Vous êtes ici : Miss SEO Girl » Articles invité » La sélection de mots clés de A à Z !

La sélection de mots clés de A à Z !

Article invité rédigé par Mehdi Colin, aka Mitsu, éditeur de sites web et consultant seo.
mehdi-colinLa sélection des mots clés est la première étape en SEO, elle est décisive.

Cette étape n’est pas à prendre à la légère. En effet si vous la bâclez, tout ce qui suit risque d’en pâtir. Les mots clés sélectionnés sont les objectifs structurant votre stratégie SEO.

A quoi bon de faire des efforts si vous n’avancez pas dans le bon sens ?

Pourquoi sélectionner les mots clés?

Cette phase pouvant être chronophage, il est important de vous convaincre de son utilité. Vous vous dites peut-être que vous connaissez bien le sujet de votre site ? En produisant, vous allez naturellement utiliser les mots qui conviennent et remonter naturellement dans les SERPs sur les bons termes ? Ce n’est pas totalement faux, mais vous allez peut-être utiliser des mots trop compétitifs ou pas assez utilisés par votre cible.

mots-clesC’est comme si vous ouvrez une boutique au milieu d’un centre commercial, vous allez avoir du monde alors que dans une ruelle sombre, beaucoup moins ! D’un autre côté, dans le centre commercial, le loyer du local sera exorbitant et peut être plus difficile à rentabiliser…et peut-être aussi des concurrents justes en face de votre boutique ! Ce qui est sûr, c’est que si vous choisissez mal votre emplacement, c’est le risque de mettre la clé sous la porte !

Vous ne pouvez pas décider cela sur un coup de tête ! Donc vous faites une étude de marché, vous vérifiez l’état de l’offre et la demande sur la zone concernée … Et bien, c’est pareil avec les mots clés.

Alors si vous ne voulez pas mettre la clé sous la porte, passez-y du temps !

Quand les sélectionner ?

Évidement, au lancement de votre site, il faut commencer par ça, mais pas que ! À chaque fois que vous créez, une landing page qui à – selon vous – du potentiel. Cela peut être une fiche produit, un article…

Une page dans laquelle vous répondez à un besoin spécifique, il faudra refaire toute la démarche pour trouver les bons termes, au fur et à mesure que votre site évolue.

Pour reprendre mon image, si vous avez une chaine de salons de coiffure, une landing page ce serait un nouveau salon de coiffure à ouvrir quelque part en France… C’est en ça que le travail peut être chronophage même si, comme nous le verrons, il existe des outils pour vous faire gagner du temps.selectioner-mots-cles

Définir une liste de mots clés

Pour choisir un mot clé, il faut avoir le choix. Donc, la première étape est l’élaboration d’une longue liste de termes. Ne faites pas dans le détail, toute idée de recherche qui correspond plus ou moins à ce que vous proposez : ajoutez-la à votre liste, on fera le tri plus tard ! Voyons quelles différentes sources s’offrent à vous.

La connaissance du métier

Vous avez sans doute des termes qui vont vous venir spontanément à l’esprit. En ce qui me concerne, j’ai un blog SEO, donc naturellement je vais avoir à l’esprit « seo, référencement, consultant seo, trafic naturel… » . Regardez aussi les termes utilisés par les sites qui sont du même métier que vous. Attardez-vous notamment sur ce qui est renseigné dans les balises title et h1 de vos concurrents, vous y trouverez surement les mots clés qui sont importants pour eux, et donc, potentiellement pour vous aussi.

Les statistiques

Dans le cas où vous avez déjà un site existant, allez faire un tour dans votre outil d’analyses (AT Analyzer, Google Analytics, Piwik…) et regardez les mots clés tapés en référencement naturel ou payant, dans le moteur interne de votre site.

mots-cles-analyticsLes outils de suggestion

Maintenant que vous vous êtes procuré une première base de travail, vous allez pouvoir faire « fructifier » votre liste de termes à l’aide de deux outils de suggestions.

Le premier, c’est Keyword Planner (accessible depuis Adwords), qui permet aux annonceurs d’Adwords de trouver des idées de mots clés et de donner différentes indications : volume de recherche, cpc, etc…

Le principe est le suivant, vous entrez un terme, Google regarde ce que les utilisateurs cherchent chez lui et il vous dit :  « tiens, j’ai aussi tous ces termes qui sont en stock et qui sont dans la même thématique, ça t’intéresseras surement ! ». Vous pouvez donc extraire une liste de mots clés pour chacun des termes de votre liste de base et passer d’une vingtaine de mots clés à une centaine, voire plus.

Il y a un deuxième outil de suggestion qui provient aussi de chez Google et qui s’appelle Google Suggest, ça tombe bien, on en veut des suggestions !

Si vous allez sur Google, et que vous tapez « SEO » sans rien d’autre… un outil d’auto-complétion vous proposera une liste des mots les plus tapés par les utilisateurs commençant par « SEO ». A partir de là, je récupère « SEO wordpress » ou encore « SEO SEM ». Vous avez en général 4 à 10 suggestions par requêtes. Pour récupérer plus de suggestions par mot clé vous pouvez pousser le vice encore plus loin en faisant « keyword A ». Dans mon exemple je vais avoir « Seo audit, seo analyse… », puis « keyword B » etc… jusque Z et vous pouvez avoir énormément de suggestions à partir de votre liste (évidement ne prenez pas les suggestions totalement à côté de la plaque !).

adwords-plannerIl existe un outil en ligne qui applique cette méthode automatiquement et vous génère une centaine de mots clé à partir de là c’est Ubbersuggest. C’est le plus connu, mais je lui préfère keywordtool (pour des raisons purement ergonomiques), mais les deux font le job !

Une autre technique consiste à taper votre mot clé, en extraire les suggestions puis prendre les suggestions des suggestions précédentes, ainsi de suite en cascade sur plusieurs niveaux. Ni Keywordtools ni Ubbersuggest n’explorent cette option, mais c’est très simple à développer, Paul Sanches vous délivre le script clé en main ici (http://www.seoblackout.com/2010/01/20/referencement-google-suggest/).

Vous devez désormais avoir une base de mots clés qui se compte en centaines, et vous pouvez même la démultiplier en repassant le tout dans ces outils de suggestions. Plus votre base de mots est grande, plus vous avez de chance de trouver des perles. Le truc, c’est que si vous le faites à la main ça risque d’être beaucoup trop chronophage de répéter les deux dernières étapes sur des centaines de mots clés. Nous verrons plus tard comment automatiser ce qui est automatisable et traiter des informations de manière massive.

Comme vous pouvez le voir, même pour trouver un seul mot-clé objectif, il est nécessaire d’en traiter des centaines, voire des milliers si on est motivé !

La récupération des metrics

Vous avez constitué un joli corpus, maintenant il s’agirait de le dégraisser. Pour cela,vous allez avoir besoin d’identifier simplement les quelques mots clés les plus intéressants. On va passer par plusieurs phases de tri pour se faire. Mais avant toute chose, il nous faut, pour chaque mot-clé, quelques données statistiques.

La loi de l’offre et le demande

offre-demande

La demande (le potentiel)

La première information indispensable, c’est la demande, en d’autres termes : le mot clé est-il souvent recherché ? Keyword planner de Google Adwords que l’on a déjà cité plus haut, fournit cette information sous la forme « nombre de recherches mensuelles ».

L’offre (la concurrence)

Ensuite, il faut récupérer pour chacun de ces mots clés ce qui correspond à l’offre pour finaliser notre étude de marché. Ici c’est très simple, on cherche sur Google le terme dont il est question et on note le nombre de résultats dont il est question. C’est effectivement le nombre de documents qui répond au besoin, c’est bien ça l’offre.

Encore une fois, c’est un défi de récupérer manuellement chacun de ces métriques pour votre liste faramineuse de termes, nous verrons comment automatiser ce processus plus tard.

KEI – Keyword Efficiency Index

Que ce soit dans le SEO ou ailleurs, votre rentabilité dépend en grande partie de l’état du marché, qui se définit par l’offre et la demande…

Bon, le problème c’est qu’ici, on ne peut pas comparer des centaines de mots clés si on doit pour chacun s’attarder sur deux informations.

Ce que ça veut dire, c’est que si vous imaginez une matrice comprenant la liste de vos mots clés (disons 500) accompagnés des informations demande et offre, vous n’allez pas pouvoir vous attarder sur chaque ligne et vous dire « mmh la demande est intéressante, ah oui, mais l’offre à l’air riche mmmh… comparons à la ligne d’en dessous, ah OK, mais par rapport à la 3ème ligne je suis plus dubitatif… ».

Voilà pourquoi, une fois que vous avez cette matrice sur votre tableur, nous allons créer un nouvel indicateur d’intérêt pondérant demande et offre. L’avantage c’est qu’une fois que cet indicateur est créé, vous allez pouvoir ordonner vos mots-clés par ordre de décroissance suivant ce score.

Cet indicateur existe, il s’agit du KEI (Keyword Effectiveness Index), voici la formule :

KEI= (Nb recherches mensuelles)²/(Nb résultats)

Dès lors que vous avez calculé ce score pour chacun de vos mots-clés, nous allons pouvoir commencer à dégraisser notre liste rapidement !

Premier tri : la faisabilité

tri-mots-cles

Combien de mots clés ?

Avant d’entamer notre premier tri, il faut savoir où on va, combien de mots clés souhaitons-nous au final ? Une page doit correspondre à un seul et unique mot-clé objectif comme dit plus haut. Tout simplement parce que c’est très difficile d’optimiser une page efficacement sur plusieurs mots clés. Cela ne veut pas dire qu’une landing page aura du trafic que d’un seul mot clé, mais qu’elle sera optimisée en fonction de cet unique terme. Ensuite le contenu, plus il sera riche et varié, plus il travaillera la longue traîne naturellement.

Donc si vous effectuez une recherche pour une nouvelle page, vous ne devez avoir qu’un mot clé au final. Par contre s’il s’agit d’un mot clé, vous allez en prendre une bonne poignée pour les différentes pages que vous souhaitez mettre en place.

Puis, dans votre recherche vous allez surement trouver plusieurs termes très intéressants, mettez-les de côté. Peut-être qu’ils pourront vous intéresser pour d’autre landing page. Voir, vous inspirer pour vous donner des idées de nouveaux contenus. C’est aussi en ça que c’est intéressant ! Ça m’arrive continuellement de me surprendre en faisant ces analyses…« Ah bon, mon lectorat s’intéresse à ce sujet ? Ah ouais je n’y ai pas pensé, ce serait bien d’en parler ! ». En plus d’optimiser vos landing page, cet exercice vous permet de mieux cerner votre audience!

Sélection selon le KEI (Keyword Efficiency Index)

Alors on commence le premier tri, sur la base du scoring.

Attention cela dit ! On est vite tenté de se dire : « finalement je n’ai qu’à faire mon tri sur le KEI, j’ai les mots-clés les plus intéressants et je prends les premiers, car ce sont les plus intéressants ».

Dans l’absolu, ce n’est pas faux, mais rappelez-vous une chose, ce score c’est l’intérêt du mot-clé d’un point de vue marché uniquement (offre et demande). Il ne prend pas en compte votre capacité à vous positionner sur ce mot-clé s’il est concurrentiel….

Prenons un cas pratique, vous allez vite comprendre. Disons que votre objectif, c’est d’acquérir sur un site tout neuf le plus de trafic possible, vous hésitez entre deux mots clés X et Y

« X »200 000 recherches mensuelles pour 100 000 000 de résultats de recherche (=> KEI : 400)

« Y » 1 000 recherches mensuelles pour 10 000 résultats de recherche (=> KEI : 100)

Si on compare les deux scores, 400 étant supérieur à 100, on risque de bêtement choisir X puisqu’il est semble-t-il plus intéressant. Il est en effet, plus intéressant dans l’absolu, mais pas nécessairement pour vous.

En termes de marché il est plus intéressant, mais si vous avez un site tout neuf sans grande autorité… vous placer en première page d’un terme si concurrentiel relève de l’utopie. Le terme Y en soi est moins intéressant, mais la concurrence est bien plus accessible pour un site qui n’a pas encore fait ses preuves ! Comme l’a dit Voltaire avant moi « Le mieux est l’ennemi du bien ».

La stratégie gagnante, c’est donc de se positionner sur les termes comme Y qui sont réalisables à court terme, au fur et à mesure, votre site évoluera en trafic. Gardez néanmoins « X » sous le coude et revenez vous y confronter dès lors que vous avez le niveau !

Il y a un parallèle que j’aime bien si vous êtes joueurs de RPG…Avant de vous attaquer à un dragon, faut souvent passer des heures à tuer du gobelin pour accumuler de l’expérience et monter en niveau progressivement. Pourtant le dragon est bien plus intéressant, car même si vous prenez plus de temps à le vaincre dans l’absolu, le ROI reste plus intéressant en termes de points d’expérience gagnés. Cela dit, si vous n’avez pas le niveau, vous allez juste perdre le combat et donc gagner 0 points d’expérience (perte de temps), donc faut commencer par les gobelins à ROI plus faible tout de même, pas le choix !

La range des mots-clés !

Vous avez compris la logique, mais la question qui vous vient peut-être à l’esprit c’est « OK, mais n’empêche… on a mis en place le KEI pour faciliter le traitement par lot et maintenant tu me dis qu’on ne peut pas s’y fier ! Alors on fait comment pour traiter nos termes de manière massive, retour à la case départ ? ».

Non ! On peut tout de même exploiter ce score ! Il suffit de se donner des limites à l’avance. Si vous vous dites : « je ne me sens pas capable de ranker sur des termes qui ont plus d’un million de résultats de recherche », vous faites un premier tri pour tous les termes qui dépassent cette limite. Sur les termes restants, vous pouvez maintenant les trier par le KEI et extraire les premiers termes qui sont les plus intéressants ! Sélectionnez, disons les 50 premiers termes, les termes qui semblent dignes de s’y attarder (plus ou moins selon ce que vous voyez). Vous avez déjà bien restreint votre liste !

Je reviens une minute sur la limite, la limite à un million est totalement arbitraire et dépend de la puissance de votre site. Plus vous fixez bas la limite, plus vous allez ranker rapidement, mais moins le retour sera intéressant. Dans le pire des cas, si vous êtes trop sévère sur votre capacité à ranker, vous allez constater une facilité à ranker sur les termes sélectionnés. Dans ce cas, tentez d’augmenter le challenge sur l’objectif suivant, calibrez-vous de cette manière et vous allez vous en sortir.

mots-cles

 

Préparez le futur !

Je reviens sur le mot clé « X », comme dit plus haut, il est hors de limites, mais tout de même intéressant. Je vous ai dit de le garder sous le coude, mais de ne pas le choisir comme mot clé objectif, vous pouvez néanmoins préparer le futur, en employant ce terme dans le contenu de vos pages, l’utiliser en ancre de temps en temps, dans les textes. De cette manière lorsque vous vous sentirez prêt à vous attaquer à ce mot clé, vous avez déjà expliqué à Google que vous êtes pertinent pour ce terme depuis un moment. Vous allez même apparaitre dans les résultats, très loin certes, mais vous êtes dans la course et Google le sait.

Second tri : la pertinence métier

connaissance-metierBon, disons qu’on n’a plus que 50 mots-clés, il faut continuer d’écrémer… On a pu le faire vis-à-vis du marché et de votre capacité à ranker. Désormais, il faudra faire un nouveau tri qui sera lui fonction de la pertinence entre les termes sélectionnés et votre offre.

Tri métier

Ce que j’appelle le tri métier, c’est celui que vous seul pouvez faire, celui que vous ne pouvez pas sous-traiter à un expert SEO quel qu’il soit. Il s’agit de votre propre appréciation des termes vis-à-vis de votre métier. Il s’agit d’estimer la qualité du trafic potentiel apporté par ces termes en imaginant ranker dessus.

Cet exemple parlera de lui-même : imaginons que vous ayez une boutique de chaussure positionnée sur de la lingerie low cost. Dans ce cas de figure, vous pouvez exclure le terme « Veste très haut de gamme », puisque même si vous êtes capable de ranker dessus, si derrière votre catalogue produit ne répond pas au besoin, pas de conversions, donc à quoi bon ?

Tri selon vos résultats

Toujours dans la même logique, mais selon vos données. Ici, c’est dans le cas où vous avez un historique… Essayez de capitaliser dessus. Imaginons que vous investissez sur Adwords, en regardant les mots clés réellement tapés, vous allez peut-être vous apercevoir qu’il y a certains de vos 50 termes ou des variantes très proches qui ont un taux de conversions très faible. S’il ne s’agit pas d’une eboutique, vous pouvez avoir d’autres metrics qui vous donneront une information sur la qualité du trafic (taux d’inscription à la newsletter, formulaire de contact, taux de rebond… À vous de connaître vos objectifs).

Dernier tri : un coup d’œil humain

anticipation-futurMaintenant qu’il ne vous reste plus beaucoup de mots clés, ce que je vous propose, c’est d’analyser chacun de ces termes en détail. Ce tri est toujours le dernier puisque c’est uniquement quand la base de mots clés est légère que vous pouvez prendre du temps sur chacun d’eux sans avoir recours à des tendances, des scores et ce genre de choses.

Je suis désolé, mais je vais devoir revenir sur la compétitivité une fois de plus, on a déjà vu qu’il faut faire attention avec le KEI. On a vu comment rattraper le problème. Cependant, maintenant c’est l’information Offre que je remets en doute. On est parti du principe que plus un terme a de résultats de recherches, plus la compétition est rude…vous y a avez réellement cru ?

Globalement, ce n’est pas idiot, et pour traiter les termes en masse, on a raison de le faire, car la tendance est réelle. Mais ça reste une tendance et non une photographie de ce qu’est la réalité. Il peut arriver qu’un terme ait moins de résultats de recherches qu’un autre, mais qu’il soit 10 fois plus difficile de ranker dessus quand on regarde au cas par cas.

Maintenant qu’on a un nombre de mots clés restreint, on peut s’intéresser individuellement à chacun d’eux et se faire une idée de la compétition réelle qui s’exerce.

Objectif : Exclure les faux positifs. Comment fait-on ? On regarde soit même les SERPs….

Qu’est-ce qu’on regarde ?

C’est la partie la plus compliquée puisque c’est le tri le moins carré, il ne s’agit plus de faire un tri et de prendre les x premiers mots clé, mais de se faire une idée soit même sur la compétitivité d’un terme. On peut facilement se planter et tout le monde s’est déjà planté sur cet exercice…

Bref, recherchez votre mot clé dans Google. On va s’attarder sur le top 10 puisque vous voulez au moins faire partie de la première page ! Le premier indice, c’est que si vous voyez que de gros sites bien connus type Amazon, Rueducommerce et pas de petits blogs, pas de petite boutique que personne ne connait… Ben là il faut se dire que ça pue le terme trop concurrentiel…

L’idée est là, ensuite pour affiner votre perception, à l’aide de Majestic et Moz vous pouvez regarder les metrics type : autorité du domaine, Citation flow, Trust flow des pages ainsi que du domaine. L’idée c’est de rapidement se dire : est-ce que je suis capable d’avoir autant de puissance que les sites que je vois dans le top 10?

Je vous conseille des extensions tels que SEOQuake et Moz toolbar pour gagner du temps

Résultats pour le terme « SEO » :

resultats-seoLà typiquement, ranker sur SEO, ça va être vraiment compliqué ! Les sites ont tous de bonnes notes, et les pages ont toutes pas mal de liens tout de même, quand bien même c’est des pages profondes !

Vulgairement voici les différents types de cas…

Le cas parfait : Roule ma poule !

Ce cas-là, c’est lorsque aucun des résultats de la première page ne vous fait peur, en terme de nombre de liens, en terme de citation flow, d’autorité, vous vous dites : je suis capable d’arriver dans ces eaux-là facilement. Dans ce cas, vous pouvez foncer, le terrain est praticable !

Le cas presque parfait : On la tente ?

Celui-là est bien plus fréquent que le précédent : la plupart des résultats de la première ne vous impressionnent pas plus que ça, mais subsiste quelques gros sites tout de même. Si ces sites ne sont pas devant tous les autres pour autant, ça se tente, avec un bon contenu vous êtes surement capable de les dépasser même sans leur force de frappe.

Aussi à voir, sont-ils là volontairement ou par hasard ? Ils apparaissent parce que votre terme apparait quelque part au fin fond du contenu de la page mise en avant, ou arrivez-vous sur une landing page optimisée spécifiquement pour le terme en question ? Si ça a l’air d’être du hasard, foncez.

Par contre si ce sont ces sites qui font peur qui bouche le top 3 devant tous les autres, ça vaut peut-être le coup d’aller voir ailleurs !

Le cas bizarre : Y a un piège ?

C’est l’inverse du précédent, la plupart des résultats sont des gros sites impraticables qui se positionnent spécifiquement sur ce mot clé…. Mais subsistent un ou deux résultats bizarrement pas si impressionnants que ça qui occupent une/des places intéressantes… La question c’est « y a-t-il un piège ? » on peut en déduire que par une landing page parfaite et une architecture de site parfaite, on peut se positionner même sans être un géant, mais on peut aussi se dire que le ou les quelques petits sont là du fait de technique de black hat (genre redirection 301 de domaines <= popularité cachée).

Le cas chiant : Cassos !

Terrain clairement impraticable. Fuyez pauvres fous !

Les types de SERP

Il y a une autre indication qui vous permettra de différencier deux mots clés. Le type de la page de SERPs, comme vous le savez, Google ne présente plus chaque page de la même manière. Alors si vous avez deux termes difficiles à départager. L’un a la page de SERP « historique » : 10 résultats de recherche et un peu d’Adwords tandis que l’autre ne présente que 7 résultats, du Google shopping, de l’actu, des photos et un Knwoledge Graph. Je caricature, mais vous avez compris la logique, il y a une page qui mettra plus en avant que l’autre les résultats organiques.

Comment améliorer la productivité

productivite

A la Mano

Si vous faites tout à la main et sans outils, vous ne pouvez pas suivre toutes les phases décrites plus haut, ce serait bien trop chronophage. Le mieux à faire dans cette configuration c’est de partir de votre petite liste de mots clés (éventuellement, légèrement agrémenter de suggestions –Ubbersuggest- ) et de Google Keywordplanner. Multipliez les extractions de l’outil pour chacun des mots clés de votre liste au format Excel ou cSv. Fusionnez le tout en un seul fichier et doublonnez-le. Vous avez maintenant une matrice de mots clés avec le volume de recherche. Il ne vous manque plus que le nombre de résultats par requête… Pour le coup, vous êtes obligé de le faire à la main, ça prend du temps pour une centaine de mots clés, ce n’est pas une activité très réjouissante, mais faisable.

Hormis l’aspect chronophage, l’inconvénient de travailler à la main, c’est qu’il vous est impossible de partir d’une matrice de milliers de mots.

Développez votre script

Si vous êtes développeur, vous pouvez développer un script qui scrappe (aspire) les pages de résultats de Google en utilisant la librairie Curl, et récupérer les nombres de résultats de recherches pour chaque mot-clé très rapidement. Cela étant, pour gérer des milliers de mots clés, Google n’aimant pas se faire violenter de la sorte, vous allez avoir besoin de payer des proxy, de simuler un temps de réaction entre chaque requête pour ne pas vous faire rejeter par le moteur, d’utiliser un decaptcher type Deathbycaptcha.

Vous pouvez développer le même type de script pour scrapper Google Suggest.

Vous pouvez aussi récupérer les volumes de recherches des mots clés en passant par l’API Adwords.

Une fois que vous avez tout ça, vous pouvez traiter des masses énormes de mots clés sans problèmes, mais ça à un coût en développement, en proxy et decaptcher

Les outils

En gratuit : Traffic Travis

L’avantage avec Traffic travis, c’est qu’il se connecte à l’api Adwords et scrappe Google. Même en version gratuite, en générant différents exports à la suite et en fusionnant le tout en un seul tableau, vous pouvez partir d’une matrice de mots clés énorme !

En payant : SeoCockpit

Si vous êtes prêt à payer, SeoCockpit c’est un outil pensé de A à Z pour la recherche de mots clés.

Vous partez d’un mot clé, il vous en suggère d’autres avec tous les metrics qui vont bien. Vous pouvez faire des filtres et des tris dans tous les sens depuis le logiciel pour torturer votre matrice dans tous les sens et en sortir les perles.

secockpitPour ce qui est du tri manuel de la fin, bien qu’il ne soit pas totalement automatisable, SeoCockpitvous propose tout de même d’avoir une vision simplifier de la SERP. En effet, en cliquant sur le détail d’un terme, vous pouvez rapidement voir les URL du top10 ainsi que les différentes métriques reflétant la popularité, l’autorité, la confiance… Avec ce logiciel, vous pouvez à priori tout faire.

En ce qui me concerne, je le préconise à un développement personnel à moins que vous ayez réellement envie d’une manière de faire très spécifique que ne fournit pas SEOCockpit comme le fait d’utiliser Google Suggest en cascade par exemple ou d’autres idées de votre cru, pourquoi pas interroger votre compte Adwords ou Analytics pour préjuger l’intérêt de certains mots clés selon vos résultats actuels…. Le dernier plus de SEOCockpit, c’est qu’évidemment, une fois le mot-clé choisi, vous pouvez suivre votre positionnement toujours depuis ce logiciel.

Parce que je ne l’ai pas précisé, mais, les mots clés objectifs, il faut les suivre évidemment ! C’est eux qui vous diront comment se porte votre positionnement dans les SERPs, amenant dans leurs sillages une masse invisible de termes nommés longue traîne. Dans le même genre, il existe aussi Market Samurai en payant.

Cela dit, ça reste un investissement, et la méthode Traffic Travis en version gratuite permet déjà de trouver de belles perles ! Si vous souhaitez juste rechercher un mot de temps en temps pour la rédaction d’un article sur votre blog, ça ira très bien. Par contre si vous développez un réseau de site de niche, SeoCockpit(ou MS) serait plus intéressant, à vous de voir !

Le mot de la fin

Si vous aviez tendance à négliger la recherche de vos mots clés, j’espère vous avoir fait changer d’avis. J’espère vous avoir donné l’envie d’extraire plein de termes, de les torturer dans tous les sens, d’apprendre des choses, et de trouver vos pépites. Quant aux autres, j’espère vous avoir permis d’optimiser vos manières de faire. Aussi si vous n’êtes pas d’accord avec celle-ci ou si vous pensez à de nouveaux éléments, je vous invite à en parler dans les commentaires, je serais ravi d’avoir des retours de la communauté.

GD Star Rating
loading...
La sélection de mots clés de A à Z ! , 4.9 out of 5 based on 24 ratings

28 réflexions au sujet de « La sélection de mots clés de A à Z ! »

  1. Très bon article que je recommande !
    Je compléterais juste une chose sur la partie “à la mano” pour la récolte du nombre de résultats de recherches, utiliser un scrapper (scrapbox pour le plus connu) permet de récupérer tout cela en quelques minutes !

    Car à la main c’est juste impensable.
    Merci à vous 2 pour ce superbe article !

  2. Merci à vous pour ce cours détallé sur la recherche de mots-clés.

    J’aimerai citer un autre outil (payant) que j’utilise depuis quelques anées : Long Tail Express qui permet de traiter massivement une liste de mot-clés pour en déterminer le KEI automatiquement.

    Il est ultra simple d’utilisation mais très efficace, j’ai obtenu de bons résultats.
    De plus il permet de distinguer l’Offre Large de l’Offre Exacte ce qui permet de traiter les “cas presque parfait” dont tu parles dans l’article !

    Qu’en penses-tu Mehdi ?

  3. Très intéressant, il est clair que bien définir les mots clés sur lesquels travailler et la première indispensable de toutes stratégies.
    Merci pour ces outils, pour ma part j’utilise secockpit, certes pas gratuit mais terriblement efficace, j’en avais fais un test ici http://www.seopowa.com/trouver-les-bons-mots-cles-avec-secockpit-et-obtenez-plus-de-trafic si vous voulez plus d’info.
    En tout cas merci pour ce post fort sympathique.

  4. Content que l’article ai plu :o).

    Marco : Très bonne remarque, je n’ai effectivement pas parlé de ce type de solution ! Sinon si à la main c’est faisable mais on à envi de se tirer une balle assez rapidement pour l’avoir déjà tenter, sans compter l’erreur humaine ! haha

    Youcef : Je n’ai jamais utilisé Long tail Express donc aucun avis là dessus.
    Pour être tout à fait honnête le site et la vidéo de présentation de cet outil m’ont toujours rendu très méfiant. Si le soft t’aide à être plus productif c’est le principal, après à chacun son habitude :o).

  5. J’ai survolé l’article dans la journée sur twitter et reviens dessus ce soir …
    Merci pour cette belle feuille de route !
    Allez hop dans les favoris !

  6. Super complet l’article, comme d’habitude sur ce blog. Je me suis longtemps demandé s’il fallait travailler un seul mot-clé, ou plusieurs par article. Je vois qu’ici, on est d’accord pour travailler sur un seul mot-clé. Enfin, c’est un dire une page = un mot-clé principal.

    Je fais juste de temps en temps l’exception quand un expression en inclue une autre. Par Exemple, avec mon dernier article, je travaille les 2 mots-clés “voyage au long cours” et “long cours”. Vue que l’un est inclus dans l’autre, c’est pas plus de travail.

  7. Un article super complet. Même quand on sait faire, lire comment les autres pratiquent l’exercice est toujours intéressant pour se remettre en question et progresser.

  8. Excellent article, bien fourni et très détaillé. Idéal pour celui qui cherche à améliorer sa sélection de mots clés. A partager et à bookmarker !

  9. Bravo Mitsu pour cet article exhaustif ! Le keywording attire les foules et j’utilise pour ma part Google Trends pour suivre l’évolution de la popularité d’un mot, ça donne une approche intéressante surtout si Trends te propose une projection dans le futur.

  10. Je pense qu’avant de s’attaquer à la recherche de mots clés, il faut définir un positionnement marketing clair pour définir l’activité de son site. Je dis ça parce que aujourd’hui, c’est bien de ranker sur plein de mots clés, mais si ceux-ci ne convertissent jamais, c’est qu’il y a certainement un problème dans le positionnement marketing. Le fait de vouloir se positionner sur trop de mots clés qui n’ont pas de vrai rapport entre eux, dilue l’information que l’on veut donner. Sinon, après avoir tester l’outil Yooda Insight, je peux vous dire qu’il n’est pas mauvais pour trouver des idées, détecter des opportunités de mots clés et de pages à optimiser.

  11. Quelle place accordes-tu au client final dans l’établissement de la liste de mots clés ? Il me semble aussi que l’impliqué dans cette recherche est intéressante.

  12. Olivier : Comme je le dit plus haut, il doit en effet être impliqué pour donner spontanément des idées de requêtes au début (Voir “La connaissance métier”). Il intervient aussi dans le tri métier pour estimer la pertinence de chaque requête vis à vis de son positionnement (Voir “Tri métier”). Enfin son historique est pris en compte pour avoir une idée des taux de conversion des termes que l’on observe (Voir “Tri selon vos résultats”).

    Ici je m’adresse aux webmasters, donc le client et le référenceur ne sont pas clairement dissociés puisqu’il peut s’agir de la même personne. Cela dit, comme tu peux le voir, certaines informations ne peuvent être fournit que par le client si tu appliques cette méthode, de ce fait, tu devrais déduire assez facilement la manière de l’impliquer.

  13. Personnellement, je n’utilise pas le nombre de résultats de recherche pour mesurer la compétition, mais plutôt la commande Google, allintitle”:”mot clé”. En effet, je trouve que pour se faire une idée de la concurrence, les résultats de cette commande sont beaucoup plus pertinents.

  14. Merci pour ces conseils pertinents. Cependant, j’ai une question. En effet Trends, outil aussi mis à disposition par google permet de suivre la tendance des mots clés. En quoi diffère t’il d’adwords ? Et surtout j’ai remarqué sur plusieurs mots clés que le volume de recherche adwords était très largement supérieur au Trends du mot clé. Comment expliquer cela ?

  15. Bonjour,
    je cherchais depuis longtemps un article qui m’éclaire sur les mots-clés et là c’est un pur bonheur.
    Il reste à mettre en pratique et là c’est une autre paire de manche

  16. Phillipe : En fait je suis assez familier de cela aussi, et j’utilise allintitle pour évaluer rapidement la concurrence sur un mot clé qui m’intéresse. Cela dit, en utilisant des outils existant et en travaillant en masse, difficile de s’en sortir avec cette méthode à moins de faire son script maison. Ajoutons à cela, que même sans allintitle avec les tri manuels de la fin, on ne devrait pas avoir de surprises.

    Ahmed : Google trends ne donne aucune information sur le volume de recherche des termes mais l’évolution de ceux-ci dans le temps (la saisonnalité).

  17. Bonjour et merci pour cet article précieux. J’ai juste une question : pourquoi “nombre de recherches mensuelles” est il au carré dans la formule KEI ?
    Merci

  18. Bonjour Nathalie,

    Le carré permet simplement d’harmoniser les ordres de grandeurs qui sont très différents entre le volume de recherche et les nombres de résultats.

  19. Oui donc, il existe des outils web qui font ce que le script de Tiger proposait en son temps. Voilà.

    Tapez Google suggest et vous trouverez.

    Cdlt.

  20. Et bien, ça m’a donné envie de tester SEcockpit tout ça ;)
    Pour l’instant je tourne principalement avec Keyword.io + Long Tail Platinium lorsque je lance un nouveau site. Je rajoute aussi SemRush pour voir ce qui se passe du côté de la concurrence.

    Je me permets d’ailleurs d’inviter les visiteurs à consulter mon dernier article sur le sujet : http://blogpro.fr/outils-recherche-mots-cles/

  21. Article vraiment intéressant, la façon de procéder est vraiment clair.

    Pour ma part, j’ai découvert un outil plutôt sympa qui permet de déceler rapidement des opportunités. Je me permets de vous le partager : https://smartkeyword.io/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

Les liens des commentaires peuvent être libérés des nofollow.