Vous êtes ici : Miss SEO Girl » Interview » Interview SEO – Laurent Bourrelly

Interview SEO – Laurent Bourrelly

Interview avec le spécialiste référencement Laurent Bourrelly, sur 4 choses qui ont marqué l’année 2012 : l’outil de désaveu de liens Google, le Knowledge Graph, les EMD et le netlinking après Pinguin.

Retrouvez son avis, ses conseils et ses préconisations SEO pour l’année 2013. Bonne lecture !

L’Outil de désaveu de liens Google : bonne ou mauvaise chose pour le SEO ?

Pour moi, si le site est au point de devoir désavouer ses liens, alors autant carrément désavouer le site.

Dans certains particuliers (Negative SEO par exemple), peut-être que l’outil peut s’avérer utile, mais dans la majorité des cas je n’irais pas avouer à Google que j’ai trafiqué mon profil de liens.

Si le site est pénalisé, via le filtre Pinguin qui cible les profils de liens douteux, désavouer les liens, via l’outil, n’empêche pas le travail de fond, qui consiste à nettoyer concrètement ses liens. C’est long et fastidieux, mais c’est la seule manière réellement efficace de remettre le site dans la bonne voie, sur le plan apport de popularité.

En tout cas, ne touchez surtout à rien si vous n’avez pas reçu le message alarmant de la part de Google, annonçant que votre site possède des liens “artificiels”.

Pour être clair, je n’utilise pas cet outil et je ne le recommande pas.

Le knowledge Graph : Dans quelle mesure penses-tu qu’on puisse utiliser cet outil pour accroitre la visibilité en ligne?

Je conseille vivement de regarder le podcast que je viens de publier. Sylvain Peyronnet, docteur es algorithme, est mon invité et nous discutons justement du Knowledge Graph et du Machine Learning chez Google.

Pour l’instant, le Knowledge Graph n’est pas grand chose de plus qu’un Wikipedia scraper. Pour comprendre comment ça devrait marcher, il faut remonter à la notion d’entités nommées. Le moteur associe des entités avec un numéro d’identification unique, mais il reste d’énormes enjeux, notamment par rapport au contexte.

Ce n’est pas si facile pour un moteur qui ne comprend pas ce qu’il lit de prétendre qu’il peut ainsi hausser le niveau.

Pour l’astuce, il faut penser au contexte. Par exemple, si je prends l’entité “Tiger Woods”, c’est le contexte autour du terme qui va aider au moteur à comprendre s’il s’agit du golfeur ou d’un tigre qui grignote un morceau de bois. Un bon exercice pour savoir si la page qui décrit le golfeur Tiger Woods est explicite, notamment grâce aux associations, enlevez les mots Tiger et Woods. Si vous arrivez toujours à comprendre quel est le sujet, alors c’est gagné. Cherchez [tiger in the woods] pour observer que le moteur reste très basique; il ne pige pas que je souhaite voir autre chose que le golfeur.

Les EMD : exact match domains, sont-ils vraiment condamnés ? Que faire si j’ai un EMD ?

Le problème des EMD ne remonte pas à l’annonce récente de Google, qui prétend dévaloriser ces noms de domaines truffés de mots clés.

Pour preuve, tous les noms de domaines imaginables sont réservés et pourtant ils n’apparaissent pas forcément en bonne position. Cela veut simplement dire que les gestionnaires d’EMD envoient un signal qui pue le référenceur à plein nez. En étant assez subtil, il n’y a aucun problème pour référencer convenablement un EMD.

Maintenant, j’ai toujours privilégié un nom de domaine qui focalise sur la reconnaissance de marque, au lieu d’avoir un nom de domaine ridicule avec des mots clés à gogo. En plus, l’EMD va aider à ranker seulement sur une requête particulière et éventuellement une poignée de co-occurences. Franchement, il n’y a pas besoin d’un EMD pour se positionner sur une requête et lorsqu’il s’agit de prendre les choses au sérieux pour monter une véritable image de marque, le domaine est fortement dévalorisé.

Après, c’est clair qu’un EMD bien géré aura plus de facilité pour se positionner sur la requête visée. Attention, j’ai bien dit “un EMD bien géré”. Cela sous entend de faire du référencement sans que le moteur voit arriver l’optimisation avec de gros sabots.

La stratégie netlinking après Pinguin : que faut-il faire, que ne faut-il pas faire ?

Il faut bien avouer que le netlinking était devenu du grand n’importe quoi. Combien de sites peuvent légitimer une majorité de liens au mérite ? Le référenceur du dimanche va se contenter d’inscription annuaires et soumissions de CP.

Bien sûr que c’est plus dur de faire en sorte que les liens soit mérités, mais il n’en faut pas tant que ça. Les stratégies que je préconise ne dépassent pas quelques dizaines de liens. On ne doit pas arrêter de construire des liens, mais le profil doit paraître plus “naturel” qu’auparavant.

Cela dit, Pinguin est une grosse supercherie d’après moi. Google n’a jamais réglé le problème du spam ou l’abus des référenceurs. Comme par hasard, avec un soi-disant filtre qui cible une minorité de sites, il a réussi à faire régner la terreur. C’est une technique d’InfoWar que j’explique dans ce billet.

Pour moi, les solutions sont l’Inbound Marketing et le Content Marketing. Cela se définit en amont de la simple prestation d’apport de popularité, mais tout se dénoue miraculeusement, en pariant sur ces stratégies. Je ne parle pas uniquement des backlinks, mais tout l’écosystème qui entoure le site (réseaux sociaux, visibilité déportée, etc.).

Après, rien n’empêche de continuer à travailler comme avant. Simplement, il faut bien intégrer le facteur risque dans la stratégie. Avec l’arrivée de Pinguin, ce facteur risque est monté en puissance. Tout simplement, il faut prévoir des relais, pour palier à la chute possible des sites en place.

Quelques préconisations pour 2013 ? Quels sont les facteurs clés pour un bon SEO en 2013 ?

Nous savons parfaitement comment fonctionne le référencement depuis le début des années 2000. Les fondamentaux n’ont pas changé. Le souci est que nous avons pris des raccourcis, profitant des faiblesses du côté des algorithmes. Se recentrer vers les fondamentaux permet déjà d’obtenir d’excellents résultats. Déjà, si les sites arrivaient à respecter ces fameux fondamentaux, un énorme pas serait franchi. Tout se ramène au triptyque : technique, contenu, popularité. Si l’entreprise possède une armée de développeurs, une personne qui remplit des pages (je n’ai pas dit rédiger du bon contenu bien lourd) et personne pour s’occuper du volet popularité, c’est clair que les chances de succès sont moindres. Pourtant, c’est la situation qu’on retrouve habituellement.

Sachant que le volet technique influe pour 10%, le volet contenu pour 30% et le volet popularité pour 60%, à chacun de comprendre où se situent les points faibles.

Ce qui a changé est que c’est plus chiant de construire un site qui claque, au lieu de se contenter du minimum syndical. Nous avons toujours maîtrisé les éléments qui définissent un site avec une véritable valeur ajoutée. Il y a des éléments en plus qu’au début des années 2000, principalement tout le Web 2.0 et les réseaux sociaux, mais ce sont simplement des atouts en plus.

Les véritables fondamentaux sont centrés sur une architecture (maillage interne) intelligent et produire du contenu intéressant. Remarque que je n’ai pas dit du contenu de qualité car c’est encore un coup de bluff de la part de Google. La qualité est subjective et un moteur n’est pas capable de jauger ce critère. C’est encore grâce au contexte (typologie de site, optimisation SEO, faible engagement social, etc.) qu’il va déterminer qu’un site est de “mauvaise qualité”. Si le contenu est décent, peu importe si le texte est rédigé offshore pour 5€ ou pour 250€ par un journaliste.

Je préfère focaliser sur quelque chose d’intéressant, qui est une notion sensiblement différente. Une image ou une vidéo peuvent avoir un impact largement plus intense qu’un pavé de texte. On en revient aux notions de Content Marketing. Faites réagir votre audience : choquez, faites rire, faites pleurer, intéressez, étonnez, etc.

Qui est Laurent Bourrelly?

Difficile de répondre à cette question…

Si je devais focaliser, par rapport à ma présence en ligne, je suppose que les traits de caractère qui reviennent sont l’engagement et la passion. Certes, je peux légitimer une certaine expérience, mais je me pose à l’opposé du mode [Bisounours].

Après, c’est une position qu’il faut assumer et contrôler. Ce qui me sauve parfois est de savoir faire marche arrière sur mes positions. Si je devais transmettre une caractéristique, c’est d’admettre ses torts. Faut s’engager, mais ne pas se taper la tête contre les murs.

Sinon, pour en savoir plus, j’ai rédigé une bio.

Tu seras au SEO CAMPUS Paris, quelle conférence animeras-tu ?

Je serais présent sur certaines tables rondes, ainsi qu’une conf sur le NSEO et peut-être le maillage interne.

Autre chose ?

Cela peut paraître basique, mais dans la plupart des cas que je rencontre, la vision du référencement est perdue dans tout un fatras mitigé de connaissances.

Pourtant, la solution tient dans la simplicité. Après, c’est clair que ça devient de plus en plus difficile, car il faut cravacher plus qu’avant pour obtenir les mêmes résultats.

Comme je disais plus haut, posez les bases et après vous pouvez faire mumuse avec des raccourcis.

Merci pour cette itw.

GD Star Rating
loading...
Interview SEO - Laurent Bourrelly, 3.9 out of 5 based on 14 ratings

37 réflexions au sujet de « Interview SEO – Laurent Bourrelly »

  1. Très bonne interview de Laurent.
    Pour ma part sur les EMD, je ne vois pas de changement, mais c’est surtout lier au travail de référencement que tu fais derrière, un bon choix d’EMD ne fait pas un bon résultat sans du travail derrière.
    Et pour 2013, l’optimisation on-site risque de prendre encore plus d’importance qu’avant.

  2. Tout est dit dans cette interview, les fondamentaux du SEO n’ont pas changé depuis des années. Rien ne sert donc de bourriner des optimisations comme un benêt. Seul un plan d’action béton est nécessaire pour faire connaitre son activité, ses produits et services sur la durée. Avec une bonne planification de ses actions de communication, n’importe quel site peut prétendre sereinement à une bonne position sur Google
    Fab@SEO Articles récents..Checklist des meilleures optimisations pour votre site e-commerceMy Profile

  3. Interview intéressante avec une vision très calme et posée des nouveautés SEO. La publication d’un nouvel outil ou un changement d’algorithme ne signifie pas révolution mais une remise en question de certains procédés bien ciblés.
    Plus généralement, du moment que l’internaute est dans la tête du référenceur lorsqu’il crée un lien, alors je n’ai aucun doute sur le bon rendement des liens générés.

  4. Superbe Interview, les EMD ont encore de beaux jours devant eux, j’en ai fait le test sur mon blog il y a quelques mois.

    Certains prennent, mais comme tout site, il faut s’en occuper, merci encore.

    Concernant l’opti interne, ça doit être l’objectif premier d’un site à mon avis (je suis mal placé pour die ça ^^) surtout niveau maillage, avec les outils à notre disposition c’est devenu (un peu) plus facile.
    Rodrigue@annuaire wordpress Articles récents..Par : Rodrigue F.My Profile

  5. Entièrement d’accord sur l’outil de désaveu de Google. Pour les EMD c’est toujours pareil, si le site a un contenu de faible qualité il sera pénalisé. Si le contenu est intéressant, l’EMD n’est du tout un problème et permettra d’aider à se positionner sur quelques requêtes liées. Attention tout de même, selon le secteur un EMD peut faire vraiment “cheap”…
    Lionel@Les Options Articles récents..Avis sur ZoneOptionsMy Profile

  6. Une excellente ITW avec toute l’experience et le calme d’un expert de a profession. Jamais d’emportement, simplement une analyse objective et maîtrisée des grands événements qui ont fait le SEO en 2012.

    Juste dommage que Laurent n’est pas un petit pouvoir de divination pour que nous puissions préparer 2013 ;)

    Merci à vous deux et bonne journée !

  7. Merci pour cette interview bien sympatoche. Quand j’ai lu ça “regarder le podcast que je viens de publier” je me suis dit chouette un nouveau…mais non déjà vu ^^. Pour le pourcentage sur l’impact SEO j’enlèverai un petit 10% sur le netlinking que j’attribuerais aux signaux sociaux.
    Et sinon l’apéro à Andorre c’est pour quand ? Moi je veux bien en organiser en Thailande mais c’est pas dit que beaucoup de SEO prennent l’avion :-) Simon@mon blog d’expat en thailande Articles récents..Interview exclusive de Julien de Korleon’BizMy Profile

  8. Merci Alexandra pour cette interview très instructive de Laurent, pour ma part je test un EMD en faisant les choses proprement et surtout tranquillement et les choses prennent tout naturellement ;-) donc si on fait pas un travail de sagouin, les EMD peuvent encore très bien fonctionner.

    Je pense en lisant Laurent que les nouveaux venus dans le monde du SEO ont bien de la chance finalement, car ils se doivent d’appliquer des techniques et des méthodes propres qui sont comme ici relayées par les acteurs majeurs du SEO tel que Laurent.

    Pour revenir sur l’outils de désaveu de Google, je suis aussi de cet avis si tu n’as rien à te reprocher, tu n’as pas besoin de cette connerie, si tu faits des conneries tu assumes et puis c’est tout que cela te serve de leçon pour la prochaine fois ;-)

  9. Article très intéressant comme toujours. Je partage quasi tous les points de vue de Laurent. Néanmoins sur les EMD je remarque que malgré ce que google a annoncé, ils rankent de plus bel, même ceux avec 3 ou 4 mots clés.

    Il n’y qu’a regarder des recherches localisés pour les assurances, les plombiers, les cartouches d’encres….

    Au plaisir.

  10. C’est amusant car hier soir je suis tombée sur la vidéo de la table ronde du seo camp de Toulouse avec LaurentB que je remercie pour ses analyses posées qui donnent une vision objective.
    Laurence@Miroir Articles récents..Call me babyMy Profile

  11. Pour en revenir aux EMD, je pense (dans le sens où je trouverais ça logique car je n’ai rien lu la dessus) que le nombre de caractère et tiret joue un rôle. Un nom de domaine à 4 tirets a peut être des chances de subir quelques dégats même s’il est plutôt bien gérer ? Qu’en pensez vous ?

  12. sympa comme itw ;) Pour les EMD, je confirme qu’au contraire de ce que google a annoncé, j’ai l’impression que cela marche de mieux en mieux. Sur la requête principale de mon site, ils trustent les premières places..
    zenzitude Articles récents..3 Gommages du corpsMy Profile

  13. J’ai d’abord connu Laurent sous le pseudo de SEO Rock Star et je ne mettais jamais vraiment attardé sur ses propos et sa vision du SEO. Sans joué le petit référenceur pourri, qui n’aurait aucune personnalité, je dois dire que je rejoins entièrement les propos de Laurent. Dans tout ce qu’annonce Google il y a du vrai mais c’est toujours à prendre avec des pincettes et je vais clairement réutiliser ce passage ” il a réussi à faire régner la terreur. C’est une technique d’InfoWar” pour mon rapport d’activité de fin d’année que j’effectue sur le netlinking ;)

    belle interview !

  14. Pour ma part ce n’est pas la partie sur les EMD qui m’a intéressé mais l’analyse du contexte avec l’exemple très probant sur “Tiger in the woods”.

    Merci Alexandra pour cet entretien. Laurent Bourrelly fait partie des figures incontournables made in France et il fallait bien qu’il passe chez toi après ta première galerie de portraits !
    Referencement créatif Articles récents..Qu’est-ce qu’un référencement créatif ?My Profile

  15. @Arnaud : pour l’opti “on site”, il s’agit encore et toujours des fondamentaux. On sait parfaitement comment construire un site dans les règles de l’art.
    Seulement, c’est parti en vrille, notamment avec la montée en puissance des CMS. Ils ne sont pas du tout idéaux pour construire un maillage solide.

    @Rodrigue : tu adoooores les EMD :-D

    @Lionel : perso, je n’ai jamais été fan des EMD, mais bon je ne veux pas froisser @Rodrigue…

    @Julie : voir ma conf SEO Campus à Toulouse pour avoir ma vison de l’animation sociale, storytelling, etc.

    @Maximillien : merci

    @Eric : j’en ai parlé sur mon blog, mais pour 2013 je pense que nous allons voir Google servir de meilleurs résultats aux utilisateurs loggués/trackés.

    @Simon : j’intègre les signaux sociaux dans le volet popularité.
    Tu veux rentrer de Thailande pour l’apéro en Andorre ?

    @Nico : arf faut que je fasse ce screencast sur le linking interne.

    @Fab : voilà faut déjà maîtriser les leviers connus et éprouvés. Cela serait déjà un grand pas de franchi.

    @Raphael : peut-être que l’évolution la plus importante concerne l’idée de créer des sites qui vont recevoir des liens au mérite, plutôt que batir un profil de liens complètement artificiel.

    @David : l’autre hypothèse à propos des EMD est que les filtres ne sont pas encore arrivés sur notre zone de l’index.
    M’enfin ça ne sera pas la première fois que je vois une annonce qui ne se reflète pas dans notre petit bout de la lorgnette.

    @Flexman : j’ai encore observé ce phénomène hier avec un client. Des jeunes sites Full EMD font des burns dans les SERPS.

    @Laurence : merci

    @lerefenceur : même avec un seul tiret, tu as toujours un exact match sur des mots clés commerciaux. C’est facile à repérer en principe.
    Sinon, c’est clair que plus tu forces et plus tu montes le curseur du facteur risque.

    @Sam : merci

    @zenzitude : vu les retours que j’ai, c’est clair qu’on devrait faire un étude sur les EMD en FR.

    @Victor : si tu cherches [google infowar], je pense que tu devrais tomber sur mon billet, qui développe le sujet.

    @LeJuge : on est à la même école ;-) LaurentB Articles récents..Top 12 des relous du SEOMy Profile

  16. Ah, “notre” Laurent du côté de l’autre côté du micro ! The seo tiger out of the wood… Une bonne synthèse de ce qu’il nous délivre dans ses blogs. A retenir – parce que je l’applique – “Les stratégies que je préconise ne dépassent pas quelques dizaines de liens” “Les véritables fondamentaux sont centrés sur une architecture (maillage interne) intelligent et produire du contenu intéressant” : quand on applique cela, effectivement, le gros du boulot est fait. J’ajouterai, comme le juge, qu’il faut savoir faire preuve de patience (bon, pas forcément évident avec les clients qui croient qu’en quelques semaines ils seront au top). Bref du bon sens et pas de précipitation… et des tops positions assurées et surtout pérennes (même si on ne sait pas ce que le bestiaire de Google nous réserve).

  17. @Baptise : dans le métier, c’est Pingouin qui a été le véritable coup de semonce. Le filtre a attaqué frontalement les référenceurs.
    Panda est plus pernicieux, mais il n’en demeure pas moins une réalité pour les éditeurs de sites Web. Ce n’est pas pour autant frontal envers les SEOs.
    Tous les 2 sont à ranger la catégorie InfoWar. Ce sont de belles saloperies.

    @Fred : il faut peut-être bouger la jauge du facteur risque, mais on ne va pas se taper la tête contre les murs non plus. Même réaction envers le “not provided”. Traçons notre route ! Le SEO est une bestiole qui s’adapte très bien à son environnement.

    @Phil : disons qu’il y a des trucs en plus (Web 2.0, etc.) mais à la base je ne vois pas de différence.
    Bien au contraire, on repart vers des fondamentaux oubliés (Inbound Marketing, Architecture, …)
    LaurentB Articles récents..Top 12 des relous du SEOMy Profile

  18. Excellente interview c’est simple, clair et précis. J’adore, pas de fioriture, droit au but ça sent le vécu sans langue de bois. Et l’article infowar est très pertinent!

  19. Excellente interview qui clarifie quelques points notamment, le fait que la simplicité est toujours de mise et que les raccourcis peuvent être très pénalisants.
    Ce qui m’interpelle, c’est l’aspect « popularité » car je trouve que c’est celui qui est le moins maitrisable du triptyque « technique – contenu – popularité ». Autant la technique et le contenu dépendent de soit, autant la popularité, elle dépend essentiellement de tiers. Dur, dur donc de contrôler cet aspect… Comment faire d’ailleurs, des pistes ? des idées ?
    richard@palette solderie Articles récents..Le microcrédit Adie pour se lancer !My Profile

  20. Ben voilà le crossover french SEO qu’on attendait tous! Le guestbloging de rêve de la muse Miss Seo Girl pour la Rock Seo SuperStar L.B….

    La guest du jour étant Laurent, refaisons lui le portrait en 3 lignes puisqu’il se livre à l’interview qui part en live. Bien fait pour lui!

    3 lignes seulement parce qu’il mériterait plutôt un Knowledge roman sans aucun piteux désaveu tant son lien avec la grande aventure du référencement libre et indépendant paraît aujourd’hui incontournable.

    Pour preuve son avatar de photo, sorte de EMD genre photo.studio.harcourt.fr, mélange de jeune premier et vieux rebelle, sous-titré “Lucky-Lien”, façon lonesome cowboy du seo français.

    Pour ceux qui douteraient encore, on cueillera dans cet article-itw des aphorismes à la pelle, comme par exemple ces deux derniers ci-dessous parus ci-dessus chez la miss SG:
    “Pour moi, si le site est au point de devoir désavouer ses liens, alors autant carrément désavouer le site.” ou encore cette autre perle,
    “Ce n’est pas si facile pour un moteur qui ne comprend pas ce qu’il lit de prétendre qu’il peut ainsi hausser le niveau.”
    Trop top. Merci.

  21. @Fred : merci

    @Richard : concernant la popularité, je vois ça en 3 niveaux : popularité (qui peut se résumer en présence dans les visites depuis les moteurs), la notoriété (qui peut se résumer en visites depuis les referers) et la notoriété (qui peut se résumer en visites directes).
    Faut travailler ces 3 strates avec des stratégies spécifiques.

    @Nico : le problème que j’ai avec cette explication est que je la pratique quotidiennement en prestation, focalisant sur le cas particulier.
    Je n’arrive pas à trouver un angle généraliste.
    Yep j’adore le tank dans ton catalogue :-D

    @Monica : c’est effectivement un photographe d’Harcourt qui m’a tiré le portrait.
    Tous les conférenciers de E1S2 ont eu droit à ce joli cadeau http://www.flickr.com/photos/e1conference/
    LaurentB Articles récents..Top 12 des relous du SEOMy Profile

  22. Encore de bons avis donnés par LaurentB, ça fait plaisir. Et on en apprend tout autant dans les commentaires de l’article :)

    Concernant les EMD, si l’on a pas une vision sur le long terme et que le niveau de concurrence du secteur est faible/moyen, passer par un EMD est un moyen rapide de ranker sur la ou les quelques expressions visées. Après faut pas non plus que le NDD soit du type plombier-a-paris-pas-cher…mais un minimum propre…

    Concernant le Knowledge Graph on manque encore de recul mais pour l’instant c’est plus un Wikipedia Graph qu’autre chose :/

  23. @LaurentB

    Ah oui je vois. La solution serait peut-être d’expliquer différent cas significatifs. Il doit peut être y avoir des similitudes entre certains cas.

    Je crois en toi et a ta capacité à condenser tout ça :D

  24. Ce n’est pas forcément nécessaire de le dire, puisque tout le monde le sait, a priori : je suis sur la même longueur d’onde que ce monsieur ;)
    Il oublie de dire une chose importante : non seulement il informe via son blog et ses confs, mais c’est aussi un super chef de projet, qui sait déléguer et mettre un bon coup de pied au cul aux équipes avec qui il travaille, quand c’est nécessaire, tout en ayant le respect de chacun pour ce qu’il fait : un grand bonhomme, quoi !
    Vince Articles récents..Juge et partiMy Profile

  25. Si je comprends bien, sans travaille seo peu de chance d’être visible ?

    On ne sais franchement plus à quel saint se vouer….? du contenu riche et variè ou du contenu basique et un superbe travail de SEo?

    Après ça on dira que Google fait tout pour épurer … chouette interview, ravis de faire votre connaissance !
    theo Articles récents..L’amour vu par la génération numériqueMy Profile

  26. Cool l’interview !

    Pour l’outil disavow links, je pense qu’il est nécessaire de l’utiliser lorsqu’on s’est fait hacker avec un bon 200 000 backlinks non désirés provenant de 30 ou 40 domaines. C’est le problème qui m’est arrivé récemment sur un de mes sites.

    Je ne dis pas que ça va fonctionner forcément mais à ce stade (et si tu ne peux pas changer de domaine), ça ne serait pas judicieux de l’utiliser, exclure tous les domaines qui t’ont pourris la vie puis ensuite faire une demande de reconsidération auprès de Google ?
    Ramenos Articles récents..Google n’est pas encore à l’aise avec les block links HTML 5My Profile

  27. La popularité prendra le dessus dans l’avenir avec le critère de la qualité car quoi qu’on en dise, un contenu intéressant sera toujours plus remarqué par google et donc favorisé bien heureusement. Bravo pour cet interview !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

CommentLuv badge

This site uses KeywordLuv. Enter YourName@YourKeywords in the Name field to take advantage.

Les liens des commentaires peuvent être libérés des nofollow.