Vous êtes ici : Miss SEO Girl » Articles invité » Quelques semaines pour passer du succès à la faillite

Quelques semaines pour passer du succès à la faillite

Article invité rédigé par Thibaut de bonjourrome.fr

Aujourd’hui, je vais vous expliquer comment je suis passé d’une entreprise touristique à succès à une entreprise en situation de faillite.

Avec un bénéfice net de plus de 4 000 € par mois, je ne pensais pas pouvoir arriver à ce résultat.

Malheureusement, il n’aura fallu que quelques semaines pour que mon business soit ruiné.

Je n’ai commis qu’une petite erreur stratégique.

Étant dans le domaine touristique, mon secteur est rapidement touché par les conséquences de cette crise.

Néanmoins, ce scénario n’aurait pas pu être prédit.

Quel est mon parcours ? Quelle erreur ai-je commise ? Nous allons voir tout cela dans l’article suivant.

Un bon départ avec Lisbonne

Je vis à Lisbonne depuis 2012. Ici, j’ai pu rencontrer énormément de personnes. Des connaissances qui au fil du temps sont devenus des amis.

J’y ai aussi rencontré ma femme avec qui j’ai eu deux magnifiques enfants. Cette ville m’a permis de fonder un foyer, une famille et m’a offert la vie exceptionnelle que je mène à présent.

C’est donc tout naturellement qu’en 2015 je décide de lancer mon premier blog dédié au tourisme local.

Grâce aux encouragements de mon entourage et beaucoup de travail, bonjourlisbonne.fr naît.

Sur ce site, je répertorie tous les conseils, les adresses incontournables ou encore des astuces locales qui permettront aux francophones de visiter la capitale portugaise en profitant au maximum de ce que celle-ci a à offrir.

Pour ce faire, je mets en place plusieurs techniques de référencement.

Je multiplie les articles pour faire vivre le site, et je fais en sorte que ceci soit assez long pour donner un maximum de détails voyageurs.

Je priorise aussi les mots-clés grâce à des outils comme Ahref. Grâce à ce logiciel, je peux me positionner sur les mots-clés les plus recherchés par les visiteurs souhaitant découvrir la ville de Lisbonne.

J’en profite également pour partager mon projet sur des forums actifs, ce qui me permet de récupérer quelques visiteurs.

Je trouve tous les liens morts sur internet en rapport avec la ville de Lisbonne et ses monuments. Des pages qui n’existent plus, des sites qui sont à l’abandon, et je contacte tous les sites qui ont un lien vers ces liens morts ou plus d’actualité.

Je mets en place beaucoup d’autres techniques pour pouvoir atteindre mon but : augmenter considérablement ma visibilité en ligne.

Le résultat est très rapide ! La première année, je peux déjà compter 60 000 visiteurs uniques et réguliers.

Le concept plaît, il me faut donc en tirer profit. J’ouvre mon entreprise et j’engage un comptable pour m’aider dans les démarches administratives.

Pour évoluer financièrement, je mets en place plusieurs affiliations et partenariats avec les sites et commerces touristiques présents Lisbonne.

Je démarche alors des restaurants, des bars, des hôtels, et même des entreprises de transports pour leur proposer mon concept.

Je gagne aussi des commissions sur chaque pass vendu, que je propose sur des articles ciblés comme celui sur le métro par exemple.

À côté, je propose également des visites guidées de la ville.

Comme mon temps n’est malheureusement pas extensible, je commence à embaucher de nombreux freelances pour s’occuper de la rédaction de contenus sur mon site.

Ces derniers m’aident aussi à gérer les nouveaux partenariats et effectuer les visites.

Grâce à tous mes efforts, le site finit par littéralement exploser.

En 2017, soit deux ans après la création de bonjourlisbonne.fr, mon site atteint les 650 000 visiteurs uniques.

Côté revenu, je peux me dégager en moyenne 3 000 € par mois. Étant dans le secteur touristique, certains mois sont plus difficiles que d’autres.

Mais je n’ai aucune raison de me plaindre. Mon site marche à la perfection, je travaille avec une équipe formidable et je suis heureux.

Les visiteurs sont également très satisfaits du site et des services proposés.

Tout va très bien.

L’erreur stratégique qu’a été Rome

En 2019, fort de mes précédents succès, je décide de m’échapper du Portugal et me dirige vers une autre grande ville d’Europe : Rome.

J’ai déjà pu visiter la ville de nombreuses occasions et celle-ci m’a conquis. Il fallait absolument que je me lance dans l’aventure en Italie.

C’est ainsi que, après deux ans de succès à Lisbonne, je lance le blog bonjourrome.fr.

Ici, je décide de m’atteler personnellement à ce projet. J’engage néanmoins quelques personnes sur place pour pouvoir m’aider dans mes démarches.

Malgré la concurrence régnante dans la ville, mon site parvient à se faire une bonne réputation.

Beaucoup de mes clients qui apprécient déjà le concept mis en place pour Lisbonne s’intéressent à la capitale italienne.

Mon autre trafic, je l’obtiens grâce au référencement, au bouche-à-oreille ou encore ma présence sur des annuaires qualitatifs (à soumission manuelle et dans le domaine du voyage par exemple).

À la fin de l’année 2019, les premiers résultats tombent. Le succès semble au rendez-vous et mon trafic est plutôt positif.

En effet, à la fin de la première année, je peux compter sur la visite de quelque 50 000 visiteurs uniques sur ce nouveau blog.

Les demandes de visite commencent à s’accumuler et je me rends compte que je suis le même schéma que pour Lisbonne.

Le succès va être présent, j’en suis sûr, et je veux pouvoir l’accueillir pour la saison 2020.

Je mets alors en place de nombreux moyens pour offrir la meilleure expérience touristique à mes visiteurs.

J’engage de nombreuses personnes sur Rome pour pouvoir rapidement trouver des partenaires et gérer les tâches locales quotidiennes.

Cette fois-ci, je paye des agences pour m’aider avec la communication et le référencement du site.

En réalité, j’investis la quasi-totalité de ma trésorerie pour amener le succès pour ce blog sur la ville de Rome.

Ici encore tout va pour le mieux et le succès est de nouveau à ma porte.

Ma situation actuelle

Malheureusement, un mois plus tard, le coronavirus frappe de plein fouet l’Italie.

Les frontières se ferment, les principaux monuments comme le Colisée également.

Les voyages s’annulent et les habitants ne sortent plus à cause du confinement.

Cette crise touche toute mon activité que ce soit à Rome ou à Lisbonne. Le tourisme est complètement mort en 30 jours.

Pour certains de mes partenaires, les temps sont durs. Avec la désertion des touristes, ils ne sont plus en mesure de rémunérer les partenariats.

Les retards de paiement s’accumulent. De mon côté, je dois encore payer les charges de mon entreprise pour maintenir mes différents blogs à flot.

J’ai également dû me séparer momentanément de mes différentes équipes.

Je dois aussi m’occuper de mes charges personnelles. Ma femme, étant indépendante, a également vu son business s’écrouler.

Pour réussir à vivre, je dois emprunter de l’argent à mes amis et à ma famille. Ma seule erreur fut de vouloir investir trop vite dans la ville de Rome.

L’arrivée du virus et de la crise actuelle était imprédictible à ce moment-là. D’ici quelques mois, j’espère pouvoir ouvrir mon entreprise.

Reprendre contact avec mes équipes et repartir de plus belle dans le domaine du voyage.

Ravir encore une fois des milliers de voyageurs et leur promettre à nouveau une expérience unique qu’ils ne sauront oublier.

GD Star Rating
loading...
Quelques semaines pour passer du succès à la faillite, 2.8 out of 5 based on 4 ratings

Une réflexion au sujet de « Quelques semaines pour passer du succès à la faillite »

  1. C’est un cas parmi tant d’autres. Encore une fois, le SEO dépend de l’actualité, d’où les conséquences de sa précipitation. Et oui, effectivement, tout ça aurait pu être anticipé et amorti. Par principe, il ne faut jamais investir toute sa trésorerie dans un projet, car en cas de problème on se retrouve vite à poil.
    Mais le monsieur a l’air d’avoir tiré leçon de son erreur, du moins je lui souhaite.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

Les liens des commentaires peuvent être libérés des nofollow.