Vous êtes ici : Miss SEO Girl » Evénements SEO » Mes petites notes du Seo Campus Paris 2015 (Partie II)

Mes petites notes du Seo Campus Paris 2015 (Partie II)

miss-mathieu-olivier

Avec Olivier Andrieu et Mathieu Chartier

Chose promise, chose due :)

La semaine dernière je vous ai proposé mes quelques notes prises pendant les conférences auxquelles j’ai assisté pendant la première journée du Seo Campus à Paris. Me voilà de retour avec les notes de la deuxième journée. Allez, c’est parti !

Quelle place réserver au Search dans vos stratégies e-marketing? – Lydia Arzour

La conférence de Lydia commence par une courte présentation de ce que c’est le Search Marketing, à savoir, un ensemble de leviers utilisés pour CONVAINCRE un client. Le levier le plus important du Search Marketing : le référencement, peut représenter jusqu’à 50 % de l’audience d’un site internet (référencement naturel et payant).

La deuxième notion de la conférence : l’e-marketing, ou marketing sur internet. Il s’agit d’un ensemble de pratiques, tactiques, leviers, visant à développer l’activité d’un site internet : capter, convertir des visiteurs en clients, fidéliser. 

lydia-arzourLydia nous a également parlé de l’inbound marketing, solution stratégique que j’aime tant :) et que je recommande. A l’inverse de l’outbound marketing, l’inbound marketing consiste à mettre en place des stratégies, solutions, réflexions, pour attirer à soi le client (l’internaute). C’est une méthode de “démarchage”, de “promotion” plus douce et plus respectueuse du consommateur. Les quatre étapes de l’inbound marketing :

  • ATTRACT : attirer le consommateur (bon choix de mots clés, supports divers – blogs, site internet, visibilité sur le social média )
  • CONVERT : convertir le visiteur en client (boutons call to action, landings pages bien réfléchies, formulaires contact…)
  • CLOSE : conclure, passer à l’acte (ce sont les conversions, les leads)
  • DELIGHT : la fidélisation, le délire, le kiffe, ..

Les trois notions présentées ont à la base un ingrédient indispensable : le CONTENU. Mais n’oubliez pas que le contenu est PLURIEL, c’est-à-dire que le seul contenu texte (articles par exemple) ne suffit plus. Il faut diversifier. Par contenu, entendez page d’un blog, billet d’un blog, statut Facebook, tweet, photo, infographie, bande son, vidéo, sms, email, liens… Autant de ressources que nous allons devoir utiliser pour arriver à nos fins : attirer, convertir, fidéliser.

Autant de dispositifs à notre disposition, qu’il va falloir utiliser intelligemment pour obtenir de bons résultats. Pensez SMART ! Mettez en place une vraie stratégie, qui répond à une réelle attente, à un besoin, à une ambition. La stratégie marketing doit mettre en avant l’ADN de votre entreprise, de votre marque et doit permettre en même temps d’atteindre vos objectifs.

Le Search Marketing est donc :

  • un catalyseur de prospects : pour 9 industries sur 10, le Search Marketing représente en moyenne 40% de génération de prospect au 1er clic.
  • la deuxième source de conversion, juste après le DIRECT
  • un état d’esprit !

Si l’inbound marketing vous intéresse, je vous propose de lire deux articles sur le blog : L’Inbound Marketing : transformez vos prospects en clients ! et Inbound marketing et SEO : est-ce un mariage de raison ?

Photo souvenir :)

alex-sofia

Avec Sofia

Faut-il migrer vos sites en https ? – Camille Thomas, consultant SEO


En août 2014 Google annonçait que le HTTPS sera un critère de pertinence pris en compte dans son algorithme. Pour le moment il s’agit d’un signal ayant un poids très faible (1% de requêtes mondiales), mais à l’avenir ce signal pourrait être plus conséquent. Google souhaite un web plus sécurisé et il pousse donc au passage au HTTPS :)

Notre conférencier nous livre quelques astuces et conseils, ainsi qu’une checklist SEO pour que ce passage au HTTPS soit une réussite.

Avant tout, quelques chiffres

  • aujourd’hui uniquement 2% des sites web utilisent le HTTPS. C’est très peu.
  • 80% des URLs en HTTPS ne sont pas affichées dans les résultats de recherche

Ensuite, quelques explications sur les motivations qui ont poussé Google à donner du poids au HTTPS. En gros, Google veut un web plus sécurisé, des données sécurisées, un web sans spam. Les entreprises qui pourront sécuriser leur site et se payer un certificat, seront les sites légitimes. Les sites de contrefaçons, illégaux, clandestins et spam vont souffrir. En soi, ce n’est pas une mauvaise chose pour nous les utilisateurs lambda.

Avantages et inconvénients du HTTPS

Le HTTPS aura donc des avantages :

  • coup de boost dans les résultats de recherche du moteur
  • preuve de légitimité
  • moyen de rassurer l’internaute (l’internaute donnera plus facilement ses coordonnées bancaires par exemple)
  • façon de pérenniser le SEO
  • renforcement de la sécurité du site (plus performant contre les attaques des hackers)

Mais le HTTPS a également des inconvénients, qu’il faut à tout prix connaitre avant de franchir le pas :

  • temps de chargement plus lent (utiliser la mise en cache, des solutions comme SPDY)
  • pages composites (message désagréable si quelques ressources sont en http, si frames ou iframes, si appels externes à des pages non sécurisées)
  • chute des revenus adsense
  • coût des certificats
  • perte des partages sociaux

Les étapes d’une migration http ==> https

checklistseo-httpsLes grandes étapes d’un passage du http au https :

  • Choix et installation des certificats : Pour le moment, Google n’accorde pas d’importance aux certificats, mais à termes il pourrait donner plus de poids aux certificats de qualité. Choisir de préférence un certificat utilisant une encryption SHA-2. Plus cher, mais peut-être plus de poids dans le futur. N’hésitez pas à vérifier si les certificats sont Ok, en conformité, valides avec les outils proposés dans la présentation.
  • la mise à jour des URLs : Toutes les urls doivent passer en https
  • la cheklist SEO : Pensez à mettre à jour vos fichiers robots.txt, sitemaps, liens internes, vérifier les balises canonical, le fichier de disavow …
  • le plan de redirections : Attention, qui dit migration, dit changement d’URLs, donc il faut prévoir des redirections. Des redirections 301 de préférence.
  • les tests : Tester, tester et tester pour vous assurer que tout va bien !

conclusion-httpsAlors, si votre business ne dépend pas d’Adsense, si vous n’envisagez pas une refonte de votre site internet et si vous n’avez rien dans votre roadmap pour l’année en cours, passez en HTTPs, sinon, passez votre chemin :)

Photos souvenir :)

Avec Kevin, Cédric, Mathieu, la team Intuiti et Matt Cutts :)

Avec Kevin, Cédric, Mathieu, la team Intuiti et Matt Cutts:)

Local Search Optimisation à l’heure de Google Pigeon – Neil McCarthy, Consultant

La conférence commence par répondre à une question importante : qu’est ce que c’est le référencement local ?

Le LSO, le Local Search Optimisation, c’est l’optimisation de la visibilité dans les outils de recherche locale (moteurs et annuaires de type Pages Jaunes, annuaires thématiques type Trip Advisor, Booking…)

Le LSEO, le Local Search Engine Optimisation, c’est l’optimisation pour le référencement local dans les moteurs de recherche !

Les résultats locaux dans les moteurs de recherche, peuvent se trouver à 3 endroits :

  • Pack Local (liste de 3-7 résultats, associés à un plan Google Maps et déclenchés par un mot clé “local”, )
  • Panneau Knowledge Graph Local (un seul résultat sous forme de carte et informations, à droite dans les SERPS, mais moins cool car des vignettes avec des concurrents sont présentes. Dans ce même carré et grâce au Pigeon, en Angleterre, les avis issus de Google + sont affichés, ce qui donne plus de visibilité)
  • Résultats naturels géo-localisés (Google Venice).

Ce qui est bien et pas bien avec Google, c’est que même si vous ne précisez pas une requête géolocalisée, c’est à dire expression clé + ville (ex : “hôtel 4 étoiles paris”), Google lui va détecter votre position et vous donnera un certain nombre de résultats locaux. Comment ? En utilisant votre adresse IP, le wifi, les données GPS.

Si vous vous posez la question par rapport aux sources de résultats, Neil nous dit que les résultats viennent principalement de Google My Business (service de Google qui a regroupé au même endroit l’ancien Google Places, Google adresses…) , mais aussi de sources diverses comme Infobel, Kompass, Insee, CCI …

resultats-locauxLes résultats, selon Google, sont classés selon 3 critères : la pertinence, la distance (proximité par rapport au centre ville), l’importance… mais selon les experts SEO, les critères ne seront pas les mêmes.

Pour ces professionnels, la catégorie dans Google My Business sera le critère le plus important, suivi ensuite par l’adresse postale dans la ville recherchée. Moz a sorti une étude intéressante sur le sujet. Vous pouvez la lire sur le site de Mozcriteres-resultats-locauxTous ces résultats locaux sont “traités”, “maitrisés”, “privilégiés” par Google Pigeon, mise à jour de l’algorithme de Google datant de 24 juillet 2014. Cette mise à jour a été déployée aux États-Unis mais pas encore en France. Mieux vaut préparer le terrain dès maintenant pour être prêt quand la mise à jour va arriver chez nous. Un article à lire “Pigeon : ce que l’on sait sur l’algo que Google doit déployer bientôt en France – chez JDN

google-pigeonQuelques bonnes pratiques pour le SEO Local :

  • créer un compte Google My Business
  • trouver des annuaires locaux (Yelp..)
  • aller à la recherche d’avis et de commentaires
  • utiliser le schema.org pour les adresses
  • optimiser le site pour le local (appuyer sur la ville, les codes postaux …)
  • créer un store locator
  • utiliser des landing pages géolocalisées
  • ….

Pour télécharger la conférence en PDF, c’est par ici !

Stratégie SEO internationale Diane Motte, consultante SEO

Si vous avez un site en plusieurs langues et donc un business à international, il va falloir réfléchir à une vraie stratégie de SEO à l’international.

Les objectifs d’une optimisation SEO à l’international :

  • éviter le contenu dupliqué entre les sites
  • faire apparaitre la bonne version locale sur le moteur de recherche souhaité
  • faire remonter la version du pays avant le nom de domaine principal
  • rediriger vers la bonne version locale si non apparente dans Google

Concernant les choix techniques :

  • assurez vous que Google détecte bien le pays cible (paramètres de ciblage géographique dans Google Webmater Tools par exemple )
  • attention aux URLs et structures d’URLs (plusieurs options sont envisageables avec des avantages et des inconvénients. A bannir les paramètres d’URLs qui peuvent provoquer du contenu dupliqué)
  • attention au contenu (devises du pays, adresses du pays, vocabulaire et langue utilisés)

En fonction de vos objectifs, de votre offre et de votre budget, vous allez pouvoir choisir entre différentes solutions :

  • Par exemple, si vous visez un ciblage par pays (une offre et des objectifs spécifiques pour l’ensemble de pays), vous allez opter pour un nom de domaine propre au pays (code country top level domaine .fr .es .cn )
  • Si vous visez un ciblage par langue (une offre et des objectifs similaires pour les pays), les sous-domaines et  les répertoires sont appropriés

Deux choses très importantes pour le SEO à l’international : le geotargeting via les Google Webmaster Tools (langue et pays) et l’utilisation de l’attribut hreflang. Les deux solutions permettent à Google de comprendre les différentes versions de langues afin de montrer à l’internaute l’URL la plus pertinent.conclusion-seo-international

Un autre point qu’il ne faut pas négliger à l’international c’est le contenu, et plus précieusement sa traduction et son adaptation. Toujours faire traduire ses contenus par un linguiste ! Ni Google Translate, ni les stagiaires ne sont une solution. :)

Plus qu’une traduction du contenu, l’adaptation linguistique prend en compte : le moteur de recherche dominant dans le pays cible, la manière dont la marque/le produit sont perçus localement, le vocabulaire et les habitudes de langues.

moteurs-recherche-international

Mot de la fin …

Je tenais à remercier encore une fois :

  • tous les membres et les bénévoles de l’association SEO Camp qui ont travaillé comme des malades pour nous offrir un événement haut de gamme, riche et intéressant ! Bravo, le résultat a été à la hauteur !
  • tous les conférenciers qui sont venus pour partager et échanger avec le public
  • tous les sponsors qui ont soutenu financièrement l’association
  • ma boite Intuiti qui m’a offert les billets d’entrée :)

A l’année prochaine pour un nouveau SeoCampus !!!! :)

alex-seocapampus

A lire chez mes confrères ..

GD Star Rating
loading...
Mes petites notes du Seo Campus Paris 2015 (Partie II), 5.0 out of 5 based on 13 ratings

4 réflexions au sujet de « Mes petites notes du Seo Campus Paris 2015 (Partie II) »

  1. Merci pour cet article qui permet d’avoir une bonne vision de l’événement pour ceux qui l’ont raté !
    Faut vraiment que je me dégage 2 jours l’an prochain pour y assister :)

  2. Bonjour,

    “Les entreprises qui pourront sécuriser leur site et se payer un certificat, seront les sites légitimes. Les sites de contrefaçons, illégaux, clandestins et spam vont souffrir. En soi, ce n’est pas une mauvaise chose pour nous les utilisateurs lambda.”

    De ce que j’ai pu voir des gros sites de torrent ont un certificat SSL comme piratebay. Aussi je vois pas le rapport entre faire du spam et avoir un certificat SSL. Je ne pense pas que c’est en faisant un filtre sur le porte monnaie au vu du prix des certificat qu’on isole les sites de spam des gentilles entreprises.
    Ou alors ce serait dire que si on a les moyen d’installer un certificat on est gentil, et sinon on est un méchant spammeur, c’est un gros raccourci !

    Puis autant je comprends qu’on incite un site eCommerce à avoir un certificat SSL, autant sur un blog comme celui-ci dans lequel ne transite aucune information sensible sur moi par exemple (pas ma CB ni même mon nom de famille), pourquoi imposer du SSL ?

    Si jamais cet indicateur prend du poids, on s’éloignera de plus en plus du concept de pertinence pour n’avoir que les gros poids lourd dans les SERPs, si on en vient à avoir des résultats du type cdiscount rueducommerce lefigaro et wikipedia… On perd vraiment l’intérêt d’un moteur de recherche, évidement j’exagère mais je trouve que c’est faire un pas de plus dans ce sens.

  3. Pour le SSL, c’est important de bien séparer les SSL EV des autres. Les EV sont ceux qui font apparaitre une belle barre verte dans l’URL, et à défaut de faire grimper les positions, ça à un impact très fort sur le taux de conversion et ça reste une des meilleures protections contre le phishing.
    Obtenir un EV, c’est dur et long et pratiquement impossible à falsifier, cela protège donc bien du spam. Le certif contient et affiche le nom de la société détentrice en clair. Les Domain Validated (ceux qu’on obtient en 5 minutes et à pas cher), ça fait des années qu’ils sont sur la sellette chez les gros navigateurs.
    Il faut voir le SSL comme la carte d’identité d’un site web et non comme une sécurité qui est craquée depuis des dizaines d’années, donc pour reprendre l’exemple de Mitsu, Alexandra pourrait avoir un intérêt à identifier facilement et visuellement ce site comme le sien, en terme de personal branding, on peut y trouver un intérêt (limité comparé à un e-commerce, certes…).
    J’aimerais bien voir un test SEO avec des EV (ça permet de croiser les infos WHOIS, société etc…) et non des certs de merde à 10$.

  4. Merci pour ce super article ! Pour ceux qui l’ont raté, c’est idéal !
    Ce site est superbe, bien mis à jour et son ergonomie est au top !
    Bonne continuation.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

Les liens des commentaires peuvent être libérés des nofollow.