Vous êtes ici : Miss SEO Girl » SEO » Les Tendances en Rédaction Web pour 2024 : les avis des expertes

Les Tendances en Rédaction Web pour 2024 : les avis des expertes

L’année 2024 marque une période de transformation radicale pour le paysage de la rédaction web, avec l’intégration croissante de l’intelligence artificielle et l’émergence de nouvelles tendances en matière de contenu en ligne.

Au cœur de cette évolution, les rédacteurs web se voient confrontés à des défis sans précédent, mais aussi à des opportunités d’innovation et d’engagement.

Dans cet article, nous explorerons les perspectives de huit expertes du secteur, mettant en lumière les points clés qui façonnent l’avenir de la rédaction web pour l’année à venir.

💜 Merci Anne Patault, merci Mélanie Gantier, merci Pauline Dewinter, merci Claire Guichard, merci Muriel Vandermeulen, merci Gaëlle Mazingue, merci Inès Sivignon, merci Fabienne Kervella💜

Je vous souhaite une belle découverte et une bonne rédaction web ! A vos claviers 🙂!

Les tendances en Rédaction Web en 2024

Dans un monde où la technologie évolue à une vitesse vertigineuse, il est crucial de rester ancré dans notre humanité, de cultiver l’humilité et de faire preuve de sensibilité face aux défis qui se présentent. En regardant de près les tendances qui émergent dans le domaine de la rédaction web pour l’année 2024, il devient clair que la personnalisation du contenu occupe une place centrale.

Nous comprenons que chaque individu est unique, avec ses propres besoins et préférences, et que la création de contenu sur mesure devient essentielle pour répondre à ces attentes. Parallèlement, nous observons une montée en puissance d’une rédaction éthique et engagée, où le slow content et la réflexion sur l’impact écologique et éthique de nos actions sont au cœur des préoccupations.

Cette évolution du métier de rédacteur, autrefois limité à la production de contenu, vers un rôle de partenaire stratégique, souligne l’importance de développer une marque personnelle forte et d’être constamment adaptable et innovant. En fin de compte, ces tendances nous rappellent que derrière chaque ligne de texte se cache une personne, avec ses valeurs, ses aspirations et ses craintes, et que notre responsabilité en tant que rédacteurs est de créer un contenu qui reflète cette humanité.

Voici les 5 principales tendances qui émergent des contributions des experts en rédaction web pour l’année 2024 :

  • Personnalisation du contenu et experience utilisateur : l’intégration de l’IA, illustrée par des outils tels que ChatGPT et Google SGE, met en lumière la nécessité croissante de fournir une expérience de recherche et des résultats personnalisés. Cette tendance marque un virage vers la création de chatbots personnalisés et la recherche de contenus sur mesure, adaptés aux besoins individuels des utilisateurs.

  • Évolution vers une rédaction éthique et engagée : parallèlement à l’intégration de l’IA, les rédacteurs web se tournent vers une rédaction éthique et engagée, mettant l’accent sur le slow content, la réflexion sur l’impact écologique et éthique, ainsi que la création de contenu authentique et antiwashing. Cette évolution souligne l’importance croissante de l’humain derrière chaque ligne de texte et l’impératif de créer un contenu responsable.

  • Transformation du rôle du rédacteur : le métier de rédacteur web évolue de simple exécutant vers un partenaire stratégique, capable de conseiller ses clients dans une stratégie éditoriale globale, de créer des contenus personnalisés et pertinents, et de maintenir une identité de marque forte. Cette transformation marque une étape cruciale dans la professionnalisation du métier et met en avant la nécessité d’une adaptabilité constante.

  • Création et maintient d’une marque personnelle forte : l’importance d’une marque personnelle forte pour les rédacteurs web, qui contribue à les différencier dans un marché de plus en plus concurrentiel et à valoriser leurs services.

  • Collaboration harmonieuse entre l’IA et les rédacteurs web : enfin, l’avenir de la rédaction web semble être une collaboration synergique entre l’IA et les rédacteurs humains. Plutôt que de se substituer complètement aux rédacteurs, l’IA vient renforcer leurs capacités, permettant une production de contenu plus efficace tout en préservant l’aspect humain et créatif de l’écriture.

Anne Patault : “A chacun son GPT”

Fournir une expérience de recherche et des résultats personnalisés. C’est ce vers quoi tend Google depuis plusieurs années. Et le déploiement prochain de Google SGE est la parfaite illustration de cette tendance. Si vous la combinez avec ce qui a marqué l’année 2023, à savoir ChatGPT et son IA Générative, pas besoin d’être devin pour savoir que dans le domaine du webmarketing (et dans d’autres aussi), créer et/ou utiliser un chatbot personnalisé va devenir indispensable.

Petit retour en arrière. Il y a encore quelques mois le monde découvrait ChatGPT. Une IA générative capable de créer des textes, des images, des vidéos… en moins de temps qu’il n’en faut pour taper cette phrase. Une vraie révolution. Au-delà des débats que l’intelligence artificielle a rapidement généré chez les humains, de ses dangers (hello les deep fake) et de la nécessité de l’encadrer pour éviter les dérapages et autres fuites de données (IA Act européen) voté le 2 février est une première étape), s’est posée une autre question. C’est vrai que c’est un super assistant, mais avoir de bons résultats n’est pas si simple. Et si vous avez une demande ou un besoin précis, il va vous falloir dompter, ou plutôt « prompter », la bête.

Des prompts clé en main

L’idéal ne serait-il pas d’avoir accès à des prompts clé en main, ou encore mieux, de créer vous-même le chatbot qu’il vous faut ? Eh bien c’est aujourd’hui possible. En décembre 2023 OpenAI, l’entreprise derrière ChatGPT, a ouvert son GPT Store  (accès réservé aux membres payants de ChatGPT). A l’image de l’App Store Google Play, GPT Store est une bibliothèque de prompts créés par des utilisateurs pour effectuer des tâches précises. Les « GPT », comme on les appelle, y sont classés par catégories. De la rédaction SEO à l’analyse en passant par le lifestyle ou l’éducation, vous trouverez de tout. Il existe aussi un GPT Store français, legptstore, avec des prompts en français ! Coach de boxe, expert en paris sportifs, analyste financier ou expert en création de cahier des charges, les GPTs peuvent remplir toutes les tâches.

Les stores sont encore récents mais il est certain que le nombre de GPTs qu’on pourra y trouver va croître rapidement dans les semaines et les mois qui vont venir. Mais si vous êtes pointilleux et que l’offre ne vous séduit toujours pas, vous pouvez aussi créer votre propre chatbot, votre assistant personnel, avec GPT Builder. Il vous suffit de « dire » à ChatGPT ce que vous voulez puis de répondre ensuite aux questions qu’il vous posera pour créer un GPT unique. Photo, ajout d’instructions supplémentaires, ton précis dans la réponse, intégration d’autres API, possibilité d’alimenter le chatbot avec des sources en PDF ou encore choix de la langue ou de son nom… Vous pouvez tout personnaliser, et sans rien connaître au codage.

Est-ce que c’est une bonne nouvelle pour la rédaction web en 2024 ? Pour la rédaction de fiches produits par exemple, ou l’envoi d’emails marketing, le recours à un chatbot qui répond précisément à vos besoins est une bonne idée. Mais il faudra néanmoins un humain pour le configurer correctement, pour éviter une énième réécriture d’un texte ou de plusieurs textes compilés et digérés artificiellement, et qui va venir s’ajouter à des millions d’autres qui polluent déjà internet et nos boîtes mail. Pensez à l’humain qui va lire vos contenus, ou regarder vos vidéos. Et sans faire de psychologie, créer son chatbot c’est un peu comme avoir un « ami imaginaire », non ? L’humain n’est jamais loin.

Anne Patault, Rédactrice web freelance, Rédac’Pulse

Muriel Vandermeulen : ” L’écrit web aurait-il sa propre cosmogonie ?”

L’écrit web aurait-il sa propre cosmogonie ? Parler de l’avenir de l’écrit web, c’est nécessairement invoquer son passé, ses origines.

Dès l’avènement d’Internet, l’écrit web a marqué une rupture avec les biais de la rédaction traditionnelle. Cette transformation profonde était alimentée par la nature même d’internet : écrit écran, hypertextualité, interaction avec l’information.

C’est dans ces principes fondateurs qu’il faut évaluer la qualité de la rédaction web, à tout moment : en 2024, comme les années précédentes. La qualité de l’écrit web réside, encore et toujours, dans sa capacité fondamentale de produire une information lisible, intelligible, interactive.

Si l’idée m’est venue d’évoquer une cosmogonie de l’écrit web, c’est parce que cette discipline transversale traverse, depuis son apparition, un processus cyclique plutôt révolutionnaire.

Depuis ses débuts, l’écrit web passe par des étapes – des révolutions, donc – qui augmentent sa nature fondamentale. Citons 3 de ces révolutions : le SEO, le Web 2.0 et ChatGPT (autrement dit les outils d’intelligence artificielle générative).

  • Le SEO a confirmé, entre autres, l’importance non seulement de structurer logiquement et mettre en forme les écrits web, mais aussi de soigner le champ lexical et sémantique. Aujourd’hui devenu SXO, il nous enjoint carrément de contribuer à une meilleure expérience utilisateur. Résultat : on rédige pour un prospect ou un client, qui a une intention précise, et cherche des réponses à ses questions.
  • Le Web 2.0 a encouragé les rédacteurs web à privilégier l’interaction et l’immersion dans leurs contenus. Résultat : on rédige pour créer du dialogue, de la conversation et permettre aux entreprises de co-construire leur discours avec leurs communautés.
  • ChatGPT introduit une nouvelle dimension où les machines peuvent défier l’écrit web en posant des questions sur sa structure, sa logique, son angle et sa tonalité, … Ce qui, encore, permet de questionner la qualité, l’originalité et l’authenticité du contenu généré. Résultat : on réintroduit des stratégies fondamentales dans la communication : maïeutique, rhétorique, logique, sourcing, …

Parler d’une cosmogonie de l’écrit web n’est pas donc pas si farfelu. A nous, par contre, rédacteurs web et créatifs du contenu, de garder raison entre les cycles de création, destruction et renaissance.

Autrement dit, toutes les ruptures significatives dans les pratiques d’écriture web sont aussi – surtout – des opportunités pour toujours améliorer, augmenter l’information et la communication. Sous réserve d’une adaptabilité et capacité à accueillir l’innovation sans bafouer les fondements. 

Muriel Vandermeulen, Directrice associée, Wearethewords

Claire Guichard : “De rédacteur web à communicant”

Le métier de rédacteur web SEO est en perpétuelle évolution. L’émergence de Chat GPT a rebattu les cartes d’une discipline de plus en plus exigeante, guidée par les règles du jeu de Google et surtout par l’expérience utilisateur. Loin d’être les simples exécutants SEO, les rédacteurs vont se transformer, dans les mois et les années à venir, en de véritables communicants. De l’identité de marque à l’intention de recherche, voici quelques-uns des outils que le rédacteur de 2024 se doit de maîtriser.

L’identité de marque

Si nombre de grandes entreprises ont compris l’intérêt de définir leur identité de marque, les TPE et PME en ont souvent une connaissance très réduite. C’est pourtant une base nécessaire à toute forme de communication ! L’identité de marque repose sur trois piliers :

  • La vision : elle décrit ce que sera l’entreprise à moyen et long terme et l’avenir de son secteur.
  • La mission : également appelée “pourquoi”, elle définit la contribution positive de l’organisation et sa différence sur son marché.
  • Les valeurs : il est essentiel de définir 3 ou 4 valeurs qui vont porter l’entreprise.

Vous travaillez sur une refonte de site web ? La création d’un blog d’entreprise ? La rédaction de landing pages ? Tous ces contenus éditoriaux doivent être pensés au regard de l’identité de marque de l’entreprise.

La ligne éditoriale

L’identité de marque est un socle, mais elle ne suffit pas. Pour prendre la parole de manière cohérente et se démarquer de leur concurrence, les organisations doivent, plus que jamais, définir leur stratégie éditoriale. Personas, piliers éditoriaux, ton, règles d’écriture, déclinaison sur les différents supports… Il s’agit de formaliser, dans un document synthétique, les bonnes pratiques à adopter en matière de création de contenus. 

Pour le rédacteur web, accompagner son client dans cette démarche est un bon moyen de :

  • Comprendre ses attentes et ses priorités ;
  • Impliquer tous les collaborateurs dans le projet éditorial ;
  • Livrer un travail de qualité, qui répond aux besoins de la cible et participe de l’image de marque de l’entreprise.

Les intentions de recherche

Tous les rédacteurs web ont appris à réaliser une étude de mots clés en s’appuyant sur des requêtes de longue traîne qui génèrent un trafic qualifié et peu de concurrence. Les règles édictées par Google ces dernières années nous poussent cependant à aller au-delà des simples opportunités SEO et à prendre en compte les intentions de recherche. 

Informationnelle, navigationnelle ou transactionnelle, chaque requête correspond à un besoin de l’internaute, qu’il est essentiel d’identifier. Pour cela, il faut à la fois connaître les attentes de sa cible et analyser les contenus proposés par la SERP. On peut aussi mettre en perspective les intentions de recherche avec le parcours de l’utilisateur, de la prise d’information à la décision. 

Loin d’être exhaustive, cette liste offre un aperçu de ce que va devenir le métier de rédacteur web. Un métier en profonde mutation, qui exige de se former en continu pour produire des contenus exigeants et fournir un accompagnement de qualité à ses clients. 

Claire Guichard, Chargée de communication éditoriale | Le comptoir des contenus

Gaëlle Mazingue : “Un recours au slow content, à une rédaction humaine, antiwashing et engagée”

Il y a un an, ChatGPT débarquait, tel un raz-de-marée, sur le métier de la rédaction web, faisant couler beaucoup d’encre sur les réseaux sociaux. Rejet, appropriation, méfiance, voire opportunité business… On a vu passer toutes les stratégies face au monstre de l’IA générative. 1 an après, si certaines évolutions, prévisibles, se sont avérées, d’autres comportements et usages sont en train d’émerger.

Non, le métier de rédacteur et rédactrice web n’a pas disparu !

Il faut reconnaître que ChatGPT a tenu sa promesse : celle d’une intelligence artificielle accessible à tous, en mesure de générer en quelques secondes un texte structuré et parfaitement rédigé, répondant parfaitement (ou presque) à une intention de recherche pour une cible donnée. Un outil capable d’employer autant l’art de la métaphore que les techniques de copywriting ou encore le vocabulaire des émotions.

Et, si l’on prédisait fin 2022 que « Chat » ne serait jamais capable d’imiter la plume humaine, nous devons nous résoudre à une évidence : le résultat en est proche… à condition de maîtriser l’art du prompt.

Certes, certains éléments sont encore perfectibles. Citons, entre autres, la maîtrise du SEO, la sélection des sources (et rappelons qu’à ce sujet la dernière mise à jour du Google Helpful Content ne fait plus de cadeaux) ou encore la possibilité de rebondir sur une actualité ultra-récente. Mais gardons à l’esprit que l’outil évolue vite… ce n’est donc qu’une question de (peu de) temps.

L’IA a redéfini le rôle du rédacteur ou de la rédactrice

Paradoxalement, ChatGPT est en train de replacer le rédacteur ou la rédactrice comme partenaire central de la stratégie de contenu. Écriture de textes personnalisés, d’histoires de marque, storytelling, accompagnement SEO ou ghostwriting : aujourd’hui, les spécialistes de la rédaction web ne se contentent plus d’aligner les mots et les mots-clés, et c’est plutôt une bonne nouvelle pour le métier.

Par ailleurs, si l’outil a été mis entre les mains du grand public, sa capacité à produire le contenu attendu dépend quasi-exclusivement de la commande effectuée, en d’autres termes : la maîtrise du prompt, dont une production efficace n’est accessible qu’aux initiés.

Vers une rédaction plus éthique et engagée

Si les publications sur ces sujets sont moins fréquentes que celle que tout le monde se pose, à savoir « l’IA nous remplacera-t-elle ? », les questions d’éthique et d’écologie occupent néanmoins une place grandissante dans la réflexion autour de son utilisation.

Certes, « Chat » peut générer un contenu de 1000 mots en 10 secondes… Mais à quel prix ? Émissions de CO2, consommation d’eau et de ressources : plusieurs études ont évalué l’empreinte carbone des grands modèles de langages, révélant des chiffres qui donnent froid dans le dos.

Un exemple : l’entraînement de GPT-3 dans les centres de données de Microsoft aux États-Unis a engendré la consommation de 700 000 litres d’eau douce et potable. La même étude montre que l’IA pourrait causer le prélèvement de 4,2 à 6,6 milliards de mètres cubes d’eau en 2027 (source).

Et c’est sans compter sur la question éthique. Citons, comme exemple, cette enquête sur l’emploi de travailleurs Kenyans pour « détoxifier » ChatGPT.

Il y a ainsi fort à parier que de nombreuses marques se refusent à soutenir un tel système ou reviennent sur leur usage de l’IA générative, et que l’on assiste à une tendance « anti IA » dans la production de contenus. À la clé : un recours au slow content, à une rédaction humaine, antiwashing et engagée, dans une optique de communication responsable.

Gaëlle Mazingue, Stratégie SEO & Rédaction web

Inès Sivignon : “Se réinventer pour perdurer à l’ère de l’IA et de l’inflation”

En 2024, le paysage de la rédaction web se transforme à vitesse grand V, poussé par l’intégration de l’intelligence artificielle, les remous de l’inflation économique mondiale et la concurrence accrue des rédacteurs proposant des services à prix cassés. Pour perdurer, il faudra donc se réinventer et passer d’un rédacteur web 1.0 à un rédacteur web 2.0.

Le Rédacteur 1.0, c’était un peu le “bon vieux temps” où le rédacteur web se concentrait uniquement sur la production opérationnelle de contenu. Il pratiquait une rémunération au mot. Et il trouvait ses clients sur les plateformes de mise en relation en ligne, mais n’avait aucune marque personnelle forte. Un peu comme une petite étoile dans une galaxie surpeuplée, il brillait par sa présence, mais sans éclat particulier. En bref, il avait un profil facilement remplaçable.

En réponse à ces défis, le rédacteur web 2.0 émerge comme le super-héros de la rédaction web ! Armé de son clavier, il ne se contente plus d’écrire ; il orchestre, il conseille, il propose une vraie stratégie éditoriale. Ainsi, il devient un partenaire stratégique incontournable pour ses clients, capable de guider leur stratégie de contenu tout en produisant des textes de qualité. Fini donc le paiement au mot ! Notre Rédacteur 2.0 est désormais valorisé pour sa capacité à résoudre des problèmes complexes avec une tarification au forfait/projet. Par ailleurs, il se démarque avec une marque personnelle forte et une proposition de valeur unique qui rend ses services hautement perçus et difficilement remplaçables.

Pour résumer, le rédacteur web 2.0 embrasse une double identité :

  • Freelance de haut vol pour attirer les meilleurs clients grâce à un branding soigné et une présence en ligne irréprochable.
  • Rédacteur web complet pour retenir les clients grâce à la qualité et la pertinence de son travail.

Le métier de rédacteur web évolue donc de simple exécutant à partenaire stratégique de choix, marquant une étape cruciale dans la professionnalisation et la valorisation du métier à l’ère du numérique et de l’intelligence artificielle.

Inès Sivignon, formation en rédaction web

Mélanie Gantier : “En 2024, le rédacteur web « sera toujours et plus que jamais dans la place » !”

On peut dire que l’intelligence artificielle aura fait couler beaucoup d’encre en 2023, et ce n’est pas fini !

S’il y a quelques années en arrière le rédacteur web pouvait se contenter de rédiger, ce n’est plus le cas aujourd’hui. En effet, cette effervescence autour de l’intelligence artificielle invite la rédaction web à innover. Est-ce le temps de dire bye bye au rédacteur traditionnel ? En simple exécutant oui, parce qu’en 2024, le métier évolue et ce n’est sûrement que le début.

On peut bien l’avouer : Chat GPT et ses compagnons ont procuré des sueurs froides à de nombreux rédacteurs. Malgré tout, les écrivains du web sont toujours fidèles au poste, plus motivés que jamais à garder leur place sur la toile.

Pour rester actif, le rédacteur web doit ajouter des cordes à son arc, car rester un exécutant n’est plus suffisant aujourd’hui. Effectivement, le rédacteur web doit répondre à certaines exigences, notamment en SEO avec les nouveaux critères de Google et l’expérience utilisateur dont les aspirations changent aussi.

Désormais, ce caméléon du web doit rester focus sur la qualité et la pertinence de son contenu. Sans oublier de conseiller ses clients dans une stratégie marketing et éditoriale efficace. Mais également devenir l’interprète de la marque de son client en représentant les valeurs et la voix de ce dernier.

Les internautes consomment différemment sur le web et pour les captiver, le rédacteur doit connaître leurs aspirations profondes. Je suis désolée de vous décevoir, mais non, il n’utilise pas sa boule de cristal pour deviner leurs envies. C’est juste qu’il analyse davantage leurs besoins sans que ces derniers ne le formulent explicitement. Résultat ? Création d’un contenu de grande qualité qui devient plus impactant, pertinent et personnalisé afin de capter une audience précise.

En résumé, vous aurez affaire à un rédacteur astucieux, à un bon analyste, à un conseiller hors pair et à un fin stratège. Ces explorations de nouveaux horizons permettent au rédacteur web de valoriser son métier et de se positionner comme un acteur essentiel dans cette nouvelle ère aux côtés de l’IA.

En 2024, le rédacteur web « sera toujours et plus que jamais dans la place » !

Mélanie Gantier, Rédactrice Web freelance, Rédac’Pulse

Fabienne Kervella : “Vers une collaboration harmonieuse entre l’IA et les rédacteurs web”

Au cours des dernières années, l’adoption de l’intelligence artificielle s’est généralisée dans tous les secteurs, propulsant cette technologie à un niveau où elle rivalise désormais avec les compétences des humains. Ces derniers mois, l’évolution rapide de l’IA a profondément bouleversé le paysage de la rédaction web. Face à des avancées telles que ChatGPT et ses homologues se pose inévitablement la question de l’avenir de l’écriture en ligne.

Les outils d’IA offrent une panoplie de fonctionnalités qui révolutionnent le processus de rédaction. Ils permettent non seulement de gagner du temps et de l’énergie, mais également de faciliter la création de contenu en fournissant des suggestions et des analyses pertinentes sur une grande variété de sujets, répondant ainsi aux besoins des internautes. Leur capacité à analyser d’énormes volumes de données dépasse de loin les capacités humaines, générant en quelques instants du contenu pertinent qui nécessiterait des heures de travail à un rédacteur.

Il est indéniable que dans certaines situations, les outils d’IA peuvent partiellement remplacer l’intervention humaine dans la création de contenu. Cependant, il est important de reconnaître leurs limites. Dépourvus d’émotions ou d’empathie, ils manquent de la complexité et de la subtilité inhérentes à l’expérience humaine. L’intelligence artificielle nécessite des données concrètes pour générer des résultats significatifs, tandis que les humains peuvent puiser dans leurs expériences, émotions et souvenirs pour écrire de manière plus profonde et nuancée.

En outre, la créativité humaine reste irremplaçable pour générer des idées originales, trouver des angles uniques et captiver le public avec un contenu authentique. Les outils d’IA peuvent certes faciliter la recherche d’informations voire la génération de contenu, mais les qualités uniques et propres à chaque être humain demeureront essentielles.

Et après tout, faut-il vraiment séparer écriture humaine et utilisation de la technologie ? En réalité, l’avenir de la rédaction web s’annonce comme une collaboration entre les humains et l’intelligence artificielle. Plutôt que de se substituer complètement aux rédacteurs, l’IA viendra renforcer leurs capacités, permettant une production de contenu plus rapide et efficace, tout en préservant l’aspect humain et créatif de l’écriture.

Fabienne Kervella, Rédaction web SEO, vulgarisation scientifique, Rédac’Pulse

Pauline Dewinter : “Rédaction web, Intelligence artificielle et puissance des Mots”

Puisque ma douce Alexandra a le chic pour toujours poser les bonnes questions, je m’attelle à mon tour à cette mini réflexion en forme de point d’étape autour de la rédaction web et par extension, du métier de rédacteur qui est le mien.

En 2023 comme chaque année depuis 2011, mon leitmotiv est « Content is King ». Toutefois et malgré un bilan positif en termes de chiffres, l’année écoulée me laisse la sensation plutôt brouillon, d’une période passée à naviguer à vue et à me demander où j’allais, si j’étais has been et dorénavant inutile du point de vue professionnel. En parallèle, mes collègues rédactrices (mais aussi community manager, consultantes SEO ou webdesigner) me font part du même ressenti : tout ça pour ça, et maintenant on fait quoi ?

La faute à l’IA bien évidemment, qui captait alors et en quelques jours, toute l’attention et notamment celle portée à la production de mots. D’un prompt magique il devenait possible de produire des pages, des articles, des briefs et toutes sortes de contenus digitaux, sans forcer, sans attendre et pour couronner le tout, sans payer ou presque. Ça, c’est pour le bilan et la transition 2023/2024.

Maintenant que le soufflet est un peu retombé, que les threads dithyrambiques se sont calmés et que chacun a pu tester l’intelligence artificielle générative, puisque c’est d’elle dont on parle, qu’est-ce qui fait encore une rédaction de qualité en 2024, à l’ère de l’IA ?

Si l’idée est d’apporter une réponse toute faite, une bonne recette, autant arrêter d’écrire tout de suite. La rédaction web relève plus que jamais, d’une multi-expertise. À l’instar du romancier ou du professeur de français, il faut savoir écrire et orthographier juste. Mais, si profs et romanciers ne sont pas rédacteurs, il existe une raison et même plusieurs.

Bien rédiger à l’ère de la génération

Votre vocabulaire habituel compte les mots, adaptabilité, expertise et personnalité ? Vous êtes paré. Si, au contraire, vous voulez rédiger pour le Web avec un grand W, accrochez-vous, ça va secouer. Entre parenthèses, je pense qu’il est largement temps de redéfinir jusqu’au nom même de la profession, mais ce n’est pas le sujet.

Ce qui fait une bonne rédaction aujourd’hui, selon moi, c’est la différence. Ce que vos clients attendent, c’est la différence. Une plume, un phrasé, une vision, une technique différente ou les quatre c’est à vous de voir, mais, par un aspect ou un autre, vous devez sortir du cadre. Spécialisez-vous, une thématique, un format, un accompagnement… sans vous enfermer. Affinez votre discours pour vous-même d’abord et pour vos prospects. Et n’oubliez plus d’être vous-même jusque dans vos écrits tout en étant capable de vous glisser dans les baskets de vos clients.

Une sacrée équation qui impose d’être, de devenir ou de rester un très bon rédacteur ou une très bonne rédactrice web ; au-delà des mots.

À l’avenir, la rédaction web incarnée

Selon la définition affichée dans le Larousse en ligne : « être incarné », verbe passif, apparaître, se réaliser en quelqu’un ou en quelque chose, mais aussi « incarner », apparaître comme la représentation matérielle ou sensible, le symbole vivant d’une réalité abstraite.

En tant que rédactrice de la première heure ou presque, je crois profondément en cette définition qui satisfait le besoin d’unicité du rédacteur et la soif de sincérité des internautes. D’une pierre deux coups donc, sans oublier la validation de l’ami Google, lequel nous encourage à créer toujours plus de contenus utiles, fiables et people-first.

Toutefois là encore, pas de recette miracle ni de quatre-quarts à tester. À l’ère de l’IA, de l’infobésité et de la multiplication des canaux de communication, le content marketing et la rédaction web ont devant eux quelques défis conséquents liés à la personnalisation, à la puissance de conversion et à l’interactivité des contenus. Pour continuer à s’épanouir et conserver les lettres de noblesse qui lui reviennent, la rédaction va ainsi devoir s’affiner et penser au-delà du web.

En plus de l’intention et de la micro-intention de recherche, du concept Google E-E-A-T (Experience, Expertise, Authoritativeness, et Trustworthiness) et du SEO, enrichissez votre technique des fondements du storytelling, du social listening et de l’expérience client, pour toujours, toujours faire résonner les bons mots.

Pauline Dewinter, Rédactrice web level expert & Consultante édito

💜

Bonus : 10 conseils ChatGPT à destination des rédacteurs web, pour mieux naviguer dans le paysage en constante évolution de la rédaction web en 2024.

J’ai demandé à ChatGPT de résumer l’article en 10 conseils sous forme de checkliste. Histoire de m’amuser un peu. Le résultat n’est pas si mal 🙂 Sa réponse :

L’année 2024 marque une période de transition et d’innovation pour les rédacteurs web, où l’IA devient un partenaire incontournable tout en mettant en lumière l’importance fondamentale de l’humain dans la création de contenu en ligne. Ce nouveau paysage invite les rédacteurs à se réinventer, à embrasser l’éthique et l’engagement, et à développer une collaboration harmonieuse avec les technologies émergentes pour prospérer dans cette ère numérique en constante évolution.

Chers rédacteurs, voici mes conseils pour réussir votre année 2024 !

  • Priorisez la personnalisation du contenu et l’expérience utilisateur.

  • Intégrez une rédaction éthique et engagée, mettez l’accent sur le slow content et la création de contenu authentique.

  • Élargissez votre rôle vers celui d’un partenaire stratégique, capable de conseiller ses clients dans une stratégie éditoriale globale.

  • Favorisez une collaboration harmonieuse entre l’IA et les compétences humaines, pour une production de contenu efficace et créative.

  • Maîtrisez les dernières tendances en matière de SEO et de SXO : comprenez et intégrez les nouvelles exigences des moteurs de recherche, ainsi que les attentes des utilisateurs en termes d’expérience de recherche.

  • Développez ses compétences en analyse de données et en interprétation des insights : sachez utiliser les outils d’analyse de données pour comprendre le comportement des utilisateurs et ajustez votre stratégie de contenu en conséquence.

  • Adaptez-vous aux nouvelles plateformes et formats de contenu : explorez et expérimentez avec les nouveaux médias et formats de contenu émergents, tels que la vidéo, les podcasts, ou les formats interactifs, pour rester pertinent et engageant.

  • Investissez dans la formation continue et votre développement professionnel : participez à des formations, des conférences, ou des ateliers pour rester à jour sur les dernières tendances et technologies dans le domaine de la rédaction web, et développer de nouvelles compétences.

  • Cultivez votre créativité et votre originalité : cherchez constamment à innover et à proposer des idées originales et uniques, tout en restant fidèle à la voix et à l’identité de la marque pour laquelle on écrit.

  • Pratiquez une veille active sur les tendances émergentes du marché et les innovations technologiques dans le domaine de la rédaction web, afin d’anticiper les changements et de saisir de nouvelles opportunités pour enrichir votre pratique professionnelle.
Please wait...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

Les liens des commentaires peuvent être libérés des nofollow.