Vous êtes ici : Miss SEO Girl » Pour le fun ! » Comment parler de SEO lors d’un repas de famille ?

Comment parler de SEO lors d’un repas de famille ?

Repas de famille - Référencement

Nous sommes en décembre, le mois des fêtes de noël, du sapin, des cadeaux et souvent… des repas de famille. Cette période s’accompagne donc régulièrement des questions habituelles de ce type de réunions : « Il a bien grandi », « Comment vont les amours ? » et « Ça consiste en quoi ton job déjà » ?

Régulièrement confronté à cette question de la part de mon entourage qu’il soit amical, familial ou professionnel je raconte la même métaphore pour faire comprendre à mon interlocuteur les enjeux de la visibilité web, du SEO et le sens de ces métiers. Cet article pas très sérieux raconte cette histoire…

Les personnes qui me posent ces questions sont souvent peu initiées aux technologies du web et ne connaissent en général pas les enjeux du webmarketing. Ce sont par exemple ces gens qui pensent qu’il suffit qu’un site soit en ligne pour qu’il soit utilisé ou d’autres qui pensent qu’une fois que le site est correctement indexé et référencé sur son nom de marque sur un moteur, cela est suffisant pour générer du trafic.

J’ai donc développé une métaphore qui permet de faire comprendre à mes interlocuteurs les enjeux de l’étrange valse qui me lie aux moteurs de recherche. Cela implique de ne pas utiliser les trop techniques “SERP”, “Meta” et autres “backlinks” pour me concentrer sur des termes qui parlent à tout le monde. Je me suis donc appliqué à transposer le SEO dans un monde “physique” aux règles particulières.

Je gère le déploiement de boutiques

Dans cette histoire, je me mets à la place d’une personne chargée de gérer l’implantation et le déménagement de boutiques pour un groupe gérant des commerces. Ma première mission est donc de comprendre les valeurs de l’entreprise, ses points forts, ses points faibles et les attentes des clients afin de pouvoir positionner mes boutiques de la bonne manière.

Chaque boutique est une entrée “organique” vers mon entreprise (mon site).

La SERP est une rue

La rue des sites

Ma métaphore pousse ce concept de commerce physique en transformant une SERP en rue. Les recherches sur Google France sont ainsi représentées par les rues d’une France imaginaire. Chaque rue est plus ou moins fréquentée. Il y a des “avenues des Champs-Elysées” et des “impasses du Ruisseau”. La fréquentation de ces rues correspond au nombre de recherches mensuelles sur une requête.

Une spécificité de ce monde imaginaire est que dans chaque rue, les passants sont intéressés par des sujets similaires. Ce sujet est le contenu de leur requête. Certaines rues seront donc remplies de personnes intéressées par des “Robes rouges” et d’autres par des “Robes rouges manches courtes”.

En réponse à une mécanique de l’offre et de la demande, les enseignes des rues correspondent donc aux centres d’intérêt des passants. De la même manière, nous trouvons les cafés des sports près des stades et des bars festifs dans la rue de la soif. Il s’agit des résultats contenus dans les SERP.

Ces boutiques sont plus ou moins bien placées. Certaines sont très visibles, en début de rue alors que d’autres sont plus basses, dans les hauts numéros. Cela correspond à la position des résultats dans les SERP. Ainsi, les boutiques mieux placées bénéficieront d’une meilleure fréquentation et renverront une image de commerce de référence grâce à leur visibilité.

Mon travail : implanter des boutiques dans une rue et optimiser leurs positions

Mon métier consiste donc à installer les boutiques de mon entreprise dans différentes rues puis à faire en sorte qu’elles soient les mieux placées possible afin d’achalander le plus grand nombre de clients.

Il me faut donc connaître les leviers me permettant d’offrir une telle position à mes boutiques. Dans ce monde imaginaire, seuls quelques emplacements les mieux placés peuvent être obtenus en échange d’un paiement. Il s’agit des encarts publicitaires (Adwords…).

Les critères de positionnement pour tous les autres emplacements sont définis par la Grande Organisation Omniprésente Gestionnaire des Lots et des Emplacements (la GOOGLE).

Le principal critère est la pertinence et la qualité de la présentation de l’offre d’une boutique par rapport aux centres d’intérêt des passants. Une boutique vendant fièrement des robes rouges dans la rue des “robes rouges” sera mieux placée que celle vendant des tournevis cruciformes.

En bref, il s’agit la qualité et la qualité des contenus.

Le deuxième critère est la réputation et la reconnaissance par les paires. Plus des entreprises diront du bien de la mienne en me plaçant dans leurs références, plus mes échoppes seront valorisées dans les rues. En plus de bénéficier d’un bon emplacement, les autres commerçants me renverront directement des clients. Il sera donc pertinent pour moi de favoriser des partenariats.

La configuration du bâtiment devra également être optimisée pour faciliter le travail des contrôleurs de la GOOGLE car ils sont en général assez pressés et suivent des procédures de visite des boutiques assez normées.

Enfin, des critères de qualité comme la sécurité des lieux (HTTPS), la non discrimination des clients (compatibilité mobile) seront d’autres points positifs.

Une fois que je connais ces différents critères, je me charge donc d’installer des boutiques dans les rues qui me semble pertinentes à la vue de mon activité. Je fais ensuite en sorte qu’elles remontent progressivement vers le premier numéro en essayant de les faire mieux voir que les autres aux yeux de la GOOGLE, jusqu’à devenir une référence en m’établissant dans la zone la plus fréquentée.

Je suis designer de vitrines

Les balises metas sont une vitrine

Mais cela ne correspond qu’à une partie de mon métier. S’il est intéressant d’amener une boutique d’une zone peu dense à l’équivalent de la rue de Rivoli à Paris c’est encore mieux si les badauds y rentrent. Je me charge donc de faire reluire l’enseigne pour séduire les passants à grand coups de slogans. Je choisis un nom de boutique et un texte présentant ce qu’on y trouve afin de capter l’attention des badauds.

La GOOGLE, à la fois législatrice, juge et policière

La GOOGLE a les pleins pouvoirs sur son périmètre d’intervention. Elle définit les règles, contrôle les contrevenants et peut les punir.

Si les critères donnés ci-dessus permettent d’améliorer ma position dans la rue, il ne faut pas en abuser. Par exemple, je ne dois pas soudoyer mes concurrents pour qu’ils me recommandent. Ou encore, il est illégal de présenter des façades justes pour les contrôleurs de la GOOGLE et cacher une arrière boutique réservée aux clients.

Lorsqu’on se fait prendre, la GOOGLE est sans pitié. C’est la relégation. Toutes les triches mises en place sont dénoncées par la Grande Organisation et l’entreprise ou les boutiques fautives se retrouvent mises en bout de rue en fonction de la gravité de la triche.

Il est toutefois possible de corriger ces erreurs pour tenter de faire réviser sa peine quelques temps plus tard.

Mon travail m’amène donc à réaliser une veille soutenue sur toutes les actualités liées à l’Organisation pour comprendre sa loi et les peines encourues. La GOOGLE communique assez peu. Il n’y a pas de journal officiel à part pour certaines réformes importantes. D’une manière générale, c’est la jurisprudence qui permet de déterminer les règles en vigueur. Je dois donc regarder comment elle agit, parfois en mettant certaines de mes boutiques en danger afin de tester et de mesurer les limites…

Conclusion

En prévision des fêtes je me suis rappelé avoir à présenter mon travail à des personnes qui confondait Internet et Google. Je partais d’assez loin donc j’ai développé progressivement cette petite métaphore avec une touche d’humour qui a permis de transposer le SEO dans un environnement plus palpable et plus compréhensible. J’espère qu’elle vous a plu !

Images libres de droit, pixabay pixabay.com

GD Star Rating
loading...
Comment parler de SEO lors d'un repas de famille ?, 4.9 out of 5 based on 9 ratings

18 réflexions au sujet de « Comment parler de SEO lors d’un repas de famille ? »

  1. Marrant, j’utilise aussi cette métaphore.
    Et pour ceux qui ne savent pas ce qu’est adwords, je fais référence à JCDecaux… ça marche toujours bien. ^^

  2. Une très bonne approche, c’est vrai que c’est assez délicat à expliquer, on a souvent des réactions “ah oui, en fait tu mets des mots clés partout en bas de la page” ^^

  3. Excellent :-)

    Perso mon petit côté baratineur un peu geek sur les bords me fait tout expliquer en long, en large et en travers :-p mais j’ai toujours eu la tchatche facile quand je parle de choses qui me passionnent…

    Après faut juste s’adapter à l’auditoire ;-) mais l’analogie de la rue est vraiment intéressante, je retiens !

  4. Il est effectivement difficile d’expliquer à ses proches ou à ses amis qui “ne sont pas dans le web” le métier que l’on fait. Pour éluder la question, j’ai la même méthode que Laurent, ou alors je dis que je passe mes journées à regarder Youtube :D

    Sinon, très bonne approche dans cet article, je garde cet essai de vulgarisation pour les béotiens. Et je plussoie “la GOOGLE” !

  5. Une idée originale que vous avez posée Louis. Personnellement quand je parle de mon métier avec ma famille qui ne connait mais vraiment rien le onde SEO je donne aussi des métaphores par exemple je donne généralement une image du SERP précise étant un centre d’achat, dans ce centre il y a des magasin beaucoup plus fréquentés que les autres et les raisons sont différentes, ca peut être le design extérieure, le vaste choix de produits, la marque…ect et c’est de même en SEO
    Conception Web Articles récents..Le Référencement local est-il influencé par les clics aux résultats locaux de Google?My Profile

  6. Excellent la métaphore mais tu dois vraiment passionner tes amis pour avoir le temps de leur déballer autant de choses juste après un “C’est quoi ton taff déjà ?” :p.

    En ce qui me concerne c’est la vrai galère quand on me demande “et toi tu fais quoi dans la vie”, d’ailleurs c’est marrant cette manière qu’on à de demander le travail de quelqu’un comme si notre existante toute entière était réduite à ça !

    Maintenant je dit “je fais de la publicité sur les moteurs de recherche” et on me répond “ah ok !” et basta, avant je tentais un “traffic manager”, on me regardait soit très bizarrement, ou alors on me disait “Ah, manager à ton age c’est cool !”. C’est à que la plupart des gens espèrent une réponse courte pour passer à autre chose, pas l’impression qu’ils sont vraiment intéressé alors je vais pas plus loin. Et si c’est pas clair, ma chère et tendre, quand elle est présente ajoute “non mais tu sais quand tas des pubs qui te font chier sur internet, bah c’est à cause de lui !” haha !

  7. Bonjour et encore merci pour ce point de vue très explicite, ca enrichit les idées.

  8. Moi je ne parle pas de ses sujets avant l’ouverture de plusieurs bouteilles.
    Le vin aide a bien comprendre le seo !
    Bonnes fêtes et joyeux noël :)

  9. Salut,

    Bien pensé la métaphore de la rue !

    Tu peux aussi utiliser une rivière, et faire en sorte que la rivière qui passe chez toi soit de plus en plus grosse en construisant des barrages, en déroutant certains fleuves, etc. Pour que ton moulin aille plus vite (oué j’avoue c’est pour expliquer à mes enfants de moins de 6 ans le coup de la rivière et du moulin ;D)
    Et puis si tu dévies trop de fleuve, l’autorité fluviale GOOGLE t’en colle une bonne ;D

    A+

  10. Merci Miss SEO Girl de sauver mon 25 Décembre : je me demandais comment expliquer à mes oncles mon travail en évitant d’employer des termes qu’il n’ont jamais entendu (en plus ils parlent pas un mot d’anglais). Je vais me marrer grâce à vous :D Merciiiiii

  11. Excellente métaphore! Je me suis déjà retrouvé dans le même cas que toi, sans forcément l’expliquer aussi bien que toi. Cette métaphore du SEO est simple à comprendre pour des non initiés, du coup ils ont juste à transposer les rues en résultats de recherche et le tour est joué.
    Je t’imagine en train de raconter cette histoire pendant un repas de famille et ça me donne le sourire au lèvre, ahaha !
    Merci pour cette histoire, tu rédiges toujours aussi bien.

  12. J’ai vécu cette scène avec ”Ah mais c’est quoi encore ce mot – référencement- un nouveau truc pour faire bien?!! Référencement, référencement, c’est n’importe quoi !!” Sans oublier “je préfère être salariée parce que je peux tomber malade !” et ”Tu fais des conférences? Ah, ça me rappelle une formatrice qui se la pétait parce qu’elle faisait des conférences…” Depuis, j’ai laissé tombé. Ca sent la jalousie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

CommentLuv badge

Les liens des commentaires peuvent être libérés des nofollow.