Vous êtes ici : Miss SEO Girl » Référencement » Tout sur le rédacteur web !

Tout sur le rédacteur web !

Article invité rédigé par Sophie Gauthier, spécialiste du marketing de contenu sur Contentologue.com. Actuellement Sophie propose un e-book gratuit en téléchargement “Triplez vos tarifs“?
salaireredacteurEnvie de gagner (mieux) sa vie avec la rédaction web ? Quels sont les différents types de rédacteurs, leur salaire, les entreprises susceptibles de les embaucher et leurs concurrents ?

Une liste complète, avec en prime des conseils de la Contentologue !

Le rédacteur SEO …

Le rédacteur SEO rédige des textes destinés en priorité au remplissage d’un site qui vise l’indexation et l’optimisation de toutes ses pages.

Ses compétences

  • Connaissance des bases du référencement, rôle des mots-clés, sémantique, balisage…
  • Rédaction fluide et grammaticalement correcte
  • Connaissance des bases du webmarketing: utilisation de phrases actives, mise en page aérée, mise en valeur de phrases clés…

Qui le paie?

redacteurseoSes clients possèdent en général de gros sites aux multiples pages profondes qu’ils souhaitent indexer et référencer rapidement. La qualité leur importe peu. Que vos textes soit lisibles tant par un humain que par un moteur, et vous êtes leur homme!

Auparavant, un rédacteur SEO était la panacée pour la plupart des clients, car tout le monde ne jurait que par l’optimisation du référencement, les communiqués de presse et descriptions d’annuaires pour les backlinks, et le contenu sémantique que l’on disait roi.

Aujourd’hui, la tendance commence tout doucement à s’inverser et les éditeurs de site comprennent de mieux en mieux les enjeux d’un trafic ciblé.

Mais que les rédacteurs SEO sous-payés se rassurent, ils ont de beaux jours devant eux.

Il font aussi très bien l’affaire des référenceurs black-hat qui leur commandent du contenu pour des réseaux de sites destinés à produire des liens entrants. La variante du rédacteur SEO est le rédacteur de content-spinning.

Le rédacteur SEO est souvent embauché en indépendant, pour des missions qui peuvent être courtes ou prolongées si le client a besoin de contenu en grande quantité et régulièrement mis à jour (descriptions de produits en général).

Ses concurrents

  • Des étudiants à la recherche d’un job même très mal payé.
  • Des entreprises de sous-traitance issues de pays où les salaires sont inférieurs (Maghreb et Madagascar pour la plupart)
  • De ses pairs débutants qui ignorent tout des salaires pratiqués et croient se mettre au niveau en proposant des tarifs très inférieurs au marché.

Beaucoup en sont réduits à prendre le travail de rédaction donné sur les plateformes, et s’usent rapidement à rédiger par centaines des articles sur les yaourts, couches pour bébé et hôtels pas chers.

Son salaire

Le rédacteur SEO est le plus mal loti de tous. S’il débute, son salaire peut varier de 8000€ à 15000€ par an (rédaction sur des plateformes et commandes ponctuelles) et avec de l’expérience 15000€ à 24000€ par an (démarchage ciblé et bouche à oreille).

Le conseil de la contentologue

Se spécialiser et se former au webmarketing. Certains clients n’hésiteront pas à faire grimper les tarifs si vos textes ne sont pas une simple “soupe à moteurs”.

Le rédacteur spécialisé

redacteurspecialiséIl a tout lu au sujet des montres suisses, leur conception, leur fabrication. Il a été lui-même par le passé stagiaire chez un horloger à Lausanne et sait exactement ce qu’il raconte lorsqu’il parle de chronomètre quantième automatique.

Le rédacteur spécialisé peut être un rédacteur technique ou littéraire. Il est très recherché par les professionnels du domaine qu’il maîtrise.

Souvent, il cumulera les casquettes de rédacteur web et print.

Ses compétences

  • Maîtrise totale d’un sujet, expérience professionnelle dans le domaine
  • Connaissances basiques en référencement (la densité de mot-clé est toujours parfaite puisque tout le champ lexical du domaine est appelé).
  • Maîtrise correcte du webmarketing, savoir doser entre le jargon et l’accessibilité aux novices.

Qui le paie?

  • Les entreprises ayant besoin de communiquer sur le sujet régulièrement
  • Les entrepreneurs du domaine concerné lançant leur service ou boutique en ligne
  • Les maisons d’éditions désirant publier un livre/ e-book sur le sujet
  • Les magazines spécialisés, à la pige.

Ses concurrents

  • Uniquement les autres rédacteurs professionnels du domaine concerné. Selon la niche, cela peut porter préjudice, avec certains professionnels ayant la main-mise sur le sujet depuis des années.

Son salaire

Selon le rapport niche/demande/concurrence, le rédacteur spécialisé peut être sous ou très correctement payé, il touchera entre 20000€ et 50000€ par an.

Le conseil de la contentologue

L’expertise dans un domaine ne s’improvise pas. Si vous possédez des compétences dans votre vie de tous les jours, développez-les. Par exemple, vous avez un chien et avez passé beaucoup de temps à lire sur le sujet pour vous en occuper. Cela fait de vous un expert potentiel. Il vous faudra approfondir, lire beaucoup plus, rencontrer des maîtres-chiens, connaître tous les termes, les divergences de techniques et d’opinions. Le milieu canin ne doit plus avoir aucun secret pour vous.

D’autre part, avant de vous lancer dans une spécialisation, renseignez-vous sur la concurrence. Y a t-il beaucoup de demande dans le milieu de la rédaction scientifique? Et si oui, avez-vous des concurrents qui prennent tout le travail? Et si oui, y a t-il dans ce domaine une niche que personne ne comble et qui est très demandée, comme la sismographie ou le microbiote intestinal?

Le content-manager

Le content-manager a de multiples casquettes. Il doit être capable de gérer tout ce qui concerne le contenu écrit et autres médias (vidéos, images, infographies).

Ses compétences

  • Connaissance des réseaux sociaux, publication de contenu sur Facebook, Twitter…
  • Connaissance du blogging: rédaction d’articles, de newsletters, maîtrise du CMS WordPress, quelques notions de php, html, gestion de FTP…
  • Connaissance avancée du copywriting webmarketing: Campagnes d’e-mailing, pages de vente, analytics, AB testing…
  • Maîtrise de des plans de rédactions, et du storytelling: Rédaction d’e-books, communication d’entreprise (présentation, lancement de produit…)
  • Connaissance du référencement: recherche de mots-clés, longue traîne, balisage, sémantique, backlinks…

Qui le paie?

content-managerNouveau métier en constante progression, le content-manager est le plus souvent salarié. Plébiscité par les start-ups ayant levé des fonds suffisants, ou des anciennes entreprises souhaitant remodeler complètement leur stratégie de contenu.

Il y a peu d’annonces pour des postes de content-manager et certaines entreprises ne connaissent même pas le terme. Il faut démarcher spontanément et convaincre de façon originale vos futurs employeurs que vous leur serez indispensable. (Et ils verront rapidement que c’est le cas.)

Ses concurrents

  • Le community manager. Plus connu, il séduit toujours les vieux de la vieille qui se sont renouvelé en 2010 et en sont encore à tout miser sur Facebook. Gare à lui!
  • Le rédacteur SEO. Attention à ne pas démarcher en mettant en avant la rédaction web, auquel cas de nombreuses entreprises vous rétorqueront qu’ils ont déjà “une équipe de rédacteurs qualifiés à Madagascar”.
  • Le dirigeant de la boîte. Ils sont deux à avoir monté leur start-up. L’un s’occupe du développement, l’autre du marketing. Ce dernier croit tout savoir et a très peur de déléguer. Parler de partenariat, de test sur un mois…

Son salaire

Bien que ce ne soit pas le Pérou, ça commence à devenir sérieux. Un content-manager avec peu d’expérience peut espérer commencer la navigation sur une petite rivière de 25000€ et déboucher sur un fleuve de 45000€ par an.

Le conseil de la contentologue

Fake it to make it. Ne dites surtout pas que vous n’avez pas d’expérience. Vos anciens clients de rédaction deviennent vos anciens clients de vos services en content-management, vos propres blogs deviennent des blogs pour des clients…Faites grimper le salaire par vos extraordinaires compétences (qui doivent être vraies pour le coup) et mettez en avant le potentiel énorme au niveau gain d’argent que vous allez générer.

Le consultant en stratégie de contenu

Businessman Giving a Presentation Using a Flip ChartSi l’on a le goût de la communication en direct, et que l’on a rien contre le fait de se déplacer (parfois loin), consultant en stratégie de contenu est le plus badass de tous les métiers de la rédaction web.

On vous appelle au-secours, lorsque vous ouvrez la bouche, tout le monde se tait, si vous faites un powerpoint, on vous considère comme le nouveau Godard, et lorsque vous répondez aux questions vous êtes considéré comme la sagesse incarnée.

Avec des audits de 2000 mots et une journée de formation payés jusqu’à 20000€, jamais vous n’aurez été aussi bien payé dans le milieu de la rédaction web.

Ses compétences

  • Toutes les compétences du content-manager avec un surplus maîtrise du webmarketing et community management.
  • Pro du PowerPoint, science du tableau blanc et du feutre weleda.
  • Maîtrise du storytelling.
  • Maîtrise de la langue anglaise.
  • Un certain culot…

Qui le paie?

Les grosses entreprises à budget illimité (sauf lorsqu’il s’agit d’augmenter leurs employés) et les jeunes start-ups venant juste de lever des fonds importants, ainsi que les grosses entreprises dites “mammouths”, c’est à dire que leurs process internes sont lents, leur patron a du mal à déléguer, la grosse machine a du mal à suivre le rythme infernal des algorythmes de Google et ils sont complètement désorganisés suite aux départs de nombreux managers (qui n’en peuvent plus de cette lenteur): des boîtes comme ça, il y en a plein en France. Faites votre marché.

Les partis et les hommes politiques. Ils ont des réseaux sociaux, des blogs, des meetings à écrire…Bref une communication web.

Ses concurrents

  • Les entreprises d’audit moins chères.
  • Les content-managers en interne.
  • Les consultants en stratégie de contenu qui ne savent pas qu’ils pourraient demander beaucoup plus cher.

Son salaire

Malgré les sommes extraordinaires que vous pouvez percevoir sur une seule mission, le problème du consultant résidera dans la prospection. En effet, il faudra parfois plusieurs mois pour convaincre une grosse boîte de faire appel à vous. Non qu’elles soient méfiantes, mais il faut du temps pour débloquer des budgets et beaucoup ont la “réunionite aiguë”. Vous pouvez donc en tant que débutant gagner 30000€ à l’année et avec l’expérience, le bouche à oreille peut vous faire crouler sous les demandes. Vous pourrez alors espérer toucher jusqu’à 120 000€ par an.

Le conseil de la contentologue

Lisez la presse économique. Vraiment.

Bonus: L’auteur

Je rajoute ce métier en bonus, car il ne s’agira pas toujours de rédiger sur le web. Mais il correspond tout de même au sujet, dans la mesure où de plus en plus de commandes, y compris sur des plateformes comme Upwork, sont des demandes de rédaction d’e-book de plus de 50000 signes.

Si l’on a du talent, vivre de l’art littéraire ne pose aucun problème. Ce que vous n’obtiendrez pas forcément, c’est la reconnaissance et la célébrité. En effet, de nombreux écrivains sont ce que l’on nomme des “nègres” (le terme anglais de Ghost writer est tout de même plus sympathique) et écrivent les émois des uns et les biographies des autres.

Ses compétences

  • Maîtrise du storytelling
  • Grande culture générale
  • Patience, rigueur et tenacité (ce sont plutôt des qualités, mais elles sont indispensables)

Qui le paie?

Les maisons d’éditions, les gros blogs multi-thématiques, les personnalités, les personnes âgées, les magazines spécialisés.

Ses concurrents

  • Les écrivains plus sociables. (Copiner est parfois indispensable dans ce milieu)
  • Les écrivains plus talentueux.
  • L’ami du fils du cousin de.
  • Les grosses entreprises gérant la rédaction d’ouvrages en gros.

Son salaire

Le rapport temps de travail/salaire peut énormément varier selon les employeurs. Il va sans dire qu’entre un e-book sur les smoothies et la biographie de Leatitia Casta, il y a une marge de prix conséquente. Selon votre degré de copinage ou de cousinage, de niveau de talent et d’expérience, vous pouvez compter sur un salaire allant de 20000€ à 100 000€.

Le conseil de la contentologue

Pour vous faire de l’expérience, commencez par les personnes âgées et les smoothies, puis lorsque vous aurez quelques ouvrages à mettre sur votre CV, dirigez-vous vers des hommes politiques ou personnalités presque oubliées (mais pas par les maisons d’éditions), puis lorsque vous aurez passé un certain nombre d’heures assis dans le canapé de cet ancien député connu, vous serez invité à des soirées avec des gens un peu plus connus et ferez copain avec un ministre pourquoi pas.

Alors ? Tenté par la rédaction web?

GD Star Rating
loading...
Tout sur le rédacteur web !, 4.6 out of 5 based on 13 ratings

6 réflexions au sujet de « Tout sur le rédacteur web ! »

  1. Pour certains chiffres, cela me parait aberrant (entre 20 000 et 50 000 par mois),
    à quoi cela équivaut-t-il ?
    Par ailleurs, ce domaine de métier se développant de plus en plus, la concurrence ne fait-elle pas baisser les prix à chaque niveau ?

  2. Merci Sophie pour cet article très intéressant !

    Je viens de me lancer dans la rédaction web en freelance, après avoir fait mes armes sur mon propre blog (dans un domaine qui n’a rien à voir) pour me former au référencement, au webmarketing, aux réseaux sociaux etc.
    J’ai mis “rédacteur web – community manager” sur ma carte de visite, j’aurais du mettre “content-manager” mince !

    En même temps, j’ai encore pas mal à apprendre côté webmarketing et storytelling mais je ne sais pas bien comment m’y former.

    Bref, pour le moment, je suis bloquée au niveau “rédacteur web de base” avec surtout des propositions de ré-écriture d’articles (autant dire qu’on demande juste de pomper un truc déjà mal écrit à la base et de le recracher suffisamment modifié pour que ça se voit pas) …

    Non seulement c’est mal payé, mais surtout je pense sincèrement avoir les compétences pour faire mieux que ça (et l’envie aussi !!). Mais je rencontre peu de gens qui cherchent un profil plus expert que ça, ou alors ils n’ont pas de budget pour me payer ! (Je dois donc chercher au mauvais endroit !)

    Je vais donc chercher ailleurs et voir comment me former mieux au webmarketing.

  3. Bonjour Alexandra, ce panorama intéressant des différents métiers de la rédaction a le mérite de dégager une certaine progression ! Il est vrai que bon nombre de gens sont tentés par la rédaction web… mais savoir écrire ne suffit pas toujours pour gérer une relation client ou encore décliner une campagne de communication, par exemple d’e-mailing ou encore de bannières en ligne. À ce sujet, je rajouterais tout de même concepteur-rédacteur (qui ne se limite plus qu’aux seules agences de comm, à mon sens) entre les cases “content manager” et “consultant en stratégie de contenu”… mais les tendances évoluent sont là et sont façonnées par le marché – voyons ce que nous réserve l’avenir ;) ! MT

  4. @Agence web microproxy, Merci pour ta remarque, il s’agissait d’une coquille qui a été corrigée rapidement. Par an, pas par mois.

    @ Cécile, merci beaucoup pour ton commentaire. Il s’agit moins de la formulation que des compétences réelles au final. Si c’est juste pour ta carte de visite, pas de souci, et un site web se modifie. Et par ailleurs, il s’agirait effectivement de te former avant de te propulser en tant que content-manager. Tu dois effectivement développer tes connaissances en webmarketing (pour cela, le site webmarketing&com est une mine), et en storytelling, lis mon blog! Et j’ai écrit aussi http://www.webmarketing-com.com/2015/10/05/41737-27-techniques-de-storytelling-booster-vos-ecrits

    @Mathieu, merci pour ton commentaire (c’est Sophie qui a écrit l’article qui te répond, pas Alexandra). Concepteur-rédacteur est un intitulé qu’utilisent certains copywriters effectivement. Je ne l’ai pas mis, parce que comme tu dis, il est “entre” et “entre”, il sait rédiger une page de vente, une publicité, concevoir l’éditorial d’un blog, et s’il a des connaissances en réseaux sociaux, paf c’est un content-manager. :) Il y a aussi le terme copywriter, mais il est surtout utilisé dans la rédaction anglophone.

  5. Je vois beaucoup de sites spécialisés SEO (en anglais) surtout qui prônent l’importance du contenu en quantité et en qualité. L’ensemble de ces sites placent ainsi le contenu au centre de leur stratégie SEO pour notamment attirer des liens. Je trouve cela quelque peu étrange donc de vouloir sous-traiter cette compétence si elle est centrale. De plus, pour moi par exemple qui construis des sites liés au trading en ligne, ce genre de stratégie est peu viable dans la mesure où une partie infime de l’audience est susceptible linker vers le contenu. J’ai néanmoins trouvé intéressant de voir lister l’ensemble des sous-catégories dont j’ignorais l’existence.
    Charles

  6. Les chiffres annoncés concernant les salaires sont impressionnants …
    Vouloir écrire ne serait pas la clé de tout, pour tout rédacteur web en herbe ??
    isn’t It ??
    Au regard de ce qui s’annonce en référencement 2016 …..
    Bonne année à tous

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

CommentLuv badge

Les liens des commentaires peuvent être libérés des nofollow.