Vous êtes ici : Miss SEO Girl » Interview » Interview Aurélie Moulin – professionnelle du Search Marketing

Interview Aurélie Moulin – professionnelle du Search Marketing

aurelie-moulinHello à tous ! Et on continue cette semaine avec une interview que j’attendais beaucoup : celle d’Aurélie Moulin : professionnelle su Search Marketing.

Une femme que j’admire beaucoup, aussi bien pour son parcours professionnel, que pour son fort caractère de combattante.

J’aime penser que je ne suis pas si différente d’Aurélie (motivée, pleine de projets et d’aspirations, …) et j’espère arriver “aussi haut” qu’elle… Laissez moi rêver :)

Le secret du succès dans cette interview ! Très bonne lecture :)

Questions sur Aurélie…

Qui est Aurélie Moulin ?

Je viens de Basse-Normandie, j’ai vécu 12 ans à Paris et je vis maintenant à Barcelone. J’ai 35 ans et cela fait 13 ans que je travaille dans le Search Marketing. Je suis plutôt du genre passionnée, quand j’aime quelque chose j’ai plutôt tendance à vouloir tout connaître sur le sujet alors je lis énormément, cela vaut pour mes intérêts professionnels que personnels.

Comment es-tu tombée dans cette passion pour le web et plus précisément pour le référencement ?

Un peu par hasard. J’ai fait des études de Cinéma qui étaient passionnantes. Mais arrivée en Maitrise, je me suis rendue compte qu’elles allaient difficilement me permettre de vivre correctement, j’ai alors décidé de bifurquer en Info-Com, spécialisation Documentation d’Entreprise ! J’ai donc appris toutes les techniques pour archiver les documents en entreprise.

En 2000 c’était le début du référencement, les quelques agences qui existaient alors cherchaient à recruter tous types de profils, des touches à tout, des littéraires qui savaient écrire sans faute d’orthographe et des personnes qui savaient classifier. Pourquoi ? Pour classer des sites dans des annuaires de recherche ! Il ne fallait pas forcément maitriser sur le bout des doigts la classification Dewey pour trouver la bonne catégorie dans l’annuaire Nomade.fr ou Yahoo.fr, mais cela pouvait aider pour être recruté. Je voulais de toutes façons travailler dans le net, car j’étais déjà addict. En plus de mes soirées, il fallait aussi que je puisse y passer mes journées !

Raconte-nous un peu ton parcours professionnel !

J’ai commencé comme Chargée de Réferencement chez Fénomen une start-up rebaptisée Snarx, puis rachetée par Webformance en 2000. Seuls les plus vieux s’en souviennent aujourd’hui. Mon premier client était une société qui éditait un logiciel pour aider les PME à passer leur système informatique à l’Euro. Ce n’était pas un cas très excitant, mais très vite j’ai pu travailler sur des grands comptes et notamment pour RTLNet et là c’est tout de suite devenu plus passionnant.

Après un an, alors qu’on subissait l’éclatement de la bulle internet, je suis partie chez Ad’oc (rachetée par Nextedia) en tant que Chef de Projet SEO. J’ai tenté une expérience entrepreneuriale début 2006 (un échec total, pas grave, on apprend toujours de ses échecs). J’ai ensuite passée un an chez Résonéo comme Consultante SEM. De là j’ai été recrutée par aufeminin.com pour gérer l’acquisition d’audience.

Sauf erreur de ma part tu as travaillé en agence et maintenant chez l’annonceur, peux-tu nous dire en quelques mots pour quel profil préfères tu travailler et pourquoi ?

Je préfère largement être du côté annonceur ! Bien sûr l’agence est très formatrice, on travaille sur plein de projets différents, les contextes, les secteurs d’activité, les prestations sont particulières à chaque client. Si on a de la chance, on travaille aussi avec des collègues passionnés avec qui on apprend et on défriche énormément. Mais j’ai pu combler les frustrations que j’avais côté agence en allant chez l’annonceur (peut-être aussi parce que je travaille aussi dans une boite extraordinaire).

En agence je souffrais de ne pas avoir le temps de m’occuper vraiment des différents projets. On le sait un account manager a X clients à gérer, tant d’heures à passer par semaine/mois sur chaque dossier. Le SEO prend du temps. Quand on commence enfin à voir les premiers résultats (si on a aussi la chance que le client met bien en œuvre vos recommandations) vient déjà la fin du contrat et la frustration est très grande quand il n’est pas renouvelé.

Côté annonceur, si on est chanceux et c’est mon cas, on a plus de temps, on a les cartes en main pour former les équipes. Le travail d’évangélisation est très important. Il faut construire le capital de connaissances des différents acteurs de l’entreprise sur les sujets auxquels on touche, et notamment sur le référencement.

A un moment donné tu écrivais pour webrankinfo des articles sur google adwords ! Pourquoi cette thématique ? Pourquoi avoir arrêté ?

Cette thématique parce que j’avais une expertise dans le domaine et qu’en 2011 Ranking Metrics cherchait un(e) expert(e) pour donner des formations sur Google Adwords. Quand ils m’ont proposé de le faire, j’ai accepté avec joie, c’était une très bonne expérience pour moi. Conduire cette formation m’amenait à pouvoir rédiger quelques billets que l’on retrouve sur Webrankinfo.com. Cette collaboration a pris fin, car j’ai quitté Paris pour aller vivre à Barcelone en Juin 2012. C’était difficilement conciliable pour moi de continuer à le faire.

SEO / SEM / Web Analytics / Social Media : une femme à plusieurs casquettes. Pas trop dur de jongler avec tous ces métiers ? Quelle est ta vraie spécialité ? Pourquoi ?

multi-casquettesCela fait beaucoup de travail et beaucoup de veille à faire sur plein de domaines différents ! Les métiers du Search se spécialisent de plus en plus, par l’environnement dans lequel on travaille, on est forcément amené à creuser certains sujets plus que d’autres. Exemple : j’ai peu d’expérience dans le référencement local, Google Maps ou Google Shopping parce que je travaille pour un média pur player et ce que nous faisons aujourd’hui ne m’amène pas à expérimenter ces sujets. Par contre évidemment, travaillant pour www.aufeminin.com je suis plutôt bien placée pour tout ce qui touche au contenu éditorial, Google News, Google Images, Youtube… Ma vraie spécialité c’est le SEO parce que c’est de là d’où je viens et aussi parce que pour un portail de contenu les moteurs de recherche constituent une source de trafic essentielle.

Qu’est-ce que t’aimes le plus et le moins dans ton métier ?

Ce que j’aime le plus c’est voir des courbes d’audience en hausse :) Et ce que j’aime le moins évidemment c’est voir ces mêmes courbes en baisse et ne pas arriver à savoir pourquoi.

Aujourd’hui que t’apporte ce métier sur le plan personnel ? Aimerais-tu changer de métier ? Si oui, lequel choisirais-tu ? Pourquoi ?

J’adore ce que je fais, car cela change tous les jours. Aucun risque de s’ennuyer, l’actualité est très dense. C’est très important pour moi de me lever le matin et de me dire que j’apprendrai quelque chose de nouveau dans la journée, tester un nouvel outil, mettre le nez dans le web analytics et m’y perdre. En tous cas pour moi c’est un élément de motivation essentiel. Je pense qu’il faut être curieux pour faire ce métier et aimer profondément le web. J’aime le métier que je fais, je n’ai donc aucune raison d’en changer !

À quoi ressemble une journée type d’Aurélie?

Je n’ai pas de journée type, l’avantage est que je travaille sur des sujets très divers. Mes tâches du jour ou de la semaine sont définies par les projets en cours, les besoins d’une personne ou d’un service dans l’entreprise et les urgences aussi. Pas mal d’analyses de nos sites, de temps passé à regarder et étudier ce que font les autres, faire des recommandations, tester des choses…

Quelle est ta plus belle réussite ?

Je dirais arriver à intéresser les gens de ma boite sur ce que je fais : que ce soit sur Google, le SEO, Twitter… Je trouve ça génial d’arriver à partager ma passion / mon boulot. De susciter l’intérêt et beaucoup de questions. Le travail d’évangélisation est un très important, car pour que nos sites soient bien référencés, nous avons besoin de la contribution de chacun. Je sais que beaucoup de référenceurs luttent encore aujourd’hui pour prouver de l’intérêt de leur métier ou de leur fonction dans l’entreprise. Ce n’est heureusement pas mon cas !

Comment faire pour arriver aussi haut que toi ?

femme-seoÊtre passionné et curieux : Parce qu’on apprend autant sur des projets persos que pros, il est important d’apprendre aussi par soi-même sur des sites sans enjeu économique. Il faut passer du temps à faire de la veille, et avec des journées bien remplies – en tous cas pour moi – on n’a pas forcément le temps de faire cette veille sur son temps de travail. Alors il faut optimiser son temps de transport, sa pause déjeuner, ses soirées et ses week-ends. Quand on est dans le SEO, on ne décroche jamais. Si je lis la presse, je ne peux m’empêcher de lire les articles en pensant « mots clés » : quels mots clés derrière tel article ? Est-ce qu’on a un article sur le sujet nous aussi ? Est-ce qu’il serait intéressant d’en avoir un pour nos internautes ? Et comment le traiter ?

Être tenace : je pense que la patience est une des plus grandes vertus que nous puissions avoir lorsqu’on travaille dans ce secteur. Il faut bien sûr avoir les moyens d’attendre et avoir la chance d’être dans un environnement favorable au test and learn, à l’écoute des idées.

Être humble : il faut savoir dire qu’on ne sait pas. Et aussi se souvenir qu’on est tout petit face au grand géant Google.

Aufeminin

Comment es-tu arrivée chez Aufeminin ?

aufemininViadeo. C’était en 2007 : j’ai créé mon profil et quelques semaines plus tard j’ai reçu un message privé du RH de chez aufeminin.com. 3 entretiens plus tard, je suis arrivée chez aufeminin après le départ des fondateurs. Après 7 années passées en agence je suis arrivée chez l’annonceur au bon moment.

Tu es aujourd’hui responsable acquisition Audience chez Aufeminin, peux tu nous dire en quoi consiste ton job ? Quelles sont tes missions auprès d’Auféminin ?

Un objectif : augmenter l’audience qualifiée sur nos sites. Cela veut dire ne pas augmenter l’audience à tout prix et pas n’importe comment.

A quoi ressemble grosso modo une stratégie d’acquisition d’audience ?

Je la résumerais en trois mots : Tester, Prioriser et Rentabiliser.

Rédaction web

contentComment mettre en place une bonne stratégie de contenu web ?

Je ne pense pas que nous puissions avoir qu’une seule stratégie de contenu web. Une bonne stratégie est forcément celle qui aura plusieurs objectifs : l’audience forcément (quel intérêt de publier un contenu qui ne sera pas lu ?), mais aussi l’image et les valeurs (quelles sont les valeurs que je veux incarner et comment puis-je y parvenir ? Est-ce par le ton ? Par les thèmes abordés ? Ou la manière de les aborder (originale, décalée, exhaustive, ou tout simplement informative ?)

Quelles règles éditoriales faut-il absolument respecter pour plaire aux deux cibles d’un site internet : les lecteurs et les moteurs de recherche ?

Évidemment il ne faudrait avoir à plaire qu’aux lecteurs. Depuis Penguin et la pénalisation de la suroptimisation, on fait attention à essayer de ne pas suroptimiser les contenus pour les moteurs de recherche. Le contenu doit exister pour apporter de l’information, apporter une réponse à une question que l’internaute se pose et / ou divertir.

L’arrivée de PANDA : qu’a-t-il changé pour la rédaction web ?

Non ce que condamne Panda est le contenu de mauvaise qualité (spinné, scrapé…).  Nos articles sont signés par nos rédacteurs. Si Panda avait pu nous toucher, cela aurait été pour des raisons techniques (duplicate urls, pages référencées alors qu’elles n’auraient pas eu lieu d’être…), mais fort heureusement cela n’a pas été le cas.

Peux-tu nous donner quelques astuces pour recycler ses contenus ?

Les contenus les plus faciles à recycler sont bien sûr les marronniers. Ceux qu’on va ressortir tous les ans, qu’il faudra mettre à jour et rafraichir s’il le faut (changer l’illustration par exemple, les infos clés, les chiffres…).

Recycler un contenu cela peut-être aussi l’exploiter de manière différente : on sait qu’un contenu texte à super bien fonctionné, mais qu’il serait aussi pertinent en vidéo ? Alors on le décline en vidéo.

Avec le Not Provided, le Keywords Tools qui ferme ses portes comment choisir ses mots-clés ?

Il faut compter sur l’historique des statistiques dont nous disposons : il va être essentiel de conserver ses datas sur la durée pour les contenus dits froids et récurrents.
On ne pourra surement plus se passer d’outil tiers comme SEMRush qui permettent d’identifier les mots clés sur lesquels les sites (nos propres sites ou les sites concurrents) sont bien positionnés.

Il faut aussi faire confiance à son instinct et son expertise : avec l’expérience on sait comment les internautes recherchent, il est assez facile de décliner un thème en mots clés SEO. Le plus difficile bien sûr est de trouver le Saint Graal : les mots clés recherchés non ou peu concurrentiels.

Enfin au lieu de baser nos analyses sur les mots clés qui génèrent du trafic il faut maintenant les baser sur les pages d’entrée. C’est finalement à peu près la même chose.

Comment optimiser le contenu de son site pour améliorer son référencement ? Quel est pour toi le principal critère ?

La raison du contenu : le contenu doit avoir une raison d’exister, celle d’être lue et partagée. Bien l’optimiser c’est le rendre unique et intéressant. Je suis aussi convaincue que l’authorship va changer la donne dans quelques mois. L’avenir nous le dira, mais c’est un critère dont on ne devrait plus pouvoir se passer pour certaines typologies de sites.

Référencement

Qu’est que ça fait d’être une femme dans le monde du référencement ?

combattanteC’est vrai que nous ne sommes pas en majorité, mais il y en a quand même de plus en plus. Quand j’ai commencé en 2000 nous étions nettement moins nombreuses ! Mais cela change beaucoup ces dernières années, j’ai l’impression de voir autant de jeunes femmes que de jeunes hommes dans les étudiants qui me suivent sur Twitter.

Si je me forçais un peu je pourrais vous raconter quelques anecdotes un peu sexistes auxquelles j’ai du faire face il y a encore quelques années, mais cela a peu d’intérêt et ça fait longtemps que cela n’est pas arrivé.

Enfin je pense quand même que c’est un bon avantage que d’être une femme quand on s’occupe du référencement chez aufeminin.com, on met un peu moins de temps à essayer de comprendre de quels sujets il faut traiter :)

Donne-nous tes 3 facteurs clés de succès pour une stratégie SEO

  • Avoir l’envie : cela vaut pour tout le monde, les spécialistes du SEO comme ceux avec qui ou pour qui ils travaillent. Pour être bien référencés il faut le vouloir. Le SEO impose des contraintes et de nouvelles manières de travailler pour tout le monde (les rédacteurs, les développeurs…), si personne n’a envie de changer ses habitudes de travail, cela ne peut pas fonctionner.
  • Avoir les moyens : cela veut dire des ressources et de bons outils.
  • Avoir le temps : car on sait que cela prend beaucoup de temps d’être bien référencé. Il faut donc en disposer beaucoup pour pouvoir juger si une stratégie est bonne ou non.

Quel a été pour toi le plus gros défi SEO ?

Pour moi le plus gros défi est quotidien : celui de parvenir à rester dans la danse.

Images libres de droit, source pixabay.com et photl.com

GD Star Rating
loading...
Interview Aurélie Moulin - professionnelle du Search Marketing, 4.5 out of 5 based on 19 ratings

21 réflexions au sujet de « Interview Aurélie Moulin – professionnelle du Search Marketing »

  1. Une excellente carrière d’une excellente touche féminine où on peut beaucoup apprendre. Moi aussi, je rêve de devenir aussi éclatante qu’Aurélie Moulin (désolée) et j’espère que ce rêve deviendrait un jour une réalité.
    Zakia@comparer les banques Articles récents..ouvrir compte bancaire
    My Profile

  2. Joli parcours, la tête sur les épaules, bravo ! Et d’accord sur toute la ligne concernant sa vision et/ou sa philosophie.

  3. Bonjour !

    Cette interview était vraiment très intéressante. Elle avait un petit truc en plus par rapport aux autres, mais je ne saurai dire quoi…
    C’est plaisant de voir une personne aussi passionnée qu’Aurélie. En effet, quand on est passionnée, on apprend beaucoup, on adore ce qu’on fait et chaque jour est différent. C’est vraiment super de l’avoir invité Alexandra ! J’adore ce côté on mange SEO, on boit SEO, on parle SEO, on dort SEO…
    Merci Alex de l’avoir invité et merci à Aurélie pour avoir répondu à toutes ses questions.

    Bonne continuation !

    Thomas CUBEL

  4. Ce type d’interviews est toujours intéressant, d’autant plus lorsque la personne qui répond aux questions a une grande expérience à faire partager aux lecteurs.

    Gérer le SEO d’un site comme AuFeminin.com ne doit pas être facile tous les jours, de par ses profils différents à manager et les enjeux dictés par la stratégie éditoriale sans doute complexe. En tout cas, Aurélie adopte un regard frais et professionnel sur le référencement, avec une polycompétence de rigueur lorsqu’on occupe un poste à responsabilités comme le sien.

    Merci donc de nous l’avoir fait partager et bonne continuation à vous deux ;)

  5. Sacré parcours depuis toutes ces années dans le web marketing, ça doit permettre de relativiser.
    L’évolution du métier, l’évolution des usages et l’explosion de la concurrence doivent rendre la tache encore plus excitante afin de développer des axes marketing audacieux et des stratégies de visibilité innovantes.

  6. Superbe interview ! C’est toujours intéressant de connaître les expériences et le parcours d’un professionnel du search, surtout que là, il ne s’agit pas de n’importe qui ! Nous avons là une femme experte en la matière, ce qui est plutôt rare. Avoir les avis et apprendre les astuces SEO de la responsable acquisition chez Aufeminin est tout simplement passionnant. Voilà un guest blogging réussi. Chapeau Alexandra !

  7. “Passionné et curieux” le principal est dis et je suis bien d’accord avec elle !
    En tout cas, joli parcours, je ne connaissais pas Aurélie mais c’est fou de voir de plus en plus de personnes nous dire qu’ils en sont venus au seo par “hasard”.

    Bonne interview les miss

  8. Bonjour à tous!

    Dans la vie, c’est bien de rêver pour pouvoir les réaliser après. C’est bien de prendre quelqu’un comme exemple, mais l’essentiel ce n’est pas de la suivre bêtement mais de la surpasser selon notre personnalité.

  9. Excellent interview qui touche à tout, un peu longue à mon avis côté introduction et vie de l’expert SEO, il faut mettre du temps pour arriver au jus à l’essentielle et les réponse sont toujours courte et pas approfondi, n’empêche qu’elle nous donne les gros titres et à nous de faire la recherche
    Merci pour cet article, un podcast peut être prochainement ;-)

  10. Merci à toi pour cet article qui peut vraiment être utile pour une personne qui prépare son site mais qui veut également commencer un travail de longue haleine qu’est le référencement !

  11. Une superbe interview comme d’habitude je dirai, j’ai pris un grand plaisir à la lire et sentir le vécu, l’expérience de travailler dans un grand groupe. En tous cas admiratif de ton parcours SEO, ça ne doit pas être facile de gérer l’acquisition de trafic du site aufeminin.com toutefois ça reste un bon challenge SEO ;-)
    Au plaisir de te lire sur Twitter et RT des Tweets, il en va de même pour toi Miss SEO girl ;-)

  12. C’était le bon vieux temps les année 2000 en matière de référencement, aujourd’hui on assiste presque à la fin de ce métier (en tout cas à une grande métamorphose).

  13. J’ai beaucoup aimé ton interview, je m’intéresse pas mal au SEO, étant actuellement toujours en formation, je n’arrête pas de rechercher de nouvelles informations quant aux nouvelles techniques, aux stratégies qui marchent, etc…
    Le domaine du SEO est assez excitant il faut dire, même si le stress est bien présent il faut le dire! Je vois que tu as un long parcours, ton expérience doit être grande! J’espère que tu ne t’arrêteras pas d’évoluer, il n’y a rien de mieux que de vivre sa passion.
    Pour moi, une fois que j’aurais acquis assez d’expérience dans le domaine du SEO, je compte me spécialiser dans le développement front-end en jouant la double compétence SEO.
    Merci pour cette interview!

  14. La passion, la curiosité, l’envie, rien que des mots auféminin :-)

    Au niveau des critères d’avenir, il semblerait que la sémantique tienne la corde plus que l’authorship à la vue du reflux de l’affichage des photos dans les Serps, alors même qu’on aimerait voir celles d’Aurélie et Alex et des autres jolies référenceuses du web, beaucoup plus souvent…

  15. Wow, comme quoi tout est possible avec de la passion …

    Cette Aurélie est admirable et son parcours est tout juste wow étant donné qu’elle sait jongler sur plusieurs domaines…. c’est très enviable :)

    Merci pour cette interview, moi qui voulait me mettre sérieusement au SEO, maintenant j’en ai encore plus envie, ça m’a l’air trop palpitant, il y a trop de défis, j’aime ça!

    J’espère que la fin du SEO sera encore pour très très très longtemps :)

  16. Excellente interview, très longue j’adore. Son domaine m’intéresse tout particulièrement alors c’est un bonheur.

    Bosser pour une telle boite est géniale. Sûrement dans les meilleurs postes dans le SEO.

    Effectivement Aufeminin ne doit pas être concerné pour Panda mais j’aurais aimé savoir si Penguin ou encore plus si la chute des CP avait eu un impact en terme de trafic.

  17. C’était le bon vieux temps les année 2000 en matière de référencement, aujourd’hui on assiste presque à la fin de ce métier (en tout cas à une grande métamorphose).

  18. Moi aussi j’ai commencé le SEM dans les années 2000… que de changements depuis ces années ! C’est assez rare d’avoir la chance de vivre l’évolution d’un métier depuis ses premiers balbutiements.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

CommentLuv badge

Les liens des commentaires peuvent être libérés des nofollow.