Vous êtes ici : Miss SEO Girl » Business et Entrepreneuriat » Freelances et business : comment réagir face au coronavirus ?

Freelances et business : comment réagir face au coronavirus ?

Article rédigé par Mathilde Durand, rédactrice web.

En plus d’être une grave crise sanitaire, le coronavirus est en train de provoquer un tremblement de terre économique. Les entreprises, peu importe leur activité et peu importe leur taille, sont touchées de près ou de loin par ce virus venu de Chine.

C’est d’ailleurs probablement votre cas, que vous soyez freelance ou à la tête d’une société, en B2B ou en B2C. Cette épidémie planétaire provoque des situations inédites et vous vous demandez probablement quelle attitude adopter en tant que professionnel.

Faut-il continuer de communiquer « comme si de rien n’était » ? Est-il pertinent de démarcher de nouveaux clients ? Quelles aides sont proposées aux indépendants ?

Voici quelques éléments de réponse.

#StaySafe !

Garder le lien avec vos clients

Si cela n’est pas déjà fait, contactez rapidement vos clients, c’est-à-dire ceux avec qui vous étiez en mission avant le confinement. Concrètement, vous devez savoir si les contrats en cours tiennent toujours. Cela est essentiel pour que vous puissiez avoir plus de visibilité sur l’avenir, au niveau de la gestion de votre planning et de votre trésorerie. Posez toutes les questions utiles :

  • Est-ce que vous devez continuer sans rien changer ?
  • Est-ce que la mission est reportée ?
  • Le client dispose-t-il toujours du même budget ?
  • Comment souhaite-t-il procéder dans les semaines à venir ?
  • Sera-t-il disponible pour échanger ?

Bien sûr, je vous conseille d’être conciliant et bienveillant. Pour cela, hiérarchisez vos demandes ! Prenez d’abord de leurs nouvelles : sont-ils en bonne santé ? À quel point leur activité est-elle touchée par le coronavirus ? Cette maladie a probablement impacté l’activité de vos clients, et eux-mêmes cherchent de multiples solutions pour s’en sortir.

Ensuite, faites le point sur les missions en cours. S’ils souhaitent annuler purement et simplement la mission, essayez de leur proposer des facilités de paiement afin de garder le lien (si vous le pouvez financièrement de votre côté). Ils apprécieront le geste, sans nul doute.

Communiquer avec vos prospects

Dans ce contexte particulièrement anxiogène, il est légitime de se demander si vous devez continuer de communiquer sur votre activité. Je suis tentée de répondre « oui » … mais de manière différente, évidemment !

La situation est telle qu’il me semble indispensable de l’évoquer. Vous pouvez, si vous le souhaitez, mentionner de quelle manière le coronavirus et le confinement ont impacté votre activité. Expliquez-leur ce que vous avez mis en place pour protéger vos équipes. Si vous êtes dans e-commerce, confirmez-leur que vous préparez leurs colis en respectant les règles sanitaires. Dans ces moments d’incertitudes et d’angoisses, vous devez les rassurer.

Vous faites preuve de solidarité envers les soignants ou toutes autres personnes « sur le pont » ? Sans en faire trop, vous pouvez bien sûr partager cette actualité. Attention, la publication doit être sobre et réalisée en toute humilité, au risque d’être qualifié d’opportuniste…

Mais faut-il ne parler que de ça ? Non, au risque de « saouler » votre audience. Le coronavirus est dans toutes les conversations, inutile d’en rajouter plus que nécessaire. Gardez à l’esprit que vous n’êtes pas un média ni le gouvernement !

Dans un second temps, vous pouvez donc tenter de reprendre une communication « normale ». C’est aussi l’occasion de proposer un autre type de contenu, peut-être plus léger, plus divertissant. Essayez d’autres formats ou d’autres supports de communication ! Quid du snack content ?

Enfin, prenez la mesure quotidiennement. En fonction de votre activité et votre cible, les retours peuvent être totalement différents. Si vous voyez que votre communauté n’est pas réceptive, c’est qu’elle n’est tout simplement pas prête. Dans ce cas, ne forcez pas. Rien ne vous empêche de leur demander directement ce qu’ils souhaitent voir sur vos réseaux sociaux.

À ce propos, je vous invite à lire cette excellente analyse sur les communications d’entreprises pendant le coronavirus. Maud y décortique, sur plus de 3000 mots, les dernières publications (newsletters, posts sur les réseaux sociaux) de géants comme Burger King, le groupe Pierres & Vacances ou encore Petit Bateau. De quoi trouver l’inspiration !

Zoom sur le démarchage : est-ce vraiment pertinent pendant le Covid-19 ?

La tension économique est, malheureusement, incroyablement forte depuis l’apparition du coronavirus. Certains établissements connaissent une énorme baisse de chiffre d’affaires, d’autres ont dû purement et simplement fermer leurs portes. La trésorerie de nombreuses entreprises est en berne et les investissements sont gelés pour plusieurs mois.

Ce contexte complexifie donc fortement la prospection commerciale. D’ailleurs, a-t-elle vraiment sa place aujourd’hui ? La question est épineuse et il n’y a pas de réponse universelle. En réalité, tout dépend de votre activité.

Si vous êtes dans le B2C, la communication commerciale semble plus simple. Même s’ils ne peuvent pas se déplacer, vos potentiels clients ont, pour la plupart, accès à Internet. Ils peuvent donc continuer de faire leurs achats en ligne et comparer les produits. Il serait donc dommage de stopper vos efforts de communication. C’est plutôt le moment de booster vos campagnes de publicité (SEA), d’être actif sur vos réseaux sociaux, de vérifier les stocks sur votre site. Bref, d’être présent !

Dans le B2B, cela se complique. Les entreprises ont du mal à imaginer demain, alors de là à investir dans une prestation de service ou un logiciel … La situation actuelle est trop pesante et les risques financiers, trop importants. Les professionnels manquent de visibilité, toute leur attention est portée sur « comment sauver mon business ? ». Clairement, cela ne semble pas être le bon moment pour prospecter frontalement des clients B2B. Évitez donc l’envoi de mails de démarchage ou les contacts directs sur les réseaux sociaux, vous risquez d’avoir un très mauvais retour. Par contre, rien ne vous empêche de préparer l’avenir en continuant de communiquer et de publier des contenus à forte valeur ajoutée sur votre blog. Proposez également des webinaires ou rédigez un livre blanc.

Vous renseigner sur les aides disponible pour les indépendants

Face à cette période exceptionnelle, vous devez également penser à vous. Le gouvernement a mis en place des mesures exceptionnelles pour aider les entreprises et les indépendants à ne pas sombrer, économiquement parlant. Si votre activité a subi une importante baisse de chiffre d’affaires, il y a de fortes chances pour que vous soyez concerné par l’un (ou plusieurs) de ces dispositifs.

Pour vous aider à y voir plus clair, voici quelques-unes de ces solutions :

  • Le fond de solidarité: il peut être octroyé aux entreprises concernées par une fermeture administrative (par exemple, les restaurants, les commerces, les établissements sportifs, etc.) ou celles ayant subi une perte d’au moins 50% de leur chiffre d’affaires sur mars 2020. Son montant maximum est de 1500 € et, a priori, cette indemnité mensuelle devrait être reconductible sur 3 mois.
  • L’aide financière exceptionnelle:vous n’êtes pas éligible au fond de solidarité et vous rencontrez pourtant de véritables difficultés financières ? Vous pouvez essayer de demander cette aide, versée par le CPSTI. Chaque dossier devra être envoyé à l’URSSAF et sera étudié au cas par cas. Vous avez jusqu’au 30 avril 2020 pour faire la demande concernant le mois de mars.
  • Le report des cotisations : devant l’ampleur de la situation, vous avez la possibilité de bénéficier d’un report d’échéance concernant les charges sociales et fiscales. N’hésitez pas à vous rapprocher de votre URSSAF et/ou SIE (service des impôts des entreprises) pour connaître la démarche.
  • Les autres aides : plusieurs dispositifs déjà existants avant la crise du coronavirus peuvent vous apporter leur soutien dans ce moment particulièrement difficile. C’est le cas de l’ACED (aide aux cotisants en difficulté) et de l’ASS (Allocation Spécifique de Solidarité).

Information importante : certaines de ces aides sont cumulables entre elles et/ou avec les allocations chômage (ARE).

Vous êtes micro-entrepreneur ? Je vous conseiller d’aller jeter un coup d’œil sur cet article du blog Portail Auto-entrepreneur. Vous avez une EURL, SASU ou SAS ? Lisez plutôt ce guide proposé par Simplitoo. Ces deux contenus sont mis à jour très régulièrement.

Attention, ces dispositifs d’aide pour les entreprises touchées par le coronavirus évoluent rapidement. Restez informé sur les différentes solutions qui s’offrent à vous, en fonction de votre situation.

Prendre le temps de faire le point sur votre business

Votre activité est en baisse à cause du coronavirus ? Vos clients ne répondent pas à vos appels ou à vos mails ? Vous avez dû fermer votre établissement ? Essayez de transformer cette période anxiogène en un temps productif.

Puisque vous avez le temps (enfin, cela est relatif si vous devez aider le petit dernier à apprendre la table de 9), c’est l’occasion de faire tout ce que vous repoussiez jusqu’alors. Cette plaquette de communication qui traîne depuis des mois, ce logo à terminer, ce site internet à optimiser … Il y a forcément des éléments de votre business à améliorer, comme votre marketing, votre process de livraison si vous vendez des produits, votre service client, etc.

  • Que pourriez-vous changer dans vos offres ?
  • Est-ce que votre communication est toujours adaptée ?
  • Quels process pourriez-vous mettre en place pour faciliter votre quotidien ?
  • Vos prestataires vous satisfont-ils ou est-ce le temps d’en changer ?

Et cette formation en ligne, que vous avez achetée il y a trois mois et que vous jamais pris le temps de faire ? Continuez d’apprendre ! C’est aussi une meilleure d’anticiper la reprise.

Rien d’obligatoire ici, à vous de voir si vous vous en sentez capable. Néanmoins, quand vous reprendrez votre activité (on vous le souhaite), vous serez à jour sur toutes ces petites tâches et repartirez sur des bases plus saines. Vous aurez donc gagné un temps précieux et, en plus, cela vous permet de rester connecter à votre réalité professionnelle.

C’est aussi le bon moment pour faire un tri dans vos abonnements professionnels et autres logiciels. Avez-vous vraiment besoin, aujourd’hui, de tel outil qui vous coûte 39.90 € / mois ? Si non, demandez à mettre les prélèvements sur pause. Mis bout à bout, ces forfaits représentent une jolie somme. Cela vous permettra d’alléger vos charges mensuelles.

***

Qu’avez-vous mis en place depuis le début de cette crise ? Avez-vous changé votre manière de communiquer avec vos clients ? Continuez-vous de prospecter et quels retours avez-vous ? N’hésitez pas à partager votre situation en commentaire.

GD Star Rating
loading...
Freelances et business : comment réagir face au coronavirus ?, 5.0 out of 5 based on 3 ratings

2 réflexions au sujet de « Freelances et business : comment réagir face au coronavirus ? »

  1. Cette crise sanitaire nous a obligé de faire le point et à demander un effort d’adaptation… Pas facile, mais essentiel. Bon courage à tous les freelances et entrepreneurs en ces temps compliqués.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

Les liens des commentaires peuvent être libérés des nofollow.