Vous êtes ici : Miss SEO Girl » SEO » 5 astuces de SEO technique pour débloquer vos positions sur Google

5 astuces de SEO technique pour débloquer vos positions sur Google

Encore en train de chercher comment faire décoller votre site dans la SERP ? Si, malgré toute votre stratégie de mots-clés et contenus SEO, votre business en ligne semble stagner, peut-être est-il temps de plonger dans le côté obscur technique de votre site ?

Houlà ! Pas de panique. Nul besoin d’enfiler votre casquette de développeur geek ! Au contraire, grâce à des astuces simples, gratuites et rapides à mettre en place, découvrez comment contrôler 5 points fondamentaux du SEO technique pour débloquer votre visibilité sur la toile, sans l’aide de webmaster.

Alors, prêt(e) à traquer l’ennemi et reconquérir le cœur de Google ? C’est parti pour réaliser votre propre mini audit technique !

Vérifier la structure de vos pages

Rappel sur la hiérarchisation d’une page

Lorsque l’on cherche à optimiser son site pour Google, on apprend vite à structurer nos articles de blog par les balises Hn. Ces “headings” indiquent aux robots des moteurs de recherche comment se structure le texte. Par une hiérarchisation des paragraphes, le lecteur et Google repèrent et comprennent les différents axes et puissances des titres.

Nommées et affichées par ordre d’importance, les balises HTML varient de H1 pour le titre principal à H6 pour les derniers sous-titres. L’idée est de baliser vos sous-titres de façon à suivre un plan. De l’information la plus importante à la plus anecdotique : le H1 indique le titre de votre page, les h2 soulignent les idées, les h3 annoncent les arguments, les h4 précisent chaque idée, etc.

Concrètement, cela peut ressembler à :

Contrôler la structure d’une page web

S’il est facile de vérifier la structure sur un article de blog (distinguée par différentes typographies et polices sur votre CSS), il s’avère plus complexe d’analyser une page d’accueil ou une autre page web.

Pour ce faire, des plugins ou sites aident à vérifier la conformité hiérarchique de vos URLs. Parmi eux :

  • Web Developer : cette application gratuite s’installe facilement sur votre navigateur et analyse en un clic la structure de votre page. Cliquez sur l’onglet information du menu de Web Developper puis View Document Online. La fenêtre s’ouvre avec le détail des balises de la page à traiter.
  • Outiref.fr : le site d’Olivier Andrieu, propose d’analyser 9 critères SEO sur une URL souhaitée. Pour cela, copiez la page à analyser sur la barre de recherche d’Outiref. Durant quelques secondes, l’outil vérifie les axes de contrôle, dont la structure Hn. En cliquant sur l’onglet, visualisez si votre page comporte les balises Hn dans le bon ordre.

Dans le cas contraire, corrigez vos erreurs !

Accélérer la vitesse de chargement

Les derniers algorithmes de Google prennent en compte le temps de chargement des pages d’un site. Ce critère est si important que des outils comme Google Page Speed et GT Metrix mesurent le temps de chargement et attribuent un score sur 100. Pour éviter l’impact du temps de charge sur votre référencement technique, il existe quelques petites actions faciles à lancer pour gagner en rapidité et améliorer l’expérience utilisateur.

Installer un plugin de mise en cache

Un plugin de mise en cache permet de garder les éléments fixes d’un site (logo, bannière, textes) sans avoir à les recharger à chaque consultation de page.

Concrètement, l’extension ordonne aux CMS de sauvegarder la version que vous avez déjà affichée pour ne charger que les nouveaux éléments.

L’outil propose de personnaliser certains réglages entre les versions mobiles et ordinateurs dont le lazy loading.

Cette technique d’affichage charge les éléments de la page au fur et à mesure que l’on descend sous la ligne de flottaison.

À l’instar de WP Super Cache ou Wp Rockets (7 à 14 jours d’essai gratuits) sur WordPress, trouvez l’application de mise en cache compatible à votre CMS.

Optimiser les images

Les images sont les éléments les plus lourds sur un site internet. Non optimisées, elles augmentent le temps de chargement de vos pages. Pour éviter cela, pensez à compresser vos images dans des sites spécialisés avant de les mettre en ligne.

Tinypng est l’un des logiciels compresseurs d’images qui réduit le poids de vos documents sans perdre en qualité. Par exemple, si votre image pèse 300 ko, importez-la dans l’un de ces sites et téléchargez-la en 75 ko !

Quid des centaines d’images déjà en ligne ? Des logiciels comme Imagify (celui-ci est payant, une fois n’est pas coutume) scannent toutes les images de votre site pour les compresser en même temps et en quelques minutes. Sans rien toucher.

Pour bien faire, renouvelez cette action de temps en temps, après l’ajout d’un nouveau lot d’images.

Ajouter un code de suivi

Pour analyser les positions de vos URLs ou tracker par où arrive votre trafic, chaque logiciel (comme la Google Search Console, Facebook ou Google Analytics) demande d‘intégrer un code de tracking sur votre site.

Le problème ? L’accumulation de ces plugins alourdit le site et baisse le temps de chargement de vos pages.

Pour limiter ce surplus de codes, une application légère aide à placer tous vos tracking codes dans un même endroit et les enregistre sur toutes les pages du site en une seule fois.

Son nom ? Insert Headers and Footer.

Une fois installée, l’app s’ouvre sur deux fenêtres de script vides. L’une dédiée aux codes pour la balise d’en-tête ou “head” et l’autre pour la balise corps “Body”. À vous de coller le code selon les instructions des logiciels.

Avec cet emplacement tout en un, nettoyez votre site et réconciliez-vous avec les robots de Google.

Traquer les erreurs 404

Ah les erreurs 404 ! La bête noire de tout propriétaire de site. À cause d’une mauvaise redirection, d’une adresse mal rédigée ou d’un lien brisé… Une page s’affiche en no found. Laissant l’internaute et Google frustrés et déçus.

Pour y remédier, vous devez attribuer une redirection 301 dite direction permanente. La seule valable pour le référencement, car elle redistribue le jus de liens entrant (les backlinks) de l’ancienne page vers la nouvelle.

Repérable dans le code, la Google Search Console vous signale aussi l’erreur par mail.

Le meilleur moyen pour rediriger vos pages d’erreur sans faire de bêtise est, encore une fois, d’utiliser des plug-ins adaptés qui demandent de coller l’ancienne URL vers la nouvelle. Par exemple Simple 301 Redirects.

Surveiller vos crawls interdits

Êtes-vous sûr que toutes les pages de votre site sont indexées ?

Une dernière option à vérifier lorsque l’on perd en trafic organique est d’inspecter l’indexation de vos pages.

En effet, l’indexation d’un site est l’action d’autoriser les agents (bots) d’un moteur de recherche à parcourir (crawl en anglais) vos pages pour les analyser.

Si cette autorisation ne figure pas, vos pages deviennent inexistantes pour Google et donc invisibles pour votre audience.

Pour éviter ce drame, il existe 3 axes de contrôle :

  • Si votre site est sur WordPress, décochez la case désindexation.
  • Aventurez-vous dans le code source (ça va bien se passer) et repérez :

< meta name = “robots” content = “noindex” />

Et nul besoin de passer 3 heures à scroller tout l’éditeur de code. Faites juste un Ctrl F pour ouvrir une barre de recherche et taper noindex.

S’il existe, l’éditeur va surligner son emplacement. Il faudra alors changer le noindex en index ou supprimer la ligne pour avertir Google d’explorer l’URL lors de la prochaine mise à jour.

  • Dans le fichier robots.txt : pour y accéder, taper sur Google le nom de votre site/ robot txt. Une page affiche les directives des agents du moteur de recherches sur ce qu’ils doivent indexer ou non. Il s’agit du premier fichier vu par Google lorsqu’il visite un site. Votre mission ? Traquer l’information :

user-agent : *
Disallow: /

Traduction : aucun bot n’est autorisé à crawler le site. Autrement dit, votre site n’est pas indexé. Oups !

Migrer sous Https

S’il y a bien un critère qui hérisse les poils de vos internautes et donc de Google, c’est l’absence du petit cadenas vert au début de votre adresse URL. En effet, depuis 2017, le géant du web impose aux sites de passer sous HTTPs  (Hypertext Transfer Protocol Secure ou protocole de transfert hypertexte sécurisé).

Ce protocole sécurise la confidentialité de vos données lors d’un échange d’informations entre l’internaute et le site via votre ordinateur. Niveau expérience utilisateur, cette preuve de confiance marque des points pour votre référencement.

Si ce n’est pas déjà fait, il suffit d’installer l’un des plugins de migration existant.

Léger et facile à configurer sur WP, Really Simple SSL redirige les pages chargées en HTTP vers HTTPS.

***

Avec le SEO on-page (contenus optimisés) et le off-page (popularité), le SEO technique demeure un pilier du référencement naturel. Ainsi, sans un audit technique de qualité, votre stratégie de contenu reste insuffisante pour booster le classement de vos pages.

Mais vous l’aurez compris, inutile de coder des lignes et des lignes pour repérer et résoudre quelques coquilles simples dans votre site. En appliquant ces petites astuces, donnez un coup de pouce rapide à Google pour bien comprendre votre site afin qu’il puisse l’indexer correctement.

Bien sûr, la liste d’interventions techniques est non exhaustive : migrer sous Https, rendre son site responsive (compatible pour mobile), ajouter un fil d’Ariane, structurer un Sitemap… D’autres idées ? N’hésitez pas à les partager en commentaire !

En attendant, poursuivez les pistes via ce rapport d’audit.

GD Star Rating
loading...
5 astuces de SEO technique pour débloquer vos positions sur Google, 3.0 out of 5 based on 2 ratings

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

Les liens des commentaires peuvent être libérés des nofollow.