de générer un avatar ou un clone d’une personnalité, de cloner sa voix et de créer de nouveaux contenus (heygen, d-id, synthesia…). Si Google fait aujourd’hui une indigestion de textes soumis par les SEO, cela pourrait être la prochaine voie, déjà utilisée par les jeunes sur les réseaux sociaux (tiktok, etc,…), et l’avènement d’influenceuses AI.

Stratégies SEO pour le Contenu Vidéo et Audio

  • Optimisation des métadonnées pour les vidéos et les fichiers audio.
  • Utilisation de transcriptions pour rendre le contenu audio et vidéo accessible et indexable.
  • Création de contenu vidéo et audio de qualité pour stimuler l’engagement et le partage.

Vers un paysage SEO diversifié

En 2024, le paysage du SEO est en pleine transformation. L’intégration des assistants IA, l’émergence de technologies comme Rabbit R1 et Perplexity, et la réponse de Google avec Gemini redéfinissent les stratégies SEO. L’essor du contenu vidéo et audio ajoute une autre dimension à cette évolution. Les professionnels du SEO doivent donc s’adapter à un environnement en constante mutation, où la flexibilité et l’innovation sont clés.

Laurent JEAN (Jessy SEO) : CopyWriting Ai et Consultant SEO

Mathieu Chapon : “Anticipez et adaptez vous à l’impact de la SGE”

L’avènement de ChatGPT et ses répercussions

L’année 2023 a marqué un tournant décisif dans l’histoire de la recherche en ligne avec le lancement de ChatGPT au grand public. Cette innovation a non seulement transformé nos habitudes de production, mais a également conduit à une adoption rapide de l’intelligence artificielle générative, d’abord intégrée par Bing, puis par Google quelques mois plus tard. 

Bien que cette avancée n’ait pas permis à Bing de gagner des parts de marché, elle a modernisé les SERPS des moteurs de recherche, proposant des réponses plus pertinentes, une évolution majeure depuis plus de 20 ans.

Cette transformation a eu un impact profond, au-delà du simple référencement, remettant en question de nombreux métiers de la société moderne. Personnellement, j’ai de plus en plus recours à l’Intelligence Artificielle générative dans mon travail quotidien pour améliorer la qualité de nos analyses et automatiser de nombreuses tâches avec l’aide d’outils no-code.

Jusqu’en 2022, l’utilisation de l’intelligence artificielle était réservée à une élite capable d’élaborer des algorithmes ou d’utiliser des APIs pour le développement de projets souvent expérimentaux. Cette barrière n’était pas seulement d’ordre technique, mais également financière : le coût d’accès aux outils et aux formations était élevé, cantonnant l’usage de l’IA principalement aux data scientists et aux chercheurs universitaires engagés dans une démarche d’expérimentation et d’apprentissage.

La démocratisation initiée par OpenAI a changé la donne, permettant à chacun d’interagir avec une IA via de simples prompts, et a redéfini notre manière de travailler et de rechercher de l’information. De nos jours, les pionniers proposent des méthodes et outils pour générer massivement du contenu, supposés se positionner facilement dans les résultats de recherche. 

En réponse à cette vague de changement et à la facilité croissante de création de contenu, Google a récemment mis à jour ses algorithmes pour se concentrer sur la qualité et la fiabilité des contenus et des sites. Ces « Core Updates » répondent à ceux qui ont opté pour la facilité.

Face au succès d’OpenAI et de son ChatGPT, ainsi qu’à l’intégration de l’IA par Microsoft dans Bing, Google a rappelé ses fondateurs pour contre-attaquer. Google a lancé, un peu précipitamment, une version beta de sa réponse générative aux États-Unis avant l’été 2023.

Il persiste cependant, une incertitude quant à l’affichage par défaut de ces réponses génératives dans les moteurs de recherche :

  • Bing, malgré sa nouvelle approche prometteuse, n’a pas gagné de part de marché depuis 10 mois et a réduit la visibilité de son Chat IA sur sa SERP.
  • Google, malgré l’intérêt des milléniaux pour cette IA, n’affiche pas encore cette fonctionnalité par défaut. Elle doit être activée manuellement dans les profils utilisateurs. Google reste prudent, cherchant à ne pas impacter ses revenus publicitaires, et a relégué cette technologie à une simple « expérience dans Google Labs ».

Pour les utilisateurs, véritables juges de cette nouvelle offre des moteurs de recherche, jouent un rôle crucial dans le succès ou l’échec des nouvelles fonctionnalités. Si la proposition n’est pas convaincante, Google pourrait abandonner cette « smart réponse », comme il l’a fait avec certains de ses projets antérieurs (Google+, Google Glass, etc.).

Pour les professionnels du web, plusieurs questions se posent : Faut-il produire en masse du contenu facile et rapide à créer ? Google va-t-il privilégier ce contenu au détriment de ses critères de qualité ? Les dernières mises à jour de Google semblent déjà répondre à ces questions. Même si certaines techniques visent à contourner ces critères, cette stratégie semble à court terme, surtout que Google, utilisant également l’IA pour générer du contenu, sait identifier ce type de contenu sur les sites.

Zoom sur 2024

L’évolution récente du trafic organique, influencée par la Search Generated Experience (SGE), montre que les CTRs (taux de clics) pour les sites déjà bien positionnés seront probablement affectés. Une étude menée par Authoritas révèle que 94% des sites cités comme sources par l’IA sont différents de ceux bien classés en SEO.

Pour anticiper l’impact de la SGE en 2024, il est conseillé aux responsables de site d’analyser les requêtes génératrices de trafic dans leur console de recherche, de traduire ces termes puis de les suivre via un outil de suivi de positionnement, en ne ciblant que les États-Unis. Cela permettra d’identifier les expressions susceptibles de  déclencher une réponse de l’IA et d’estimer une baisse potentielle de trafic, hypothétiquement évaluée à 50%.

Certains professionnels perçoivent la réponse générée par Google comme une opportunité de visibilité, même s’ils n’apparaissent pas dans les 10 premiers liens de recherche. Il est observé que les sites référencés par Google sont majoritairement reconnus et fiables, avec des domaines en .org et .edu, plutôt que des sites commerciaux (moneysites).

Évaluer la SGE sur votre site

Pour s’adapter à l’impact de la SGE (Search Generated Experience) en 2024, il est conseillé aux responsables de sites web d’extraire les expressions clés générant des clics depuis leur console de recherche, de les traduire (manuellement ou à l’aide d’un outil tel que Deepl), puis de les soumettre à un outil de suivi de positionnement, en se concentrant sur le marché américain. Cela permettra d’identifier les termes déclenchant une réponse IA et d’anticiper une baisse potentielle des clics de 50% pour évaluer l’impact sur le trafic. Il est important de noter que cette évaluation est relative, car la plupart des utilisateurs américains n’ont pas encore activé l’affichage de la SGE.

Les forums

Les mises à jour de Google fin 2023 ont favorisé les forums de renommée internationale tels que Reddit et Quora, devenant des sources d’inspiration clé pour le moteur de recherche. Ces plateformes offrent des contenus, pour l’instant non reproduits par l’IA et répondant aux besoins de Google pour des recherches correspondant aux discussions en cours sur ces plateformes.

En plus de lancer ou d’optimiser un forum, les professionnels peuvent envisager de contrôler certaines recherches qui remontent dans ces forums dans leurs domaines d’activité, afin de promouvoir la qualité de leurs services, produits ou marques.

L’évolution des recherches transactionnelles

Concernant l’évolution des recherches transactionnelles, un changement dans l’affichage des résultats pour les produits en e-commerce est visible aux États-Unis. Cet affichage pourrait bientôt apparaître dans les résultats de recherche européens et donc français. Les sites spécialisés dans les comparatifs, avis, et guides d’achats seront probablement les premiers affectés par la SGE en France.

Une évolution notable aux États-Unis a été observée concernant les recherches pour les produits e-commerce. Auparavant, un utilisateur cherchant un produit comme “robe de designer” naviguait sur les premiers sites et utilisait leurs filtres pour affiner sa recherche. 

Aujourd’hui, l’utilisateur peut directement filtrer sur Google, modifiant ainsi la nature des recherches et favorisant les sites ayant optimisé leurs pages à facettes. Les e-commerçants qui négligent encore cet aspect et bloquent ces pages via le fichier robots.txt pourraient perdre en visibilité. Il est donc crucial d’accorder la priorité à l’optimisation des pages de listing filtrées pour rester compétitifs.

Mathieu Chapon, Search Foresight => PEAK ACE | Fondateur, Outils SEO & Innovation |

Charly Rouget : “Je pense qu’il faut arrêter d’avoir peur de tout et tout le temps.”

Depuis des années, on entend que “le SEO est mort” et pourtant il se porte toujours aussi bien. Je voulais commencer ces lignes par un constat sur 2 grandes révolutions qui aurait dû tuer le SEO :

  • La recherche vocale devait être une révolution dans le domaine, et tout bousculer. Finalement, plus personne ne s’en préoccupe.
  • L’arrivée des Core Web Vitals, ou Signaux Web Essentiels, était annoncée comme une prise en compte majeure (par bon nombre d”Experts”) des performances dans les critères de positionnement. Finalement, il n’y a que le TTFB (Time To First Byte) qui a un impact. Et encore, il reste minime.

Et maintenant, avec l’explosion des IA, tout le monde s’inquiète de l’arrivée de SGE.

SGE, le nouveau grand concept dont il faut avoir peur ?

Non.

Non SGE ne sera pas la grande révolution dont il faut s’inquiéter, se méfier. SGE, pour “Search Generative Experience”, n’est qu’un nouvel outil, une expérimentation de Google pour “Améliorer le moteur de recherche grâce à l’IA générative”, comme ils l’ont présenté.

Pour l’instant, ce qu’on peut voir c’est que : 

  • Dans 65% des cas, il faut cliquer sur un bouton pour lancer la génération. Sachant à quel point les internautes sont patients, nous pouvons déjà déduire que 65% du temps SGE ne sera pas utilisé. Les gens préféreront scroller sur les résultats organiques.
  • Seulement 4,5% des générations correspondent à une URL organique de la première page. Google ne fait donc pas confiance aux contenus qu’il met en haut de sa recherche ? On remarque un réel problème de cohérence.

Quid des sources et de la propriété intellectuelle ?

À l’heure où tout le monde hurle au scandale quand Midjourney est capable de reproduire des styles graphiques, quand Chat GPT est capable d’écrire selon le style d’un auteur, que penser de Google qui se sert de votre contenu pour proposer une réponse ?

Où s’arrête la propriété intellectuelle ? Et surtout, doit-on croire Google sur parole ?

SGE sera peut-être une innovation dans l’affichage des résultats, ou pas. SGE s’affichera peut-être de lui-même, ou il faudra cliquer sur un bouton. Mais ce n’est toujours pas cette année que le SEO va mourir.

Charly Rouget, Consultant SEO chez 410 Gone

Alexis Rylko : “2024 : Vers le SEO plus holistique, intense et humain.”

Qu’avons-nous appris en 2023 ?

En 2023 :

  • Nous avons appris un peu plus sur le fonctionnement de Google et Yandex, grâce aux leaks ou au procès Antitrust : NavBoost, Topicality, prise en compte des clics utilisateurs etc.
  • Nous avons appris que les mises à jour de Google pouvaient être déployées simultanément, autrement dit, elles visent des aspects distincts de la recherche (pour que le moteur sache évaluer leur efficacité et ajuster si nécessaire).
  • Nous avons appris à travailler le contenu du point de vue de l’intention de recherche et autorité thématique. Malgré un certain hype derrière les deux concepts, c’était bénéfique pour l’écosystème.
  • Nous avons pris le goût de rechercher de l’information dans ChatGPT ou BERT, et les résultats ne sont pas si mauvais que ça. De plus elles sont personnalisées, spécifiques et sans ads ni spam.
  • Nous avons appris et continuons apprendre à communiquer avec l’intelligence artificielle et en même temps formuler clairement nos propres pensées.

2024 : Vers le SEO plus holistique, intense et humain

Comme chaque année, le SEO évolue. Parce que Google évolue. Parce que la concurrence évolue aussi. Et pour atteindre les mêmes performances il faut appliquer chaque année de plus en plus d’efforts cognitifs, financiers, organisationnels.

L’avènement de l’IA comme nouveau paradigme du Web et de la recherche ne fait que commencer et va certainement prendre de l’élan en 2024. Je ne parle pas vraiment des résultats SGE, mais de l’IA dans son ensemble.

Déjà aujourd’hui, on sourit quand on se souvient de notre admiration des premiers textes générées il y a un an par DaVinci 2, bien rudimentaires par rapport à ce qu’on arrive à générer avec les modèles d’aujourd’hui 😊

Quant à l’IA, je trouve qu’il est important de différencier ce que Google annonce à destination des investisseurs, et ce qu’il va introduire réellement dans la recherche (au moins à court terme). On a souvent tendance à mélanger les 2 discours tandis qu’ils ont des destinataires et objectifs très différents.

Ce qui est sûr, c’est que les agents conversationnels à la base de l’IA, ChatGPT en l’occurrence, ont montré qu’il existait une autre façon de chercher l’information et obtenir les réponses à ses questions : plus personnalisée, plus rapide sans spam, ni ads, ni pop-ups dans tous les sens.

Néanmoins, la prolifération de l’IA a ébranlé le nid d’anciens problèmes et les a portés à une échelle qualitativement nouvelle :

  • Augmentation exponentielle de la production de contenus.
  • Augmentation drastique des volumes de spam.
  • Contenus neutres, irresponsables.
  • Contenus erronés : volontairement ou pas.

Ainsi, si on parle de ce qui pourrait arriver en 2024, donc très prochainement, je proposerais les tendances suivantes :

2024 : Année des brands 

  • Suite à une méfiance croissante envers toute information publiée, les utilisateurs vont de plus en plus retourner aux sites qu’ils considèrent comme ceux de confiance.
  • Et Google les rejoindrait dans cette intention : si on ne peut pas dire qui a produit le contenu, l’humain ou la machine, on va regarder qui le publie.
  • L’année 2023 a très bien montré : que les vraies marques et entreprises n’ont pas à se soucier du EEAT.

2024 : Année du fact-checking 

  • Scandales et crises liés aux fake-news et deepfake.
    • Il est fort probable que nous assisterons aux premières tentatives de réglementation juridique du contenu AI. La plus simple serait l’obligation d’indiquer que certaines parties du site peuvent être créées à l’aide de l’IA. Au minimum, cela rendrait les choses un peu plus transparentes.
    • Label non-formel de qualité “Made by Human”.

2024 : Les choix et les sacrifices auxquels Google sera prêt à consentir

  • Une croissance exponentielle des contenus va retrouver le mur qui est la taille de l’index de Google que le moteur visera à garder plus ou moins au même niveau. Qui le moteur va-t-il sacrifier ? On espère que le spam.

2024 : L’année du contenu UGC 

  • Prime aux forums, réseaux sociaux, podcasts, vidéos d’expériences personnelles.
  • Déploiement des forums et de sections Q&A internes, par exemple, le support.

2024 : Vision stratégique vs tactique

  • La stratégie ce n’est pas un ensemble de techniques SEO, mais un autre niveau de raisonnement, de conception et de gestion de projet.
  • Vers le SEO plus holistique : l’utilisation de toutes les verticales de recherche, formats de communication, étapes du CJM etc.
  • Vers une collaboration plus étroite avec les clients : S’intégrer davantage dans le marketing du client, profiter au maximum des ressources disponibles.
  • Vers le SEO plus intense : s’adapter au rythme du monde porté par l’IA (automatisation, outils, analyses)
  • SEO défensif – défendre et assurer la pérennité des positions acquises.
  • CRO – si l’acquisition devient de plus en plus chère, profiter au maximum de ses acquis en améliorant le % de transformation des pages qui génèrent de l’audience.

Alexis Rylko, Directeur technique SEO chez iProspect France

Aymeric Bouillat : “Le contenu c’est bien, le rendre digeste et exploitable par Google c’est mieux.”

Les SERP en mutation, merci Discover

Sans évoquer à nouveau en quoi l’IA à révolutionné notre façon de travailler en SEO, ce sont les SERP en pleine mutation qui auront marqué l’année 2023. Avec les différents Core Update de Google, et son utilisation du machine learning et de l’IA de façon plus avancée pour générer les pages de résultats, nous avons eu du fil à retordre.

Comme l’étude produite par Sistrix sur l’analyse de visibilité en 2023 le montre, nous voyons clairement que certains acteurs se sont imposés en première page, au détriment de sites qui ont une visibilité bien moindre maintenant dans certaines thématiques.  Là où des sites de presse se positionnaient correctement sur des requêtes informationnelles avec des sujets « evergreen », on voit bien que des marques et les institutions ont pris le relais : la pertinence des mentions et des entités s’est renforcée. Le backlink quant à lui est toujours au cœur du réacteur pour certains typologies de requêtes, mais c’est clairement plus subtil que par le passé…(cela n’empêche que les SERP restent toujours à côté de la plaque sur certaines requêtes spammy).

Heureusement que Discover a pu bénéficier à de nombreux sites, avec malgré toutes les bonnes pratiques que nous connaissons en effet éphémère et parfois imprévisible (comme le rappelle à juste titre Google dans sa documentation) : gardons à l’esprit que Discover n’est qu’un bonus.

Si on devait tirer une leçon de 2023, ce serait de ne plus subir les updates, en essayant de modifier des éléments SEO à chaque mise à jour de Google, mais plutôt de comprendre au mieux nos utilisateurs en essayant de se mettre à leur place, plutôt que de leur montrer ce que nous voulons leur montrer. Il s’agit de prendre de la hauteur sur le métier de SEO qui fait partie d’un prisme plus complexe que de la mise en exergue de simples mots-clés, qui nécessite parfois de remanier ses templates en profondeur pour satisfaire l’utilisateur.

Ce que l’on apprend avec le procès anti-trust de Google

Au-delà de toutes les meilleurs pratiques SEO habituelles, c’est certainement les informations dévoilées par Google lors de son procès anti-trust qui doivent guider nos stratégies. Les signaux utilisateurs sont au cœur de l’algorithme : d’une part avec les éléments de « Page experience » qui remontent dans la Search Console, mais surtout avec toutes les interactions prisent en compte dans les algorithmes, qui influencent de façon marquée la manière dont les résultats sont organisés.

C’est en effet ce qui a été rendu public par Pandu Nayak (vice-président de la recherche chez Google) et Eric Lehman (employé de Google qui a travaillé comme ingénieur sur les facteurs de classement) au travers de différents critères du moteur lors de ce procès, avec entre autres :

  • des A/B tests et expériences en direct que Google mène et où un quality-rater compare deux pages de résultats de recherche, avec des “live experiments” pour évaluer la qualité des résultats basée sur les clics des utilisateurs
  • l’utilisation des clics dans les résultats de recherche pour analyser divers signaux utilisateurs et déterminer les résultats les plus appropriés (avec un algorithme comme Navboost qui se concentre sur la pertinence des résultats de navigation en fonction du contexte et des interactions)
  • les données collectées via Chrome que Google utilise pour comprendre les intentions des utilisateurs, mais également pour indexer des pages et déclencher Google Discover !

Avec tous ces modèles de deep-learning comme RankBrain, DeepRank, et RankEmbed BERT qui sont entraînés sur des données de clics et de requêtes (tout cela affinés avec des données de l’IS Score) , nous devons prendre conscience du fait que le SEO entre encore plus dans une dimensions lié au ressenti utilisateur qui arriverait sur une page, qu’aux optimisations SEO classiques. Si vous voulez la confiance de Google, gagnez d’abord celle de vos utilisateurs.

Quand on évoque l’EEAT, ces modèles ont probablement un rôle plus important à jouer que ce qu’on pourrait croire dans cet acronyme !

Apprendre à travailler avec des SERP à géométrie variable en 2024

En tant que référenceur, nous devons ajouter une nouvelle corde à notre arc, et engager des tests utilisateurs à notre tour, pour avoir des pages qui répondent au mieux au besoin informationnel de notre cible, et permettent aux visiteurs d’avoir un bon feeling en atterrissant sur nos landings, et éviter l’effet « touch and go ». En parallèle, le rôle des entités nommées, et les aspects liés à l’autorité sont de plus en plus fort à en voir le système de vases communicants entre les sites qui ont gagné ou perdus sur 2023 (exemple sur la santé).

Avec SGE qui est abordé à plusieurs reprises par d’autres consœurs et confrères, on aura un moteur dans le moteur : comment en tirer partie ? Nous avons déjà quelques indices avec une étude sur SGE aux USA  qui vient de sortir sur le sujet, avec des axes intéressants pour les e-commerçants (également par rapport au carrousel SGE Snapshot).

Le SEO seul n’a plus aucun sens sans s’appuyer sur les réseaux sociaux pour envoyer des signaux de trafic qui est un point clé. L’utilisation des réseaux pour être vu contribuera au SEO, et la diversification des contenu proposés aux utilisateurs est à prendre en compte. Bien que les podcasts n’aient pas encore trouvé complètement de modèle économique pérenne, ce type de contenus sont porteurs.

Une chose est certaine par contre, les aspects techniques du SEO restent prédominants, tant sur le critère Webperf comme critère indirect, que sur les problématiques de crawl et d’indexation sur les sites à forte volumétrie de trafic (sans parler du JS !). Le contenu c’est bien, le rendre digeste et exploitable par Google c’est mieux.

Aymeric Bouillat, Consultant SEO Senior

Amandine Bart : “Le SEO 2024 sera réactif, pertinent et avant tout humain.”

L’année 2023 en SEO l’année des fortes croissances c’était l’année des tempêtes 🌪️ Pour beaucoup l’année 2023 a été l’année de la croissance SEO. Après avoir posé de belles fondations certains ont vu leur trafic doubler voir tripler. 

Mais ce n’était pas sans compter sur notre très cher Mr. Google qui a décidé de nous pondre des mises à jour les unes derrières les autres.

L’année 2023 a été le focus clairement sur les cores vitals et sur l’expérience utilisateur. Un site qui n’était ni au rendez-vous sur ses performances ni au rendez-vous sur la rapidité et la qualité d’expérience pour un visiteur est un site qui s’est vu prendre une gifle monumentale sur son trafic.

Globalement les tendances 2024 vont être :

  • Une technique PARFAITE -> un site qui n’est pas cabale d’être au niveau ne pourra prétendre à des grosses croissances SEO ! La search console sera donc l’outil indispensable pour être dans les clous!
  • Une expérience utilisateur réfléchie et réactive,
  • Du contenu SEO pertinent qui apporte de la valeur et qui répond vraiment aux interrogations des internautes -> on oublie les contenus bateaux et les contenus « purs » SEO
  • Et ceux qui sauront maitriser le SEO YouTube prendrons une grosse longueur d’avance sur leur concurrence. 👀

Le SEO 2024 sera réactif, pertinent et avant tout humain. Un équilibre entre les 3 piliers du SEO et une stratégie qui fait sens. 

Si je ne devais donner un seul conseil pour le lancement de stratégie pour l’année à venir ce serait de vérifier l’intention de recherche avant d’ecrire.
Oui, on devra toujours répondre aux exigences d’un moteur de recherche pour se placer en SEO.
Mais si internautes à peine arriver se barrent car ils ne trouvent aucune pertinence au contenu proposé c’est la recette du désastre assuré.

Les cocons sémantiques seront bien mis à l’honneur s’ils sont maitrisés et surtout s’ils font sens pour la cible visée. 🎯

Amandine Bart, le SEO sans migraine

Michaël Turcan : “Le SEO en 2024 est une question d’équilibre et d’adaptabilité.”

Les tendances SEO en 2024

En 2024 différents éléments se confirment encore davantage ! La réussite en SEO ne se limite plus aux méthodes de base axées sur la technique, l’éditorial et le netlinking. Pour se démarquer, il est essentiel de miser au maximum sur l’E-E-A-T (Expertise, Expérience, Autorité, Confiance), l’intention de recherche et d’adopter une présence la plus omnicanale possible avec notamment l’arrivée prochaine de SGE qu’il nous faudra intégrer, adopter et influencer. Les acteurs les plus influents seront ceux qui parviendront à équilibrer efficacement un contenu hybride combinant l’assistance de l’intelligence artificielle et l’intervention humaine pour lutter contre les contenus en masse majoritairement sans saveur et/ou sans originalité notable sauf exception (détendez-vous les black cat !!).

L’une des grandes questions qui perdure concerne le bon équilibre entre la quantité de contenu publié quotidiennement ou hebdomadairement et la qualité du travail de recherche journalistique, incluant les recherches plus approfondies avec valeur ajoutée notable du type interviews, avis, guides et retours d’expérience par exemple.

Pour trouver ce juste milieu, il est recommandé d’expérimenter une variété d’outils jusqu’à trouver ceux qui vous conviennent le mieux à chaque situation spécifique. Cela implique de ne pas se limiter à une seule méthode ou technologie mais de faire de la veille en continue notamment avec les nouveaux outils IA émergents, de les tester et de rester ouvert à différentes approches et innovations dans le domaine du SEO, de l’IA, de la création de médias et du marketing au sens large.

Ce mélange de contenu texte, photo ou vidéo généré par l’IA et le travail humain approfondi offre une opportunité nouvelle unique et un champ des possibles de plus en plus crédible : celle de produire en grande quantité tout en maintenant un niveau de qualité et d’authenticité élevé. On voit par exemple fleurir sur Instagram et TikTok des vidéos dont le texte, le portrait de l’orateur, les sous-titres et la musique de fond sont générés par l’IA pour nous proposer de gagner de l’argent ou d’arrondir ses fins de mois grâce à des formations. Ces vidéos connaissent un succès notable et leurs communauté est grandissante chaque jour. La clé du succès réside dans la capacité à intégrer l’expertise humaine et les insights dans le contenu généré par l’IA garantissant ainsi que le contenu reste le plus possible, pertinent, engageant et crédible !

Pour conclure, on peut dire que le SEO en 2024 est une question d’équilibre et d’adaptabilité nécessitant une combinaison de stratégies traditionnelles et innovantes notamment grâce aux nouveaux outils IA qu’il est nécessaire d’adopter pour rester compétitif dans un paysage numérique en constante évolution. Il ne me reste plus qu’à vous souhaiter de faire de bonnes découvertes, de toujours prendre du plaisir et une excellente année à vous toutes et tous !

Michaël Turcan, Consultant SEO

Alexandre Chombeau : “La pertinence “absolue” d’un contenu ne fera pas de vous le numéro 1”

En 2022, je n’étais pas peu fier de voir l’un de mes sites dépasser la barre des 20 000 visiteurs quotidiens et entrer sur le podium Sistrix des sites avec la plus grosse augmentation de visibilité en pourcentage (classé 18ème).

Pas de recette miracle. Simplement un FOCUS sur l’intention de recherche.

L’intention de recherche est le Graal du SEO.

Elle peut permettre à une page d’un site web de se classer en première page de Google, voire dans le top 3…

  • Même si vous n’avez pas un gros budget SEO.
  • Même si le nom de domaine manque d’autorité.
  • Même si votre page n’obtient pas de backlinks.

Ceux qui maîtrisent parfaitement l’intention de recherche peuvent prétendre aux premières positions de Google sur presque n’importe quelle requête.

Malheureusement, le sujet est trop peu maîtrisé par les experts SEO. En 2023, les algorithmes de Google n’ont fait “que” suivre la tendance dans laquelle Google s’inscrit depuis des années :

  • Comprendre de manière toujours plus pertinente la requête de l’internaute.
  • Prédire la requête de l’internaute (voire même prédire avant même que l’internaute lui-même ne sache qu’il va faire cette requête).
  • Délivrer la réponse le plus rapidement et de la manière la plus pertinente possible.

Si l’on aborde le SEO d’un point de vue plus philosophique, on constate tous que l’on vit dans un monde où tout va déjà très vite, et où tout va de plus en plus vite. Les gens ne lisent plus, les gens n’ont pas le temps (ou plutôt, les gens n’ont plus envie de prendre le temps).

On vit dans une course contre la montre effrénée. Et dans cette course, on a tous pris l’habitude d’avoir des réponses à nos questions en quelques millisecondes sans même nous rendre compte de la chance incroyable que l’on a.

Cette incroyable prouesse est le résultat d’un travail acharné par des dizaines de milliers d’ingénieurs, issus de la plupart des pays du monde, avec des moyens financiers qui se chiffrent en dizaines de milliards, voire en centaines de milliards d’euros par an.

Et pourtant pour mon plus grand désarroi, je constate que de plus en plus de SEOs en 2023 et en 2024 proposent des “recettes miracles” ou des “checklists” à suivre pour faire exploser son SEO. Comme si une simple checklist, une liste de choses basiques, allait vous permettre de ranker N°1 sur Google.

Arrêtez immédiatement de les écouter. Le SEO n’est pas une checklist, le SEO c’est un art qui nécessite une compréhension profonde du moteur de recherche.

L’art qui ressemble le plus au SEO est celui de la cuisine. Il y a des dizaines de milliers de manières de faire des pâtes à la carbonara. Et pourtant elles sont toutes différentes. Être numéro 1 sur Google, c’est être capable de faire des pâtes carbonara comme un chef étoilé.

Vous résumeriez le savoir-faire d’un chef étoilé à une checklist ? Vous pensez réellement que si celui-ci vous donne une checklist, vous seriez capable de faire son plat ?

Mais cela représente bien notre époque, l’époque de la flemmardise intellectuelle. Celle où l’on veut tout vulgariser, celle où l’on veut faire croire à tout le monde, que tout est possible, que tout est faisable en “3 étapes simples”.

Lorsque l’on parle SEO, la question n’est pas de savoir ce qu’il faut faire pour bien se positionner, mais plutôt de comprendre réellement la tendance dans laquelle Google, en tant qu’entreprise et pas uniquement en tant que moteur de recherche, s’inscrit.

Je disais déjà il y a 10 ans que Google en tant que moteur de recherche allait se transformer en un moteur de réponse.

Il n’y a qu’à voir ma femme qui, lorsqu’elle navigue sur Google, n’ouvre quasiment plus de site web. Elle se contente de lire les PAA. En ce qui me concerne, je n’utilise plus Google, je fais toutes mes recherches via ChatGPT. Et si j’ai besoin de lire des articles, je lui demande des liens. ChatGPT est devenu un compagnon bien plus fidèle pour moi que Google. Pourquoi je n’utilise plus Google ? Car Google s’est adapté à cette flemmardise intellectuelle.

Je disais au-dessus que Google avait besoin de plus en plus de pertinence. Mais “Pertinent” est visiblement un mot relatif pour Google. Google est pertinent pour ce qu’attendent les internautes. À savoir des contenus dont la lecture est rapide, efficace et qui apportent une réponse à leur question le plus vite possible. Mais quelle est la conséquence de tout cela ? On consomme du contenu qui nivelle notre intellect par le bas.

Voici un exemple : Vous demandez à Google “comment perdre du poids”, vous cliquez sur le premier lien et là, dans la liste des 11 conseils, on vous recommande de “boire du café noir”. Est-ce que l’on peut devenir sérieux 5 minutes ? Personne ne va maigrir parce qu’il va boire du café noir.

Mais nous sommes comme ça, nous sommes de plus en plus réticents à l’effort intellectuel, donc on aime croire en des solutions simples et Google est complice de ce nivellement par le bas. Google crédibilise cette manière de penser et cette manière de consommer.

Voilà pourquoi je n’utilise plus Google et pourquoi j’utilise ChatGPT, beaucoup plus modéré et fiable dans ses propos.

En 2024, je ne pense pas que les choses vont changer pour Google, je pense que Google va continuer à vous afficher des contenus soi-disant pertinents, qu’il va continuer de nous expliquer qu’il faut faire du contenu “pertinent”.

Ce qui est bien sûr le cas si vous voulez ranker.

Mais pertinent dans l’absolu ? Ou pertinent relativement aux utilisateurs et à leurs manières de consommer le contenu ?

J’aimerais que la tendance soit vers la première position, néanmoins, je crains et je pense que l’on poursuivra inéluctablement la tendance du contenu de type “Fast Food”, à la TikTok.

Google devient un Fast Food de la recherche.

Et même s’il essaye de se rattraper avec ses différentes mises à jour pour améliorer la qualité de son contenu, le résultat est qu’aujourd’hui, on consomme du contenu dont la valeur ajoutée est à des années lumières de ChatGPT.

La pertinence “absolue” d’un contenu ne fera pas de vous le numéro 1.

Les internautes veulent du spectacle, de la magie ! Le réalisme et le factuel sont bien trop ennuyants, ils viennent briser bien trop d’espoirs et de croyances.

Alexandre Chombeau, expert SEO

Merci à tous 💜

Petite conclusion faite par ChatGPT, c’est cadeau 🙂

2023 : des évolutions majeureus

En 2023, l’année a été marquée par des évolutions majeures dans le domaine du SEO, reflétant une transformation profonde du paysage numérique. L’avènement de l’IA, avec des modèles tels que ChatGPT, a consolidé son rôle central dans les stratégies SEO, influençant la création de contenu, la génération de prompts, et d’autres aspects du référencement. L’impact des Core Updates de Google, notamment l’utilisation avancée du machine learning et de l’IA pour générer les SERP, a bouleversé les résultats de recherche, redéfinissant la visibilité en faveur d’acteurs privilégiant la pertinence des mentions et des entités. Les révélations issues du procès anti-trust de Google ont mis en lumière la centralité des signaux utilisateurs dans l’algorithme de classement, incitant les professionnels du SEO à accorder une attention accrue à l’expérience utilisateur, aux clics, et aux interactions.

2023 a également vu émerger de nouvelles tendances et défis, avec l’apparition de Google SGE (Search Generative Experience), introduisant des SERP plus dynamiques et personnalisées. Les référenceurs ont dû repenser leurs stratégies, adoptant une approche plus holistique et adaptative. Les contenus générés par l’IA ont suscité des interrogations sur la propriété intellectuelle, tandis que l’importance croissante des marques, le fact-checking, et les choix de Google quant à la croissance exponentielle des contenus ont redéfini les priorités du SEO. Globalement, l’année 2023 a été marquée par une nécessaire adaptation aux mutations technologiques, plaçant l’utilisateur au cœur des préoccupations et remodelant les pratiques traditionnelles du référencement.

2024 : l’année du Made by Human

En 2024, les tendances majeures du SEO annoncent une évolution significative, démontrant l’impact durable des évolutions de 2023. L’année semble être celle des marques, où la méfiance croissante envers l’information publiée pousse les utilisateurs à se tourner vers des sites de confiance. Google semble suivre cette tendance en valorisant davantage les contenus produits par des marques établies, renforçant ainsi l’importance de la reconnaissance et de la confiance.

Le fact-checking émerge comme une priorité, avec la montée des scandales liés aux fake news et aux deepfakes. Les premières tentatives de réglementation juridique du contenu généré par l’IA pourraient voir le jour, avec des labels non formels de qualité comme “Made by Human”. La transparence sur l’origine des contenus devient cruciale, offrant aux utilisateurs une indication claire sur la source du contenu qu’ils consomment.

En parallèle, la croissance exponentielle des contenus pose des défis à Google, qui pourrait être amené à faire des choix sur les contenus à privilégier, évoquant ainsi une année du contenu UGC (User-Generated Content). Les forums, réseaux sociaux, et autres contenus d’expériences personnelles pourraient bénéficier d’une prime, soulignant l’importance croissante des interactions sociales dans le référencement.

Enfin, une vision stratégique plus holistique émerge, intégrant toutes les verticales de recherche, formats de communication, étapes du parcours client, et une collaboration étroite avec les clients pour maximiser les ressources disponibles. L’année 2024 semble donc propice à une refonte profonde des stratégies SEO, mettant en avant la confiance, la transparence, et l’interaction sociale comme piliers du référencement efficace.

Please wait...

2 réflexions au sujet de « Les tendances SEO pour 2024 : les avis des experts SEO »

  1. Waw, quel article complet et riche ! C’est très intéressant et relire beaucoup de SEO que j’ai eu plaisir à rencontrer ou côtoyer était très plaisant, mais je me rends compte qu’en peu de temps, j’ai raté quelques visages comme Alexis Rylko, Rémi Mondina ou Amandine Bart (quand on porte le nom d’un LLM, ça aide pour ce genre d’article ^^). Bravo à ma coauteure adorée pour cette compilation d’artisans du SEO !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

Les liens des commentaires peuvent être libérés des nofollow.