Vous êtes ici : Miss SEO Girl » Interview » Le Guide du Référencement Web – Interview Mathieu Chartier

Le Guide du Référencement Web – Interview Mathieu Chartier

Je vous propose aujourd’hui cette interview de Mathieu Chartier. Une interview très riche et abondante, de celui qui est l’auteur du livre “Le guide du référencement web”. Mathieu est très gourmand en mots, alors je n’ai plus rien à ajouter :) Je vous souhaite tout simplement bonne lecture.
Si vous voulez acheter le livre : passez par ma boutique Amazon :) : Le guide du référencement web ! Merci !

Peux-tu te présenter en quelques mots pour mes lecteurs qui ne te connaissent pas encore ?

Bonjour à tous, je suis Mathieu Chartier, un modeste picto-charentais habitant à Poitiers depuis près de dix ans et qui a suivi un parcours atypique, ou tout du moins peu conventionnel.

Venant du milieu de la recherche en archéologie, j’ai fait un saut vers le Web à la fin de mon master recherche spécialisé en archéologie du bâti antique et médiévale. Après tout, pourquoi ne pas prendre les deux secteurs les plus opposés en termes de temporalité et de technologie ? ^^

Plus sérieusement, j’ai dû rabattre mes cartes quand je me suis rendu compte que l’archéologie, aussi passionnante soit-elle, ne me mènerait que dans un mur. Etant passionné par de multiples choses, je me suis rendu compte au fil des années que j’avais des prédispositions avec l’informatique en général donc cela m’a semblé logique d’aller vers le Web. Enfant, je codais déjà des jeux en QBasic et GW Basic, je réparais des vieux Amstrad sous DOS, etc. L’Internet étant un nouveau média à part entière, j’ai voulu rentrer dedans et en découvrir tous les aspects possibles et imaginables via un master professionnel de l’université de Poitiers (la Vienne est un département qui aime la technologie, notamment autour du pôle développé par le Futuroscope).

Vous ne me connaissez pas spécialement, mais sachez que je suis de nature assez humble et sincère (ce qui peut nous jouer des tours d’ailleurs dans la société actuelle…), je fais les choses à fond en ayant toujours une démarche de chercheur (les sources sont importantes, le croisement des données et des études également, etc.). Au final, j’applique au Web ce que j’ai appris dans mes études et dans mes premiers métiers.

Auteur du « Guide du référencement Web » (éd. First), peux-tu nous en dire plus sur cette aventure : comment l’idée t’es venue ?

L’idée d’écrire un livre, quel qu’en soit le sujet, a toujours été un « rêve » de gosse. J’aime écrire, j’aime partager des connaissances et j’adore jouer avec les mots. Certes, l’exercice de l’écriture d’un ouvrage généraliste ne me permet pas de faire des jeux de mots, mais cela donne de la consistance à une passion qui me suit depuis des années.

Je voulais initialement réaliser une thèse dans le Web, mais l’idée d’être « Docteur Chartier » n’était pas mon objectif ultime. En fait, suivre un doctorat m’aurait permis d’être professeur en université, et même si j’adore former et partager les savoirs (enfin, le peu que j’ai en tête en tout cas…), il faut tout d’abord que des postes libres soient vacants… Si ce n’est pas le cas, on traîne le titre de docteur comme un boulet, car aucun employeur ne voudra embaucher quelqu’un de ce rang (j’en profite pour préciser aux employeurs peu scrupuleux qu’un doctorant ne cherche pas forcément à être payé cher, il veut juste être reconnu pour ses qualités et cherche du travail comme tout le monde. C’est quand même le comble que ces personnes ne trouvent pas d’emploi…).

En conséquence à tout cela, j’ai décidé de me lancer dans l’écriture d’un livre, cela me permettait de conserver mes diplômes actuels tout en propageant quand même des savoirs et en évoluant dans mon métier. Etant fan de référencement depuis des années, je tenais absolument à écrire sur ce sujet en particulier avec ma démarche de recherche. Les arguments ont donc été tout trouvés pour les éditeurs, il suffisait d’insister sur les points que je comptais mettre en avant, tout en précisant que je souhaitais apporter une démarche de « chercheur » à mon livre. Il semblerait que cela ait plu, mais en toute honnêteté, je pense que bon nombre d’autres auteurs ont des arguments valables et ils ne sortent pas de livre pour autant. Pour une fois, la chance a tourné un peu de mon côté dirons-nous, j’ai dû trouver les mots justes pour les toucher, mais ce n’était pas spécialement calculé dans ma note d’intention.

As-tu vécu le syndrome de la feuille blanche ?

manqe-inspiration-feuille-blanchePas que je me souvienne… J’ai eu des jours difficiles, durant lesquels mes doigts écrivaient, mais la tête n’y était pas. Très souvent, je n’étais pas productif pendant ces quelques rares journées, et je reprenais l’essentiel du contenu dès le lendemain. Je m’étais fixé un tel rythme d’écriture que l’envie et la fatigue tenaient un rôle prépondérant dans la rédaction. Les jours de « moins bien » pouvaient être fatals pour les contenus, donc quand je ne le sentais pas, j’écrivais peu, je me concentrais sur d’autres projets (pour les clients, etc.) et j’y revenais quand ça allait mieux.

En tout cas, le référencement est un sujet tellement intéressant et enrichissant que je n’ai jamais connu le « trou », j’ai toujours eu quelque chose à dire. Et encore, je n’ai pas approfondi assez à mon goût, car nous avons allègrement dépassé le nombre de pages prévu initialement (622 pages pour 512 pages maximum prévues à l’origine…).

Dis-nous un peu plus sur le livre : à qui s’adresse-t-il et que pouvons-nous découvrir à l’intérieur ?

Difficile de déterminer un public précis, mais j’aurais tendance à dire qu’il s’agit davantage d’un ouvrage dédié aux débutants, aux petits entrepreneurs qui ne peuvent pas se payer une agence ou aux passionnés du référencement (sans être expert du sujet). Personnellement, j’achète beaucoup de livres sur le sujet et pourtant, je retrouve beaucoup de choses communes et relatives au sujet (nous n’allons pas réinventer la roue). Je ne peux pas reprocher à un auteur de reprendre les bases, car il faut aussi penser à l’éditeur qui vise des objectifs de vente. Faire un livre pour une niche très ciblée est super, mais ne se vendra pas assez pour qu’un éditeur rentre dans ses frais, c’est donc un refus quasi assuré:(

Toutes les lectures que je fais sont avant tout nécessaires pour obtenir des regards différents, des approches variées et des degrés de précision différents. Rien que par mon cursus, je ne peux pas avoir exactement la même approche qu’Olivier Andrieu, que Marie Prat ou que Gilles Grégoire pour ne citer que ces auteurs. De ce point de vue, je pense pouvoir apporter certaines nuances et une approche orientée « recherche » aux personnes qui connaissent déjà très bien le référencement. Je suis tout à fait conscient que les spécialistes ne vont pas apprendre de multitudes de choses, ou sinon, je n’estime pas qu’ils sont de vrais spécialistes… J’ai plutôt essayé de leur apporter des précisions sur d’autres moteurs que Google, de leur donner ma vision tirée de ma propre expérience, de leur donner des clés qui fonctionnent de mon côté, etc.

Le livre traite des bases du référencement pour les plus débutants, du choix des mots-clés dans le détail (avec ou sans logiciel, etc.). J’ai également distingué la partie « indexation » des critères de « positionnement » purs, je trouve que c’est souvent mélangé et cela peut noyer les néophytes. J’ai donc bien séparé les deux entités en essayant de reprendre tous les critères utiles et importants. J’ai essayé d’insister sur certains critères de positionnement en apportant une approche rédactionnelle (j’ai suivi un master web-éditorial avec des journalistes reconnus, je me devais de leur rendre hommage à ma façon… :D). Dans d’autres chapitres, je traite du référencement multi-support, des réseaux sociaux ou encore de ma vision de l’avenir du référencement (le livre termine par cette partie).

panda-penguin-googleParallèlement, je tenais à développer des cas pratiques simples (ils sont « courts », car il s’agit plus de méthodes que de développement des points qui ont déjà été traités dans les chapitres précédents de l’ouvrage). Je pense développer davantage ces cas pratiques si une réédition se fait un jour (j’ai là encore été limité par le nombre de pages que j’avais déjà dépassé… Nous ne voulions pas faire un livre hors de prix…). Enfin, j’ai traité des derniers algorithmes de Google (Panda et Penguin), mais aussi d’autres nouveautés et des moteurs moins traités malheureusement (Bing, Baidu et Yandex…).

J’ai également fait un énorme glossaire et une webographie assez complète. L’objectif est une nouvelle fois d’aider les débutants à s’en sortir, ils ont donc besoin de repères, d’outils et d’aide pour appréhender ce métier de plus en plus complexe à mon humble avis…

Parles-tu également des choses SEO importantes du 2012 ? Des préconisations pour 2013 ?

Je mentionne en effet les dernières mises à jour importantes avec des préconisations, bien qu’aucune certitude ne puisse être réellement affirmée à ce jour. Il s’agit davantage de conseils ou de techniques pour éviter les sanctions (Google se plait à sanctionner à tout va, alors arrêtons de faire n’importe quoi, ne donnons pas le bâton pour nous faire battre… ^^).

Sinon, j’insiste sur les derniers points que j’ai pu trouver à propos des autres moteurs de recherche (Bing, Yandex et Baidu, mais parfois aussi sur Ask.com, etc.). Bien entendu, nous avons beaucoup moins de données là-dessus, mais c’est trop souvent omis à mon goût, je voulais donc les mettre un peu en lumière pour une fois. Après tout, Google n’est pas leader partout et il est donc primordial de bien connaître Yandex si notre marché touche la Russie, etc. Toutefois, je pense pouvoir aller encore plus loin sur ces moteurs « secondaires »…

Enfin, j’ai essayé de mentionner toutes les dernières nouveautés qui sont sorties (dont certaines qui sont passées très rapidement sous nos yeux pour ceux qui ne tiennent pas une veille quotidienne) ainsi que ma vision de l’avenir du Web et du référencement. L’objectif de la prospective est de ne jamais être dépassé, de pouvoir « anticiper » sur les éventuels critères ou sanctions qui pourraient intervenir. Jusqu’à maintenant, je fonctionne ainsi et cela m’a notamment évité d’être touché par Google Penguin (j’ai toujours défendu un netlinking sobre et qualitatif, même à mes débuts dans le métier, j’ai eu le nez fin – ou plutôt de la chance –, car Google Penguin m’aurait éliminé du Web…).

Parle nous de deux idées importantes de ton livre

Hum… Difficile de choisir, car la notion de « l’importance » est relative à nos connaissances propres. Etant donné que le livre est plutôt ciblé pour les non-experts, beaucoup d’idées peuvent être importantes pour ces personnes.

Allez, je me lance puisqu’il le faut. Je vais peut-être vous rédiger une réponse « neutre » ou « langue de bois », mais je dirais que les deux idées principales du livre étaient d’insister sur les facteurs qui peuvent aider les entreprises à sortir sur les moteurs de recherche en leur rendant la vie facile avec des explications détaillées et des cas pratiques (c’est justement sur ce point que c’est difficile, car le référencement demeure un sujet technique), et dans un second temps de développer les nouvelles approches liées au référencement (géolocalisation, VSEO, SMO, avenir du référencement, etc.). En résumé, il fallait tenter d’apporter des certitudes de manière pédagogique tout en appliquant une démarche approfondie de recherche.

Comment as-tu fait pour rédiger plus de 600 pages ? As-tu lu d’autres livres ? T’es-tu inspiré de blogs ?

Je lis beaucoup, que ce soit directement sur le Web ou dans des ouvrages publiés. Je me constitue une bibliothèque importante autour d’une multitude de sujets, je faisais déjà cela en archéologie et j’ai gardé cette passion pour les livres « techniques » (paradoxalement, je ne lis pas de romans, je n’arrive pas à me passionner quand je n’apprends pas quelque chose, c’est plus fort que moi…). Toutefois, j’ai essayé de ne pas me noyer dans les lectures sur le sujet durant les six mois de rédaction, car je ne voulais pas reprendre la plume de quelqu’un ou paraphraser les idées. Certes, je fais des redites, mais au moins, je n’ai pas fait de la simple paraphrase, j’ai tenu à me détacher des auteurs existants.

Pour le reste, j’ai fait beaucoup de recherches sur des sites, sur des blogs et partout où des données pouvaient être utiles pour corroborer mes idées. Comme je l’ai dit précédemment, je pense qu’il est indispensable de croiser les sources, d’analyser plusieurs études et de faire soi-même ses propres recherches pour que la moyenne de tout ça s’approche de la vérité. Si je n’avais pas fait ça en archéologie, mes maîtres de recherche m’auraient tout simplement mis en pièces, il est intolérable dans la recherche de ne pas citer les sources ou d’affirmer des choses sans preuves, je ne voulais pas ça pour mes lecteurs, car ce serait leur manquer de respect. Je ne suis que Mathieu Chartier, je ne suis ni Google, ni Bing, alors en aucun cas je ne peux dire « faut faire cela de cette façon, car j’ai raison »…

Voici une anecdote archéologique dont je suis fier, j’avais réussi à prouver par A+B qu’une abbaye des Deux-Sèvres était plus ancienne d’une vingtaine d’années que la date avancée par tous les spécialistes. J’avais réussi à démontrer qu’un acte pourtant signé par un vicomte était apocryphe (un faux) et surtout, j’avais retrouvé une source égarée à Aurillac (donc très loin de l’abbaye concernée) qui mentionnait un don de l’abbaye près de 20 ans avant sa prétendue fondation. Ce sont ces choses qui me font vibrer dans la recherche, je n’ai jamais connu quelque chose d’aussi jouissif que de pouvoir montrer que les « vérités » sont parfois fausses et qu’une bonne démarche permet de faire avancer les sujets. J’essaie de faire ça à mon échelle dans le référencement, et j’espère pouvoir continuer dans cette voie en apportant de la valeur ajoutée à l’avenir…

Mathieu Chartier est un nom peu connu dans le référencement ? Comment se fait-il que nous ne te connaissions pas déjà ?

Cette question est intéressante, et sur plusieurs points. Je vais tenter d’y répondre avec précision, car deux raisons font que je suis inconnu…

scientifique-chercheurPremièrement, il s’agit d’un trait de caractère et d’une réponse à mon côté « chercheur ». Je ne cherche en aucun cas la reconnaissance, ça n’a aucun intérêt. Être connu n’a aucune valeur, être talentueux en a beaucoup plus. J’essaie donc chaque jour d’être talentueux (ce n’est pas faute d’essayer, mais c’est dur nom d’une pipe ! :D).

Dans un second temps, les chercheurs sont souvent des hommes de l’ombre, ils veulent faire avancer les choses sans pour autant bénéficier des retombées médiatiques, etc. En sortant ce livre, je sais bien que mon nom va être cité parfois, mais comme je suis « inconnu », les effets devraient être limités donc je pense pouvoir conserver ma discrétion.

La seconde raison qui fait de moi un inconnu est plus particulière, et indirectement, ta question va me permettre de régler quelque peu mes comptes (je ne suis pas rancunier mais j’ai très mal vécu ce qui va suivre…). Il y a quelques années, j’ai décidé de m’inscrire dans plusieurs communautés de référencement afin d’apporter le peu d’idées que je pouvais propager, mais aussi pour connaître des gens du « milieu », pour discuter d’un sujet qui nous passionne tous. Je vais être clair, hormis les premiers messages dans lesquels je devais plutôt me présenter aux communautés, j’en ai pris plein la gueule pour pas un rond… Sincèrement, je ne vais pas sur des forums ou dans des communautés pour me faire taper dessus à la moindre évocation d’une idée simple…

taekwondo-mathieu-chartierJe suis ceinture noire de taekwondo, je pratique donc un sport de combat et bizarrement, je ne connais personne qui aime se prendre des coups gratuitement. J’ai eu le sentiment que s’inscrire dans ces communautés pour progresser faisait de moi un punching-ball, et je ne pouvais pas répondre. J’ai tenté de me défendre (je préfère tout de même la vraie self-défense ! :D), mais les trolls étaient trop nombreux. Dans l’informatique, je trouve que ce phénomène de critiques et d’agressions gratuites est très répandu, on le retrouve dans les jeux en ligne (dans lesquels tous les joueurs s’insultent à tout va), etc. Je pensais faire bien en m’inscrivant et en voulant appartenir à une « caste », mais j’en ai payé le prix fort, et je l’ai très mal vécu (les critiques étaient parfois très fortes et sans raison valable).

Par conséquent, vous comprenez peut-être mieux pourquoi je suis resté un homme de l’ombre. Je ne cherche pas spécialement la lumière et je me moque totalement que mon nom soit cité, je ne veux pas de statue à mon effigie. En revanche, j’aimerais qu’on me respecte pour ce que je suis et pour ce que j’essaie de faire bien. Avec l’écriture de l’ouvrage, je me prends au jeu de la critique et je suis conscient que je ne vais pas plaire à tout le monde, c’est tout-à-fait logique. Toutefois, certaines critiques auront du mal à passer si elles ne sont pas constructives et justifiées par une argumentation logique. C’est trop facile derrière un écran de venir dire « le livre est nul, ça apporte rien » ou encore « j’aurais fait mieux ». Je réponds à ces trolls qu’ils peuvent aussi prendre leur clavier et écrire quelque chose qui apporte de la valeur ajoutée dans ce cas, la communauté sera heureuse de les lire… ^^

Si tu devais faire une autocritique à chaud sur ton livre ?

Tout d’abord, je ne suis pas un génie, je n’ai donc pas pu développer tout ce que j’aurais souhaité développer. Quand je me suis retrouvé limité par le nombre de pages, j’ai dû raccourcir certaines idées pour des raisons bien différentes qu’un manque de connaissances ou d’idées, et cela me frustre un peu. Ce n’est pas un reproche que je fais à l’éditeur, loin de là, mais je ne pensais pas avoir autant d’idées à développer dans mes pages au début du projet, donc je me suis tiré une balle dans le pied tout seul…

J’aurais souhaité approfondir davantage certains sujets, mais je ne voulais pas tomber non plus dans un excès inventif qui aurait été rapidement obsolète à cause d’une communication de Google, etc. Par exemple, si j’avais dit qu’il faut beaucoup de liens pour être mieux positionné, l’arrivée de Google Penguin aurait rendu cette affirmation totalement obsolète et mensongère. C’est pourquoi certains thèmes comme l’Author Rank n’ont pas encore été développé au fond des choses. Autant je travaille là-dessus de mon côté, autant je ne voulais pas « gaspiller » des pages pour un critère important, mais encore trop méconnu et incertain à l’heure où j’écrivais ces lignes (quand on arrive à une certaine limite, on se doit de faire des choix).

Enfin, le choix du public cible m’a obligé à ne pas approfondir certains aspects. Mon objectif n’est pas de lasser les débutants par des contenus trop pointilleux. Je l’ai fait sur certains points, car j’aime cette approche et je veux que des spécialistes comme vous puissiez y trouver votre compte aussi, mais ça ne devait pas être le centre de l’ouvrage. Je pense qu’il m’a été plus difficile de faire des choix de ce genre que d’écrire, c’est une constante remise en question, car nous savons que les critiques vont pleuvoir à la sortie du livre…

J’essaierai de faire mieux si une réédition se fait un jour, en apportant davantage de précision pour les spécialistes et en allant plus au fond des choses sur les quelques points qui n’ont pas connu ce traitement de faveur. Comptez sur moi !

Un dernier mot pour tes lecteurs ?

« Merci » de m’avoir fait confiance, merci aux référenceurs qui m’ont communiqué leurs connaissances, merci à toutes les personnes qui m’ont soutenu pendant les six mois intenses de rédaction et merci aux grands pontes comme Olivier Andrieu, Shari Thurow, etc.

Je ne suis pas parfait, j’ai mes failles et mes faiblesses. J’ai vraiment rédigé ce « guide du référencement Web » avec le cœur et pour servir un sujet qui me passionne aux personnes qui en ont le plus besoin. J’ai essayé de faire de mon mieux pour donner des idées mêmes aux initiés, mais je reconnais que vous pourriez attendre encore davantage. Nul n’est parfait, et sur ce point, je sais très bien que je ne le suis pas, je reste un jeune référenceur méconnu, mais qui veut développer ce sujet avec recherche, passion et humilité… Bonne lecture et merci encore à vous tous ! :D

Images libres de droit, source pixabay.com

GD Star Rating
loading...
Le Guide du Référencement Web - Interview Mathieu Chartier, 4.6 out of 5 based on 14 ratings

27 réflexions au sujet de « Le Guide du Référencement Web – Interview Mathieu Chartier »

  1. Encore une très bonne interview, très différente des précédentes. C’est vraiment dommage de ne plus souhaiter intégrer la Communauté quand on a autant à partager, cela dit Mathieu, tu as l’air d’avoir une de très mauvaises expériences.

    Serais-tu prêt, avec ce livre, à refaire un test ? Seras-tu présent au SEO Camp’us dans quelques jours ?
    Cédric@PepSEO Articles récents..Trouver un restaurant italien au sud de RennesMy Profile

  2. Merci Alexandra pour nous avoir fait découvrir Mathieu. Un référenceur de l’ombre peut être mais qui comme d’autres dans ce cas mériterait de l’être beaucoup plus connu.
    J’aime bien ton coté, fouineur d’infos, curieux de tout avec un énorme envie d’apprendre et surtout de partager.
    C’est dommage pour ta première mauvaise expérience mais j’espère que tu n’est pas réfractaire à re-tenter l’expérience. Tu as juste été confronté aux mauvaises personnes au mauvais moment et comme tu le disais le coté troll qui démarre au quart de tour est encore plus vrai dans le domaine du web.
    Se sont également ceux qui ne font rien qui critique le plus mais il faut passer outre.
    D’ailleurs dans quel forum était-tu ? si c’est WRI alors c’est normal bon nombre d’excellent SEO se sont fait éjecter ;)

    Bon aller je vais acheter ton livre et promis mes critiques sont toujours constructive ;)

  3. Bonjour Cédric !

    Je ne suis pas contre l’idée de réintégrer une (ou des) communauté(s). Je ne suis pas rancunier et j’estime que j’ai certainement ma part de tort dans ce que j’ai vécu. Peut-être étais-je trop franc, trop direct, trop “prétentieux” (…) ? Je ne suis qu’humain après tout, mais la facilité à critiquer en retour et à balancer des coups bas m’a vraiment touché.

    Concernant le SEO Camp’us, je n’y serai pas mais pour une raison d’emploi du temps, tout simplement. En revanche, j’aimerais vraiment pouvoir travailler sur ce type de rencontres de spécialistes, sur des conférences, etc. Je suis en train d’essayer de développer ça sur Poitiers dans ma région quelque peu “perdue” car beaucoup de choses se font déjà sur Paris. Je tiens à défendre la Province !!!! :D

    P.S. : merci à Alexandra pour cette interview !!! :D
    P.S. 2 : Je me suis un peu “lâché” car j’avais ce poids que je gardais sur moi depuis des mois. Je suis désolé si j’ai froissé des gens en tout cas, ce n’était pas l’objectif…

  4. ça peut être intéressant justement de lire quelqu’un qui a une approche différente. Le problème des gens “connus” dans le milieu, c’est que forcément on a souvent déja lu ce qu’ils ont à écrire (sur leur blog, dans les commentaires des autres blogs etc). Quelqu’un l’a-t-il déja lu et a un avis dessus ?
    Lionel@courtier cfd Articles récents..Markets.com: Avis de Broker CFDMy Profile

  5. @Jeromeweb

    Merci pour vos commentaires. Je réponds aux questions pendant que j’y pense, c’est le plus simple.

    Le livre a été écrit en 6 mois, entre juin et décembre 2012. J’ai eu le temps d’intégrer quelques trucs de “dernière minute” mais cela est compliqué à cause des contraintes de l’édition. Par exemple, cette première version mentionne Google Trends et Insights for search qui ne font plus qu’un désormais (j’avais fait une reprise de cette partie mais elle n’a pas été intégrée à temps, snif…).

    MissSEOGirl ainsi que LeReferenceur vont lire et critiquer le livre pour vous, cela pourra vous décider pour une éventuelle future acquisition. Toutefois, il ne faut pas se tromper, je ne réinvente pas la roue, j’ai éventuellement un style différent, une approche différente et quelques informations nouvelles et novatrices, mais je reste convaincu que des débutants y trouveront plus leur compte.
    Si vous lisez beaucoup de livres relatifs à des sujets du Web, vous ne serez pas dépaysé, à quelques choses près. J’ai juste essayé de faire une sorte de “bible” pour les pros du SEO, c’est-à-dire qu’ils pourront rapidement trouver les brevets liés à telle ou telle sujet, etc.

  6. Bonjour Alexandra,

    Et bien encore une interview de qualité cette semaine c’est bien tu nous gattes !
    Je connaissais déjà Mathieu Chartier et son parcours notamment dans le web.
    En tout cas même si il ne cherche pas de reconnaissance, il en aura un peu plus aujourd’hui :)

  7. Merci Alexandra pour la tribune et félicitations à Mathieu pour la rédaction de ce livre dédié au SEO ! Finalement Mathieu de l’archéologie au SEO, il n’y a qu’un pas et il est important de faire des fouilles pour percer à jour l’algo de Google ;)

    La communauté (comme toute communauté d’ailleurs…) peut avoir quelques membres sectaires et selon les rencontres la déception peut être au rendez-vous. Sois persuadé qu’il y a des SEO sympas, qui partagent et donc l’objectif est de véritablement transmettre un savoir sans prétention ou suffisance. Et heureusement.

    Ensuite félicitation car écrire, même si on maîtrise le sujet, n’est jamais facile. Tu dis ne pas avoir eu le stress de la feuille blanche et c’est tant mieux. Mais parfois la main et l’esprit ne sont pas en phase ;) Et quand on doit reprendre 10 fois sa phrase par manque de concentration et par fatigue, c’est vite énervant !

    Je trouve que ton approche du SEO est pertinente et progressive. Comme tu l’expliques, ton ouvrage est utile aux novices (pour leur inculquer les bases du référencement) mais également aux passionnés qui vont pouvoir réagir à tes points de vues.

    Je rejoins Alexandra, Mikiweb et Cédric, tu devrais être plus présent et laisser une 2eme chance à la communauté SEO. Si tu veux on pourra t’en présenter des sympas ;) Eric@Video Encoding Articles récents..What is the best video encoding/transcoding service?My Profile

  8. @Eric

    Je vais faire mon possible pour être plus présent auprès de la communauté des SEO comme vous. Ce sont les gens comme vous qui m’apportez quelque chose, j’ose le rappeler.

    Au même titre qu’un chanteur a besoin d’un public, les auteurs ont besoin de sources, et donc de l’aide de la communauté. Certes, je peux apporter mon regard, faire mes propres tests, mais il me faudrait 20 ans pour faire assez de tests pour obtenir tous les résultats que je souhaite (je doute que l’éditeur aurait eu cette patience d’ange… ^^). Par conséquent, j’utilise des études venant de partout dans le monde mais également générée par des gens comme vous, donc les SEO constructifs ont une part de mérite, je ne suis que le “nègre” qui a rédigé…

    Il existe de nombreux référenceurs sympas, ouverts et inventifs, et ce sont ces gens là qui me plaisent. Si nous avançons tous dans le même sens (malgré nos points de vue parfois différents), alors nous faisons progresser la science du référencement, c’est tout ce qui m’importe… Après, que ce soit Mathieu Chartier ou n’importe qui d’autre qui rédige les thèses, ce n’est qu’un détail au fond…

  9. Bonjour,
    Je découvre le personnage, sympa. J’ai dans mon entourage des expérience de changement de cap aussi brutal (Je partage la vie d’une personne qui est : ingénieur en traitement des eaux -> responsable e-commerce) et je suis ravi que des gens prennent de telles décisions. Je trouve ça courageux, non pas de changer de métier mais de dérailler le train conduit par la société.
    Je comprends également les dommages causés par la communauté SEO. ça grouille de mecs frustrés la dedans !

    Mais je n’ai pas eu envie d’acheter le livre (désolé), je fais partie de ces fouineurs qui n’ont jamais lu un livre SEO (en ce moment, Millenium me prend tout mon temps :), j’ai toujours préféré aller cherche l’information par l’expérience, rassembler le puzzle en temps réel. Mais tout de même, garder le cap sur 600 pages, chapeau ! :) (hé ho il fait du taekwondo, faut bien que je limite les dégâts, même si je cours vite …)
    Samy@Agence web Articles récents..WordPress et référencement : quelques classiques à réviserMy Profile

  10. @samy
    Tu as parfaitement le droit ne pas acheter le livre, je n’avais pas prévu de système pour fusiller les “non-acheteurs”, ça tombe donc très bien ! :D

    Quant au taekwondo, je suis ceinture noire donc je risque des peines plus lourdes si je me défends face à quelqu’un (la joie de la législation française…), tu peux justement en profiter pour te lâcher. ^^

  11. Très bon interview et interlocuteur vraiment sympathique. J’espère avoir ce livre entre mes mains un de ces jours, même si c’est difficile pour l’instant. Bonne continuation à l’auteur, vu qu’il est présent dans la discussion :)

  12. C’est toujours très enrichissant de découvrir de “nouvelles” têtes du SEO, car la richesse vient souvent du partage et de la confrontation des idées et des tests grandeur nature.

    Et en matière de partage, quoi de mieux qu’un livre ?
    La première mauvaise expérience de Mathieu est révélatrice du milieu SEO : que ce soit sur WRI, Webmaster Hub ou la Sphere, je me suis fait copieusement jeté les première fois que j’ai osé répondre à des plus newbies que moi. Je pense que c’est symptomatique du métier : chacun son expérience, et ceux qui ont essayé 1 seul truc qui n’a pas marché une fois ont tendance à penser que c’est une vérité absolue…

  13. Bonjour,
    J’ai été très heureux de découvrir un personnage différents de ceux qu’on peut croiser habituellement dans ce milieu, et ça fait du bien! Bravo a Mathieu pour son travail titanesque sur son ouvrage et surtout pour rester aussi modeste alors qu’avec un tel livre il y aurait de quoi se pavaner.

  14. Merci à vous pour vos commentaires et votre soutien. Vous savez, je n’ai rien de spécial au fond, je suis convaincu que la plupart des personnes qui commentent ici ont tout autant de talent que moi (si ce n’est davantage…), il fallait juste qu’un d’entre nous se “sacrifie” pour écrire. Comme j’aime bien ça et que l’éditeur a bien voulu me faire confiance, c’est tombé sur moi, mais faites donc attention à ce que ça ne vous tombe pas dessus ! :D

    Concernant les communautés, j’avoue être passé par WRI et la Sphère, donc je vois que je ne suis pas le seul à avoir été “troublé” par l’attitude de certains. Je ne suis pas du genre à trembler des genoux devant les gens, mais quand je vois que c’est peine perdue et que ces personnes nivellent la connaissance vers le bas, je préfère partir sagement. Dorénavant, j’espère croiser des gens comme vous, non pas pour qu’on me balance des fleurs, mais pour qu’on avance dans le même sens sans se tirer dans les pattes gratuitement ! ^^

  15. Merci Alexandra de nous avoir fait découvrir ce guide et son auteur.

    Les propos tenus par Mathieu au fil de l’interview collent parfaitement à l’image qu’il décrit de lui-même : à la fois humble et sincère avec toujours beaucoup de recul par rapport à sa vision des choses. C’est tout à son honneur. On sent que l’écriture de ce livre lui tenait particulièrement à cœur, comme pour prouver qu’il y avait encore de la place dans les rayons de la Fnac pour un deuxième ouvrage de référence à côté de celui d’Olivier Andrieu. Reste maintenant à savoir s’il connaîtra le même succès. Mais c’est tout le mal qu’on lui souhaite ;-)

    Quant à ses mésaventures sur les forums spécialisés, ça ne me surprend pas. Certains sont devenus tellement populaires qu’ils en ont perdu tout leur sens !

  16. J’ai commencé à lire son livre. Bon j’avoue que j’ai lu les 3 premiers chapitres en diagonale. Et j’ai commencé le chapitre 4 à fond.

    J’ai d’ailleurs feuilleté la partie suivi du référencement, car c’était le gros point faible du livre d’Olivier Andrieu (du moins dans la version 2011, je n’ai pas lu la version 2012). Et même si c’est un peu plus poussé je sens que je vais resté sur ma faim. Etant donné que tu as intégré des cas pratique, il aurait été intéressant d’en faire un sur le suivi et de montrer comment effectuer son suivi du référencement et d’en tirer des conclusions pour faire de nouvelles optimisations.
    Par exemple, j’ai 60% d’une même ancre optimisé (ancre A) en Netlinking, alors il va falloir modifier certaines ancres et ajouter des nouveaux liens en diversifiant les ancres afin de diluer l’ancre A, et éviter la sanction.

    Après j’ai juste feuilleté le livre, c’est peut être traité. Si c’est le cas je m’en excuse ^^
    lereferenceur@là Articles récents..Critique du guide WordPress et SEO de Daniel RochMy Profile

  17. @Le_référenceur

    Ton avis se tient, tu n’as pas à t’excuser et il est vrai que j’aurais dû développer un exemple de suivi, mea culpa.

    Dans l’ensemble, je pense que ce livre ne va pas révolutionner votre approche car vous avez déjà un bon niveau. J’ai essayé de développer davantage certains points mais j’aurais pu aller plus loin. Il faut absolument penser que j’ai vécu la contrainte des pages puisque j’en ai écris 110 de plus que prévu déjà…:-)

    Mais je note toutes ces remarques pour l’avenir car tu as raison, ce serait plus intéressant avec un cas pratique, etc. Merci !

  18. Merci pour cette excellente interview et un grand MERCI à Alexandra ! Sinon, je ne connaissais pas ce jeune référenceur auparavant mais comme dit Fabrice c’est toujours un plaisir de découvrir de nouvelles têtes dans le monde du SEO. Merci encore pour la découverte ainsi que ces précieux conseils et bonne continuation. Cordialement.

  19. Bonjour,

    Merci pour ce partage d’informations! Avec des connaissances encore modeste par rapport aux pros actuels, les nombreux conseils que j’ai glané au travers de ton article me seront utiles pour avancer. Y a-t-il des livres en particulier que tu recommanderais?
    Malorie@forum référencement Articles récents..Nouveaux systèmes et services de communicationMy Profile

  20. @Malorie
    Bonjour Malorie,
    Merci pour ce commentaire et bravo pour ton suivi du site de Miss SEO Girl, c’est un super blog qui mérite d’être connu car les informations fourmillent.

    Concernant ta demande de livre, je suis un peu mal placé pour te répondre étant donné que je viens de sortir justement “Le guide du référencement Web” (éd. First) disponible partout (Amazon, PriceMinister, Gibert Joseph, Fnac, Cultura, Decitre, etc.). Tu es dans le coeur de cible car il reprend des éléments basiques jusqu’à des critères plus techniques avec quelques méthodes pratiques pour appliquer cela aux sites web.
    Sinon, il y a toujours le gros pavé d’Olivier Andrieu qui mérite d’être conseillé car il est de bonne facture également.

    J’espère avoir pu t’aider avec cette réponse.

  21. Bonjour, très intéressant mais beaucoup de passes dédié aux débutants.. Dommage comme vous le dites dans votre interview que vous n’ayez pas plus élaboré certains points comme l’author rank. J’aurais aimé aussi que vous vous avanciez sur les micro-formats, et aussi la géolocalisation. Sinon tout y est et merci de votre approche je la trouve originale contrairement aux autres ouvrages..
    A bientôt.
    Andrea Articles récents..Principe de fonctionnement du site massage-annonce.comMy Profile

  22. @Andrea

    En effet, le livre est dédié avant tout aux dirigeants d’entreprise qui ne sont pas dans le web, et qui n’ont donc pas une connaissance approfondie du sujet, c’est donc un choix de l’éditeur de simplifier les choses, bien que j’essaie parfois d’aller un peu plus loin… ^^

    Concernant l’Author Rank, je ne pouvais quasiment pas en parler car quand j’ai écris les pages, nous ne savions quasiment rien de ça (d’ailleurs, on ne peut pas dire qu’on en sait beaucoup plus actuellement…), mais c’est quelque chose que je souhaite faire évoluer !

    Enfin, pour les microformats, je fais mon mea culpa car j’aurais pu (dû) aller plus loin, montrer des exemples détaillés, etc. Je me rattraperai, c’est promis, comme pour la géolocalisation !

    Merci en tout cas, vous m’aidez à faire avancer le livre pour la suite (enfin, si l’éditeur souhaite une réédition… ^^)
    Mathieu Chartier Articles récents..Présentation et extrait du « Guide du référencement Web » (éd. First) de Mathieu ChartierMy Profile

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

CommentLuv badge

Les liens des commentaires peuvent être libérés des nofollow.