Vous êtes ici : Miss SEO Girl » Articles invité » Temps de chargement : 5 préjugés que vous ne devriez pas avoir

Temps de chargement : 5 préjugés que vous ne devriez pas avoir

Article rédigé par Damien Jubeau, fondateur de Dareboost.optimisations-images-vitesse

La vitesse de chargement est l’un des facteurs clés du succès d’un site internet. Mais, parce que la performance web repose sur des bases éminemment techniques, elle reste souvent un sujet considéré comme obscur pour beaucoup. Résultat : on entend encore (trop) souvent certaines idées préconçues ou contre-vérités sur la performance web qui, en influant sur certains choix stratégiques, vont au final nuire aux résultats économiques des sites web .

Et si nous en démontions quelques unes parmi les plus répandues ?

Mon site est suffisamment rapide !

vitesse-site-chargementSur ce premier point, je vous renvoie vers notre dernier article ici : Mesurer la vitesse de votre site web : 5 pièges à éviter. En résumé, vous ne pouvez pas vous baser sur votre propre ressenti pour arriver à un tel constat. Si vous vous êtes bel et bien outillé sur ce sujet, attention aux indicateurs que vous observez et à la fiabilité des services utilisés, mais aussi à vos points de référence ! La rapidité doit être jaugée par rapport à vos concurrents, selon les attentes des internautes mais aussi selon les recommandations de Google par exemple !

Votre site ne sera jamais trop rapide. En revanche, les erreurs et évolutions causes de ralentissements sont très nombreuses : veillez donc à suivre ce sujet à travers le temps. Car même si votre constat est bon, il peut à tout moment être remis en cause !

Si mon site est lent, il me suffit de changer d’hébergement

vitesse-site-gogleRemettre en cause systématiquement la qualité (ou le dimensionnement) de l’hébergement en cas de lenteur d’un site web est un réflexe encore répandu. Évidemment, l’infrastructure proposée par l’hébergeur joue un rôle central, et peut lourdement impacter le temps de réponse serveur, mais ce n’est pas la cause la plus probable.

La “Performance Golden Rule” édictée en 2012 par Steve Souders – un pionnier de la performance web – nous rappelle d’ailleurs :80-90% of the end-user response time is spent on the frontend. Start there”.

Autrement dit, la majeure partie de l’attente à laquelle est confronté un internaute est en fait liée à ce qui se passe sur son navigateur, à la manière dont la page est construite et aux ressources qu’elle utilise (Javascript, CSS, images). Si votre site est trop lent, il est donc fort probable que ce soit le premier point à regarder : est-ce que le temps de réponse de votre serveur est important au point de contredire cette règle ?

Et quand bien même le temps de réponse serveur est trop élevé, il reste tout à fait possible que votre hébergement ne soit pas en cause… Si vous utilisez un CMS surchargé de plugins ou autre modules, ou que certains sont de piètre qualité, cela peut tout à fait expliquer un ralentissement. Des problèmes de configuration du serveur web, ou encore de la base de données ne sont pas à exclure non plus.

La vitesse d’un site n’a aucune incidence sur le référencement naturel (ou si peu)

performances-webC’est un point de vue défendu par certains. Il est vrai qu’à ma connaissance, aucune étude ou test n’a vraiment réussi à démontrer de façon certaine les effets du temps de chargement sur le référencement naturel… Ni l’inverse d’ailleurs.

En revanche, deux études plutôt connues ont montré une corrélation, entre le positionnement sur Google et le temps de réponse serveur d’une part (sur Moz), et le temps de chargement d’autre part (chez Backlinko).

Précisons que la découverte d’une corrélation n’indique pas pour autant que ce sont des critères retenus par Google. On en conclura uniquement que mieux un site est classé, plus il est généralement rapide .

Cependant, dès lors que votre site compte un nombre significatif de pages, l’intérêt pour le SEO d’avoir un bon temps de réponse serveur est évident : le “budget temps” alloué par Google pour le crawl de votre site sera mieux utilisé, avec une indexation plus rapide.

C’est au moins un aspect de la vitesse de votre site sur lequel l’impact sur le SEO ne fait aucun doute.

Peut-on en dire plus ? Peut-être en s’intéressant à l’ADN de Google, dans lequel la vitesse est prépondérante, comme nous le rappellent les propos de son fondateur Larry Page, rapportés lors de la conférence Velocity 2010. “En tant que chef produit, vous devez savoir que la vitesse est sa fonctionnalité numéro 1”.

La culture qui se cache derrière cette citation vous sera d’ailleurs détaillée dans l’article The Google Gospel of Speed.

Une philosophie de la rapidité qui transparaît dans beaucoup de ses produits et initiatives : le reporting du temps de chargement de vos visiteurs dans Google Analytics (Comportement > vitesse du site), l’indication des performances web des polices de caractères dans Google Fonts, le produit PageSpeed Insights évidemment, et plus récemment le projet AMP (Accelerated Mobile Pages).

Dès 2010, Google annonçait la mise en place d’une pénalisation des sites “trop lents” (1%), pour embrayer, courant 2015, sur des tests de mentions “Red Slow Label” et “Slow to Load” sur ses résultats de recherche.

Et si vous êtes convaincu que le taux de rebond ou encore le pogosticking sont des critères pour Google, vous devriez définitivement intégrer la performance web dans votre travail SEO, la dernière étude de DoubleClick nous indiquant effectivement que 53% des visites sont abandonnées si un site mobile met plus de 3 secondes à se charger.

Faire attention au temps de chargement d’un site, ça ne regarde que les développeurs

seo-uxExpérience utilisateur, image de marque, taux de rebond ou de conversion ou encore référencement naturel. Tous ces éléments sont impactés par le temps de chargement. Avec au final, une incidence globale sur les résultats économiques des sites web. Logique, dans ces conditions, que tous les acteurs d’un projet web soient sensibilisés et impliqués sur les problématiques de performance web.

Certes, ce sont probablement les métiers techniques qui ont dans leurs mains les outils pour corriger les problèmes de performance web. Mais les développeurs font aussi face à des contraintes, qui peuvent souvent les empêcher d’arriver à un résultat satisfaisant en matière de performance web.

  • la simple réalisation de la charte graphique peut poser les premières bases d’un site rapide on inversement. Il faut par exemple noter que l’utilisation en grandes quantités d’images, ou encore de polices de caractères, va nécessairement apporter des difficultés. Tout excès à ce niveau ne pourra être contrebalancé que très difficilement par la suite.
  • les solutions marketing (A/B Testing, retargeting et j’en passe) peuvent également induire des ralentissements significatifs. Malheureusement, ces solutions sont trop rarement étudiées sous cet aspect.
  • un point qui revient pour une grande majorité de projets : la qualité des visuels ! Même si le développeur propose un niveau de compression, l’idée peut se voir rejetée avec pour faire-valoir l’image de marque par exemple. De ce côté, rappelons que les visiteurs sont généralement bien moins exigeants que les éditeurs des sites, comme Flickr en a fait l’expérience.

Pour résumer, à plusieurs niveaux, la prise de décision impactant la performance dépend d’un tout autre acteur que le développeur ! Évidemment, ses choix d’implémentation seront déterminants. Une dernière contrainte, et non des moindres,  peut alors apparaître : le budget.

Il n’est évidemment pas question de viser à tout prix la perfection, mais de se donner les moyens nécessaires. La performance web est un travail de compromis, à tous les niveaux.

C’est en prenant en compte ces contraintes le plus tôt possible que les meilleurs résultats seront obtenus, par exemple en appliquant la méthodologie des budgets de performance

Optimiser la vitesse d’un site coûte davantage que ça ne peut rapporter

investissments-roi

Nous l’avons évoqué dans le paragraphe précédent, il ne s’agit pas de chercher un site rapide par principe, mais bien de trouver le meilleur compromis.

Surveiller et optimiser les performances d’un site web occasionne effectivement des coûts et nécessite des ressources. Mais vous devez mettre en perspective ces différents coûts avec le retour sur investissement attendu. Les bénéfices sont à attendre à de nombreux niveaux.

Nous avons parlé de l’impact sur le référencement, mais en améliorant l’expérience utilisateur c’est aussi le taux de conversion qui s’en verra accru.

L’image de marque, la fidélisation, le panier moyen sont autant de points sur lesquels vous pourrez également attendre des améliorations !

La performance web est un travail de conception, et peut même mener à la réduction des coûts. C’est par exemple le cas de Shopzilla qui a réduit de moitié la facture de son infrastructure tout en diminuant de 5 secondes le temps de chargement moyen de ses pages…

Au final, l’optimisation de la performance d’un site web, comme tout autre type d’optimisation, relève de la recherche d’un ROI. Il ne s’agit pas d’aboutir au site parfait quel qu’en soit le prix, mais plutôt d’adopter une approche raisonnée. Et pour ce faire, l’une des premières étapes consiste à disposer d’une mesure fiable afin de s’assurer un bon suivi des actions entreprises, leurs coûts aussi bien que leurs résultats.

Images libres de droit, pixabay.com

GD Star Rating
loading...
Temps de chargement : 5 préjugés que vous ne devriez pas avoir, 5.0 out of 5 based on 9 ratings

11 réflexions au sujet de « Temps de chargement : 5 préjugés que vous ne devriez pas avoir »

  1. Les internautes devenant de plus en plus mobinautes, un temps de chargement trop élevé fait un grand taux de rebond (des études le démontrent, de mémoire, c’est significatif >2”). SEO mis à part (même si je suis persuadé que la vitesse compte, cf AMP), en terme d’UX, c’est une cata un site lent.

  2. Je suis en plein dedans…mais non pas ca enfin…

    Bref, redevenons sérieux.

    J’aime beaucoup ma page d’accueil qui a un carousel (presque sur la totalité de la largeur de la page)…de jolies photos pro…

    Aujourd’hui je me pose la question de virer cela pour mettre à la place une seule photo optimisée.

    A l’heure du critère “vitesse chargement de page”, penses tu Alexandra que les carousel de grandes images est une époque révolue ?

    Question bonus: Tu dirais que la vitesse de chargement est un critère très important ou pas plus que cela sur l’impact du classement d’un site ?

    Merci :)

  3. Le temps de chargement dépend en grande partie de la conception du site, changer d’hébergement n’y changera pas grand chose à ce niveau là en effet.

    Après, même si la théorie est vraie, en pratique, c’est plus complexe que cela. Du moins, il faut faire des compromis. Je m’amuse de temps en temps à comparer le temps de chargement d’un site visuellement chargé (avec images en parallaxe, slider et cie…) avec celui d’un site visuellement nu (les fameuses pages html où il n’y a que du texte).

    Le test est toujours rigolo et très parlant : les pages html nu sont 100% plus rapides que les autres, temps de chargement quasi instantané et le site visuellement chargé frôle les 99% si on optimise ce qui faut.

    Ce ne sont pas les solutions qui manquent : CDN, optimisation du cache (cf le plugin WP Rocket par exemple), externalisation CSS et JS… après, j’avoue que là où le compromis est parfois difficile, c’est qu’il faut faire un choix entre l’optimisation (qui passe souvent par la compression des images entre autres) et la qualité visuelle.

    Si on s’amuse à compresser drastiquement une image png, c’est pas sûr que la qualité soit au rendez-vous si on a des contraintes de taille. Après, tout est possible avec du budget, en faisant appel à des ressources plus spécifiques mais là c’est une autre histoire.

    La question que je me pose tout le temps, c’est “est-ce que l’investissement financier et humain est rentable (en vaut le coup) par rapport aux besoin du projet ? C’est au cas par cas. Bref, je m’égare.
    Sébastien Articles récents..Balisage structuré contenant du spam : levée de pénalité manuelleMy Profile

  4. Bjr, un bon article
    J’ajouterai que la vitesse d’un site est à surveiller régulièrement, un site rapide le 10 septembre peut ne plus l’être le 20.
    La faute à un nouveau caroussel, ,la mise en place d’une nouvelle catégorie avec des images non optimisées ou une modification faites par des développeurs sans tenir compte des optimisations faites auparavant.

    dans Chrome on peut surveiller la vitesse d’un site, il y a aussi et sans faire de la pub.
    https://gtmetrix.com/
    http://www.webpagetest.org/
    ils ont l’avantage de tester la vitesse du site à partir de plusieurs points du globe

  5. J’ai déjà eu l’occasion de noter une amélioration significative du référencement naturel après une optimisation de la vitesse de chargement. Particulièrement lorsque l’on repartait de loin. S’il n’y a effectivement, à ma connaissance, pas d’étude complète là dessus, il me semble que c’est un critère à ne pas sous-estimer. Comme d’habitude en SEO, tout dépend de l’environnement du site.

  6. C’est sur que le temps de chargement est le plus important! Pour le SEO oui ça joue. Moins googlebot passe de temps à charger votre site, plus il crawl de page et plus il notera bien votre site car c’est un aspect important pour l’utilisateur.

    Mais l’utilisateur, voilà le plus important … Sur un site e-commerce, un blog qui vend des presta, ou autre, un temps de chargement minime va entrainer entre 1 à 1,3 pages vues en moyennes sur le site. C’est énorme! J’ai tester ça avec une solution d’amélioration de la vitesse chargement, du coup les leads ou les ventes en sont augmentées….
    Et pour le trafic, avec ou sans cette solution, j’ai noté entre +12 à +20% selon les sites.
    Comme quoi la vitesse d’un site pour moi est l’un des critères principal de google et l’un des critères principal de qualité vue par vos internautes!
    Donc surtout il faut vraiment travailler là dessus ;)

  7. Effectivement le temps de chargement est très important. Il est important aussi de bien charger uniquement ce que l’on a besoin. Certaines API js n’ont pas besoin d’être chargée sur tout le site.
    Je rajouterais pour ma part au niveau serveur, le choix du moteur de template qui peut parfois être plus long si l’on charge trop de modules inutiles.

  8. bonjour!
    moi j’utilise une connexion 3g donc tres limité mais moi je ne souffre pas de probleme de vitesse de chargement même avec mon débit assez médiocre.
    mon astuce! moi je désactive les images et le temps de chargement est réduit de 80%
    bonne journée

  9. Je ne suis pas experte en référencement mais je suis d’accord que le temps de chargement d’une page est un facteur de plus en plus important. Moi la première un site qui est trop lent je reste pas dessus.

  10. Moi, j’ai un avis un peu différent des autres lecteurs, je pense que la vitesse d’un site n’est plus un facteur a trop en occupé, car ses dernières années internet est devenu très rapide, si un site tarde trop a chargé, c’est parce que, on a un problème avec notre navigateur, notre connexion est lente, pour le webmaster, il faut juste faire attention à ne pas mettre trop de iframe et JS, et de bien choisir le serveur.
    Un webmaster qui vient de faire un blog avec wordpress et un hébergeur décent, n’a pas pourquoi perdre le temps avec le temps de chargement.

  11. Je pense que tant que le temps de chargement d’une page ne dépasse pas plus de 5 secondes, on ne va pas être directement sanctionné.

    Par contre, indirectement, temps de chargement trop long = Hausse du taux de rebond + Google met plus de temps à crawler nos pages, donc à les indexer, donc au final perte de positionnement!

    Top ce petit article en tout cas!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

Les liens des commentaires peuvent être libérés des nofollow.