Vous êtes ici : Miss SEO Girl » Interview » Interview SEO – Arnaud Mangasaryan alias Ramenos

Interview SEO – Arnaud Mangasaryan alias Ramenos

Aujourd’hui je vous propose de découvrir sur mon blog cette excellente interview d’Arnaud Mangasaryan, alias Ramenos. Arnaud, nous parle de son amour pour le SEO, son choix de quitter la France pour le Canada, de son association DO YOU SEO, les différences SEO entre les deux pays…

Nous revenons également sur les plus importants changements SEO de l’année 2012, ainsi que quelques préconisations pour 2013 pour une bonne présence web (vieux positionnement?) :) . N’hésitez pas à faire un petit tour sur le blog d’Arnaud, vous allez découvrir plein d’autres articles intéressants ! Bonne lecture !

Peux-tu te présenter rapidement ?

Je m’appelle Arnaud Mangasaryan (alias @Ramenos) et je suis expert en référencement naturel et payant (SEO et SEA). J’habite à Montréal depuis 2010 où je continue d’exercer.

Raconte-nous comment es-tu tombé dans le SEO.

Ayant fait mes études à Hétic, mes premières expériences sur le web se sont faites en intégration puis en gestion de projet. C’est à force de constater l’invisibilité du travail réalisé que le SEO a suscité ma curiosité pour au final tomber dedans à la fin 2005. Par la suite, j’ai également eu un intérêt marqué pour les webanalytics que j’ai couplé au métier de référencement.

Tu es expatrié au Canada. Pourquoi avoir choisi ce pays ? Veux-tu retourner en France ?

En 2005, durant mes études, j’ai eu la chance de partir faire un stage en Arizona, chez les Indiens navajos pendant 2 mois. Durant cette période, j’étais en charge de former des étudiants âgés de 16 à 45 ans à faire de l’intégration web. Etant un grand voyageur à l’origine, je dois avouer que l’échange culturel avec ce peuple a été très fort. Ça a comme tilté dans ma tête et je me suis dit qu’un jour, c’est sûr, je partirai démarrer une nouvelle vie ailleurs par choix et plaisir.

J’ai finalement choisi le Canada pour 3 raisons :

  • je ne connaissais absolument pas le pays,
  • j’avais l’impression d’être le bienvenue dans la “petite Amérique” (très important)
  • et enfin … je cherchais un pays avec une culture américaine pour marquer le changement tout en pouvant converser au moins en anglais.

La langue française n’a jamais été un critère pour choisir ma destination, contrairement à ce que l’on pourrait penser :).

Tu es à la tête de l’association Do You SEO, équivalent au SEO CAMP en France. Pourquoi cette initiative ? Comment ça se passe, quelle est l’activité de l’association…

L’Association DoYouSEO a été lancée en 2011, suite à un manque constaté d’une communauté SEO à Montréal.

Pour faire simple, cette association a 3 objectifs définis :

  • réunir les professionnels du web pour les aider à promouvoir le SEO auprès de leur entourage
  • partager des connaissances/expériences SEO à travers des événements récurrents (DoYouSEO Camp) dont les thématiques abordées sont choisies au préalable par les participants
  • encourager la collaboration des experts de l’industrie, afin de développer des expertises globales.

D’une façon générale, on essaie de faire en sorte que le tout soit axé sur le partage d’expériences. Depuis le début 2013, nous avons lancé le système d’adhésion officiel (tu peux devenir membres de l’Association pour nous soutenir si tu le souhaites et qui sait, peut-être passer nous voir un jour :) ).

Quelles différences entre le SEO Canada et le SEO France ?

drapeau-canadaTout d’abord, il faut savoir qu’ici, le SEO se fait en anglais et en français.

Au niveau de mes clients, c’est moitié-moitié environ.

Ensuite, les valeurs culturelles sont fondamentalement différentes entre le milieu anglophone et francophone. La culture francophone du Canada ne partage vraiment pas grand chose avec la culture française, il faut le savoir.

Lorsque je souhaite faire passer quelques projets SEO, je dois m’y prendre différemment afin de convaincre mon auditoire. Pareil pour les formations, je me dois d’adapter mon speech selon l’audience.

Après, j’ai envie de te dire que faire du SEO en France ou ici, ce n’est pas si différent que cela. Il y a bien sûr 2 versions de Google (CA_fr et CA_en), mais hormis ça, ça se ressemble pas mal. Truc sympa en Amérique du Nord, tout est très orienté ROI et webanalytics. Ca peut parfois ralentir le lancement de certains projets, mais d’un autre côté, ce n’est pas plus mal et ça te force à pousser un peu plus tes analyses et aussi à te donner des billes lorsque tu peux prouver qu’un projet va faire du bien au site de ton client.

J’ai également l’impression qu’au Canada, il y a une légère avance sur la France en ce qui concerne le SMM (Social Media Marketing) et PPC, alors qu’il y a un léger retard (de moins en moins vrai) concernant le SEO, voire aussi la partie “advanced” des webanalytics.

Mais globalement, ça fonctionne à l’américaine. Tu as une idée, elle est bonne, elle va rapporter, vas y fonce, on va t’ouvrir des portes. On est plus dans un esprit collectif qu’individuel.

Quels sont les changements les plus importants du SEO 2012 ?

Je pense que le fait le plus marquant a été “Penguin“.

Personnellement, ça ne m’a jamais dérangé et j’ai envie de te dire “tant mieux que ça soit arrivé” histoire de faire le ménage entre ceux/celles qui font du SEO et les gros spammeurs qui te vendent de l’arnaque en boîte. Imagine-toi une pyramide : Penguin va se contenter de supprimer la couche basse de cette pyramide qui passe son temps à faire du SEO cochon… Un peu comme enlever une couche de moisie. C’est un peu fort, mais c’est pas mal ça selon moi.

Ensuite, un des gros changements est, selon moi, la montée en puissance du “not provided”. Entre Google Plus, le microdata authorship et les versions HTTPS de Google implantées dans nos navigateurs, on a de moins en moins de données précises sur les requêtes tapées par nos usagers, ce qui reste vraiment frustrant dans certains cas.

Enfin, j’ai trouvé qu’on avait vu pas mal de petites subtilités dans l’interface Google, notamment en ce qui concerne les plateformes de recherche (images, flights), mais aussi l’affichage des résultats (Knowledge, options de recherche qui bougent à gauche à droite).

Plus le temps passe, plus Google souhaite enfermer l’utilisateur dans son propre environnement. Personnellement, je n’aime pas trop ça et je me demande jusqu’où cela va-t-il aller et à quel point le SEO va-t-il se transformer dans les années à venir.

Comment vois-tu le SEO aujourd’hui ? Quelques préconisations SEO pour 2013 ?

previsions-seoBon nombre de fondamentaux du SEO des années 2000 existent toujours, même si la majorité d’entre-eux ont bien évolué. Pour moi, un bon référenceur se doit d’avoir d’excellentes bases techniques, mais aussi de bonnes connaissances marketing. A cela s’ajoute une fine couche de médias sociaux, mais je ne suis pas en accord avec ceux/celles qui pensent SOIT que le SEO est mort, SOIT que les médias sociaux représentent la nouvelle façon de faire du SEO.

Pour 2013, je pressens une belle augmentation du “not provided” (50% de votre trafic SEO ?), ainsi qu’un intérêt marquer pour les plateformes Google connexes à la recherche (Plus, Flights, Adresses, etc…). Si les microdata ont déjà prouvé leur intérêt par le passé, ça risque de devenir quasi obligatoire si l’on souhaite cibler la bonne plateforme de recherche. Après tout, quoi de mieux que des moteurs qui comprennent et interprètent correctement nos données ?

Après, reste qu’on risque d’avoir quelques mises à jour de règles Pengouin et Panda comme d’habitude pour tous les vilains qui font du seo bourrin. Avec un peu de chance, on aura peut-être droit à quelques nouveaux animaux pour les faux auteurs qui affichent trop leur tête ou encore les sites qui ont des performances moisies… Qui sait ?

Une chose m’inquiète cependant : le devenir du comportement utilisateur dans la recherche sur les plateformes Google. Avec le “not provided” qui augmente et Google qui sort de plus en plus de son cadre de “moteur de recherche” (notamment avec Knowledge), vers quoi part-on et surtout comment risque de se transformer le SEO ?

Bref, à terme, je pense qu’on va parler de plus en plus de “présence web” que de “positionnement”.

Quels sont tes projets pour cette nouvelle année ?

Voyager !! Ça fait un peu plus de 7 ans que je me suis mis comme objectif de découvrir 2 nouvelles destinations chaque année et à ce jour, je tiens mes engagements. Voyager et explorer des lieux nouveaux avec mon réflex représentent presque plus un besoin qu’un plaisir. Cette année, je vais sûrement retourner au Japon et explorer une bonne partie de l’Ouest japonais (j’éviterai de m’aventurer à l’Est ^^).

Je souhaite également développer mes capacités en photos. Je me suis ouvert un compte sur 500px ou je mets parfois 1 photo prise qu’il me fait plaisir de partager.

Enfin, étant résident permanent au Canada depuis quelques mois, je ne te cache pas que je vais en profiter pour m’installer de manière un peu plus sereine dans ce pays que j’aime beaucoup. Et puis avec les Etats-Unis et l’Amérique du Sud comme voisins, ça promet au niveau voyages !

Un grand merci pour cette interview Alexandra !

Images libres de droit, source pixabay.com

GD Star Rating
loading...
Interview SEO - Arnaud Mangasaryan alias Ramenos, 4.4 out of 5 based on 13 ratings

29 réflexions au sujet de « Interview SEO – Arnaud Mangasaryan alias Ramenos »

  1. Ah ca me fait revêr. Si un jour j’en ai l’occasion, je rêverai faire du SEO en Australie.
    Bon pour ça il va falloir que j’améliore mon anglais. D’ailleurs, quand tu es parti au Canda tu étais bilingue ? Car le SEO c’est beaucoup de contenu et tu ne peux pas te permettre la moindre faute de grammaire ?
    lereferenceur@blog référencement Articles récents..Un tutoriel sur le référencement vient de voir le jourMy Profile

  2. Merci beaucoup pour cette interview Alexandra qui à le mérite de nous ouvrir un peu plus les yeux sur les formidables opportunitées qui peuvent s’offrir à nous pour peu que l’on soit un minimum curieux.
    En effet, je trouve que voyager et apprendre de nouvelle culture mais aussi de nouvelle langue permet d’avoir une plus grande ouverture d’esprit qui abouti à un épanouissement dans son travail quelque qu’il soit. Le fait de découvrir de nouvelle méthode de travail permet de se remettre en cause et de s’améliorer.
    Je trouve dommage qu’en France beaucoup de personne soient encore assez fermé la dessus.
    Par exemple dans notre secteur d’activité propice au travail à l’international,
    beaucoup d’agence web ou de référencement, ne s’ouvre pas aux marché anglophone. On essai de survivre entre Français dans un marché national qui devient de plus en plus concurrentiel et étroit.
    D’ailleurs sur l’ensemble des personnes travaillant dans le web combien parlent couramment anglais ? très peu.
    Ceux qui le parle et qui ont de bonnes capacités, travail soit pour des entreprises internationale soit s’expatrient à l’étranger.
    Je trouve qu’on gache notre potentiel par cette non envie ou cette peur d’aller voir plus loin, de s’étendre à d’autres pays, d’aller de l’avant et de montrer au monde le potentiel des entreprises Française dans le web.

    C’est encore plus dommage sur le plan personnel car dans la conjoncture actuel avoir une expérience à l’étranger constitue un véritable plus et dans bien cas une vocation comme nous l’a démontré Arnaud alias Ramenos avec son expérience en Arizona qui s’est tranformé en vie au Canada ;)

  3. Merci pour cet interview …..
    le nouvel algorithme de google ne nous facilite pas vraiment la tache …

  4. @Lereferenceur

    Tu viens d’obtenir ton visa pour l’Australie, non? Alors, fonce faire du SEO là-bas ! Réalise ton rêve … c’est plus important que tout ! :)

  5. Merci pour l’interview. C’est toujours intéressant d’avoir des retour d’expériences comme celui-là. Bon courage pour la suite

  6. Très intéressante cette ITW ! Merci à Miss SEO Girl ;)
    Arnaud nous livre une bonne analyse du métier de SEO, et c’est toujours très instructif d’avoir une vision déportée outre Atlantic. Je m’y reconnait également avec cette envie viscéral de voyager… J’ai d’ailleurs moi même mon compte sur 500px… berf j’aime beaucoup ce type de profil !
    Un p’tit mot concernant le “not provided”, il est déjà à plus de 70% sur certains de mes sites, autant dire que les 50% sont largement dépassés.
    Aurélien@Aurélien Articles récents..L’audit SEO en détailMy Profile

  7. Hello Miss et merci beaucoup pour cette tribune offerte à Arnaud. Encore une approche très singulière du SEO, qui plus est de la part d’un expatrié :)

    Personnellement, le départ au Canada me séduit beaucoup pour la double culture (américaine et française !), je trouve ça vraiment génial :)

    Ensuite pour revenir sur le SEO, je suis 100% d’accord avec Arnaud sur l’éloignement que Google opère vi à vis de son métier d’origine à savoir le Search. Entre le Not Provided et le KGraph, ça commence à être compliquer de se positionner…
    Eric@Video Syndication Articles récents..How to upload video to multiple sitesMy Profile

  8. Encore une fois, on a le droit à une interview très intéressante ! C’est toujours sympa d’en apprendre plus sur le plus célèbre des SEO français basé au Canada :) Je rejoins l’avis d’Arnaud sur l’évolution du SEO et les questions qu’il se pose sont très pertinentes, tout comme les questions que tu lui as posé d’ailleurs Alexandra ! :D Maximilien@Trucs et astuces de webmaster Articles récents..Guide pour apprendre à externaliser et être plus productifMy Profile

  9. @HAMZA

    Je vais être honnête avec toi, il n’y a pas de solution magique. Néanmoins, tu as 3 façons de voir les tendances :

    1. Analyser tes stats sur une plus grande période (en théorie, tu devrais encore bien ressortirs sur tes sujets clés/longtail comparé à la période avant not provided)
    2. Perso, je me penche pas mal sur l’analyse des termes recherchés en internes + les tendances de recherche sur le moteur MSN (même si c’est 5% de mon trafic).
    3. Regarde les principales pages de destination de ton not provided, ça va te permettre de deviner la plupart des mots-clés assez facilement… Avinash avait mis un petit tips sur son site pour suivre ça facilement.

    @Arnaud

    Je ne te cache pas que j’ai eu quelques craintes lorsque je suis parti mais c’est justement là où ça devient excitant. Tu sais ce que tu quittes, mais tu ne sais pas ce que tu retrouves… C’est un jeu auquel il faut accepter de jouer :).

    A Montréal, avant le début de l’Association, il y avait bien quelques Meetup SEO mais c’était très orienté commercial. Au Canada, il y a aussi le SMX mais à Toronto uniquement.

    @Lereferenceur

    Quand je suis parti, je parlais anglais, mais assez mal. Depuis j’ai eu largement l’occasion de le travailler (de toute façon c’était nécessaire ^^). Savoir parler correctement anglais est obligatoire, être bilingue est optionnel.

  10. @Alexandra : un gros merci pour cette interview. Au passage, j’ajoute qu’Alexandra est une personne qui sait faire partager sa bonne humeur par mail, ça change des mails impersonnels. :)

    Un gros merci à vous autres pour vos retours positifs. Ça fait toujours du bien d’avoir une petite connexion avec la France de temps en temps.
    Ramenos Articles récents..Mon test de Spec Ops – The LineMy Profile

  11. Les voyages forment la jeunesse et donc le SEO: sous-entendu ils donnent envie d’apprendre et de communiquer. Et le SEO est l’avenir (et le présent) de la com.

    Bravo Alex pour cette galerie d’ITWs de stars du SEO qui sont passionnantes justement quand ça parle d’avenir: d’accord Pingouin fait le ménage dans le métier et les poubelles seront encore plus énormes d’année en année, d’accord GG fait de sa boutique un arbre de Noël en or avec G+, Knowledge Graph et Adwords monétisant les not provided.

    Mais d’accord surtout pour la belle définition du métier SEO tellement fumeux d’approche pour le prospect moyen: du SEA + du SMO + une pointe Geek + une pointe bille pour le Savoir Ecrire… Mais à ce niveau, avec Arnaud et Alex, on est très rarement déçu!

  12. Merci beaucoup pour cet interview Miss Seo Girl

    A mon avis, c’est bien la mise à jour « Penguin », plus Google mettra des filtres pour stopper les tricheurs, mieux ce sera. Mais à force que cela soit trop excessif, on a du mal à suivre !

  13. @Ramenos

    Donc tu es parti former des étudiants en ayant du mal à parler ? Pas trop compliqué ?
    Arrivé au Canada, tu as été embauché ? tu t’es mis à ton compte ? Travailler avec des clients anglais ne doit pas être facile quand on ne connait pas tous le vocabulaire, que ce soit pour communiquer ou faire un audit de site web ?
    lereferenceur Articles récents..Adwords 2 éléments incontournablesMy Profile

  14. @LaurenB

    Ha, je pensais te l’avoir dit… En même temps, on a tellement parlé que l’heure est vite passé.

    Non, pas essayé la peyote, je me souviens qu’ils s’en servaient pour soigner certains maux mais j’ai réussi à ne pas me blesser pendant mon séjour là-bas donc bon… :D

  15. @Julien

    Je parlais déjà anglais avant d’y aller (pas bilingue mais niveau correct). Sur place, j’en ai profité pour le renforcer en échangeant avec des anglais, écouter la radio anglaise et regarder des séries en anglais sans sous-titre ^^

    Tu peux aussi facilement prendre des cours du soir un peu partout dans la ville… Ou alors aller faire régulièrement des petits tours aux États-Unis.

    Durant les entretiens, ils testent directement ton anglais de toute façon.

  16. Le Canada c’est magnifique, mais peut-être un peu trop froid pour moi. En tout cas cet interview montre bien que quand on veut parvenir à quelque chose et qu’on y met de la détermination, tout est possible. Moi je dis chapeau, avoir réussi à être un référenceur confirmé au Canada en étant arrivé en parlant assez mal l’anglais, c’est beau :-)

  17. Merci pour cette interview Ramenos. Cela doit être une forme de schizophrénie assez difficile à gérer de passer de l’anglais au français d’un projet à l’autre, notamment avec les différences culturelles. D’autant plus que pour des francophones non bilingue mais parlant correctement, la notion de champ sémantique en anglais, ça ne doit pas être de la tarte.
    Clarisse C. Articles récents..Alex, bordelais à temps partiel pour IncomabordMy Profile

  18. Joli parcours Arnaud! En effet ça ne doit pas toujours être évident d’alterner entre SEO en anglais et en français… En tout cas le Canada c’est un très jolie pays, j’ai un amis là bas et lorsque j’ai l’occasion d’y aller j’apprécie le paysage :)

  19. Bonjour,
    Actuellement stagiaire en Inde, je suis responsable web marketing pour une marque de luxe. Je ne sais pas si je dois externaliser la partie SEO ou bien la faire en interne par mes propres moyens. Je maitrisais le SEO aisement en France mais je ne sais pas si j’ aurais tout les atouts necessaire pour le faire en Inde ( contrainte de la langue, du reseau SEO…). Que me conseillez-vous de faire, sachant que je ne dois pas concentrer la majeure partie de mon temps au SEO ?
    Merci

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

CommentLuv badge

Les liens des commentaires peuvent être libérés des nofollow.