Vous êtes ici : Miss SEO Girl » SEO » Recherche vocale et SEO, on en parle ?

Recherche vocale et SEO, on en parle ?

« Dis Siri, c’est quoi la recherche vocale ? »
« La recherche vocale, c’est ça ».

Si votre assistant vocal (Siri, Alexa…) avait de l’humour, c’est sans doute ce qu’il aurait répondu. Et en plus il aurait eu raison ! Car la recherche vocale est bien le fait d’utiliser sa voix pour effectuer une recherche. Et contrairement aux recherches que l’on peut faire « par écrit » sur la page d’accueil d’un moteur de recherche, celles-ci sont naturellement formulées sous forme de questions. « Dis Siri quel temps fera t’il demain à Paris ? », « Ok Google où est la pizzeria la plus proche ? », « Alexa comment faire une quiche lorraine ? » …

La liste des requêtes orales est infinie mais toutes ont pour point commun d’appeler des réponses immédiates. Conséquence : pour figurer dans des résultats de recherche vocale, votre texte doit contenir des questions ET des réponses adaptées : concises, précises et claires. Alors devez-vous créer un contenu spécifique « SEO Vocal » pour le « Vocal Search » ? On regarde ça de plus près.

La recherche vocale (ou « vocal search »)

Si vous avez un smartphone, une tablette, un ordinateur, une enceinte ou une montre connectée vous les connaissez forcément. Ils ont pour petits noms Siri (pour Apple), Alexa ou Echo (pour Amazon), Cortana (pour Microsoft) ou encore Google Assistant (pour Androïd).

Eux ce sont les assistants vocaux. Leur rôle : vous faciliter la vie. Il suffit en effet d’énoncer une recherche (ou une action) à haute voix à côté de votre device pour que l’assistant s’exécute. Simple non ?

Évidemment pour que votre requête aboutisse il faut que votre mobile ou enceinte connectée possède un système d’exploitation adapté et les applications correspondantes.

Par exemple une application météo si vous souhaitez connaître le temps qu’il fera n’importe où dans le monde, ou encore une application musicale pour que votre enceinte connectée joue votre musique préférée. La recherche vocale est donc intimement liée au développement des assistants vocaux ainsi qu’aux progrès des systèmes de reconnaissance vocale.

« Ok Google, raconte-moi l’histoire des assistants vocaux »

Vous pensez peut-être que les assistants vocaux sont une invention qui n’a pas plus de 5 ou 6 ans ? Et bien non, le premier assistant vocal a été inventé par IBM en 1961. Il s’appelait Shoebox et pouvait reconnaître les chiffres de 0 à 9, ainsi que 16 mots de vocabulaire. Pas si mal pour les années 60 !

Il faudra attendre les années 90 pour voir apparaître le premier logiciel commercialisé capable de convertir des mots en texte : Dragon. Ce logiciel (et ses variantes) est aujourd’hui encore l’un des plus utilisés (il est capable de retranscrire 160 mots par minute) dès qu’il s’agit de retranscrire des enregistrements audios.

Le véritable tournant pour les assistants vocaux s’opère d’abord en 2011 avec l’arrivée de Siri (d’Apple). Installé sur tous les IPhone (à partir du 4S), il va donc être largement diffusé auprès du grand public. Suivent ensuite Google (Google Now) en 2012, Microsoft Cortana et les enceintes connectées d’Amazon (Alexa et Echo) en 2014.

L’assistant vocal, votre nouveau meilleur ami ?

Démarrage intempestif des assistants lorsque l’on prononce par mégarde les mots qui lance l’application, réponses inappropriées (ou comiques), ou encore « Je suis désolé, je n’ai pas compris la question » …Les résultats aux demandes étaient parfois un peu incertains, mais grâce à l’évolution rapide de l’IA et de la reconnaissance vocale, le succès est rapidement au rendez-vous. Aux États-Unis, on dénombre 118 millions d’enceintes connectées en 2019. Selon certaines études américaines, 30% des recherches effectuées sur le web en 2021 seront faites par la voix en 2022.

En France, bien que plus tardif et plus lent, le succès est aussi au rendez-vous. Une étude Médiamétrie réalisée en 2019 révèle qu’il existe 3,2 millions d’utilisateurs d’enceintes à commande vocale (contre 1,7 million fin 2018). En 2021 une autre étude (La Poste/Isoskele) indique que 20 millions de Français utilisent des assistants vocaux dont 36% les utilisent au moins 1 fois/jour. Et même si seulement 7% des utilisateurs s’en servent pour réaliser des achats, 25% des personnes interrogées pensent que les assistants vocaux vont petit à petit remplacer les sites de vente en ligne.

Vocal Search, quels types de recherches sont effectuées à la voix ?

Tout dépend de l’appareil utilisé ! Sur une enceinte connectée, la musique, la radio, les news, podcasts ou encore la météo seront largement plébiscitées alors que sur un smartphone, la recherche d’itinéraires en conduisant arrive en pole position des requêtes vocales (52%), suivie de près par le lancement d’appels téléphoniques (51%) et la recherche d’informations générales (48%) (Étude Adobe juillet 2019). A domicile ou avec un smartphone en dehors de la maison, le type de recherche vocale est donc différent.

Étude Hadopi/CSA, mai 2019, Assistants vocaux et enceintes connectées

Lorsque l’on sait que les recherches vocales sont faites à 85% sur les smartphones, il paraît évident que les entreprises et commerces locaux sont les premiers concernés par la recherche vocale. Mais ce ne sont pas les seuls alors même si la recherche vocale n’a pas encore supplanté la recherche « écrite », autant être préparé. Facile (plus besoin de taper, permet de faire autre chose en même temps y compris conduire), rapide (la parole est 3 à 4X plus rapide que l’écrit), hygiénique (merci le Covid…), la recherche vocale a tout pour séduire de plus en plus d’utilisateurs. Encore faut-il que les réponses apportées soient adaptées pour être affichées ou lues. C’est tout l’enjeu du SEO vocal.

Requête orale ou recherche écrite, quelles différences pour vos contenus ?

Cela fait déjà quelques temps que Google est passe progressivement du statut de moteur de recherches à celui de moteur de réponses. La recherche vocale participe donc naturellement à cette évolution.

Plus de mots à l’oral qu’à l’écrit

Lorsqu’un internaute effectue une recherche avec sa voix, il va souvent poser une question.  Et contrairement aux recherches tapées dans la barre de recherche qui se limitent à l’utilisation de mots ou d’expressions clés, les requêtes orales sont souvent plus longues. Par exemple si vous cherchez comment faire une quiche lorraine, à l’écrit il suffit de taper « quiche lorraine » pour voir les recettes s’afficher. A l’oral vous devrez dire « Dis Siri (ou toute autre phrase pour « réveiller » votre assistant vocal) comment faire une quiche lorraine ? », ou bien « Ok Google donne-moi une recette de quiche lorraine ».

Il existe en effet de nombreuses de demander la recette d’une quiche lorraine. Ça n’a l’air de rien, mais implique un contenu riche et varié, et donc l’utilisation du concept de « longue traîne » (vocabulaire varié et riche autour de la thématique). Par exemple si vous devez rédiger sur la quiche lorraine, vous devez envisager toutes les questions que peut se poser un internaute au sujet de la quiche lorraine : « Comment faire la quiche lorraine ? », « Quels ingrédients utiliser pour faire une quiche lorraine ? », etc.

Parler à un assistant vocal, c’est comme parler avec quelqu’un

Si vous avez déjà utilisé un assistant vocal, vous avez pu remarquer qu’il est possible de « discuter » avec lui comme avec une personne lorsqu’il s’agit d’approfondir un domaine.

En effet grâce à l’IA (intelligence artificielle), votre assistant vocal mémorise le sujet de votre question. Et si vous souhaitez des précisions il est alors inutile de repréciser son sujet dans la deuxième question. Par exemple si vous dites « Dis Siri qui est Emmanuel Macron ?» puis « Dis Siri qui est son Premier Ministre ? », vous aurez la réponse. Cela est impossible en tapant dans la barre de recherche, même à la suite. Pour obtenir la réponse vous devrez repréciser en deuxième intention « Qui est le Premier Ministre d’Emmanuel Macron ?».

Pour répondre à ce type de demande orale, il faudra donc que vos contenus soient correctement hiérarchisés, avec des paragraphes qui répondent chacun clairement à une question ou problématique ciblée.

Une fiche GMB pour être géolocalisé

Trouver un magasin ou le restaurant italien le plus proche n’a jamais été aussi facile, surtout lorsqu’on conduit ou que l’on est dans une ville qu’on ne connaît pas. Car à moins d’avoir décoché la géolocalisation sur votre smartphone, Google sait toujours où vous vous trouvez. Il peut donc ensuite vous renseigner très facilement sur les magasins ou restaurants « à proximité ». C’est là qu’interviennent le référencement local (SEO local), et l’importance d’une fiche Google Business Profile (anciennement Google My Business) contenant les bonnes informations de géolocalisation et parfaitement optimisée (horaires, contact, services, prix…). SEO local et SEO vocal sont faits pour s’entendre ! 

Comment optimiser votre contenu pour le SEO Vocal ?

Privilégier le concept de « longue traîne » pour vos textes, hiérarchiser les contenus ou encore posséder une fiche GBP pour votre entreprise…Rien de bien nouveau si vous vous intéressez déjà de près au bon référencement de votre site internet ou à la visibilité locale de votre établissement. Mais il existe quelques bonnes pratiques SEO à connaître si vous souhaitez apparaître lors de recherches vocales :

Un site internet adapté aux mobiles

Depuis le déploiement de l’index « mobile first » de Google, on sait que les sites qui ne respectent pas certains critères, notamment en termes de vitesse de chargement et d’affichage, sont pénalisés. Ils n’ont donc aucune chance d’apparaître lors de recherches vocales. Si ce n’est pas encore fait, modifiez votre site pour qu’il soit « responsive », « mobile friendly » et rapide. Car lors d’une recherche vocale, la réponse doit être immédiate. Pensez aussi au poids de vos photos ! Et pour vérifier la vitesse de chargement des pages de votre site internet, utilisez l’outil PageSpeed Insights de Google.

Des contenus longs, structurés et des paragraphes ciblés

Les assistants vocaux disent des réponses qui comptent entre 10 et 45 mots (ce chiffre est plus élevé pour les assistants vocaux avec écran), ce qui n’est pas si court. Ces réponses doivent être précises alors si votre contenu est suffisamment long, riche et détaillé, il peut plus facilement être découpé en paragraphes qui répondent chacun à une question ciblée. Attention toutefois à ne pas tomber dans l’excès de paragraphes, votre contenu doit rester naturellement lisible.

Utilisez les données structurées (ou microdonnées)

Coordonnées de contact, recette, événement, FAQ, avis, adresse…Vous pouvez rendre de nombreuses informations importantes plus visibles par les robots de Google en ajoutant des morceaux de code HTML à votre contenu. N’ayez pas peur. Cela n’est pas très compliqué, il vous suffit de suivre les conseils de Google pour ajouter des données structurées.

Visez la position 0 (plutôt que la lune) !

La position zéro est ce qui s’affiche tout en haut d’une SERP lors d’une recherche. Pour apparaître à cet emplacement tant convoité, il faut que Google estime que le contenu répond parfaitement à la demande de l’internaute. Lors d’une recherche vocale, c’est cet extrait qui sera lu : un texte court et précis.

Une page FAQ parfaite pour le SEO vocal

Satisfaire l’internaute est la priorité de Google mais aussi la vôtre. Alors demandez-vous ce qui intéresse vos visiteurs/clients, quelles questions ils se posent et intégrez une FAQ (Foire Aux Questions) sur votre site pour y répondre !

La recherche vocale, une révolution ? Pas encore car après des débuts prometteurs, elle ne semble pas encore avoir conquis tous les foyers malgré de réels progrès dans les réponses qu’elle apporte. Changement d’habitudes, respect de la vie privée (les enceintes connectées parfois perçus comme les nouveaux espions, pas toujours simple de faire une demande à voix haute en public…), ou encore protection des données personnelles…Il existe encore certains freins que la recherche vocale devra lever pour entrer définitivement dans les mœurs. Mais pour tous ceux qui l’utilisent déjà elle représente une réelle avancer. Alors autant anticiper et adapter vos contenus grâce au SEO vocal pour être le premier à faire entendre votre voix à vos clients !

GD Star Rating
loading...
Recherche vocale et SEO, on en parle ?, 3.0 out of 5 based on 13 ratings

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

Les liens des commentaires peuvent être libérés des nofollow.