Vous êtes ici : Miss SEO Girl » Articles invité » 10 erreurs majeures à éviter pour le référencement de votre boutique en ligne

10 erreurs majeures à éviter pour le référencement de votre boutique en ligne

Article invité rédigé par Olivier Clémence, de Réussir mon E-commerce.

erreurs-referencementJe discute avec de nombreux e-commerçants qui rencontrent beaucoup de difficultés à positionner leur site dans les moteurs de recherche. Pourtant, ils mettent en place de nombreuses actions et tentent de suivre les conseils qu’on leur donne. Mais, la plupart du temps, leurs efforts sont réduits à néant par de petites erreurs qu’il suffit de connaître à l’avance pour les éviter.

Voici celles que je retrouve le plus fréquemment.

Ne pas cibler les bons mots clés

C’est peut-être la pire erreur que vous puissiez faire. Si vous ne ciblez pas les mots clés sur lesquels vous désirez que votre site apparaisse dans les moteurs de recherche, vous risquez de travailler inutilement pendant des mois.

Toutes les optimisations que vous pourrez mettre en place n’auront aucun intérêt si vous n’avez pas clairement défini au préalable les mots clés qui seront rentables pour vous.

Par rentable, je parle de mots clés ayant un potentiel en termes d’apport de trafic mais aussi en termes de réalisation d’objectif. En tant qu’e-commerçant, votre but sera de faire en sorte que les clients passent commande. Les mots clés que vous allez devoir travailler sont donc ceux qui traduisent un désir réel d’acheter.

Si, par exemple, vous vendez des Iphone 6, bien que l’expression « iphone 6 apple store » génère pratiquement 3 fois plus de recherches que « Iphone 6 à vendre », la deuxième expression est bien plus intéressante pour vous car l’utilisateur manifeste clairement son envie d’acheter votre produit.

iphone6-apple-store iphone6-a-vendreEnfin, lors de l’étude de vos mots clés vous devez bien sûr prendre en compte la concurrence déjà présente. Il est totalement inutile de choisir un mot clé si vous n’avez aucune chance d’arriver dans la première page des résultats.

Je ne vais pas m’étaler plus longtemps sur cette étape primordiale. Mais si vous voulez aller plus loin, je vous invite à lire ma méthode pour trouver les bons mots clés.

Ne pas définir vos landing pages

Lorsque je parle de référencement avec les e-commerçants, il y a une erreur qui revient très fréquemment. C’est le fait de croire que l’on référence un site dans sa globalité, c’est faux ! On ne référence pas un site mais des pages !

D’ailleurs, la grande majorité des liens qui vous sont proposés dans les résultats de Google sont-ils des pages d’accueil de site ou plutôt des pages profondes ?

Et oui, ce sont bien sûr des pages profondes, ce qui montre bien que Google s’intéresse avant tout aux pages plutôt qu’aux sites.

Donc, une fois que vous aurez défini quels sont les mots clés sur lesquels vous désirez être présent dans les résultats de recherche, vous allez devoir définir quelles pages doivent se positionner sur quels mots clés.

D’ailleurs vous pouvez tout à fait faire l’inverse et définir d’abord vos landing pages puis les mots clés qui serviront à les référencer.

Vous ne pourrez pas référencer toutes les pages de votre boutique, c’est pourquoi vous allez devoir sélectionner les pages ayant le plus de potentiel.

Vous devez, dans un premier temps, choisir les produits que vous souhaitez vendre le plus. Les raisons peuvent être très diverses et vous appartiennent. Ça peut être parce que vous avez une marge importante sur ces produits, parce qu’ils apportent beaucoup de satisfaction à vos clients, parce qu’ils ne génèrent pas de sav, etc..

Puis, dans un second temps, il faut regarder, pour chaque page, le potentiel des mots clés qui lui sont associés.

Ce sont bien sûr les pages, pour lesquelles votre intérêt à vendre le produit est le plus grand et dont les mots clés auront le plus de potentiel, qui devront être référencées en priorité.

Ne pas travailler les descriptions

politique-prixTout le monde le dit en permanence mais il semblerait que ça ne rentre pas dans la tête de nos amis ecommerçants, alors je vais le répéter encore une fois.

Vous devez travailler vos descriptions produits, c’est important !

Si vos descriptions sont trop courtes, non seulement Google n’en tiendra pas compte mais, de plus, vous donnerez l’impression à vos visiteurs que vous n’avez rien à dire sur vos produits.

Mais pourquoi, n’écrivez-vous rien à propos de vos produits ? Parce qu’ils sont nuls ? Parce que vous n’y connaissez rien ? Parce que vous n’avez pas le temps ?

Si vous avez des descriptions trop courtes Google ne vous apportera pas de trafic et les seuls visiteurs qui se seraient perdus sur vos pages n’auront aucune raison d’acheter vos produits.

Rédiger des descriptions qui vendent n’est pas simple mais voici déjà un bon début : Choisissez une fiche produit et commencez à rédiger sa description en vous interdisant de vous arrêter avant d’avoir atteint au moins 1000 mots !

Selon vos compétences en rédaction vous obtiendrez un résultat plus ou moins bon mais dans tous les cas il sera toujours bien meilleur que les 3 lignes de texte que vous aviez rapidement ajoutées lors de la création de votre site.

N’utilisez pas non plus les descriptions de vos fournisseurs. La plupart du temps, elles sont ciblées pour les revendeurs comme vous et n’auront donc pas d’impact sur vos clients.

Mais aussi (et surtout) vous ne serez pas le seul à les utiliser. Par conséquent, le même texte se retrouvera sur différents sites et ça, Google n’aime pas du tout (voir la partie duplicate content plus bas).

Ne pas utiliser les commentaires clients

commentairesGoogle adore le texte. C’est pour cela que vous devez rédiger de longues descriptions pour vos produits. Mais, vous pouvez aussi profiter des avis que laissent vos clients sur vos produits.

Plus vous aurez de commentaires sur une fiche produit plus vous aurez une page de qualité bourrée d’informations pertinentes et de mots clés utiles (car ce sont les mots utilisés directement par vos clients).

Vous devez donc activer les commentaires sur votre boutique et essayer d’en obtenir un maximum.

Pour illustrer mes propos, voici un petit exemple avec l’un de mes sites. Je récoltais depuis longtemps les commentaires mais, bien qu’ils soient visibles (via un onglet) par les utilisateurs, Google ne pouvait pas les lire.

J’ai donc modifié le code de mes pages pour corriger ce problème et voici ce que ça a donné en termes de positionnement.

avis-clients-referencement

Cette courbe, fournie par Semrush, représente le pourcentage de positionnement du site dans les 10 premiers résultats de Google.

Générer du duplicate content

contenu-critere-referencementLorsque Google repère deux fois le même texte (sur un même site ou sur des sites différents) il appelle ça du « duplicate content ». C’est très mauvais pour votre référencement car, au mieux Google ignorera l’un des deux contenus dupliqués, au pire il pénalisera le site qu’il considère comme étant le « copieur ».

On rencontre très souvent des problèmes de duplicate content sur les sites e-commerce. C’est le cas notamment lorsque vous reprenez mots pour mots les descriptions fournisseurs de vos produits. Comme je l’expliquais précédemment vous ne serez pas le seul à le faire et le risque de duplicate content avec un site concurrent est grand.

Il y a aussi une forme de duplicate content très fréquente qui apparaît sur les boutiques en ligne lorsque les déclinaisons de produit ne sont pas bien gérées.

Comme son nom l’indique une déclinaison de produit est une variation d’un même produit. Vous ne devez donc pas créer une fiche produit par variation mais une seule dans laquelle le client aura la possibilité de choisir les différentes déclinaisons.

Enfin, les places de marché, bien que très utiles pour étendre vos différents canaux de vente, ont la fâcheuse tendance à dupliquer vos contenus. Si vous vous inscrivez sur ces plate-formes prévoyez de leur fournir un texte spécifique qui ne sera pas utilisé sur votre propre site.

Ignorer les balises meta

La plupart des CMS e-commerce vous simplifient la vie en remplissant la balise meta title à l’aide du nom de votre produit. Mais, un nom de produit efficace au sein de votre site ne sera pas forcément adapté pour les résultats des moteurs de recherche.

La balise meta title a encore un rôle important en termes de référencement. Vous devez l’optimiser pour qu’elle contienne vos mots clés et donne envie aux utilisateurs de cliquer sur votre lien dans les résultats de Google.

La balise meta description, quant à elle, n’a plus d’impact direct au niveau du référencement. Inutile donc de la truffer de mots clés cela ne changera rien. Par contre, son contenu sera utilisé (la plupart du temps) lorsque Google affichera votre page dans ses résultats. Vous devez donc y inclure un texte qui incite les visiteurs à cliquer dessus. Vous augmenterez ainsi votre taux de clic qui lui est pris en compte pour le positionnement de votre site.

Ne pas remplir les attributs ALT de vos images

L’attribut ALT correspond à la légende d’une image. C’est actuellement l’un des seuls moyens (avec le texte environnant) pour Google de comprendre de quoi parle une image.

En ne remplissant pas les légendes de vos images vous vous privez d’une importante source de trafic, à savoir le moteur de recherche d’images de Google.

Vous vous privez également d’un espace supplémentaire pour intégrer des mots clés pertinents qui aideront votre page à mieux se positionner.

Ne pas activer la ré-écriture d’url

Les CMS proposent désormais une option qui permet d’activer automatiquement la ré-écriture d’url. Cela ne vous prendra donc que quelques secondes pour faire en sorte que toutes les urls de votre boutique utilisent les bons mots clés et boostent votre référencement.

Mais, si vous avez déjà commencé à référencer votre site, activer cette fonction risque de vous faire perdre l’intégralité de votre référencement. Vous devrez mettre en place des redirections afin que vos anciennes urls dirigent vers les nouvelles. C’est une opération délicate et qui peut avoir des conséquences dramatiques si elle est mal faite.

Donc, si vous n’avez pas encore commencé à référencer votre boutique, activez cette option maintenant et sinon le plus sûr est de contacter un professionnel qui saura le faire sans risque.

Négliger le maillage interne.

maillage-interneNous l’avons vu plus tôt, il est difficile (voire impossible) de référencer toutes les pages d’une boutique. Certaines doivent donc être prioritaires et vous devez faire en sorte qu’il soit facile de les atteindre depuis la page d’accueil.

C’est important pour vous car vous devez amener rapidement vos clients vers les produits que vous voulez vendre en priorité. Mais c’est aussi important pour Google qui va donner plus d’importance aux pages qu’il peut atteindre très rapidement.

Là encore je ne vais pas m’étendre sur le sujet surtout que vous pouvez trouver ici même un article expliquant comment renforcer son maillage interne.

Croire que l’optimisation suffit

J’ai une mauvaise nouvelle ! Si vous appliquez tous les conseils de cet article vous aurez un site plutôt bien optimisé mais cela ne changera absolument pas son positionnement dans les résultats de recherche.

Et oui, vous devez également obtenir des liens vers vos pages depuis des sites extérieurs. Google utilise les liens qui pointent vers votre site pour définir sa popularité et c’est grâce à cette popularité et aux différentes informations qu’il aura pu recueillir directement sur votre site qu’il déterminera la position de vos pages en fonction des mots clés recherchés par les utilisateurs.

Vous devez donc prévoir du temps pour obtenir de nouveaux liens régulièrement. Il vous faudra mettre en place des stratégies de netlinking (En voici quelques-unes) et c’est sans doute la partie la plus difficile car gagner des liens de qualité devient de plus en plus compliqué au fil des mises à jour de l’algorithme de Google.

Si vous souhaitez obtenir du trafic via les moteurs de recherche, le référencement est une étape indispensable. Il est important que vous soyez capable d’éviter les principales erreurs dans ce domaine afin de ne pas perdre votre temps et de ne pas être obligé de revenir en arrière (ce qui n’est pas toujours possible).

*****

Comme beaucoup d’e-commerçants que je croise vous êtes peut-être un peu perdu et vous ne savez pas par où commencer. C’est pour cela que je travail sur un nouveau projet spécialement dédié au e-commerçant qui veulent référencer leur site. Cliquez ici pour en savoir plus sur le projet “réussir mon référencement“.

GD Star Rating
loading...
10 erreurs majeures à éviter pour le référencement de votre boutique en ligne, 4.3 out of 5 based on 10 ratings

16 réflexions au sujet de « 10 erreurs majeures à éviter pour le référencement de votre boutique en ligne »

  1. Salut,

    Merci pour cet article plein de bon sens.

    Qu’est-ce que tu conseillerais pour une boutique en ligne qui vend quelques dizaines de produits mais dont certains sont très similaires (sans pour autant être des variations). ?
    Vaut-il mieux essayer de faire une description unique pour chaque produit (compliqué d’éviter les répétitions) ou bien faire une page unique, bien longue, avec une description unique et ensuite des mini descriptions pour chaque produit vendu mais toujours sur une seule et même page ?
    kategriss Articles récents..Comment créer une page d’accueil personnalisée avec des sidebars ?My Profile

  2. Vous l’avez dit, on ne référence pas un site, mais plutôt des pages. En même temps, j’ai lu quelque part qu’une page de mauvaise qualité pouvait diminuer le trust follow du site en question, et influer ainsi le positionnement des autres pages. Qu’en est-il exactement ?

  3. Jolie liste ! On peut aussi ajouter la rapidité d’affichage des images/contenu ou plus généralement de la web performance pour diminuer le taux de rebond et donc le signal SEO :)

  4. Michel, on parle de Trust Flow et pas de Trust Follow :) C’est un indicateur fourni par majestic, et qui sert à mesure la qualité des liens. C’est du “off-page”.

    Alexandra parle de ces pénalités qui sont liées à du contenu dupliqué : c’est un élément du “on-page”.

    Je pense d’ailleurs que le duplicate content est l’ennemi numéro de sites de e-commerce. Même en 2016, je tombe encore sur des pages pour lesquelles le webmaster s’est contenté d’un simple copier-coller de la description produit fournie par son fournisseur, ou trouvée sur un autre site.

    Je te rejoins également sur le fait de dépasser 1000 mots. Il y a clairement un corrélation entre la position d’une page dans les SERP et le nombre de mots qu’elle contient.

    Après, il faut avouer que c’est difficile d’écrire plus de 1000 mots sur des objets aussi insipides qu’un épluche légumes ! Ça demande pas mal de créativité… Ne pas hésiter à présenter des angles différents (pour qui ? Pourquoi ? Où ? Quand ? Comment ?) afin de trouver des idées pour rédiger du contenu.

  5. Excellent article. J’ajouterais un seul point, le poids des pages : soit par un trop grand nombre d’images inutiles, soit par des images sur-dimensionnées ou au mauvais format.
    C’est une erreur classique surtout dans le e-commerce qui flingue le ranking et l’UX d’un site à cause de sa lenteur.

  6. Ne vous focalisez pas trop sur Trust Flow, cette donnée est à placer dans un contexte particulier. Primo, le TF d’une page ne veut pas dire grand chose si le nombre de backlinks est très important vs nb de domaine référent (en gros, ca pue le spam ou lien footer).

    Ensuite, celui du domaine est plus pertinent que celui de la page. Pour imager, c’est comme si lors de l’achat d’une voiture, vous notiez que la carrosserie, il faut tout regarder et notamment le moteur !

    Mais comme il est justement dit dans l’article, le choix du mot clé, un mode cocon sémantique, un maillage intelligent, alt, Hn, méta et c’est pas mal.

    Ensuite, audit, log… mais on franchit un palier la ;-)

    Perso, je conseille fortement le Domain Authority de Moz (extension gratuite sous chrome) qui est plus fiable.

    Avec un blog perso de test, j’ai gagné 5pts de TF sur domaine racine avec un commentaire DF sur blog à TF >60 en racine… alors que Moz s’est fait “avoir” que de 1 pt. J’ai TF racine de 25 racine vs 18 pour Moz. Je gère des sites qui sont populaires (au sens bcp de backlinks naturels) mais venant de blog dont le SEO n’existe pas (et donc TF racine <5) ce qui donne un TF racine vers les 10 mais un DA Moz de 30 ce qui est plus logique.

  7. Bien surveiller vos URL via Google Search Console
    Exemple : lorsque l’URL rewriting est activé, certains champs de vos fiches produits peuvent entrer dans la constitution de vos URL (comme le code EAN 13 par exemple). Donc quand vous remplissez ces nouveaux champs, l’URL est modifié et donc votre ranking va bouger.
    Pensez y !

  8. Très bon article. Le point le plus important que je retiens est de travailler des mots clés “rentables”.

    En effet, il ne sert à rien de passer du temps à travailler des mots clés qui vous apporteront du trafic “sans lendemain”. Une boutique en ligne ne peut vivre que grâce à des ventes et non grâce à des visiteurs qui ne passent pas à l’action !

    Dernière chose, pour celles et ceux qui envisagent de lancer une boutique en ligne : anticipez le travail de référencement naturel au lieu de vous en soucier une fois le site en ligne. Cela vous évitera de perdre du temps et vous fera faire des économies !

  9. Merci pour l’article, je rejoins Loïc sur l’importance de la recherche de mots-clés “rentables” en amont.

    Toutefois, même pour une boutique en ligne, on peut imaginer une stratégie de référencement cohérente qui viserait à proposer des guides ou des fiches afin de répondre à un problème lié à l’univers de ces produits.

    Si par exemple je propose des rasoirs pour homme sur un site, je peux très bien attirer du trafic en me positionnant sur des mots clés qui ne sont pas liés à un produit en particulier, comme “comment bien se raser” ou “pourquoi la barbe de 3 jours”. Certains mots clés annexes sont moins compétitifs et permettent de recueillir du trafic assez ciblé, même s’il n’est pas lié directement à une intention d’achat.

    Au final, quel que soit le thème de notre future boutique, je pense qu’il faut toujours effectuer un audit préalable et approfondi des mots clés sur lesquels on pourrait se positionner à moyen terme

  10. Je confirme que le choix des mot clé est très importante ! Personnellement je recommande Yooda Insight pour cela. voir article d’Alexandra à ce sujet.

  11. Merci pour cet excellente liste vraiment bien détaillé, j’ajouterais aussi la compatibilité mobile, le temps de chargement et la mise en place de l’AMP qui peut faire fuir les visiteurs avec un long temps de chargement ce qui envoie un mauvais signal à big G.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

CommentLuv badge

Les liens des commentaires peuvent être libérés des nofollow.