Vous êtes ici : Miss SEO Girl » Interview » Interview Julien Ringard, consultant SEO & auteur

Interview Julien Ringard, consultant SEO & auteur

julien-ringardCoucou les amis ! La semaine dernière je vous ai présenté le tout dernier livre SEO que j’ai lui : Ce que Google veut ! J’espère que je vous ai donné envie de vous procurer ce petit bouquin et de le lire à vos heures perdues :)

Cette semaine on accueille l’un des co-auteurs du livre : Julien Ringard ! On fait connaissance, on parle du livre et bien évidemment du SEO.

Merci à Julien d’avoir accepté mon invitation et pris le temps de répondre à mes questions.

Bonne lecture à toutes et à tous !

Questions sur Julien

ce-que-google-veut

Qui est Julien ?

Un mec sympa, sportif et motard, qui a réussi à faire de sa passion un métier. Vous pouvez me suivre sur twitter : @jringard.

Raconte-nous un peu ton parcours professionnel.

Un parcours à 2 vitesses. Je devais rentrer à l’armée, mais l’histoire raconte que j’ai dû passer par des petits jobs autour de la manutention pour temporiser et ensuite j’ai enclenché sur une réorientation professionnelle.

Cela m’a permis de me forger un caractère et de découvrir le monde professionnel dans plusieurs corps de métier. Ce parcours à été très enrichissant pour apprécier le métier que je fais aujourd’hui dans mon agence de webmarketing Digimood.

Comment as-tu atterri dans le monde du SEO et du « digital »?

Sur un pari, un défi. J’ai rencontré un ami dans mes études de développement web. Je lui ai lancé « un jour je travaillerai avec toi dans la même boite. » Dès lors qu’il a trouvé un job dans une agence web. Je me suis mis à postuler à tous les postes pendant plus d’un an, jusqu’au jour ou j’ai eu l’entretien avec son boss. Je suis rentré par la petite porte, comme « stagiaire développeur pour l’équipe SEO avec rémunération de l’entreprise par « Pôle Emploi » pour m’accueillir » et je suis ressorti par la grande porte en tant que responsable SEO avec une équipe de plus de 10 personnes.

Qu’est-ce que t’aimes le plus et le moins dans ton métier ?

J’aime le défi. Dans ce métier avec du temps et quelques euros tu peux réussir à être visible sur le web et générer du trafic. SI tu as un état d’esprit combatif, que tu aimes aller de l’avant et que tu as des idées, alors tu peux faire des miracles.

Ce que j’aime le moins, c’est parfois la mentalité de certains compatriotes. Je vis à Marseille et je guette la vague. :)

Quelles sont tes autres passions à part le SEO/le digital ?

Le voyage est important pour moi, cela permet de découvrir le monde et ses paysages magiques. Aller à la rencontre des populations est tellement enrichissant que je ne pourrai pas me passer de ces moments, découvrir des cultures, des musiques… La vie à l’état pur. D’ailleurs à ce sujet, j’ai sorti un blog « Evaqi travel » pour transmettre ma passion du voyage.

J’aime aussi répondre aux questions, vous pouvez d’ailleurs me retrouver sur différents sites : QueduWeb et chez Laurent Bourrelly.

Énumère-nous trois choses dont tu es particulièrement fier !

  • D’avoir réussi à rendre fiers mes parents
  • D’avoir réussi à me prendre toutes les pénalités Google manuelles et automatiques.
  • D’avoir réussi à être premier sur plusieurs “top requête”

Questions sur le livre

ce-que-google-veut

Co-auteur de « Ce que Google Veut », peux-tu nous en dire plus sur cette aventure : comment l’idée t’es venue ?

L’idée de ce livre est venue d’un constat : parmi les clients et prospects que je croise au quotidien depuis des années, beaucoup ne disposent d’aucune connaissance SEO et véhiculent des idées reçues souvent fausses. Un livre est un excellent outil pour acquérir rapidement une certaine culture SEO et comprendre, dans les grandes lignes, ce qu’est le référencement naturel.

Dis-en nous un peu plus sur le livre : à qui s’adresse-t-il et que pouvons-nous découvrir à l’intérieur ?

Ce que Google veut s’adresse plus à tous les professionnels qui gravitent autour du SEO qu’aux référenceurs chevronnés. Nous avons cherché à écrire un livre qui fait sens, et pas simplement une succession d’astuces ou de recettes.

Au terme de l’ouvrage, nos lecteurs doivent être capables de comprendre le fonctionnement de Google et les grands principes qui régissent le référencement. Ils disposeront des connaissances fondamentales pour réussir leur référencement, mais ils auront surtout acquis une tournure d’esprit qui leur permet de mieux comprendre ce que l’algorithme de Google attend d’eux.

Il y a la loi et l’esprit de la loi : c’est bien par exemple de savoir que le contenu dupliqué n’est pas un critère positif en référencement, mais c’est mieux de savoir pourquoi Google en est arrivé à cette conclusion !

Parle-nous de deux idées importantes de ton livre (dur, n’est-ce pas ? :) )

Les deux idées qui me semblent les plus importantes ne sont pas forcément liées à des chapitres en particulier, mais à la façon même dont nous avons abordé avec Benjamin la problématique du livre.

Tout d’abord, démontrer que chaque critère ajouté par les ingénieurs de Google dans l’algorithme s’explique par une motivation logique et rationnelle : offrir l’expérience de recherche la plus agréable et pertinente possible pour fidéliser les utilisateurs.

Ensuite, nous avons aussi voulu montrer que le référencement ne repose pas sur quelques astuces ou retouches à la marge, mais bien sur une logique d’ensemble, et que tout est lié : un mauvais maillage interne empêchera par exemple un bon contenu de ranker sur Google, un netlinking de qualité est difficile à obtenir sans une vraie stratégie de contenu, etc…

As-tu vécu le syndrome de la feuille blanche ?

Pas du tout ! Mon co-auteur, Benjamin Thiers, est un spécialiste de la rédaction et du contenu. Il a déjà écrit un livre chez le même éditeur : il s’appelle Digitalisez votre Marque et je vous le conseille aussi ! Il nous a apporté la bonne méthodologie et son retour d’expérience : se concentrer sur le plan, les arguments et idées, pour terminer par la rédaction à proprement parler.

Si tu devais faire une autocritique à chaud sur ton livre ?

Certains arbitrages ont été difficiles : il était impossible, pour un livre de ce format, d’aborder tous les éléments qui nous semblent importants en SEO. Nous avons dû survoler ou carrément négliger certains sujets pour garder à l’esprit notre objectif premier : un livre concis et abordable. Nous aurions aimé aussi faire intervenir plus d’experts pour croiser les regards.

Combien d’exemplaires avez-vous écoulés jusqu’à aujourd’hui ? Etes-vous contents des premiers retours des lecteurs ?

Nous n’avons pas encore eu de retours de la part de l’éditeur, mais Amazon, qui est un baromètre pertinent sur la popularité d’un livre, nous est plutôt favorable : il fait partie depuis son lancement du Top 100 des ventes dans la catégorie Internet.

Les premiers retours des lecteurs sont tous positifs, et c’est à la fois gratifiant et encourageant. Nous avons fait plus qu’écrire un livre, nous avons proposé un livre qui répondait à une vraie demande de la part des lecteurs : un ouvrage clair, concis et précis, facile à lire pour s’initier au SEO.

Envisages-tu la rédaction d’un deuxième livre ? Quel sujet aimerais-tu traiter ?

Écrire un livre est une aventure à la fois passionnante et épuisante. Actuellement, je me concentre plutôt sur la promotion de Ce que Google veut et le développement de Digimood. Avec l’arrivée de Benjamin, mon co-auteur, dans l’équipe, nous pouvons renforcer notre expertise éditoriale et sémantique et développer notre offre.

Mais l’idée fait son chemin dans un coin de ma tête. Pourquoi pas un nouveau livre ? Ou simplement une nouvelle édition enrichie ? Nous pourrions aussi écrire un livre collégialement, piloté par Benjamin Thiers et moi-même et impliquant quelques consultants de Digimood.

Questions SEO

erreurs-seo

Quels sont pour toi les facteurs clefs pour réussir une stratégie de positionnement ?

Je pense qu’une stratégie de positionnement réussie repose surtout sur l’adoption de la bonne méthodologie et la patience. Il ne faut négliger aucun des grands aspects du référencement naturel et procéder dans l’ordre : valider la dimension technique, le maillage interne, le contenu, avant de se lancer à corps perdu dans une campagne de netlinking.

Les outils d’analyse sont indispensables : sans l’identification des bons mots-clés, ceux tapés par les internautes, sans l’utilisation d’un outil pour crawler le site et déterminer ses points faibles (et ses points forts), sans suivi des positions, on navigue dans le brouillard.

L’arrivée de PANDA : qu’a-t-elle changée pour le SEO ?

Personnellement, je pense que l’arrivée d’une mise à jour comme Panda a fait du bien à la profession. Elle a écarté du devant de la scène des pratiques de mauvaise qualité, comme la création de contenus automatisés ou la mise en ligne de sites aux pages vides.

Panda a aussi poussé les éditeurs de sites à se poser les bonnes questions : le référencement naturel n’est pas le but ultime d’un site, c’est un moyen d’attirer des visiteurs qui vont répondre au but ultime du site, réaliser ses objectifs (ventes, collectes de leads, etc…). Or, la qualité du contenu est la première étape vers la conversion.

La stratégie netlinking après Pinguin : que faut-il faire, que ne faut-il pas faire ?

Penguin est, dans l’esprit, le pendant netlinking de Panda. Et je pense que comme Panda, Penguin est salvateur pour le SEO. Les méthodes à l’ancienne, comme l’ajout d’un site sur des centaines ou des milliers d’annuaires, un travail « manuel » sans réelle plus-value, ont été pointées du doigt.

Le netlinking a beaucoup évolué et a retrouvé toute sa dimension grâce à Penguin : penser à son netlinking, c’est raisonner de façon globale en s’interrogeant sur le contenu et les thèmes porteurs. Le linkbaiting, les relations presse et blogueurs, les réseaux sociaux (comme caisses de résonance) sont l’avenir du netlinking.

Comment mettre en place une bonne stratégie de référencement local ?

En combinant Maps et le Search. Le référencement local repose en effet autant sur la recherche universelle, avec l’ajout des résultats Google Maps en première page, que sur la contextualisation géographique des résultats. Google est en effet capable de comprendre quand une requête traduit un besoin de résultats locaux et propose alors des sites d’entreprises du coin : par exemple, Google sait très bien que l’internaute qui habite à Marseille et tape « femme de ménage » ou « plombier » veut se voir proposer des femmes de ménage ou des plombiers sur Marseille, et pas sur Paris. Vous pouvez donc, pour des expressions de ce type, multiplier les points de contact via le Search et Maps.

Pensez aussi, sur votre site, à donner les bons signaux : précisez votre adresse, vos coordonnées, inscrivez votre entreprise (et votre site) dans les annuaires locaux…

Comment vois-tu l’avenir du référencement ?

Pour moi, le référencement naturel va devenir de plus en plus intuitif. La recherche vocale, le développement de l’internet mobile vont conduire à des requêtes de plus en plus variées. Les algorithmes vont devoir comprendre de mieux en mieux l’intention de recherche pour apporter les bons résultats, et nous, les référenceurs, devront comprendre les éléments qui démontrent que nous répondons à cette intention de recherche.

Par ailleurs, le référencement naturel va de plus en plus s’associer à tous les autres leviers digitaux : le décloisonnement des stratégies (SEO, SEA, Display, Content Marketing, Médias Sociaux…) sera de plus en plus la norme.

Peux-tu nous citer 2-3 de tes sources de veille et 2-3 outils indispensables pour le SEO ?

Le site Abondance.com demeure une excellente source d’information et de veille francophone. Pour les anglophones, ils peuvent s’orienter sur Moz.com ou SearchEngineLand.com

Parmi les outils indispensables pour moi ? Tout d’abord le duo Search Console et Analytics : ils sont gratuits et performants, pourquoi s’en priver ? J’y ajouterai un crawler, type OnCrawl ou ScreamingFrog, et un outil de suivi des positions comme SEMRush ou Yooda Insight.

Un dernier mot pour nos lecteurs ?

Si vous voulez devenir des référenceurs chevronnés, restez toujours curieux et formez-vous en permanence. Faites preuve d’audace, de réflexion et ne vous découragez pas : vous connaîtrez quelques échecs, mais ils seront vite oubliés quand on les compare à vos futurs succès !

Pour continuer à me suivre, vous pouvez rajouter dans vos marques pages le support du livre car nous allons développer avec mon ami Benjamin une série de vidéo surprise :) #CeQueGoogleVeut

Vous pouvez me retrouver sur mon site perso Julienringard.com

GD Star Rating
loading...
Interview Julien Ringard, consultant SEO & auteur, 4.6 out of 5 based on 9 ratings

3 réflexions au sujet de « Interview Julien Ringard, consultant SEO & auteur »

  1. Merci pour cet article, j’en sais maintenant un peu plus sur le livre et l’auteur.
    Je ne savais pas si le livre allait être tout public ou plus destiné aux experts en référencement. J’ai maintenant ma réponse !
    Est-il possible d’avoir la table des matières du livre ?

  2. J’ai l’impression que le parcours professionnel de ton invité ressemble un peu au mien. Je trouve cela passionnant et je me sens vraiment chanceux d’avoir un parcours similaire. Moi je suis de formation science politique, puisque j’étais intéressé par les phénomènes politiques. Mais au fur et à mesure que je passe de classe en classe, je trouver que ce métier me mènerai dans un choix que je ne souhaite pas. Alors j’essayais de découvrir une autre profession plus passionnante. J’ai tenté l’armée même que je suis une femme, mais je trouver que c’est pas vraiment ce que je souhaite,

    C’est par hasard sur le net que j’ai lu l’article de miss seo girl dans un des blogs où tu affichais l’image d’une femme en tenue militaire, portant une arme, je me suis lancer dans la lecture de SEO. C’était en 2011 ou 12 je ne m’en souvient pas trop. Je me suis fais la promesse je deviendrai UN, je suis en route. :). je suis très heureuse

  3. “D’avoir réussi à me prendre toutes les pénalités Google manuelles et automatiques.”

    mouais, ça se discute… c’est pas bien difficile à se prendre une pénalité, c’est même plutôt facile. Pas de quoi en être fier…Réussir à les lever, oui. Tu peux en être fier :)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

CommentLuv badge

Les liens des commentaires peuvent être libérés des nofollow.