Vous êtes ici : Miss SEO Girl » Content Marketing » Mise à jour Google « Helpful Content », faut-il en avoir peur ?

Mise à jour Google « Helpful Content », faut-il en avoir peur ?

Déployée depuis le 25 août sur le marché anglophone, la nouvelle mise à jour de l’algorithme de Google, « Helpful Content », fait déjà trembler le monde du SEO. Si pour l’instant les retours d’expériences ne prouvent pas réellement d’impact sur le positionnement des sites en langue anglaise, les référenceurs français restent vigilants. Car cette nouvelle mise à jour vise une fois encore les contenus : mettre en avant le contenu de bonne qualité et bannir le mauvais.

Mais comment savoir ce que Google entend par « bon contenu » ? Quels critères vont être pris en compte ?  Quel impact possible sur les sites et comment éviter des pénalités éventuelles de cette nouvelle mise à jour ? Explications.

 Google « Helpful Content », c’est quoi ?

Si vous êtes « fluent » en anglais, vous aurez compris que cette mise à jour concerne le « contenu utile », comprenez par là un contenu pertinent, informatif, et réellement utile aux internautes. C’est du moins ce que Google a annoncé le 18 août sur sa page officielle : remettre l’humain au centre du processus de recherche – la valeur « humain » semble être un leitmotiv au sein de nombreuses entreprises en ce moment -, et par conséquent dans le processus d’écriture.

Selon Google, ce nouvel algorithme est la suite logique du travail engagé l’année dernière avec la mise à jour des avis sur les produits. Proposer un contenu toujours plus qualitatif aux internautes, au plus près de la réalité, et qui répondent rapidement à leurs besoins. Les contenus répondant aux nouvelles exigences de qualité seront donc mis en avant, alors que les autres seront pénalisés, renvoyant aux oubliettes du web les sites auxquels ils appartiennent. Car cette update dite « sitewide » ne va pas simplement sanctionner la ou les pages dont le contenu est jugé « mauvais » mais bien le site en entier !

Avec Google Helpful Content, le bon contenu est roi

  • Une meilleure expérience utilisateur

Comme pour n’importe qu’elle marque, l’important pour qu’un client revienne acheter c’est qu’il soit content. Le moteur de recherche n’échappe à la règle même s’il détient plus de 90% du marché. Si un internaute n’est pas satisfait des résultats qu’il obtient en effectuant une recherche sur Google, il peut vouloir utiliser un autre moteur (Bing, Qwant…). Il faut donc tout faire pour qu’il soit satisfait !

  • Lutter contre les contenus automatisés et les SPAMS

On ne va pas se mentir. Tous les rédacteurs ou propriétaires de sites ont au moins une fois produit du contenu pour alimenter la machine Google sans réellement se poser la question de la valeur ajoutée de leur texte pour le lecteur. Il est plus souvent question de quantité pour nourrir les robots que de qualité pour l’internaute, en espérant ainsi pouvoir se positionner correctement dans les SERP grâce à de bonnes (ou mauvaises) techniques SEO. C’est exactement ce que veut éviter Google qui souhaite un contenu orienté humain et non plus moteur de recherche.

 Votre site peut-il être impacté par Google Helpful Content ?

C’est la question à 1 million d’euros. Comme à son habitude, Google ne communique évidemment pas quels critères exacts vont être scrutés pour savoir si votre contenu est utile ou non. Alors pour éviter d’éventuelles pénalités, autant anticiper et se demander si votre site peut être dans le collimateur de la nouvelle mise à jour. Pour vous aider, Google donne néanmoins quelques pistes, toujours sur sa page officielle :

  • Votre contenu est-il principalement destiné à attirer les internautes à partir des moteurs de recherche au lieu d’être conçu pour des lecteurs ?
  • Produisez-vous beaucoup de contenu sur différents sujets pour que certains d’entre eux soient performants dans les résultats de recherche ?
  • Avez-vous recours à une automatisation excessive pour générer du contenu sur un maximum de sujets ?
  • Résumez-vous uniquement ce que les autres ont à dire sans apporter de plus-value ?
  • Écrivez-vous simplement parce que le sujet est tendance, même si cela ne correspond pas à votre audience habituelle ?
  • Votre contenu donne-t-il l’impression aux lecteurs qu’ils doivent encore chercher pour obtenir des informations plus pertinentes en provenance d’autres sources ?
  • Essayez-vous de respecter un nombre de mots précis, car les dernières recommandations SEO que vous avez lues le préconisent ?
  • Avez-vous décidé d’entrer dans un domaine de niche sans en avoir les compétences, mais pour générer plus de trafic de recherche ?
  • Votre contenu répond-il à une question qui n’est pas confirmée, comme en suggérant la date de sortie d’un produit, d’un film ou d’une série TV alors que personne n’a accès à cette information (en gros une info non sourcée destinée uniquement à attirer de l’audience) ?

Vous aurez compris que si vous répondez « oui » à une majorité de ces questions, votre site est dans le viseur de Google. Et après tout, si vous préférez obtenir du trafic qualifié orienté expérience utilisateur, c’est plutôt une bonne chose, non ?

« Helpul Content », la carotte et le bâton

Les mises à jour de l’algorithme de Google ont toujours fait trembler les spécialistes du SEO et les propriétaires de sites internet. Et à juste titre parfois ! Panda, déployé début 2011, suivi de Penguin en avril 2012, avaient considérablement impacté la visibilité de certains sites. En cause, le contenu dupliqué ou comportant des fautes d’orthographe, ou encore le netlinking et les backlinks non naturels.

« Helpful Content » est la suite logique de l’amélioration de l’algorithme de Google qui souhaite récompenser les sites « people-first » plutôt que les « machine-first ».

Certains sites seront donc sans doute, comme avec Panda, pénalisés par Google dans les semaines et les mois qui viennent. Mais plutôt que d’y voir une punition voire une censure, pourquoi ne pas y voir une opportunité ? Celle de fournir aux internautes, à vos lecteurs et clients, des contenus qualitatifs qui les intéressent vraiment ? Même si l’objectif de Google reste évidemment mercantile, le déploiement prochain de cette nouvelle mise à jour peut vous servir. Interrogez-vous sur la pertinence de votre site. Montre-t-il vraiment votre expertise, votre expérience d’un produit par exemple, ou vous contentez-vous de reprendre ce que vous avez lu ailleurs ? Le visiteur de votre site va-t-il réellement apprendre quelque chose, trouver ce qu’il était venu chercher ? Quelle sera son expérience ? Finalement c’est assez simple. Il suffit de vous mettre dans la peau d’un internaute qui recherche des informations ou des services que votre site propose. Si ce que vous lisez vous convient, sans avoir à chercher ailleurs, alors vous n’avez pas de souci à vous faire. Et Google pourrait bien être du même avis et vous récompenser 😉.

Quelques conseils (de bon sens) en attendant la mise à jour

Mieux vaut prévenir que guérir ! « Helpful Content » n’étant pas encore déployé en France, autant anticiper et ausculter votre site. Éplucher votre contenu. Faites un audit de chaque page et demandez-vous si elle a un véritable intérêt pour le lecteur, ou si elle n’a pas été créée uniquement dans objectif SEO. Si ça n’est pas le cas, améliorez-la. Si votre site possède beaucoup de pages cela peut prendre du temps alors autant commencer maintenant.

Si vous le pouvez faites régulièrement un audit SEO de votre site et suivez les performances de votre site. Cela vous permettra de comparer vos performances avant et après la mise en place de la mise à jour, et de savoir si oui ou non « Helpful Content » impacte votre site.

GD Star Rating
loading...
Mise à jour Google « Helpful Content », faut-il en avoir peur ?, 4.0 out of 5 based on 4 ratings

Une réflexion au sujet de « Mise à jour Google « Helpful Content », faut-il en avoir peur ? »

  1. Article très pertinent avec l’arrivée en force de cette update.

    De mon côté je la vois comme une réelle opportunité pour faire bouger la SERP.
    Sincèrement voir des contenus de 500 mots ranker avec des contenus de 4000 mots, ça frise parfois l’aberration.

    Je pense que Google a voulu en ce sens, pénalisez ces pages bourrées de mots, franchement pas utiles, justes pas être là et montrer qu’on rank.
    Surtout avec les technologies d’IA actuelles, les pages web risquaient de toutes ressembler à des romans jeunesses dénuées de sens…
    C’est l’avènement du lissage de l’information !

    Heureusement Google nous a donné cette opportunité pour éviter de rédiger comme des bourrins. Qualité sémantique et autorité first, merci Google ! ❤️

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

Les liens des commentaires peuvent être libérés des nofollow.