Vous êtes ici : Miss SEO Girl » Articles invité » La recette pour être et devenir un bon Consultant SEO !

La recette pour être et devenir un bon Consultant SEO !

Article invité rédigé par David Groult, consultant SEO.

Le SEO est une sorte de jeu de chaises musicales à grande échelle.

Google fixe des règles et les consultants SEO cherchent à les comprendre parfaitement pour mieux les exploiter et ainsi tirer leur épingle du jeu dans les SERP.

L’objet de cet article est de donner les clés pour devenir, pour être et surtout pour rester un bon Consultant SEO, car comme vous le savez, les règles du référencement naturel changent souvent et il faut savoir se remettre en questions constamment pour rester au top.

Des aptitudes humaines : 60%

Pour moi, le premier cercle de compétences à avoir pour être et rester un bon consultant est une somme de compétences humaines.

Être doté d’une grande curiosité

La première des qualités d’un consultant en référencement est d’être doté d’une grande curiosité. Le Search Marketing n’est pas une science exacte. Il faut sans cesse vouloir apprendre de nouvelles choses pour essayer de se surpasser… et surtout surpasser ses adversaires/concurrents.

Avoir le goût du jeu / challenge

Comme je le disais en introduction, le SEO est pour moi un jeu à grande échelle. Un MMO où l’objectif est d’arriver premier sur les mots-clés stratégiques que l’on a préalablement définis comme tels. Ce n’est pas pour rien que des “concours SEO” ont vu le jour. Le monde du référencement est un monde d’ego où chacun veut montrer qu’il est le meilleur.

Avoir de l’empathie avec les autres

Outre des compétences techniques, marketing… le référencement naturel est devenu beaucoup plus difficile si l’on reste seul dans son coin et que l’on ne se créé pas un réseau humain de partenaires. L’empathie joue alors un rôle prépondérant pour un consultant SEO pour réussir à construire ce réseau ou encore, s’il travaille en tant que prestataire pour des clients, à convaincre son client de le suivre dans la stratégie qu’il envisage. Comme dirait Roland Debrabant, le meilleur SEO n’est pas celui qui a les meilleures recommandations, mais celui qui arrive convaincre son client de mettre en place les bonnes recommandations.

Avoir du culot

Avoir du culot et être entreprenant sont, à mon sens, des qualités importantes pour être un bon consultant SEO. Sur la partie netlinking par exemple, il faut savoir oser des techniques novatrices et/ou contacter des médias importants pour leur demander un article/lien (comme je l’ai fait aujourd’hui avec toi Alexandra !).

Savoir se remettre en cause

Le monde du référencement change souvent. Les règles évoluent et il faut sans cesse se remettre en question pour prendre du recul sur l’algorithme et pouvoir avancer sereinement.

Savoir tirer un bénéfice des échecs

Les échecs font partie du jeu. L’un des meilleurs moyens d’apprendre est de tester et de connaître des échecs. Ces derniers, s’ils sont bien analysés, offrent la possibilité de progresser encore et encore.

Comme dirait Bill Gates, « le succès est un mauvais professeur. Il pousse les gens intelligents à croire qu’ils sont infaillibles ».

Des compétences techniques / marketing : 20%

Des compétences techniques et marketing sont également un vecteur important pour réussir dans le référencement naturel. On a beau avoir de réelles aptitudes humaines, si on ne connaît pas le référencement, on ne saura pas tirer son épingle du jeu dans les SERP.

Avoir une sensibilité marketing

Plus les années passent, plus le référencement se complexifie et plus l’aspect marketing prend du poids en comparaison avec l’aspect technique. Aujourd’hui, il est devenu capital d’avoir une bonne réflexion marketing pour identifier les bons mots-clés à cibler, mais aussi pour travailler efficacement l’affichage dans la SERP dans une logique d’optimisation des taux de clics.

Savoir interpréter un code source

Malgré l’importance grandissante du marketing, l’aspect technique reste incontournable. Difficile de maîtriser le référencement naturel et notamment l’aspect « indexabilité » des pages si on n’est pas capable d’interpréter parfaitement le code source d’une page.

Être doté d’un esprit d’analyse et de synthèse

Depuis quelques années, la data est devenu un élément central dans le monde du e-marketing. Le référencement n’échappe pas à la règle. Un esprit d’analyse et de synthèse est donc capital pour interpréter correctement les indicateurs clés de performance et prendre les bonnes décisions pour sa stratégie SEO.

Être adepte du Test & Learning

Ce point est la suite logique de l’aspect “curiosité”. Pour être un bon consultant SEO, il faut apprendre par soi-même en mettant en place des “tests & learning”. Il n’est pas suffisant de se reposer systématiquement sur les tests menés par les communicants du SEO. Il faut disposer de son propre laboratoire de tests pour aiguiser ses connaissances en référencement. La position 0 est l’exemple parfait pour illustrer ce point. Quelle est la recette parfaite pour maximiser ses chances d’avoir la position 0 ? Si personne ne fait de tests, on ne saura jamais comment la maîtriser (ou tout du moins, essayer de la maîtriser).

L’expérience : 15%

L’expérience est pour moi un point essentiel pour un consultant SEO dans sa capacité à générer des résultats pour ses sites et/ou ses clients.

Chaque site est différent, mais la multiplication de situations permet à un référenceur de mieux appréhender des situations particulières (pénalités, manque de résultats, un client qui ne met pas ou mal en place des recommandations, faire des compromis sur les recommandations fournies à un client, une nécessité de changer de stratégie…).

De la chance : 5%

C’est triste à dire mais la chance joue également un rôle non négligeable dans la réussite d’un projet SEO.

Quand je parle de “chance”, je pense plutôt à un bon timing dans la mise en place des recommandations. Parfois, les recommandations mises en place, pourtant capitales, peuvent prendre du temps à obtenir les effets escomptés. À l’inverse, il arrive parfois qu’on se positionne très bien avec un site qui est pourtant loin des standards d’optimisations demandés… Bref, il faut parfois compter avec la chance pour obtenir des résultats en référencement naturel.

Heureusement qu’il ne faut pas des compétences en webdesign et graphisme aussi:)

Et voilà ma recette ultime pour devenir, être et surtout rester un bon consultant SEO.

Cet article est une vision personnelle qui ne fait pas office de référence. Je suis curieux d’avoir vos retours sur le sujet et suis ouvert à toute critique (constructive).

GD Star Rating
loading...
La recette pour être et devenir un bon Consultant SEO !, 3.8 out of 5 based on 10 ratings

9 réflexions au sujet de « La recette pour être et devenir un bon Consultant SEO ! »

  1. Ne pas avoir peur de se planter est une bonne “qualité” du SEO, sans cette peur, on ose plus facilement prendre des risques, les mesurer et comme tu le dis, apprendre de ses erreurs.
    Merci pour ton post!

  2. En tant que consultant SEO chevronné je ne peux que confirmer les dires de David. A noter que la partie chance n’est pas souvent évoquée mais pour moi elle dépasse même les 5%!

  3. @Alexandra : Top et original cet article invité ! Bravo ! Si d’autres articles de ce genre sont possibles, je veux bien jouer le jeu moi aussi !! ;-)
    @David : Bravo pour ton article et pour le travail effectué notamment sur ton site !
    Ton graal “consultant seo” n’est plus très loin désormais malgré les gros acteurs déjà présents ! ;-)
    #KUTGW

  4. Merci pour cet article original David :)

    Je suis d’accord avec cette approche.
    J’ajouterais aussi être doté d’un bon esprit d’analyse et savoir être un bon stratège (pour contourner la concurrence, puis la surpasser).

  5. Merci à tous pour vos retours.
    @Florian : Effectivement, le métier de Consultant SEO est beaucoup plus complexe que ce que j’ai pu mettre dans cet article. Toutefois, je pense que ceux qui se reconnaissent dans le profil type que j’ai érigé sont sur la bonne voie.

    @Samuel : La chance appartient à ceux qui se lèvent tôt…Il faut savoir la provoquer parfois mais oui, il y a toujours une part d’inconnu et de mystique dans les mouvements de SERP :)

    @Mickael : Pour la petite histoire, j’ai commencé à travailler le mot-clé à la suite d’un défi lancé par un collègue. L’objectif est d’atteindre le podium sur cette requête…et plus si affinités :)

    @Cyrille : Sauf erreur de ma part, la notion d’esprit d’analyse est bien marqué dans mon article :)

  6. Super intéressant. Je rajouterais l’humilité, un mot qui apparaît à travers ton texte en filigrane derrière le fait de se remettre en question et d’accepter l’échec pour en tirer les leçons.

    A la fois programmeur et littéraire, à la croisée des sciences humaines, de la psychologie et des mathématiques… Le consultant SEO est vraiment un drôle d’oiseau!

  7. J’aime l’accent mis sur l’humain. Je suis plus que jamais convaincu que l’état d’esprit est le plus important que les compétences techniques ou marketing pour réussir.

  8. @David : quand je parle de chance, je parle du facteur d’incertitude inhérent à tout référencement de site. Si un référenceur avait 100% de chance d’arriver à ses fins à chaque tentative, il serait rapidement millionnaire et il n’y aurait plus de consultants SEO sur le marché, ils seraient tous à Bali en train de siroter des caipirinha! ;-)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

Les liens des commentaires peuvent être libérés des nofollow.